NORDEN – Chapitre 180

Chapitre 180 – Second épilogue

Un maigre potage accompagné d’un quignon de pain rassit, voilà ce qui leur fut servi au dîner cette fois-ci. La pitance, d’une tiédeur fade, était grumeleuse et agrémentée de rares bouts de viande d’origine inconnue, tout aussi insipide.

La jeune fille, une adolescente de treize ans à la peau brune et aux cheveux crépus aussi noirs que le jais, jouissait d’un traitement de faveur, lui accordant une coupelle de pommes coupées en quart ainsi qu’une poignée de fruits secs qu’elle devait partager avec les deux autres aînées.

Les neuf enfants mangeaient sans le moindre entrain, dans ce réfectoire grisâtre égayé de rideaux blancs, sur des tables de bois lisses, dépourvues d’aspérités. Un petit garçon, brun avec une tache noire autour de l’œil, rechignait à avaler ses cuillérées ; le chou lui donnait mal au ventre. À peine avala-t-il la première gorgée qu’il gémissait et se mit à mâchouiller son pain. Les yeux larmoyants et tiraillé par la faim, il était ébranlé de devoir, pour le troisième soir de suite, se passer de repas.

Dans un élan de solidarité, la jeune fille, sans un mot, lui donna son fruit ainsi que ses noisettes. Le garçon cessa instantanément de se plaindre. Tout en mangeant ces précieuses denrées au goût exquis, il regardait sa sauveuse, le visage empli de gratitude.

Le reste du repas se fit en silence. Au premier coup de sonnerie, tous se levèrent et se dirigèrent vers les dortoirs, situés à l’autre bout du couloir. Ils étaient escortés par une horde de femmes et d’hommes, au visage impassible et à la démarche saccadée, se comportant tels des pantins articulés vêtus d’amples chemises d’un vert d’eau délavé.

Dans ces couloirs interminables, aux murs gris recouverts de carreaux blancs immaculés sur la partie basse, des chiens, de gros molosses de type doberman, arpentaient le sol en damier noir et blanc lustré à la perfection et dégageant une insupportable odeur d’eau de javel.

L’allée était rythmée d’un côté par de grandes fenêtres sans la moindre trace de salissure, donnant une vue plongeante sur l’océan ténébreux qui s’étendait à l’infini, jusqu’à l’horizon. Et de l’autre par des rangées de portes, alignées symétriquement aux vitres ; ainsi le réfectoire succédait, aux cuisines, au cellier, à la buanderie, au lavoir et, pour finir, aux dortoirs.

Les filles et les garçons se séparèrent, cinq pour l’un et quatre pour l’autre. Deux étaient partis définitivement et les deux derniers, des frères jumeaux, manquaient à l’appel. Comme toujours, personne ne savait où, exactement, ils avaient été logés ni même s’ils étaient encore vivants. Il faut dire qu’ils étaient bien étranges ces deux-là ! Si différents des autres ; de grands rebelles téméraires ôtés de toute peur et n’ayant que faire de l’autorité de leurs geôliers persécuteurs. Ils recevaient les coups sans broncher et regorgeaient d’idées noires et de plans macabres pour s’évader. Ils étaient infatigables, pouvaient passer des jours privés de nourriture, n’avaient que faire des privations et supportaient les sévices les plus cruels que les infirmiers pouvaient leur infliger afin de les dresser et de les remettre sur le droit chemin.

Le personnel, à cran, avait pourtant l’interdiction formelle de les frapper. Au point que les deux garnements avaient étés déplacés dans un département spécial, placés sous haute sécurité, on ne sait où.

Arrivée dans son lit, la jeune fille, sous ordre de l’infirmière se déshabilla et mit sa chemise de nuit où un chiffre trois était brodé. Contrairement aux autres, elle n’affichait aucun signe de peur ; pas une larme n’avait roulé sur ses joues, pas un son ne s’était échappé de sa bouche, pas le moindre frisson n’avait traversé son échine.

Sans un mot, elle se glissa sous les couvertures et contempla la salle. C’était une petite pièce aux murs couleur saumon et amande, un savant mélange à donner des haut-le-cœur, disposant de six lits et s’ouvrant sur les jardins via une lucarne à barreaux. Des dessins par dizaines, aux couleurs criardes, décoraient les murs, représentant majoritairement des fleurs, des animaux et surtout des bateaux.

En face d’elle, une enfant pleurait. C’était une fillette blonde aux cheveux bouclés âgée d’à peine onze ans, numéro douze, la plus jeune du groupe. Constatant qu’elle avait encore souillé le bas de sa culotte, elle s’était mise à sangloter, la peur au ventre d’être sermonnée pour son imprudence récurrente.

Le regard de la numéro trois se posa sur l’infirmière qui prenait numéro douze en charge. Cette dernière, une grande femme intimidante, aux mains aussi larges que des battoirs, trouvait l’enfant trop maladroite, trop longue à s’habiller et vociférait des paroles acerbes. Pour la punir, elle lui arracha son doudou des mains et le lui confisqua.

L’enfant, bouleversée, se mit à pleurer à chaudes larmes en voyant son petit chaton bouloché, aux oreilles trouées et dépourvu de queue, hors de portée.

Agacée par son comportement, l’infirmière se mit à la gifler et à lui vomir un flot d’insultes et d’avertissements qui la firent taire sur le champ.

Numéro trois, échaudée, se leva en hâte et se rua sur elle. De sa force prodigieuse, elle la fit tomber et lui mordit l’oreille, enfonçant ses dents autour du lobe, avant de l’arracher brutalement, déversant une giclée de sang. Ces consœurs, pétrifiées, demeurèrent immobiles, effrayées par ce spectacle.

La femme hurla et appela à l’aide. À son appel, un homme armé entra et se précipita sur cette « garce » dont il frappa le crâne d’un violent coup de crosse.

Lorsqu’elle ouvrit les yeux, tout était sombre. Elle était une énième fois retournée dans cette grande pièce sinistre aussi froide qu’austère. Tout était noir, du sol au plafond, une obscurité angoissante, lourde, qui prenait aux tripes et rongeait les sangs. Rien ne brillait, pas la moindre lueur réconfortante d’une mince chandelle dont l’infime éclat de la flammèche vacillante aurait suffi à redonner un semblant d’espoir. Elle était seule et attendit fatalement le moment venu, celui qu’elle redoutait après chaque punition.

Elle patienta des heures, des jours peut-être ? La notion du temps avait complètement disparu. Pas un son ne se faisait entendre hormis quelques rares cliquetis métalliques suivis de grognements ou de tintements de griffes sur le plancher des cages dont les épais grillages occultaient la vue, isolant chaque être de ses congénères. Combien étaient-ils encore dans cette geôle ?

Le dernier impertinent ayant quitté la pièce, cette maudite salle sept, n’était pas revenu, cela devait faire des heures qu’ils l’avaient pris et emmené ailleurs. Des hurlements avaient résonné peu de temps après son départ, des cris effroyables, d’une détresse sans fin, émanant de la pièce annexe. C’était la salle la plus effrayante d’entre toutes, numéro huit ; celle sur laquelle était écrit en majuscules noires : ESPÉRANCE. Que lui avaient-ils fait ? Était-il encore vivant ?

Submergée par la colère, l’adolescente tourna la tête et porta son regard sur l’animal qui se tenait dans la cage située à sa gauche.

C’était un grand loup gris au pelage miteux et au corps décharné. Il était allongé, endormi, la queue repliée contre son ventre d’une maigreur affolante. Son souffle était rauque, cela faisait des semaines que sa respiration demeurait saccadée, des semaines qu’il n’avait pas ouvert un œil ni même porté le moindre bout de viande à sa gueule sans qu’on ne l’y force.

À sa vue, elle soupira et redressa la tête, Hector n’allait pas au mieux. Adossée contre le mur, elle replia ses jambes au niveau de son ventre et croisa les bras.

La porte de la salle s’ouvrit, quelqu’un toucha l’interrupteur et illumina les lieux d’une lumière jaunâtre, terriblement agressive pour les yeux des pensionnaires, habitués à la pénombre.

Deux hommes en blanc entrèrent et déposèrent l’enfant qu’ils avaient embarqué plus tôt. Ce dernier se laissa transporter sans broncher, les yeux vitreux et l’esprit évadé, comme tous ceux qui revenaient de Là-Bas.

Les deux hommes refermèrent la cage et quittèrent la salle, laissant place à deux autres personnes. Ces derniers avançaient le visage découvert. Tous deux paraissaient âgés d’une soixantaine d’années ; le premier était un de ses hommes en blanc que tous reconnaissaient et, surtout, redoutaient. Il avait des cheveux grisonnants, le visage aussi intimidant que celui d’un hibou, avec de grands yeux marron grossis par sa paire de lunettes rectangulaires. Sur sa veste immaculée, était écrit en fines lettres noiresDocteur R. Mancenillier.

Le second ressemblait en tout point à un faucon, avec son visage fin, au long nez et à la bouche pincée. Ses grands yeux verts plissés, dont l’un était masqué par un monocle, dégageaient une aura malsaine. Il portait une barbe blonde à l’impériale soigneusement entretenue, assortie à ses cheveux coiffés à la perfection. En guise de vêtement, l’homme vêtait un épais manteau, au col en fourrure d’hermine, par-dessus un grand costume gris bleuté, cintré à la taille par une ceinture de cuir ornée de galons dorés.

Plusieurs décorations étaient épinglées à son veston, à côté de ses armoiries : une lionne dorée tenant un bouclier portant les initiales « E.d.V ». Le félin était représenté dressé sur les deux pattes arrières, toutes griffes dehors, la queue en panache et la gueule grande ouverte.

L’homme inspectait les lieux et scrutait la pièce d’un air grave.

— Comme je vous l’ai dit monseigneur, nous ne sommes pas encore au point et de nombreux paramètres restent encore à évaluer, annonça le premier qui se frottait nerveusement les mains.

— Nous ne pouvons nous permettre d’attendre davantage Réginald ! rétorqua-t-il d’une voix grave et sèche. Cela fait des mois que vous nous promettez des résultats, j’ai fait exprès le déplacement jusqu’à Trinité afin de voir vos avancées et vous n’avez toujours rien à me montrer !

Il tourna la tête et toisa le loup qui demeurait impassible, les yeux clos, ne se donnant même plus la peine de bouger.

— Le nombre de vos pensionnaires se réduit, vous en avez déjà perdu deux si je ne m’abuse !

— Monseigneur de Villars, par pitié dites à l’empereur de nous donner plus de temps ! Je viens d’inséminer deux femelles tout juste fertiles, les deux plus vieilles si l’on ne compte pas la Flamboyante. J’ose espérer que leurs petits naîtront viables afin que nous puissions les étudier par la suite. Peut-être dans dix ans nous…

— Nous n’avons pas dix ans ! s’emporta l’homme au visage de rapace, Providence vient à nouveau de nous déclarer la Guerre afin de reprendre le territoire de la Fédération ! Et ils nous envoient leurs monstres sur le front !

Il pointa du doigt l’être se trouvant dans la cage la plus proche.

— Ces monstres qu’ils sont parvenus à transformer sous une nouvelle forme ! Des bêtes sanguinaires nettement plus viles et dangereuses que n’importe quelles créatures ayant foulé Pandreden ! Et pire, beaucoup plus résistantes !

— Je m’excuse monseigneur, fit l’autre en se courbant. Il n’est pas simple pour nous d’étudier ces créatures, nous n’avons pas le matériel nécessaire ni la technologie dont dispose Providence pour les analyser ! Mais peut être avons nous bon espoir avec celle-ci.

Il s’avança jusqu’à la cage de la jeune femme et la lui montra.

L’éminence se pencha et l’observa avec attention. La jeune fille soutint son regard, sans honte ni peur.

— Cette jeune-là est notre espoir ! Notre atout ! Nous en prenons grand soin… Elle ainsi que deux autres spécimens particulièrement instables, placés à l’isolement dans une pièce, sous très haute protection.

— Qu’a-t-elle aux yeux ? s’étonna l’homme, captivé par les immenses yeux noirs de la noréenne qui le fixait, au fond desquels semblait s’embraser une flamme ardente.

Chapitre Précédent |

Sommaire | Chapitre Suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :