Notice: Undefined offset: 0 in /home/kisswoodwa/www/wp-content/themes/modern/includes/frontend/class-assets.php on line 132
Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 62 - KissWood

Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 62

Les outils
Traducteur : Team Yarashii

La Salope chancela et Raphtalia apparut derrière elle.
Tandis que je faisais diversion, elle s’était apparemment servie de la magie.
Elle avait choisi le moment idéal. Nous étions en pleine crise. Est-ce que cela allait être suffisant pour la résoudre ?

— Toi ! As-tu la moindre idée de qui tu viens juste de poignarder ?

La Salope était remontée comme une pendule. Tel un démon, elle vociférait sur Raphtalia.

— Mlle Myne ! Est-ce que vous allez bien ?
— Ren, attends ! Ugh !

L’intéressé accourut auprès de la Salope et croisa le fer avec Raphtalia.
Je tentai de les rejoindre, mais une pluie de flèches et de magie me retint à distance.
L’épée était toujours plantée dans la Salope. Elle avait dû se coincer, puisque Raphtalia ne parvenait pas à la retirer. Une fois qu’elle comprit cela, elle bascula instantanément sur sa lame de secours.

— Qu’est-ce que tu fais ?
— Vous vous liguez tous pour attaquer M. Naofumi ! Je dois vous arrêter !
— Cela ne change rien !

Le fracas des deux lames s’entrechoquant se répercuta tout autour. Ren était plus expérimenté dans ce domaine. Il para et repoussa Raphtalia, qui perdit son épée.
Ce n’était pas bon signe. Elle se retrouvait pratiquement désarmée.
Filo se battait toujours contre Motoyasu, et la princesse était occupée à la soutenir.
Petit à petit, les coéquipiers de Ren et Itsuki se rapprochaient subrepticement de Mel.
Cela n’allait pas du tout. Désespérée, Raphtalia se rabattit sur l’épée magique que l’armurier lui avait donnée. Elle la sortit de son fourreau, ce qui produisit un petit « pop ». Il n’y avait rien au-delà de la garde.

— Ha ha ha ! Mais qu’avons-nous là ? Comme c’est mignon !

La Salope était en train d’être guérie par magie. Elle brandit un doigt vers Raphtalia et s’esclaffa. Cependant, Ren et Itsuki eurent une réaction bien différente.

— L’épée n’a pas de lame ? Faites tous très attention !
— D’accord !
— Que… que se passe-t-il ?

Les partenaires de Ren semblaient confus.

— C’est peut-être une arme magique. Elle peut créer une lame grâce au pouvoir magique de son porteur. Cela peut s’avérer très dangereux.
— Il a raison. Je ne sais pas où elle a pu mettre la main sur une chose pareille…

En y repensant, le vieil homme qui tenait cette boutique nous avait laissé une note contenant des propos similaires.

— Après avoir lu sa note, je n’ai pas pu ignorer ce qu’elle disait. Elle devait forcément signifier quelque chose. Alors, j’ai mené quelques expériences.

Raphtalia parla à la voix basse et resserra ses doigts autour de la garde, tenant fermement l’arme. Ce faisant, une lumière aveuglante en jaillit.
La Salope avait l’air en colère.

— Attention, j’arrive !

Raphtalia orienta la lame vers l’avant et courut en direction de Ren et de la Salope.

— Bon sang ! Épée de l’Étoile Filante !

Ren employa sa meilleure compétence.
Épée de l’Étoile Filante projetait des étoiles depuis l’arc formé par le mouvement de son épée. Je me disais que cela pouvait se révéler très puissant en touchant directement sa cible. Mais Ren ne se battait tout de même pas de toutes ses forces. Il luttait pour nous arrêter. Il se retiendrait donc probablement.

Même si c’était le cas, s’il touchait Raphtalia, il infligerait sans doute une blessure fatale.
Que faire ?
Si je m’interposais, j’attirerais l’attention des soldats sur Raphtalia.
Mais celle-ci esquiva le flot d’étoiles et reprit son mouvement.

— Vos actions manquent de conviction !
— Ugh…

Ren n’était pas sûr de son positionnement et cela affecta sa stratégie. Raphtalia évita sa lame et sa propre épée frappa en un éclair.
Ren sembla tout à coup pris de vertiges. Il se prit la tête dans ses mains et tituba vers Raphtalia. Ensuite, il tomba à genoux.

— Maintenant, je comprends. Il m’a donné cette épée pour trancher ce qui n’est pas physique. Ainsi, lorsqu’une personne se trouve touchée, voilà ce qui arrive.

Raphtalia paraissait avoir saisi quelque chose. Elle se détourna de Ren, vaincu, et courut vers la Salope.

— Tu crois qu’une criminelle dans ton genre peut se tenir comme cela devant quelqu’un comme moi ?

La Salope brandit son épée et l’agita vers Raphtalia.

— Je vais t’apprendre le RESPECT !

La lame de Raphtalia disparut pile à temps pour éviter de croiser celle de son adversaire. Ce ne serait pas un duel. Raphtalia pivota et laissa l’épée de la Salope fendre l’air juste à côté d’elle, la ratant d’un cheveu.
La lame magique refit son apparition et transperça sans effort la poitrine de sa cible.

— AAAAAAAAAAH !

La Salope poussa un hurlement.
Ensuite, comme si elle avait perdu connaissance, elle lâcha son arme et perdit l’équilibre vers l’avant.
Raphtalia se servit de son pied pour reprendre en main sa propre lame. Puis, utilisant la Salope comme bouclier, elle fit volte-face vers Ren.

— Myne !
— Myne !

Ren et Itsuki, suivis par Motoyasu, s’exclamèrent.

— Héros Épéiste ? Je suis certaine que vous l’avez compris, mais elle n’est pas morte. Je l’ai simplement endormie pour quelque temps.

Raphtalia gardait son épée pressée contre son otage en signe de menace.

— Pensez-vous pouvoir écouter tout ce que M. Naofumi a à dire ?
— Mais…
— Relâche-la tout de suite ! Sinon, tu seras en danger. Tu ferais mieux de rester loin de Naofumi !

Itsuki s’écria, mais Raphtalia le dévisagea froidement.

— Vous me dites cela alors que vous avez pris Filo en otage tout à l’heure ? Et Melty peu de temps après ? Vous croyez sincèrement cette piètre théorie basée sur un soi-disant Bouclier d’Endoctrinement ?
— Hmm…
— De plus, ne le voyez-vous donc pas ? M. Naofumi ne peut plus bouger.

La Salope étant désormais inconsciente, le rapport de force semblait s’être inversé. Je ne pouvais tout de même pas risquer de me rapprocher de Raphtalia.
La raison tenait en cette pluie de flèches et de magie ininterrompue qui s’abattait toujours sur moi.

— Arrêtez ça immédiatement !

Ren cria cet ordre aux soldats, mais ils firent mine de ne pas entendre.

— Veuillez arrêter ! Commandant, je vous en prie !
— Non ! Vous vous prétendez soldats de Melromarc ? Oh, mais oui ! Tu es l’un de ceux ayant combattu aux côtés du Démon Porte-Bouclier !

Le militaire qui avait interpellé son chef faisait partie de ceux qui m’avaient aidé durant la dernière vague.

— Subis donc ton châtiment !

Tout se produisit au ralenti.
Lentement mais sûrement, une épée fendit l’air droit sur le soldat qui avait parlé en ma faveur.
C’était exactement comme avec la plus jeune des princesses.
J’avais eu assez de chance pour parvenir à la sauver, mais, cette fois, j’étais trop loin. Je n’y parviendrais pas à temps.

— Arrêtez !

Ce commandant qui dirigeait sa lame contre l’un de ses subordonnés fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. Je ne pouvais plus contrôler mes émotions. J’avais le sentiment que j’allais exploser.
À ce moment précis, le petit outil que l’armurier m’avait donné, le couvercle qui s’insérait sur le joyau de mon bouclier, se fendit et tomba.

— Ouah !

Je ne comprenais pas ce qu’il venait d’arriver, mais j’étais conscient qu’une vaste quantité de lumière s’étendait autour de moi.
Que se passait-il ? Il y avait à présent un cercle de lumière centré sur moi, d’environ trois mètres de diamètre. C’était assez imposant.
Quoi ?
Les attaques qui me pleuvaient dessus ne réussissaient pas à pénétrer à travers. Les projectiles rebondissaient dessus en se brisant.

— Ouah !

Les étincelles et les ricochets s’abattirent sur Ren et les autres héros, ainsi que sur leur groupe respectif. Heureusement, tout cela évita soigneusement quiconque associé à mon propre groupe. Raphtalia, Filo, la princesse et les soldats furent épargnés.
Les éclats brisés, ces gros morceaux noircis, frappèrent tous les ennemis alentour. Ils se mirent ensuite à se consumer. Il y en avait tellement, dispersés de manière aléatoire, que personne ne put y échapper.
L’outil que le vieil homme m’avait donné s’était sans doute activé par rapport à mon bouclier. Les flammes noires suggéraient qu’il lui avait insufflé une contre-attaque basée sur le Bouclier du Courroux II. C’était la seule explication qui me venait à l’esprit.

— Qu’est-ce que…
— Ugh…

Ren et Itsuki souffraient tous deux des flammes. Le seul encore apte à se battre était Motoyasu, et il était toujours pris par son combat contre Filo.

— Hiya !
— Les amis !
— Bon sang ! Naofumi ! Ne t’enfuis pas !

Motoyasu avait compris que la situation n’était plus en sa faveur. Il s’éloigna de Filo.

— Que tout le monde se regroupe !
— D’accord ! Viens, Mel !
— D’accord !

Quelle heureuse tournure des événements. C’était le moment de s’échapper.
Cependant, Motoyasu était encore debout et prêt à en découdre. Comment se débarrasser de lui ?
Filo était toujours coincée sous sa forme humaine à cause de ces fers. Nous ne pouvions pas filer sur son dos. Et ce n’était pas exactement comme si Ren et Itsuki étaient complètement neutralisés. Ils avaient été brûlés par les flammes noires, mais ce n’était que des blessures superficielles.

— Relâche Myne !

Motoyasu balança une lance vers Raphtalia, qui se servait toujours d’elle comme bouclier.

— Je ne crois pas, non.
— M. Naofumi.

Je fus devant lui en un éclair, mais, juste avant que Raphtalia puisse répliquer et manœuvrer derrière moi, elle perdit sa prise sur la Salope.
Le regard de Motoyasu se posa immédiatement sur elle.
Elle avait constitué notre meilleur atout, et nous venions de le perdre.
Je tendis la main pour essayer de m’en emparer…

— Myne !

Toutefois, Motoyasu l’avait déjà récupérée dans ses bras.
Et merde. Elle était désormais hors de portée.br>Notre situation s’était progressivement détériorée depuis que nous avions croisé tous ces types. Nous ne pouvions plus laisser ce combat traîner davantage.
Honnêtement, si nous essayions, nous perdrions.
J’étais plongé dans mes pensées lorsque quelque chose roula à mes pieds.

Une bombe ? Je levai sur-le-champ mon bouclier pour bloquer le souffle, mais l’objet se contenta d’émettre un nuage de fumée dans un doux chuintement.

— Euh…
— Quoi ?

Toute la zone fut recouverte de fumée, et nous n’y voyions plus rien. Je fis un pas et devins incapable de reconnaître qui que ce soit.
Avec tant de monde dans un si petit espace, comment allions-nous distinguer alliés et ennemis ?

— Par ici, monsieur.
— Cette voix ! Héros Porte-Bouclier, suivez-la.

Mel m’interpella.

— Tu es sûre ?
— Oui, je le pense. Juste au cas où, dites à Raphtalia de se servir de sa magie d’illusion !
— Très bien !

Mel me guida et je courus derrière elle.

— Attendez ! Où est-ce que vous allez ?

Avant de m’enfuir, je criai à Ren :

— Ren, je suis certain que tu comprends ce qui se passe. Après avoir usé de toute cette force, est-ce que tu peux continuer de me qualifier de criminel ?
— …
— Je vais utiliser la magie d’air ! Que tous ceux qui le peuvent m’aident !
— Attends, Itsuki.
— Quoi ?
— On ferait mieux de…

Itsuki était sur le point d’employer une magie pour dissiper la fumée. Mais il semblait que Ren tentait de l’en empêcher.
Arriverions-nous à nous échapper ? Je l’ignorais, mais nous fonçâmes en suivant la voix.
Quand le nuage fut enfin dispersé, nous avions parcouru une bonne distance. Et, par précaution, Raphtalia avait invoqué sa magie là-bas. Ils nous regardaient toujours.
Ce qui signifiait…

— Monsieur, vous feriez mieux d’enfiler cette cape, si j’ose dire.

La mystérieuse voix s’exprima et me lança un morceau de tissu.

— On va y arriver ?
— Demeurons silencieux… et avançons lentement, si j’ose dire.

Mel prit la main de Filo et courut sans un bruit. Nous les suivîmes. Ce fut ainsi que nous parvînmes à échapper aux héros. Peu de temps après, le champ de force autour de moi s’évanouit. En fin de compte, il était évident que nous avions réussi à fuir uniquement grâce aux cadeaux du vieil homme.
Mais ce ne serait pas la dernière fois. Comment allions-nous pouvoir nous enfuir lors de notre prochaine rencontre ? Ces héros n’étaient pas stupides. Ils allaient apprendre de ce combat et concevoir un nouveau plan.
Pourtant, Ren avait semblé commencer à suspecter que les apparences étaient peut-être trompeuses. Je devais m’accrocher à cet espoir.
Quoi qu’il en soit, ce n’était pas l’heure de se creuser trop la tête sur ces sujets-là. Il fallait que je me concentre sur une seule chose : courir.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Laisser un commentaire