KissWood

Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 256

256 – J’ai ramené un homme à la maison donc laisse le rester < C’est quoi ce bor*** !?

Les deux chapitres d’aujourd’hui ne seront pas non plus relu vu que je les ai traduits aujourd’hui

Ces jours-ci, je souhaite rentrer chez moi aussi tôt que possible. Non vraiment, il est normal qu’une fille de classe moyenne comme moi soit vraiment mauvaise pour gérer les bâta*** qui te foudroient du regard comme s’ils voulaient te tuer. Vous voyez, du point de vue d’un bon citoyen, même un ‘délinquant’ est une existence gênante, pas vrai ? Normalement, on essaie de les éviter, n’est-ce pas ? Donc il est tout naturel que j’essaie de rentrer chez moi.

« Tu vas juste partir, hein !? »

Ack !? Comment sait-il ?

Ugh. Écoute, mes compétences en communications sont faibles, okay. Je suis mauvaise pour gérer les personnes intenses dans ton genre, okay. Je parle de ceux ressemblant à des ‘délinquants’ et ce genre de chose; eh bien, je n’ai pas vraiment eu souvent affaire avec eux. Jusqu’à présent, j’ai principalement été entourée par des personnes calmes, pour cette raison, ils peuvent généralement comprendre lorsque je parle très peu, ainsi, j’ai été capable de me débrouiller, cependant, avec CE mec, ce n’est vraiment pas bon. Vraiment, il me fonce juste dessus sans prêter la moindre attention à mon problème.

« Hey, sérieusement, que veux-tu ? »

Vous voyez, c’est comme ça à chaque fois. Lorsque je discute avec le Roi-Démon, par exemple, je peux juste parler normalement, mais elle est l’exception qui confirme la règle. La fille vampire ne veux pas vraiment me parler en premier lieu. Quant à Argnar et les personnes du même genre, ils attendent patiemment que je commence à m’exprimer. Cependant, CE mec me force toujours en mode ‘parle tout de suite, allez, dépêche toi de parler’.

Umm, que suis-je venue demander, déjà ?

« Hey, nous sommes occupés, nous, okay. Dépêche-toi de déclarer la raison de ta venue. »

Voilà ! Ne me brusque pas !

« Oni, profiteur, OK ? »

Tu vois ! Si tu me pousse à parler alors je n’arriverais à dire qu’une suite de mots cryptiques !

« Huh ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

C’est de ta faute, de ta faute ! S’il te plaît, laisse moi parler à mon propre rythme !

« Blow, tu encombre Shiro-san et l’ennuie. En premier lieu, elle n’est pas venue ici pour toi, mais pour moi, n’est-ce pas ?

– Uh, non, c’est ..

-Recule, okay. Shiro-san, je suis désolé pour mon frère.

– Si tu le dis, aniki. »

Bien, Balto, Le Roi-Démon ne te surcharge pas pour rien. Tu es vraiment un mec sympathique capable de lire l’atmosphère.

« Eh bien, dans ce cas, permettez-moi d’entendre à nouveau votre requête. »

Umm, attendez un moment. Oni ne fait pas vraiment de sens alors je devrais le remplacer par homme ? Donc abriter, ou plutôt, ramasser un homme ? Il est abattu donc je souhaiterais le laisser récupérer un moment. Yup.

« J’ai ramassé un homme. J’aimerais l’installer au manoir. »

Ka-thump ! Alors que ce son résonnait, le voyou hurla bruyamment. Que fait ce type ?

« C-C’est quoi ce bordel !? »

Huh, qu’est-ce que c’est que cette intonation hésitante ? Je te renvoie la pareille, ‘c’est quoi ce bordel ?’.

« Shiro-san. Mon manoir n’est pas un lieu de rencontre cependant. S’il n’y en a qu’un alors j’essayerais de l’ignorer, mais s’il vous plaît, gardez ce nombre au minimum. »

Hm? Hmm? HMM!?

V-Vous avez tort ! Je ne voulais pas dire ça ! Yikes ! Maintenant je comprend pourquoi le voyou à crié ! Les mots que j’ai prononcé pouvait aussi être interprété ainsi, huh !

« Erroné. »

Si je ne prend pas la peine de me corriger, mon honneur en souffrira. Bien que les autres pourraient se contenter de ricaner et m’ignorer lorsque je le dénierai, je déteste être considérée ainsi.

« C’est vrai. C’est simplement une personne qui me ressemble, alors, s’il vous plaît, ne pensez pas à moi comme une femme bon marché. »

J’ai l’impression d’avoir entendu d’une manière ou d’une autre ‘Cher servante, il y a un dieu inactif juste ici. S’il vous plaît, emmenez la immédiatement.’ mais ce n’est sûrement que mon imagination.

« T-T-Tu e-e-est en couple !? »

Pars, ferme là, meurs ! Ma langue a juste glissé.

« C’est un vieil ami. Il pourrait être utile lors de la guerre »

J’ai plaidé que nous n’avons pas une telle relation puis j’ai sous entendu de potentiels gains. Ainsi, même en mettant de côté le délinquant, je devrais au moins pouvoir faire accepter Balto ! Je ne sais pas quelle sera son utilité réelle cependant.

« Ahh, c’est donc ça. Dans ce cas, il n’y a aucun problème. Au passage, à suel point sera-t-il utile, selon vous ? »

Là, vous voyez. Un homme raisonnable est vraiment différent, après tout. Totalement différent de cet idiot toujours tremblant de vaurien.

« Considérablement.

– Si c’est vrai alors c’est véritablement prometteur. »

Balto montra une expression tendue un instant mais je vais prétendre ne pas l’avoir vu. Balto assiste aussi le Roi-Démon uniquement par pure terreur, donc, tout comme Argnar, on ne peut pas lui faire pleinement confiance. S’il pense que notre pouvoir s’est affaibli, il deviendrai hostile sans la moindre hésitation. Et même actuellement, il reste opposé à renforcer l’armée du Roi-Démon.

Eh bien, son inquiétude est à côté de la plaque, cependant. Oni-kun n’a même pas rencontré le Roi-Démon une seule fois, de toute façon. De plus, je ne sais même pas encore son opinion à ce sujet, c’est donc à lui de choisir quoi faire ensuite. Qu’il souhaite ou non aider nos efforts de guerre, c’est à l’heure actuelle quelque chose de théorique. Je n’ai aucune intention de le forcer. Toutefois, s’il décide par lui-même de s’opposer à moi alors je ne lui montrerai aucune pitié.

« Je contacterais moi-même la manoir. Je suis sûr que nombre de chambres sont disponibles.

-Merci »

Lorsque je le remercia, il montra une expression surprise. Je suis au moins capable de montrer de la gratitude, tu sais.

J’ai obtenu la permission de Balto, donc il ne me reste plus rien à faire ici. Je disparus avant que le voyou puisse récupérer de son choc.

*************************

« Blow.

– Uwah !? Aniki, où est-elle passée ?

– Elle est partie il y a un moment déjà.

– J-Je vois.

– D’après ce que j’ai vu, il ne semble pas être son petit ami.

– Eh bien, ce n’est pas comme si cela intéressait particulièrement !

– Blow, je ne peux pas vraiment la recommander, mais que trouves-tu de bien chez elle.

– D-De quoi parles-tu ?

-Sigh. De penser que mon petit frère, qui n’a auparavant jamais été intéressé par la romance serait finalement attiré par quelqu’un de si incroyablement difficile.

– Tu as tort ! C’est juste que, chaque fois que je la vois, mon cœur bat soudainement si intensément.

– Sigh. »

Commentaire de l’Auteur :

L’effet du pont suspendu : C’est le fait de rencontrer un membre du sexe opposé lors d’un moment d’anxiété ou de peur et de prendre ces sentiments pour de l’amour. Particulièrement lorsque ladite anxiété ou peur provoque d’intenses battements de cœur, que l’on prend pour un effet de l’amour.

Note du Traducteur anglais :

C’est un titre intéressant, j’espère qu’il fait plus de sens après avoir lu le chapitre. Basiquement, le “<” indique que ce qui suit est une réaction au reste de la phrase.

Il est difficile de garder la distinction en anglais mais il y a une grosse différence entre la manière dont Blow et Balto parle. Balto est doux et poli tandis que Blow ressemble plus à un yakuza dans sa manière de parler. Il se réfère aussi à Balto en utilisant ‘aniki’, qui est une version plus grossière de dire ‘onii-san’. Lorsque les deux frères sont seuls, Balto parle plus normalement.

‘Abrité, ou plutôt ramassé un homme’ – dans l’original, le mot utilisé par Shiro à la place de ‘ramasser’ est plus générique et peut-être utilisé pour dire ‘prendre soin de’, bien qu’en général, on l’utilise pour ‘ramasser’ dans le sens ‘ramasser une pierre’.

Lorsque Shiro dit ‘Cher servante, il y a un dieu inactif juste ici’, elle faisait probablement référence à D (que l’on a vu pour la dernière fois en train d’être emportée par une servante).

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :