Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 283.5.5

Merci aux donateurs du mois pour la Tour des Mondes ! !

Guillaume V.

Pascal W.

Martin M.

Lordjarlax

Paul G.

Dehko

Blessik7

Bastien

Tu aimes la série ? N’hésite pas à faire un don sur Tipeee pour accéder à 50 chapitres supplémentaires et rejoindre nos donateurs !

_________________

 


Chapitre 283.5.5 : Un Oni Fou

(point de vue du Pape)

Il fait nuit noire. Puisque je possède la compétence Nullification du sommeil, je n’ai pas besoin de dormir. Cependant, cela ne veut pas dire que je n’ai pas besoin de me reposer, mais que je ne ressens aucun des effets négatifs du manque de sommeil. La fatigue accumulée quand je reste éveillé ne disparaît pas. La meilleure méthode pour se débarrasser de cette fatigue est de dormir, donc malgré cette compétence, je ne peux pas entièrement me passer de sommeil. Théoriquement, c’est possible d’être éveillé en permanences sans accrocs, mais seulement pour quelqu’un qui aurait des valeurs numériques suffisamment élevées pour que la notion de fatigue soit négligeable, ce qui serait probablement étrange sur plusieurs points. Après tout, même si la fatigue physique peut être ignorée, la fatigue mentale n’est pas prise en compte. C’est donc impossible d’être considéré comme sain d’esprit sans dormir un peu.

« Comme moi dans ce cas. »
« En effet. Cela me semble être le cas. »

Au milieu de la nuit, à une heure où il n’y a personne à part moi dans le bureau, quelqu’un répond à ces quelques mots. Une fraction de la lumière qui illumine les documents proches de moi atteint l’autre personne et révèle un jeune homme avec un visage très pâle. Son apparence lui donne l’air d’être très jeune, mais une aura mature se dégage de lui. Enfin, il n’a pas non plus l’air d’être vieux. Quand quelqu’un devient un démon ou un monstre, son aspect physique et son âge ne coïncident plus, mais je suis sûr que le jeune homme devant moi n’est pas très âgé. Malgré cela, il possède l’aura noble de quelqu’un qui aurait vécu pendant plus d’un siècle. Dire qu’il y avait quelqu’un comme lui caché dans le camp des démons… Je ne peux m’empêcher d’être admiratif devant le talent nécessaire pour se dissimuler de la sorte.

Le nom de cet homme est Merazofis. En sentant que j’étais en train de travailler sans dormir bien malgré l’heure tardive, il est venu me voir pour vérifier que j’allais bien. Je le traite actuellement comme un invité, mais techniquement nous sommes ennemis. Pour éviter ce genre de visite, j’ai fait en sorte que mon camp soit dans un lieu isolé, mais je ne devrais pas être surpris que cela n’ait pas fonctionné. Vu sa façon de se déplacer librement où il veut, de telles précautions sont absurdes. De plus, il n’y a vraiment aucune raison de faire preuve d’autant de prudence. Tant que Ariel-sama et Shiro-sama sont dans le coin, c’est probablement inutile. Elles ont la force nécessaire pour outrepasser n’importe quoi et c’est sans doute aussi le cas pour cet homme.

Sans même le regarder, je continue à m’affairer à ma tâche. Je signe des documents. Je corrige des erreurs. Pendant que je travaille, j’échange quelques phrases avec Merazofis-dono. La conversation a commencé quand il m’a demandé si ce n’était pas un problème pour moi de ne pas dormir, puis elle a évolué pour parler des anomalies que ressentent ceux qui utilisent la compétence de Nullification du sommeil jusqu’à présent.

« À tes yeux, suis-je donc anormal ? »
« En effet. Au minimum, cela ne peut pas être considéré comme un comportement normal. Bien que j’ai envie de savoir ce qui vous a poussé à de telles extrémités, je vais réfréner ma curiosité. »

En disant cela, Merazofis-dono me tourne le dos. Il semble que la discussion soit finie. C’était bref. Peut-être que c’est simplement pour ne pas me déranger pendant que je travaille, mais je ne m’attendais pas à ce que la conversation se termine aussi tôt.

« Puis-je savoir pourquoi tu te retiens de demander ? »

C’est sans doute car il s’apprête à partir que je lui pose cette question. Parmi les personnes dans le camp des démons, il y en a beaucoup qui sont énigmatiques et dont les intentions semblent incompréhensibles, même pour moi. Cet homme en fait partie. C’est peut-être parce que je souhaite en apprendre plus sur lui que je décide de prolonger la conversation.

« C’est parce que je pense que c’est ojou-sama qui devrait l’apprendre. »

Ahh. La réponse qu’il me donne est plus que suffisante pour que je comprenne mieux cet homme. Ce n’est pas quelqu’un de normal.

« Je vois. Je te comprends parfaitement. »

Sans le vouloir, je ne peux m’empêcher de murmurer cette réponse. L’homme me fait un signe de la tête avant de quitter la pièce. Le raffinement de ses mouvements convient parfaitement à une sorte d’intendant d’une famille de noble. En réalité, c’est bien le cas et il sert la personne qu’il appelle ojou-sama.

J’ouvre un tiroir de mon bureau et j’attrape un document à l’intérieur. Celui-ci détaille les résultats de l’enquête sur la maison Keren. Je feuillette le document et je trouve ce que j’y cherche. Il y a ici le nom d’un intendant qui servit la Dame Keren depuis son enfance. Son nom est Merazofis.

Parmi les intendants de la maison Keren, il était particulièrement apprécié et il avait toute la confiance de son seigneur. C’était une personne sérieuse et sincère. De plus, il était droit et ses collègues l’appréciaient beaucoup. Il ne semble pas avoir changé de ce côté.

Cependant, même s’il ne semble pas différent, il est complètement fou. Un seul aspect est resté le même tandis que tout le reste a complètement disparu . Pour qu’il rejette tout sentiment de haine envers la personne qui a mené la personne qu’il aimait à sa mort… Ce n’est pas normal.

D’après les documents, il y avait des signes que Merazofis-dono était amoureux de la dame de la maison Keren. Pourtant, son mari a accepté sa présence et lui faisait confiance. Puisque je ne le connaissais pas à l’époque, je ne peux que faire des hypothèses sur le niveau de ses sentiments. Cependant, ils n’étaient certainement pas ordinaires. Même en faisant face à la tête de la religion de la Parole Divine, l’organisation qui a détruit tout ce qu’il connaissait et mit fin aux jours de la personne qui lui était la plus chère, il ne montre pas la moindre animosité. Alors même que nous sommes tous les deux seuls, il ne montre aucune intention meurtrière. Au lieu de cela, il est aussi calme que la surface d’un lac et il ne montre pas la moindre émotion.

Tout ce qu’il fait est pour ojou-sama, pour Sophia-jou. Je ne suis qu’une marche pour aider à ce qu’elle devienne une adulte. Pour lui, c’est probablement tout ce qu’il voit.

Il est tout simplement terrifiant. C’est un monstre à l’apparence humaine. Ses pensées ont déjà dévié des normes humaines. Il n’y a pratiquement personne de normal parmi les proches d’Ariel-sama. Mais ojou-sama, Sophia-jou et aussi Felmina-jou peuvent être considéré comme normales en comparaison. Dans leur cas, elles sont loin des normes, mais elles ne sont pas folles.

En observant la pile de documents à côté de moi, je soupire. Puis, je recommence à bouger mes mains qui sont restées immobiles pendant quelques instants. Je dois continuer de travailler aussi vite que possible. Il n’y a pas de temps à perdre. En effet, la grande tâche de briser la religion de la Parole Divine est sur le point de commencer.

*

Traduction de la conversation par l’auteur :
Mera « Woah, ce vieil homme est fou… »
Pape « Woah, cet homme est fou… »


Pour donner vos impressions n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour montrer votre soutien.

Correction : Gobles

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

 


1 thought on “Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 283.5.5

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :