KissWood

La Tour Des Mondes – Chapitre 1

Un changement mondial.

Au milieu des océans, loin des terres et des hommes, un jour, elle est apparue. Défiant les flots, cette tour se tenait droite, inébranlable et intouchable. Elle est apparue comme une énigme et en restera une pour tous.

Au début, elle fut affublée d’un seul nom portant des milliers de significations alors que tous les satellites du monde étaient braqués sur elle : une anomalie. Du jour au lendemain, ce qui n’était que quelques pixels sur l’écran des radars était devenu le centre du monde.

La première image à traverser le monde provint d’un porte-conteneurs passant à plusieurs kilomètres de là. Pour la masse humaine, ce n’était qu’une étrangeté de plus, une photo retouchée sans signification ne montrant probablement qu’un phare ou un building mal cadré et repeint en noir. Personne ne s’intéressa à cette image.

Pour les armées, elle portait encore le nom d’anomalie alors qu’ils prenaient la mer à la recherche d’une réponse à ce qui ne pouvait être qu’alien à notre monde. Ils furent les premiers à l’atteindre, mais ne purent la toucher. Une mystérieuse barrière l’enveloppant complètement refusant à tous, vivant ou non, l’accès.

Les reporters attirés par les secrets suivirent ensuite les militaires, embarquant dans les navires à la recherche d’une réponse à l’agitation. C’est à ce moment qu’une première vidéo a été diffusée sur laquelle une tour noire sans fin monte jusqu’aux cieux tandis que des hélicoptères et des navires de guerre tournent autour d’elle.

À travers le monde, les yeux se braquèrent tous sur elle, sur ce qui fut nommé « la Tour » : un édifice de 1618 mètres de rayon et de plusieurs dizaines de kilomètres de haut, dépassant la troposphère terrestre. Avec son apparition, elle est devenue l’édifice le plus grand sur Terre et surpasse tout ce dont le génie des hommes est capable.
Les analyses des scientifiques étaient claires, la tour ne dégageait aucune chaleur, aucune onde, et rien ne permettait de dire qu’une forme de vie se trouvait bien à l’intérieur, humaine ou non.

À partir de là, alors que tous attendaient une réponse ou même un signe venant de la tour, il n’y eut rien. La tour ne changea pas, mais le monde lui, oui.
Les théories scientifiques, philosophiques ou religieuses se répandirent à la surface de la Terre comme un raz-de-marée dont les flots ne tarissaient jamais. Pendant six mois, le monde gravita autour de la tour. Les paroles se sont ensuite faites plus rares pour finir par se tarir. Pour la plupart, la nouveauté est passée de mode et les pensées sont retournées vers des choses plus simples et plus banales. L’humanité connaissait son existence, mais son existence n’apportait rien à l’humanité.

Un jour, alors que son image sombrait dans les inconscients, elle envoya un message à tous.

J’étais alors trop jeune pour comprendre ce que j’entendais dans ma tête. « Défi », « destination », « abandonner la terre ». Tout cela était bien trop abstrait pour moi qui, à l’époque, n’était qu’un enfant.
Plus tard, je l’ai compris : un voyage sans retour vers l’inconnu. C’était cela que proposait la tour à ceux qui entreraient. Le plus étrange pour moi fut l’espèce de rituel pour entrer dans la tour.

« En fermant les yeux, pense à la tour des mondes, c’est de cette façon qu’une clé y apparaîtra. Ensuite, en dormant avec la clé dans la main, tu te retrouveras devant moi. »

Les consignes sont plutôt simples, pas vrai ? Trop simple, même.

Tous les humains ont entendu ce message et suite à cela, le monde est devenu fou. Les gouvernements ont tous sans exception recommandé de ne pas suivre cette consigne, mais pour les plus téméraire, ce n’était rien de plus qu’un défi à relever. Pour la majorité, c’était juste un jeu de faire apparaître des clés à la chaîne et il y a eu de nombreuses expériences scientifiques pour comprendre le phénomène. Chaque clé semblait cependant sortir du néant d’une façon tout aussi inexplicable que ce que la tour avait fait jusque-là.

Pour ce qui est des plus téméraires, ceux qui ont décidé d’entrer dans la tour, la plupart sont revenus assez vite en disparaissant subitement dans leur sommeil et en réapparaissant comme les clés le faisaient en seulement quelques minutes. Ses personnes là avaient toutes un point commun, une sensation de malaise très prononcée allant du dégoût à la crise de panique à la mention ou la vision d’une photo de la tour dite « des mondes », comme elle s’est présentée dans son message.

Cependant, certaines personnes ne revenaient pas. Pour une personne sur dix environ, la tour ne les laissait pas revenir. Pour ceux-là, la science disait qu’il y avait probablement un processus de sélection. Les gouvernements ont simplement annoncé qu’ils étaient probablement tous morts.

J’ai grandi dans un monde bousculé par l’apparition de la tour. Dans les cours de récréation, sur les écrans, dans les journaux. Tout était fait pour montrer la tour comme une tueuse ou une mangeuse d’homme. À cause de cela, il y avait un interdit à braver pour les enfants comme moi, et personne de mon âge ne voyait le mal à faire apparaître des clés. Les tests de courage à cette époque consistaient à s’endormir avec une clé. Majoritairement, les enfants revenaient avec un trauma lié à la tour et une correction de leurs parents et c’était l’occasion de se moquer d’eux, mais certains ne revenaient pas, emportés pour toujours par la tour.

C’est à cette période que les politiques ont fini par changer leurs techniques d’approche en passant aux sanctions. Dans mon pays, il s’agissait d’amendes à celui qui essaye ou à sa famille en cas de disparition ou même d’incarcération pour incitation à l’utilisation des clés. Puisque des cellules étaient vides à cause des prisonniers en fuite dans la tour, cela ne posait aucun problème d’y mettre de nouveaux prisonniers. La tour est devenue un tabou à cause de cela, on connaît son existence, mais on ne doit pas en parler.

Disparaître dans la tour est donc devenu un crime, mais en plus, c’était une idée stupide faisant souffrir ses proches, une trahison envers son pays et même une forme de terrorisme ou de radicalisation. Quand les anciennes religions s’en mêlent, la tour devient alors une porte vers l’enfer.

Je dois dire que mon pays a fait fort en annonçant qu’un voyage dans la tour n’était rien d’autre qu’un suicide et, à force d’entendre ça, l’idée est restée ancrée dans ma tête.
Les résultats étaient clairs en tout cas, au bout d’un an, de moins en moins de personnes ont tenté d’y entrer. Difficile de dire si c’est parce que les intéressés avaient déjà tous tenté ou si le martelage et la censure ont effectivement fini par fonctionner.
À cause de la tour, une nouvelle maladie a en tout cas fait son apparition dans les livres sous le nom de Trauma de Tour, qui donne « T.T. », dont les symptômes seraient maintenant proche de la folie. Une raison de plus de ne pas prendre le risque.

Les religions pro-tour ont ensuite commencé à apparaître en prêchant que le salut de l’humanité passerait par la tour et qu’il fallait prendre son invitation comme un commandement. Une sorte d’épreuve ultime pour le salut de la race humaine. Entrer dans la tour permettant de devenir une sorte de figure sainte rejoignant dieu.
Pour les scientifiques, il y avait tant de choses à découvrir qu’ils ont juste décidé d’ignorer la cohue mondiale pour se concentrer sur la compréhension du phénomène de téléportation. D’un autre côté, à cause du processus facile de création de clé, des usines ont commencé à émerger où les masses peuvent faire apparaître des clés toute la journée pour en récupérer le métal bien plus facilement qu’en le minant.

Tout le monde réagissait à la tour et pendant plus d’une décennie, j’ai vécu tout ça sans que cela n’affecte véritablement ma vie. Je n’ai jamais passé le pas en m’endormant avec une clé à la main, même par jeu. À cause de toutes ses images que j’ai vues, c’était impossible de m’endormir avec une clé alors que j’avais l’impression de faire une énorme bêtise.

Dans le fond, je crois que l’image du suicide m’est restée gravée dans la tête. L’image d’un homme chauve à la télé qui regardait fixement la caméra en disant avec conviction que d’essayer de rentrer était un suicide m’a marqué.
J’ai fait ma vie ensuite, sans vraiment penser à la tour. Le monde n’a pas tellement changé au final, il faut toujours faire des études, trouver un travail, se marier, etc.

De mon côté, j’ai raté quelques cases du schéma habituel. Pas de travail et j’essaye de survivre jusqu’à la fin du mois. Je n’ai que ma partenaire pour moi. Ma « moitié », « mon monde », ou tout ce que les films clichés d’amour peuvent utiliser comme surnom.

Pour elle, le monde va à la catastrophe écologique, idéologique et économique. Quelques gros mots qu’il me reste de mes études que je peux comprendre. La tour, c’était son idée d’une solution et cela sonnait comme une mauvaise blague la plupart du temps.

Je n’ai pas prêté attention quand elle en a parlé sérieusement la première fois, ni même la seconde et les fois suivantes. Elle a commencé à acheter quelques-uns des livres philosophiques et religieux autorisés et c’est là que je m’y suis intéressé.

Au fond qu’est-ce que tu risques ? Une phobie ? Un traumatisme de tour ? C’est tout ?
D’un autre côté, j’apprends finalement ce qu’il y a dans la tour et je fais un pied de nez à tous ceux qui se seront trompés. Il y a bien sûr le mot « défi » utilisé dans le message de la tour.
L’inconnu m’effraie, mais peut-être qu’une fois à l’intérieur, je serai mieux qu’ici ?

Elle est devenue de plus en plus distante de son côté, surtout quand les fins de mois sont difficiles. Pas de boulot ni d’argent et des rêves qui se brisent de plus en plus. Partir dans la tour devient entêtant. D’après elle, ce n’est plus du « suicide », mais une opportunité à saisir, une expérience à tenter. Maintenant, ce n’est pas parce que j’y pense que je vais le faire. Je ne suis pas du genre à foncer comme ça dans ce qui est complètement inconnu, mais il y a une raison qui me pousse à y réfléchir.

Que je le veuille ou non, elle tentera avec ou sans moi d’entrer dans la tour. Quand j’y pense, je me dis que je préfère mourir plutôt que de la perdre. Il ne me reste qu’elle et si elle doit tenter d’entrer dans la tour, je ne veux pas rester seul ici.

Du coup, je suis prêt à faire un bon vers l’inconnu pour elle. Avec un peu de chance, je serai encore avec elle dans quelques minutes, où que cela puisse être.

Clé en main nous nous allongeons ensemble dans le lit, sans être certains de jamais y revenir.

Correction : Hastin


Sommaire | Chapitre Suivant

( Chapitre réécris le 10/05/2021)

16 thoughts on “La Tour Des Mondes – Chapitre 1

  1. Merci pour le chapitre mais je préfère l’araignée.
    PS:Yep,t’a bien compris,je te demande d’abandonner ce projet pour faire encore plus de place à Kumo-chan!

    1. Mdr et dire que maintenant tu a presque abandonner kumo chan pour la tour des mondes x)

      1. Si tu considère l’engouement, j’ai complètement abandonner la pauvre araignée. Si c’est juste ratio lecture…Bah, j’ai tout abandonné excepté la Tour des Mondes ? Si c’est simplement lecture tout court alors je suis la quasi totalité des novels français.^^

  2. Ça ma l’air bien intéressant tout cela. J’attends les prochains chapitres pour me faire un avis ! 🙂

  3. Bonjour, je ne sais pas ou indiqué les remarques sur les corrections à apporté sur ce texte. Je signale juste qu’il faudrait une majuscule à Terre 😉 :
    “C’est alors qu’une nuit ou une journée tous les humains de la terre…”

    1. Rubrique Contact si ça te dérange à ce point, je préfère éviter dans les commentaires, mais tu peux si ça te gêne vraiment. ♫
      Bienvenue sur le site en tout cas ♪

  4. Merci pour le chap. Sur le site de Soreyawari, on est une petite communauté d’écrivains en herbe. Si tu as envie de discuter d’écriture et tout n’hésite pas à venir sur le Discord.

    1. Beaucoup de similitudes : il faut escalader une tour, il y a une classe de guide, des règles de la tour qui limite ceux qui ont trop de pouvoirs, une classe qui dompte les monstres…

      Pourtant je dirais que ces ressemblances sont plutôt superficielles. Les aventures à travers les étages, les combats… n’ont rien à voir.

    1. Il peut y avoir des ressemblances entres les deux, mais ce ne sont pas du tout les mêmes univers.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :