KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 155

Merci aux sponsors du mois !

Quentin S. (20€)

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (8€)

_________________

 

Joyeux Noel !


Un avenir éblouissant.

Maliel dirige ses bras vers le ciel en signe de victoire. Dans la salle à travers les portes qui s’ouvrent je peux voir une somme incommensurable de pièces. Je ne sais même pas si à un tel niveau les murs n’en sont pas aussi à cause des torches faisant briller une lumière dorée sur toutes les surfaces.

Ce n’est pas comme si c’était une sorte de placard ou une petite pièce vraiment pleine. Non, la salle ne semble pas avoir de fin. De grandes colonnes sculptées dans la pierre sont placées tous les cinq mètres et j’ai l’impression qu’il y en a plus d’une centaine qui continuent jusqu’à disparaître dans les ténèbres à une cinquantaine de mètres de nous. Sur le sol se trouve des sacs d’or, des coffres, des vases remplis de pierres précieuses et je peux voir des sculptures en or sans parler de ce qui a l’air d’être de la coutellerie et des verres en argent sertis d’émeraudes. Je regarde rapidement en direction de Maliel et je peux voir un gigantesque sourire à la vue du spectacle devant elle. Sans attendre elle entre en regardant dans toutes les directions. Elle retire sa capuche et se frotte la tête des deux mains comme si elle ne le croyait pas elle-même.
Je lui emboîte le pas sans savoir quoi faire, choqué et euphorique à cause de la quantité d’or. En entrant je me rends compte que la salle est large d’une vingtaine de mètres et n’a pas vraiment de fin à cause du manque d’éclairage au loin. La pièce est de toute façon trop spacieuse pour que je puisse savoir la quantité exacte de trésor présent.
Maliel de son côté est déjà en train de renverser des sacs d’or et regarde le contenu des coffres.

« Je le savais ! Impossible qu’avec un palais pareil le roi soit pauvre. On va commencer par rassembler ce qui a le plus de valeur et faire le tri pour se remplir l’inventaire. Ce sera difficile de tout prendre mais on devrait pouvoir prendre quelques sacs avec nous. Prends les plus grosses pierres précieuses que tu trouves et ramène tout ce qui pourrait avoir de la valeur. On fera le tri ensemble. »

J’acquiesce rapidement et commence à fouiller la salle en étant complètement perdu. Je n’ai jamais vu autant de richesse auparavant et de là à comprendre ce qui a le plus de valeur dans tout ça…

Petit à petit mon inventaire se remplit et je décide de n’y mettre que les diamants de bonne taille que je trouve et qui font la moitié de la paume de ma main. Que ce soit difficile à croire ou non, il y en a un certain nombre… Dire que sur terre je n’ai jamais vu que des pierres ne faisant même pas la taille de mon ongle et que là je me retrouve face à des blocs entiers… C’est ridicule. Un tel trésor est ridicule et savoir que je ne peux en récupérer qu’une toute petite portion l’est encore plus. Si seulement il y avait un moyen d’en récupérer plus… A chaque fois que j’ouvre un coffre je trouve des centaines de bijoux de tailles et de qualités différentes et je ne sais même pas quoi choisir. Un gamin dans le temple des jouets. Je suis perdu mais ça ne me dérange même pas puisqu’on a décroché le pactole et c’est difficile de m’empêcher de sourire.

En attendant je comprends pourquoi il n’y avait pas grand-chose dans le palais. Tout ce qui a de la valeur a été envoyé ici par sécurité. Je jette un coup d’œil à Maliel qui semble réfléchir et finit par jeter toutes les pièces en or au même endroit ce qui finit par former un tas. Elle réfléchit quelques instants avant de sauter dessus et de jeter des pièces dans tous les sens.

Je continue à fouiller et décide de m’enfoncer dans la pièce. Par endroit je peux voir qu’il y a des tonneaux de grande taille mais en ouvrant quelques-uns d’entre eux j’ai soit trouvé du vin, soit des métaux sous forme de poussière que je ne suis pas capable d’identifier.
Micha de son côté est descendu de la poche pour chercher avec moi ce qui pourrait avoir le plus de valeur, mais avec sa petite taille c’est parfois compliqué pour elle de tout voir. La vision à travers ses yeux rend encore plus ridicule tout ce que je vois.
Au bout d’une quinzaine de minutes à vadrouiller entre les piliers je décide de revenir voir Maliel qui semble réfléchir en face d’un grand tas de pièces d’or. L’euphorie semble avoir été remplacée par la réflexion.

– Qu’est-ce qu’il y a ? On ne se concentre plus sur les pierres précieuses ?
– Je réfléchis. Vu la quantité qu’on va récupérer, il faut se demander comment on va faire pour le convertir en pièces du pied de la tour. Je vais pas dépenser ma part dans ce monde de plouc. La banque de la guilde peut récupérer n’importe quelle quantité d’or et la convertir, mais pour les pierres faut qu’on se débrouille nous même pour les revendre et si on en prend trop la valeur va diminuer. Ce n’est pas non plus comme si les gens au pied de la tour s’en servent pour autre chose que du cosmétique. Peut-être que quelques magiciens auront une utilité mais ce ne sont pas des pierres magiques.
– Dans ce cas… On se concentre sur les pièces d’or et on ne prend que les plus belles pierres pour ne pas noyer le pied de la tour ?
– J’imagine. Je me sentirais plus à l’aise avec des pièces d’or utilisables dans mon inventaire qu’avec des pierres que je dois vendre et dont je ne suis pas sûre du prix. On va faire du 85% or et 15% pierre dans l’inventaire. Vu leur taille, elles devraient rapporter un bon prix. Pour ce qui est des sacs on les remplira de bijoux.
– Je devrais pouvoir prendre 60-65 kilos dans mon inventaire mais je n’ai pas prévu de sac pour les bijoux.
-… Alors de un je ne te dirai pas combien je peux prendre et de deux heureusement que j’ai un cerveau pour deux…

Maliel sort aussitôt des sacs à dos en cuir de son inventaire et m’en jette un. De mon côté je verse toutes les pierres que j’ai trouvées par terre à côté du tas de pièces qu’elle a fait. Je sais que c’est elle qui aura son mot à dire sur la qualité et je préfère encore m’épargner une remarque si j’ai fait une erreur. Elle commence aussitôt à faire le tri et je commence à jeter des pièces dans mon inventaire. C’est presque triste vu la quantité d’or dans la pièce de ne pas pouvoir en prendre plus, mais avec l’aide de l’inventaire c’est déjà plus que ce que l’on peut porter. Il faudrait au moins une centaine de grimpeurs pour vider la moitié de la pièce…

– Qu’est-ce que tu comptes faire de ta part ? Vu la quantité il y a suffisamment pour que tu puisses t’acheter ce que tu veux, non ?
– Ça dépendra de ce que je trouve au pied de la tour. Mais si je peux me dire que l’argent n’est plus un problème pour au moins cinq ou six ans c’est déjà une victoire. Va savoir je vais peut être juste m’acheter le meilleur équipement que je peux ou m’acheter une maison et vivre comme une princesse pendant quelques temps avant de continuer à grimper la tour. Ce sera mon budget vacances. Toi ?
– Probablement de l’équipement. Les cent pièces d’or données par la tour sont vite parties et avec l’achat du Kelfi je suis dans le rouge maintenant. Mais je pensais que tu aurais un objectif plus précis je dois dire…
– Tch. Je suis une voleuse et je vole ce qui a de la valeur. Tu t’attendais à ce que je sois une sorte de robin des bois ? Que j’allais donner au pauvre ce que je prends au riche ? Peut-être que je le ferai, mais ça me regarde. Sans argent je pourrais faire moins de chose qu’avec. Ne me dis pas que ta part servira uniquement à acheter de l’équipement, je pensais pas que tu serais le genre de grimpeur stupide qui s’imagine capable d’atteindre le sommet de la tour.
– Survivre…
– Pardon ?
– J’ai toujours vu l’argent comme un moyen de survivre, rien de plus. Sur Terre je n’en avais pas beaucoup, mais tant que je pouvais survivre avec ce que j’avais c’était suffisant pour moi. Ce n’est pas parce que je vais en avoir beaucoup que ça va changer.
– Je me disais bien qu’on se ressemblait sur certains points. J’imagine que tu multipliais les petits boulots sur terre ? J’ai jamais accroché à l’idée de travailler pour quelqu’un qui s’enrichit sur mon dos en me jetant des miettes. Voler a toujours était normal depuis que je suis gamine. Et dire qu’au pied de la tour ce n’était même pas censé être ma classe principale…
– Ah…? Tu devais être quoi ?
– Apparemment je suis censée avoir un don comme… Non tu n’as pas besoin de savoir, mais je ne suis pas ce genre de personne en tout cas. J’aurais fini dans une des classes principales de la tour des Druides, mais je ne te dirai pas plus. Bon je crois qu’on a fini. Faut que l’on trouve une sortie maintenant. Ce sera difficile de repartir par là où on est entré et je veux qu’on trouve une sortie AVANT que tu ailles chercher le père de ta copine. Sans issue de secours le palais nous servira de tombeau.

J’ai bien failli ajouter moi même que je compte aller chercher le père d’Adelina, mais elle n’a pas oublié. Maliel me dit ensuite que vu la taille du palais il y a sans doute plusieurs passages secrets pour sortir d’ici et les seules endroits qui me viennent à l’esprit sont soit la salle où se trouve le roi, soit sa chambre.
Je place un des deux sacs sur mon dos qui doit bien faire une dizaine de kilos et me dirige vers la sortie de la salle des coffres avec Maliel en restant sur mes gardes. Autant dans la salle du trésor nous étions forcément seul, autant les gardes du roi et ses soldats ainsi qu’un mange-mot armé de Nunchaku se promènent librement dans les couloirs. Les couloirs sont vides pour l’instant, mais avec les barricades qui tombent une par une, les risques sont de plus en plus nombreux à mesure que l’attaque du palais continue.
Au final cela n’a pris qu’une demi-heure pour récupérer le plus de trésor possible et c’est presque dommage d’en laisser autant, mais ça semble impossible de prendre quoi que ce soit d’autre.

*

Au centre de la salle du trésor, un tas d’or se met alors à vibrer et à bouger. Les pièces et les bijoux tombent bruyamment sur le sol en pierre, d’abord petit à petit puis de plus en plus vite comme si quelque chose enterré là se réveillait.
Un grincement se fait entendre alors qu’une grille est soulevée, projetant toujours plus de pièces sur le sol. Un homme se redresse alors avec difficulté en grimaçant en voyant autant d’argent autour de lui. Il fait tomber plusieurs dizaines de pièces de son corps crasseux et se secoue dans tous les sens comme si le contact avec l’or lui donnait la nausée. Ses yeux sont couverts d’un épais rideau de végétation et une fois qu’il s’est débarrassé des pièces il se met à sourire en regardant les alentours. Il est finalement arrivé dans le palais. Cela aura pris du temps dans les dédales de souterrains, mais Cro’ a fini par arriver dans le palais et il a plusieurs questions pour Nomad auxquelles il aimerait avoir des réponses.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

 
 

Pour soutenir mon travail et les autres séries clic en dessous :

Tipeee

 

1 thought on “Tour des Mondes – Chapitre 155

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :