KissWood

NORDEN – Chapitre 156

Chapitre 156 – Naissance d’un monstre

À une quarantaine de kilomètres de là, Mesali arpentait les toits. La petite courait avec aisance et tentait de discerner les effluves de la Ketta afin de retrouver sa trace. Pourquoi n’avait-elle pas sauté le mur elle aussi ? Elle en serait capable normalement. Souffrait-elle quelque part ? Et pourquoi était-elle partie avec ces hundr à cheval en l’abandonnant toute seule ?

Des bruits sourds et secs résonnaient de part et d’autre, devenant de plus en plus nombreux tout comme les cavaliers et les soldats. Que se passait-il ? Tous semblaient très agités et s’engageaient dans des combats violents depuis plusieurs heures. Curieuse, elle s’arrêta et se baissa, contemplant la scène qui s’étendait en dessous d’elle où des Ulfarks affrontaient des hundr et des vindyr dans un combat cruel et sans pitié. Ces meurtres sanglants avaient lieu sur la grande place, là où elle s’était rendue la veille avec son Shaman. En repensant à lui, une étrange intuition s’empara d’elle, comme lorsque Faràs l’avait prise en chasse. Était-il présent, non loin de là ? Alors qu’elle était en pleine réflexion, un Ulfarks attira son attention.

C’était un grand homme en tenue rouge dont l’éclat de ses yeux noirs brillait étrangement. Il était bien plus musclé que les autres et avait de grandes tresses noires attachées en queue de cheval qui lui retombaient jusqu’en bas du dos. Il dégageait une odeur particulière ; une senteur animale, magnétique, mélangée à la sueur de son corps et au parfum du sang qui imprégnait ses vêtements. Un Féros Latent, comprit-elle en le scrutant avec intérêt, totalement captivée. Le combattant, bien plus farouche que ses confrères, assénait de puissants coups de sabre à ses assaillants, tranchant la tête de chaque soldat qui se trouvait à proximité. Contrairement aux autres, il criait et gonflait son torse, poussant des hurlements bestiaux afin de pétrifier ses adversaires. Ses alliés scandaient son nom « Starkr » pour l’encourager à poursuivre et le protégeaient au péril de leur vie, entourant ses flancs tels des remparts.

Pourtant, leur infériorité numérique ne leur permettait pas de rivaliser avec leurs adversaires qui commençaient à prendre le dessus, les éliminant un à un. Assailli par une rage bestiale inouïe et, sentant le combat perdu d’avance, Starkr poussa un dernier hurlement. Puis, grisé par l’ivresse du combat, il se métamorphosa, à la grande stupéfaction de ses adversaires.

Du haut de son perchoir, Mesali ouvrit la bouche devant l’imposante créature qui se trouvait à sa place, traversée par la peur et tremblante de tous ses membres ; Faràs venait de paraître sous ses yeux. L’homme avait laissé place à un immense lion de la taille d’un cheval, au pelage fauve auréolé de gouttes pourprées et à la crinière brune qui entourait sa tête aux yeux noirs embrasés. Le félin de noble allure était doté d’une carrure solide et massive, aux muscles robustes.

Pour intimider la foule, il braqua son corps, gonfla son poitrail et rugit férocement, paralysant ses opposants. Se sentant submergé par une force divine, décuplant ainsi ses capacités, le prédateur s’engagea dans un assaut acharné et, avec l’aide de ses alliés encore aptes, parvint à tuer les derniers soldats présents. Quand le combat fut achevé, le lion grimpa sur ses victimes et, avec un souci de provocation, leur urina dessus. Le liquide flavescent, chaud et chargé en odeur coulait le long des corps inertes, s’engouffrant dans le moindre interstice. Puis, il resta un long moment sur son promontoire de chair inanimé, célébrant son triomphe auprès des Ulfarks encore en vie.

Cependant, attiré par une odeur étrange, l’animal redressa la tête et huma l’air à pleins poumons. Un effluve euphorisant parvint à son nez, la senteur attrayante d’une jeune femelle pas encore mature. Une fois le parfum identifié, il tourna la tête en direction de Mesali, puis il plissa les yeux et montra les crocs ; la traque allait commencer.

Chapitre Précédent |

Sommaire | Chapitre Suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :