KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 156

Merci aux sponsors du mois !

Quentin S. (20€)

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (8€)

_________________

 

Joyeux Noel !


Un palais rempli de trous.

Nous avançons dans les couloirs le plus silencieusement possible malgré les sacs de bijoux qui s’agitent à chacun de nos pas. Vu la situation j’imagine que les gardes et les soldats présents dans le palais doivent toujours être occupés à protéger le roi ce qui nous facilite la tâche. Maliel se déplace devant moi d’une façon assez calme et semble assez nonchalante depuis qu’elle a récupéré autant d’objets de valeur. Même à moi ça me fait bizarre de me dire que je traîne pas loin de mon poids en or dans mon inventaire et au moins 20 à 30 kilos de bijoux dans le sac. Si on doit se battre ou fuir, ce ne sera pas facile avec autant de poids, mais jusque-là nous n’avons pas eu de problème donc je vais essayer d’être optimiste.

Nous finissons par arriver dans la chambre du roi qui est toujours dans le désordre dans lequel nous l’avons laissée.

« Cherche un bouton secret ou un mur qui a l’air étrange. Si on trouve un passage secret on pourra sortir du palais et dire adieu aux embrouilles ici. »

*

Cro’ sort de la salle du trésor en passant au-dessus des cadavres sans y faire attention. Il a du flair et ce dernier lui indique que Nomad est passé par là. Après l’avoir soigné aussi longtemps c’est facile pour lui de reconnaître l’odeur assez unique de Nomad qui est restée dans l’air. Bien sûr l’odeur métallique du sang le gêne un peu mais il devrait pouvoir faire avec. Il s’avance en dehors du couloir menant à la salle du trésor et tombe sur un homme qui s’avance vers lui à l’intersection. Ils s’arrêtent tous les deux et s’observent. Sans vraiment faire attention Cro’ se pousse un peu sur le côté pour le laisser passer et continue d’avancer, mais en le voyant faire l’homme brandit ses nunchakus comme pour le menacer.

« J’veux pas de problème l’ami, je veux juste passer, mais c’est comme tu veux. »

L’homme s’arrête pendant un instant et analyse les paroles. Cela semble suffisant dans un premier temps mais il se jette bientôt en avant en passant outre l’honnêteté qu’il a pu ressentir. Cro’ esquive en baissant simplement la tête. L’homme frappe et Cro’ esquive à nouveau jusqu’à ce que finalement il décide de rendre les coups. Du moins un seul coup. Dans le jargon il appelle ça une patate de forain quand il réussit à assommer quelqu’un comme ça. Le coup de poing brise le nez de l’homme qui tombe par terre et qui en tremblant de tout son corps finit par perdre conscience.

Cro’ marmonne un peu en disant que ce n’était pas nécessaire d’en arriver là et regarde l’homme par terre. Il hésite à partir tout de suite, mais finit par penser que ça ne serait pas sympa de sa part. Il s’approche de l’homme et décide de planter deux graines dans le sang qui s’écoulent des narines et s’en va en prenant avec lui un des nunchakus qu’il trouve assez intéressant comme arme. Pendant quelques instants il joue avec avant de se frapper accidentellement la tête et de soupirer.

« Bon, par où vient l’odeur…. »

Quelques minutes plus tard sur le visage du mange-mot inconscient commence à pousser et bourgeonner ce qui semble être un bouquet de marguerite.

*

« Micha l’a trouvé c’est bon ! »

Finalement après une dizaine de minutes à chercher c’est Micha qui a fini par trouver un mécanisme étrange à l’arrière d’un livre. J’active le mécanisme en penchant le livre vers l’avant et aussitôt le mur semble s’ouvrir comme une porte. Je pousse un peu la bibliothèque et je ne peux voir que des ténèbres. Je demande à Maliel si elle a une torche ou quelque chose du genre, mais avant même qu’elle ne formule une réponse Juliette me crie qu’un danger arrive du passage.

Sans même réfléchir je récupère Micha et ordonne à Maliel de se cacher avec moi en dessous du lit. Si Juliette avait pour habitude de me crier des choses quand elle sent du danger je n’aurais peut-être pas réagi comme ça, mais c’est la première fois qu’elle le fait. Maliel a eu l’air décontenancée d’abord, mais en voyant ma réaction elle a décidé de faire comme moi sans discuter.

Quelques secondes après que nous nous soyons cachés en dessous du lit et que Maliel m’ait annoncé que c’est probablement la pire cachette à laquelle j’aurais pu penser. Un mouvement d’air provenant du passage se fait entendre et des manges-mots apparaissent soudainement dans la chambre, d’abord deux ou trois puis…. des dizaines ? C’est difficile à compter depuis ma position mais le nombre de ne cesse d’augmenter. Je me contente de serrer les dents et d’attendre en espérant qu’ils ne remarquent rien. Maliel à côté de moi ne dit rien et semble fixer des yeux l’endroit où nous avons posé les sacs pendant que nous cherchions un passage.

Si effectivement les manges-mots qui sont au moins une trentaine à présent commencent à se demander pourquoi la chambre est dans un état pareil, on risque d’avoir des problèmes. Ne parlons pas du fait que c’est apparemment moi qui ai ouvert le passage pour qu’ils entrent dans cette partie du palais ce qui semblait impossible jusque-là. Je réfléchis aux implications que ça va avoir et me rends compte que le sauvetage risque de ne pas bien se passer. D’un autre côté je viens d’offrir le dernier bastion de résistance de Lishnul aux manges-mots et peut-être qu’ils seront redevable au point de nous faire une faveur, mais j’ai des doutes.

Après quelques instants tous les manges-mots finissent par passer la porte menant au couloir et disparaissent silencieusement. Je décide de demander à Micha de vérifier que la voie est libre en étouffant un premier soupir de soulagement et en pousse un deuxième de frustration à l’idée que le sauvetage risque de mal se passer.

Après un tour rapide, elle finit par me dire que la voie est libre et je fais signe à Maliel que c’est bon et nous sortons de sous le lit.

– Bon, j’ai l’impression que c’est réglé et que nous pouvons partir maintenant. Ça m’étonnerait que l’on puisse sauver le vieux maintenant.
– …
– Non, ne commence pas à essayer d’y réfléchir, on prend les sacs et on s’en va. Ce sera déjà bien si on ne trouve pas de manges-mots dans le passage alors ne commence pas à croire que tu as une chance de t’en sortir si tu retournes chercher le père de ta copine.

Je ne sais pas quoi dire puisque je sais que Maliel à raison, je n’ai aucune chance de m’en sortir contre une telle quantité de manges-mots seul, même avec Maliel c’est peu probable… Réfléchis….

[Hey, je sais que je te dérange pendant que tu réfléchis bêtement, mais tu vas avoir une surprise, le médecin bizarre vient d’entrer dans la salle où se trouve le père d’Adelina.]

*

Dans la salle du trône une dalle se soulève du sol lentement avant d’être poussé sur le côté en raclant contre la pierre. Un grimpeur capuchonné passe alors la tête à travers l’interstice et vérifie que la voie est libre. Il sort puis aide quelqu’un d’autre à sortir, puis c’est au tour d’Adelina.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

 
 

Pour soutenir mon travail et les autres séries clic en dessous :

Tipeee

 

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 156

  1. Merci pour les chapitres.
    Ce fût un plaisir de les lires.
    Franchement tu es vraiment doué pour l écriture, tu as réussis avec TM à le rendre aussi intéressant que n importe quel autre novel que j ai pu lire.

  2. Merci pour les chapitres !
    La “patate de forain”, j’ai tellement rigolé ! Cro’ est vraiment génial comme personnage

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :