KissWood

I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 10

Chapitre 10 : Demander À Un Autre Meurtrier.

Si une personne normale recevait un [Pouvoir] juste parce qu’elle a été transférée dans un monde différent…

Que se passerait-il si une personne anormale était envoyée dans un monde différent ?

Morto Hai avait pu acquérir des informations sur “Le plus fort du monde” grâce aux rumeurs que les gens du monde du crime-organisé lui avaient racontées.

Un meurtrier qui collectionnait les cœurs d’hommes malfaisants, comme quelqu’un ayant atteint le nirvana du mal.

Le nom de cette personne était Menticide.

Il n’avait pas de vrai nom.

Personne ne savait d’où il venait, ni comment il était apparu.

Mais tous ceux qui avaient touché au côté obscur du monde ont dit ceci :

Si vous voulez vraiment la personne la plus forte de l’humanité, c’est cet homme que vous devez chercher.

Morto avait partagé une telle information avec Necro, et il avait réussi à l’invoquer après plusieurs essais.

Mais la première impression qu’elle a eue de lui n’a pas répondu à ses attentes.

Menticide n’était pas un psychopathe froid et cruel. C’était un idiot qui faisait tout ce qu’il voulait.

Dire qu’il lirait un dictionnaire à un moment pareil.

Est-ce qu’il faisait ça par fierté ? Ce n’était vraiment pas le moment pour ça…

Il restait deux jours avant le début du tournoi de sélection.

En ce moment même, Morto Hai rendait visite à un autre grand démon du monde criminel, l’une des pires meurtrières de l’histoire, Kirisaki Hatsume.

La jeune fille se coupait les ongles dans la deuxième pièce de confinement. Elle a senti une présence près d’elle, mais n’a rien fait et a continué de se couper les ongles tout en fredonnant.

Elle avait une belle chevelure coupée à la hime.*

L’uniforme de marin qu’elle portait accentuait ses courbes, et ses bas noirs renforçaient encore sa beauté.

Selon ses propres dires, elle était étudiante à plein temps.

Lorsque Morto lui a posé une question, Kirisaki a répondu paresseusement sans même prendre la peine de se retourner.

« Le plus fort meurtriiiiier du monde ? »

« Oui. Je me demandais si vous le connaissiez. »

« Ha ? »

Kirisaki a légèrement écarquillé les yeux, et a levé les bras.

« Si je le connais ? Je fais partie de son église ! Quoi, tu trouves ça drôle ? Tu me prends de haut ? »

Il était si célèbre que ça ? Il semblerait que les seuls à ignorer son existence étaient les gens du peuple.

« Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi es-tu si curieuse à propos du ” Seigneur Menticide ” ? »

Les yeux de Kirisaki ont commencé à briller.

Dire qu’une fille à l’air si innocent puisse être une meurtrière qui traquait et tuait des lycéennes…

Elle ne l’aurait pas cru si cette fille n’avait pas essayé de la tuer dès leur rencontre.

« Membre de l’église… ? »

Kirisaki a semblé se sentir offensée par le fait que Morto posait la même question encore et encore, et elle a plissé les yeux.

« Parce que c’est un Dieu ! Tu ne le savais pas ? »

« Un dieu ? »

Le titre était trop fort pour un simple meurtrier.

« Qu’est-ce que tu en sais ? Quelle salope inutile. »

« Ne m’appelez pas comme ça. »

D’un côté on l’appelle “idiote de Sainte”, et de l’autre “salope”.

Pourquoi ces gens aimaient-ils tant donner des surnoms ?

« Hah ? Eh bien, très bien. Je suppose que tu ne le savais peut-être pas. Ahaha ! Désolé, désolé. »

Elle disait n’importe quoi.

Kirisaki s’était remise à travailler sur ses ongles. Bien sûr, ce n’étaient pas” ses” ongles à proprement parler, mais plutôt ceux de ses victimes.

Tekko kagi* (手甲鉤).Le gant de ninja qui protégeait sa main était recouvert d’ongles.

Chaque ongle qui était décoré d’une manucure donnait l’impression que le gant était recouvert d’écailles.

Ces ongles étaient ses “trophées”.

« Mlle Kirisaki. »

Morto avait soigneusement ouvert la bouche pour poser une question.

« Savez-vous pourquoi Menticide est surnommé “le plus fort du monde” ? »

Une information sur laquelle les gens normaux ne pouvaient pas mettre la main. Morto espérait que Kirisaki, qui était une meurtrière comme Menticide, connaîtrait cette information.

Kirisaki ne quittait pas des yeux son tekko kagi pendant qu’elle parlait.

« “Seigneur” Menticide. N’oublie pas la partie “seigneur”. De toute façon, pourquoi tu demandes ça ? Aha ! J’ai compris. Tu penses à l’invoquer, n’est-ce pas ? Tu devrais abandonner. Tu vas le regretter, tu sais ? »

Elle parlait avec désinvolture, mais Morto ne l’a pas laissé passer.

La fille en face d’elle était quelqu’un qui avait tué soixante-trois étudiantes et huit officiers armés. Avoir quelqu’un comme ça qui disait “ne le fais pas” n’était définitivement pas normal.

« Nous faisons des recherches avant de l’invoquer réellement. La décision n’a pas encore été prise. »

C’était un mensonge, bien sûr.

« Heeh. »

Kirisaki a arrêté ce qu’elle faisait, et a fixé Morto avec des yeux de serpent.

« Si vous ne voulez pas que votre nation entière disparaisse, vous devriez abandonner immédiatement. »

Morto n’avait jamais entendu une voix aussi froide et sérieuse que celle-ci sortir de Kirisaki auparavant.

« Ce n’est pas quelqu’un que vous pouvez contrôler. Il n’est pas “humain”. Il est plus proche d’un monstre de la mythologie. »

Quelqu’un que même une meurtrière qualifiait de monstre…

Bien sûr, elle lui accordait quelques points pour avoir été capable de détruire son cœur en un seul coup, mais il y en avait beaucoup dans ce monde qui pouvaient déjà le faire.

Et si elle s’était protégée avec du mana au départ, il n’aurait même pas été capable de faire ça.

« C’est tout ? Il doit être plutôt doué au tir. Ou peut-être qu’il est plutôt doué avec un couteau ? »

« Ahahahaha ! »

Kirisaki a laissé échapper un rire incontrôlable.

« Comme c’est drôle ! Qu’est-ce que tu racontes ? Tu es folle ? Tu penses qu’il serait le plus fort juste parce qu’il est doué avec un pistolet ou un couteau ? Sérieusement, tu n’es pas bien dans ta tête ? »

« … On ne l’appelle pas le plus fort parce qu’il est fort ? »

« Non, bon, il est fort, mais tu ne penses pas qu’il faut avoir de grands succès à son actif pour un tel titre ? Quand les gens jugent quelqu’un, ils regardent ses actes passés, n’est-ce pas ? »

Étonnamment, elle a dit quelque chose d’assez logique pour une fois.

« Alors, qu’est-ce qu’il a fait au juste… ? »

Kirisaki a posé son menton sur ses mains et a souri.

« Tu veux savoir ce qu’il a fait ? Je ne peux pas te le dire gratuitement. »

« … Que voulez-vous ? »

« Un doigt. »

La réponse a été immédiate.

« Pas un ongle ? »

« Aha~ tu me prends de haut là. »

Kirisaki a regardé Morto avec des yeux moqueurs.

« Hé, salope, n’essaie pas de m’embobiner. Je sais déjà que ça te laisse indifférente quand il s’agit seulement d’ongles. »

C’était un prix assez élevé pour quelques informations. Mais si Morto essayait de faire du troc, ça serait immédiatement refusé.

C’est comme ça que Kirisaki était, après tout.

« … Je comprends. Mais pas maintenant. Après le tournoi de sélection, je vous le donnerai à ce moment-là. »

Kirisaki a souri.

« Comme je le pensais. Tu donnes un doigt aux gens comme si ce n’était rien pour toi. Si c’était moi, j’aurais demandé combien il m’en fallait ? »

Morto n’a pas compris les mots de Kirisaki. De toute évidence, la quantité de doigts serait…

« Dix, non ? »

« Comme je le pensais… tu es fauchée, petite salope. C’est triste, ahahahaha ! Comme c’est drôle ! »

Cette personne ne savait rien. Elle ne savait rien, mais agissait comme si elle savait tout.

Cela agaçait Morto.

« Bien, je vais te le dire. »

Kirisaki s’est redressée.

« Menticide. Le pire tueur de l’humanité. Monstre sans cœur. Nom inconnu. Âge inconnu. Sexe inconnu. Nationalité inconnue. Personne n’est sûr qu’il soit humain. Toutes les tentatives de le traquer par l’ADN ont échoué. Le record officiel de ses victimes est de 96 732 personnes. C’est seulement parce qu’ils n’ont pas trouvé de cadavres pour les autres victimes. Le vrai record serait de 129 683 personnes. Incroyable, non ? Il a réussi à en tuer autant à lui tout seul. »

« Cent vingt-neuf mille… ? »

Elle aurait pensé que c’était un mensonge il y a encore cinq ans.

Mais ce n’était pas le cas cette fois-ci. Ce nombre n’était pas grand-chose dans un monde comme celui-ci.

C’était beaucoup de monde, certes, mais Morto avait vu plus de gens mourir au front.

Il était courant pour un sorcier de tuer des dizaines de milliers de personnes à la fois.

« Donc il est le plus fort parce qu’il a tué beaucoup de gens ? »

Kirisaki a haussé les épaules.

« Bah…, ça ne peut pas être que ça, non ? De nos jours, les meurtriers sont classés non pas en fonction du nombre, mais de la qualité. Tu ne peux même plus te vanter avec des chiffres. »

Se vanter ? En tuant des gens ?

Qu’est-ce qu’il y avait dans la tête de ces idiots ? Ne comprenaient-ils pas combien il était difficile de sauver une vie ? Ne comprenaient-ils pas la valeur de la vie d’un être humain ?

« Eh bien, la raison est simple. Le seigneur Menticide a simplement fait des choses que personne ne croyait possible. »

Parce qu’il avait fait des choses qui n’étaient pas humainement possibles, il était le plus fort.

Du moins, c’est comme ça que la logique fonctionnait.

« Penses-y. Est-il possible de détruire un cartel de la drogue en entier, tout seul ? Sans aucune aide ? »

 L’ennemi était une immense association de gangs armés d’armes lourdes.

Il suffisait de toucher à un membre de ce gang pour que sa propre famille soit tuée. 

S’ils prenaient quelqu’un en otage, personne ne pourrait rien faire. 

« Bien… Si vous n’avez pas la conviction de pouvoir protéger ceux qui vous entourent, alors… »

Tout le monde avait des relations. Surtout ceux qui cherchaient à appliquer la justice.

Il était impossible de détruire le mal tout en protégeant chaque personne dans le monde. Peu importe à quel point on essayait de se cacher, des mèches de cheveux ou des gouttes de sang resteraient toujours sur les lieux.

Le mal parviendrait toujours à en tirer profit.

« C’est vrai. Mais le Seigneur Menticide l’a fait. Il a détruit quarante-huit gangs à lui tout seul. »

« Comment… ? »

« C’est simple. Il n’a pas du tout pensé aux otages. Les relations qu’il avait au départ étaient minimes, mais… une fois, un groupe de mafieux a pris en otage une école maternelle et a menacé le seigneur Menticide. Ils lui ont dit que les enfants allaient mourir si Menticide ne cédait pas. Sais-tu ce qui s’est passé ? »

« Est-ce que ça pourrait être… »

« Ouaip, c’est exactement ce qui s’est passé. Il a tranché le cou du chef de la mafia pendant que chacun des enfants était exécuté. »

Il ne se souciait pas des otages. C’était un héros qui détruisait les organisations maléfiques, mais il n’avait aucun égard pour la vie des innocents.

Ses actions étaient contradictoires.

« Peux-tu le croire ? Il n’est pas humain. C’est un “Dieu-Démon”. »

Morto a essayé de ne pas montrer de changement d’expression.

« Il était déjà le plus fort avant de venir dans ce monde ! Si quelqu’un comme lui venait dans ce monde, s’il parvenait à apprendre cette “magie” qui est la tienne, il se pourrait se passer quelque chose de très très effrayant ! Je peux te le parier ! »

Morto, à ce moment-là, pensait “oh non” d’un côté, tout en se disant “ça n’a pas vraiment d’importance, n’est-ce pas ?”.

Après tout, la magie n’était pas quelque chose que tout le monde pouvait utiliser.

« Je vais rapporter ce que vous avez dit au premier ministre. Mais d’après ce que j’ai entendu dire, il s’est rendu à la police… ? »

« Correct. »

« La raison étant… ? »

« Quelque chose à propos de la vie qui n’est pas amusante ? »

J’avais l’impression qu’il y avait une histoire plus profonde que ça, mais la conversation n’a pas continué.

« C’est barbant. Arrêtons là. »

Kirisaki a souri de façon enchanteresse, et a levé un de ses bras.

 Kii-, kiriririri ! 

Son index est devenu argenté, et a commencé à s’allonger. Il est devenu plus fin, et s’est transformé en une lame.

« Maintenant, à mon tour de poser des questions. »

Kirisaki pointa son doigt tranchant vers le cou blanc de Morto.

« La personne qui a été invoquée cette fois. Qui est-ce ? »

« Je ne peux pas le dire. »

Il semblait qu’elle n’avait aucune idée que la personne invoquée pouvait être Menticide.

« C’est vrai ? »

Le doigt s’est déplacé latéralement, et a créé une minuscule ligne rouge sur le cou de Morto.

Cette ligne a immédiatement disparu grâce à la capacité de régénération de Morto.

« Je le saurai plus tard de toute façon, alors autant me le dire maintenant. Après tout, tu as déjà parlé à tout le monde de mon [Pouvoir]. »

« C’est quelque chose que vous m’avez demandé de faire, pourtant ? Vous m’avez dit de divulguer cette information. »

Kirisaki a éloigné son doigt après avoir écouté la voix sans crainte de Morto.

« C’est pour ça que les gens qui ont une ferme conviction sont si effrayants. Ils n’ont pas peur, même quand on leur met une lame sur le cou. Maintenant, pars. Tu as fini ici, n’est-ce pas ? Tu sais tout ce que tu as besoin de savoir de toute façon. »

« Merci d’avoir partagé votre temps avec moi. »

La personne en face de Morto était essentiellement une criminelle. Malgré cela, Morto a agi avec courtoisie envers elle.

La jeune meurtrière a regardé la Sainte sortir de la pièce, et a souri amèrement.

Elle se plaignait à elle-même que… si Dieu existait vraiment, il serait mieux pour lui de montrer de la pitié aux gens.


(*Coupe hime = coiffure longue, structurée et droite qui présente trois variations de longueur. La longueur la plus courte est constituée d’une frange droite conçue pour tomber juste au-dessus des cils, tandis que les longueurs sur les côtés se terminent à la hauteur de la mâchoire. Le reste de la chevelure est la longueur la plus longue et tombe généralement bien en dessous du niveau des épaules.)

(*Le tekko-kagi = arme ninja composée de quatre griffes en fer rattachées à un anneau métallique , en gros ça ressemble un peu à une patte d’ours ou aux griffes de Wolverine.)




 Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant 

1 thought on “I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 10

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :