KissWood

Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 261


Et voilà pour le chapitre de la semaine dernière qui est d’ailleurs un chapitre ‘principal’, cela faisait longtemps. Je me demande si beaucoup de gens seront étonnés par la décision de s’excuser de Shiro ?


La liqueur est le meilleur des remèdes

A mon réveil, j’étais allongée sur un lit du manoir. Une chose vraiment étrange. Après tout, je suis sûre, hier, de m’être enfermée avec quelques encas à grignoter et un peu d’alcool dans une dimension alternative que j’avais crée. Peut-être me suis-je enivrée sans m’en rendre compte avant de revenir ici pour y dormir ?

C’est un problème que j’oublie tout ce qui arrive lorsque je suis ivre mais passons. Je pourrais rapidement éliminer l’alcool présent dans mon organisme si je le désirais vraiment, mais si je le faisais, y aurait-il même un intérêt à boire ? Sans éthanol, une boisson alcoolisé n’en est plus une ! Enfin, si nécessaire, je peux toujours télécharger les souvenirs des clones que j’ai répandu un peu partout, aucun problème. Je vais juste le remettre à plus tard. Franchement, si vous étiez à ma place, n’auriez-vous pas vous aussi peur d’apprendre ce que vous avez fait alors que vous étiez ivre mort ?

Je secoue la tête, en plein déni, après quoi je vérifie s’il y a le moindre problème avec ma condition physique. Boire ne peut plus me donner de gueule de bois, ce n’est donc qu’une simple précaution en cas d’évènement malheureux. Yep, je suis, aujourd’hui encore, en parfait état. Je m’aperçois par ailleurs que ma peau est doté d’une lueur saine, pour une raison qui m’est inconnue. Ouais, l’alcool semble effectivement être bon pour la santé.

Je quitte ma chambre afin de prendre mon déjeuner, me dirigeant pour cela vers le réfectoire. Les deux autres réincarnés y sont déjà attablés.

« Bon matin.

– B-Bon matin. »

Mon arrivé est poliment salué par Oni-kun et, bien que la vampire l’imite, son visage me parait quelque peu raide. Elle a déjà fait preuve d’un comportement similaire à l’occasion lors de notre voyage, ce qui me donne l’impression qu’en fin de compte, la jeune suceuse de sang n’est vraiment pas du matin.

« Mm. »

Je suppose que si tel est le cas, il vaudrait mieux parler le moins possible, voilà pourquoi je leur offre une courte réponse. Ce après quoi je m’assois au côté de la vampire. En réponse, celle-ci se redresse aussi droite qu’un piquet, je ne sais trop pourquoi.

« Umm. »

Hm ?

« Vis-à-vis des évènements d’hier, je pense qu’il serait mieux d’y mettre fin une bonne fois pour toute. »

Le ton de mon interlocuteur à corne est empli de reproche. Hmm ? Hier ? J’ai fais quelque chose hier ?

Je dirige alors mon regard vers la fille aux longues canines. Enfin, bien que je dise cela, mes yeux étant constamment fermés, il n’y a pas vraiment de contact visuel entre nous. Celle vers qui est dirigé mon regard fixe le kijin comme si elle venait d’être témoin d’une chose inconcevable. Eh ? Qu’est-ce que c’est que tout cela ? Que s’est-il vraiment passé hier ?

« Sophia-san s’y est opposée à l’époque et je considère comme mal de forcer quelqu’un ayant déjà exprimé son refus. Bien que vous étiez ivre, je considère que, même dans cet état, certaines choses sont acceptables et d’autres ne le sont pas. »

Ivre.

Requête d’urgence adressée à tous les clones stationnés au sein du manoir. Téléchargement de tout souvenir lié aux actions du corps principal alors qu’il était ivre !

Les clones discrètement répartis dans l’ensemble du manoir me transmettent leurs souvenirs. Je les parcours ensuite un par un, remplissant ainsi les blancs laissés par l’oni par toute information pertinente.

Bwah !? Qu’est-ce que c’est que ce bordel !?

Oi ! Oi, le moi d’hier ! Qu’est-ce que tu fais !? Ce n’était pas d’une simple ivrogne agressive dont j’ai été témoin. Mes clones m’ont fourni un aperçu d’une chose bien plus terrifiante !

Sérieusement. Nai wa. Complétement nai wa. Après avoir observé de façon objective mon comportement sous l’effet de l’alcool, je suis comme un disque rayé qui ne peut que penser nai wa.

J’ai bondi sur la jeune fille avant de figer Oni-kun en me servant de mon Œil Démoniaque de Stase lorsqu’il a cherché à intervenir. J’ai agi selon mes caprices. Mais, plus important encore, en faisant de mon mieux, je suis donc capable de parler avec une telle aisance ! Ah, oui. C’est vrai que ce n’est pas vraiment le moment d’avoir la tête dans les nuages. Que devrais-je faire ?

Je me tourne vers ma victime. Elle essaye subtilement de m’éviter sans pour autant se lever de la table. Ahh, c’est vrai.

« Je suis désolée. »

En effet, c’est la réaction à avoir.

Umm, jeune fille, pourquoi donc ton visage tremble-t-il ainsi d’incrédulité ? Lorsque l’on fait quelque chose de mal, c’est la moindre des choses que de s’excuser, tu sais ? Je ne vais plus toucher à l’alcool pendant un bon moment. Si je dois boire, ce ne sera qu’en compagnie de D. Hm, non, c’est tout aussi effrayant à sa façon. Jusqu’à ce que la situation ne change, je vais devoir m’abstenir. Ugh, bien que ce soit douloureux, je n’ai pas vraiment d’autre choix.

Mon regard se tourne ensuite vers la troisième personne à table, qui lui présente une expression soulagé. Il est tout à fait possible qu’il se soit préparé à mourir dès la fin de sa réprimande. Eh bien, je ne peux pas le blâmer de penser que je ne l’écouterait pas après avoir vu CETTE SCÈNE le jour précédent. L’alcool est un sacré piège, huh. Effrayant.

« Goshujin-sama… êtes-vous vraiment la véritable goshujin-sama ? »

La jeune vampire a commencé à s’aventurer sur un terrain assez étrange. J’ai bien envie de lui répondre en lui demandant ce qu’elle ferait si je n’étais pas vraiment moi.

« Avez-vous une fièvre ou quelque chose d’autre dans le même genre ? A moins que vous n’ayez mangé quelque chose d’étrange ? Ah, je sais, vous devez finalement avoir perdu les pédales ? »

Oi, hey. Comment diable me vois-tu ? C’est vraiment déprimant, je décide donc de la réduire au silence d’un coup du tranchant de la main.

« Oww !? N’êtes-vous pas vraiment méchante ? Je m’inquiétais seulement pour vous, n’est-ce pas une réaction bien trop cruelle !?

– Non, à l’instant, la méchante dans l’histoire, c’était toi, Sophia, du moins de mon point de vue. »

Le kijin adresse une réplique calme après avoir entendu ses protestations. Hmm, hmm. Une simple excuse a suffit pour rendre bruyante et déraisonnable la situation dans laquelle je me trouve. Je peux tenir une conversation convenable, contrairement à un certain Dieu Maléfique. Je ne suis pas D, fillette ! Pas D !

« Mais, est-ce vraiment goshujin-sama ? La même goshujin-sama que l’on pourrait considérer comme l’horreur incarné ? La même qui s’adonne au meurtre de masse et qui dévore la chair des gens, celle dont le comportement me pousse à me demander si elle n’est pas un démon né des enfers ? »

Il semble que la suceuse de sang me voit comme un Grand Roi Démon tout droit tiré d’un jeu vidéo. Eh ? Est-ce vraiment à ce point ? Me voit-elle vraiment sous un aussi mauvais jour ? »

Ahh, uhh. En y repensant, je suis la raison pour laquelle sa ville natale à été détruite, ayant servi de prétexte à une guerre durant laquelle je me suis par ailleurs déchainé et, maintenant qu’elle le mentionne, je pense bien m’être faite une fricassée de chair elfique dès notre rencontre. D’ailleurs, même en mettant tout cela de côté, le fait qu’elle ait déjà prise une expression similaire en me saluant le matin signifie que ce ne devait pas être ma première infraction. Si tel est vraiment le cas, ce serait cohérent. Bien trop cohérent. Oh non ! Cela veut-il dire que, dans son esprit, je suis un véritable monstre dévorant sa chair nuit après nuit !? Et comme elle n’a pas exactement tort, je ne peux en plus rien y répondre !

« Hey, n’exagères-tu pas un peu trop ?

– Mais pourtant, je n’ai fait que dire la vérité.

– Eh ? »

Les yeux empreints de choc du réincarné cornu se tourne alors dans ma direction. Arrête ! Ne me regarde pas ainsi ! Inconsciemment, je détourne le regard afin d’éviter le sien.


D « Je viens de recevoir un signal m’informant qu’une certaine araignée me dénigre, je dois donc m’assurer personnellement de la punir »

Meido « Pensiez-vous que je vous laisseriez partir ? Mettez-vous au travail, je vous en prie. »


Note du Traducteur Anglais :

– ‘Je ne suis pas D, fillette ! Pas D !’ fait probablement référence à la célèbre ligne de Gundam ‘This is no Zaku, boy! No Zaku !’, ce qui pourrait grossièrement se traduire par ‘Ce n’est pas un Zaku, gamin ! Pas un Zaku !’


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

1 thought on “Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 261

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :