KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 219

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (10€)

Un concours a lieu ce mois-ci sur l’histoire de TM n’hésitez pas à participer !

_________________


Envole toi.

Les deux anomalies se jettent sur les soldats. L’Animorphe arachnoïde se contente de les transpercer avec ses pattes ou de les attaquer avec ses mandibules en ravageant toute forme de vie s’approchant trop près d’elle.
La « momie » se jette d’un bond dans la mêlée alors que son corps semble tenir dans les airs grâce aux innombrables bandes de tissu qui l’entourent. Chacune d’entre elle se jette sur un adversaire qu’elle attrape avant de s’en servir comme d’un projectile.

À deux, rien ne semble pouvoir les arrêter alors que les sortilèges sont bloqués ou esquivés. L’Animorphe responsable d’un véritable carnage dans les rangs des soldats et des grimpeurs semble inarrêtable.
Romaro tente d’arrêter leur progression en créant des murs défensifs, mais il se met presque aussitôt à cracher du sang en tombant au sol, trop fatigué pour pouvoir bâtir une défense suffisante.
Il ordonne aux archers de bombarder les deux anomalies, mais la chitine de la carapace de l’araignée et les centaines de bandes de tissu les protègent complètement.

Tom, de son côté, fait ce qu’il peut en utilisant des lances qu’il projette vers elles, mais les deux anomalies esquivent ses attaques sans difficulté. Graduellement, son mana diminue sans qu’il puisse faire quoi que ce soit d’autre que de gêner temporairement les deux ennemis. Il tire de temps à autre une lance sur la sphère dorée qui flotte toujours dans le ciel, mais rien ne semble pouvoir briser ce qu’il imagine être un sortilège avancé d’emprisonnement.
La situation qui était déjà difficile va devenir impossible à gérer si Emy n’arrive pas à sortir de là.

L’unité d’Emy qui vient d’arriver profite du chaos pour charger à cheval le flanc des troupes adverses qui suivent de près les deux anomalies. Cela fait gagner du temps à Romaro pour organiser la défense, mais s’il ne trouve pas un moyen d’arrêter les anomalies…

« Les mages ! Immobiliser les immédiatement, oublier les sorts de protections ! Les chevaliers, couvrez-les, tout de suite ! Faites reculer les soldats et préparez les lanciers ! »

Alors que la défense s’organise, la sphère continue de flotter dans le ciel, comme si elle n’était pas concernée par ce qu’il se passe en dessous d’elle.

*

« C’est quoi ce bordel maintenant ! »

Emy frappe de toutes ses forces avec le marteau sur l’intérieur de la sphère, mais il rebondit sans même laisser une marque sur ce qui de son côté ressemble à du verre.
En dessous d’elle, le combat continue sans qu’elle ne puisse se libérer et elle est obligée de regarder Romaro et Tom faire de leur mieux pour contenir la menace alors que des soldats meurent.

« Faut que je sorte de là. »

Sans attendre, Emy saisit son marteau à deux mains et frappe à répétition la surface transparente en se servant de toutes les compétences qu’elle peut pour l’aider. Rien n’y fait. Absolument rien.

Elle continue quand même, refusant d’abandonner. À force de frapper la paroi, la peau pourtant solide de ses mains se déchire et son sang commence à se répandre sur le manche du marteau qui montre des signes qu’il va se briser. La douleur la rend plus forte, mais il y a des limites à ce que son marteau sera capable d’endurer en frappant une matière qui semble impossible à briser.

Derrière elle, une voix retentit alors et sans attendre la fin de la phrase ou même de savoir de qui il s’agit, elle attaque. Le coup est aussitôt bloqué et Emy observe la personne qui vient d’apparaître.

« Je suis également enchanté de faire ta connaissance, Emy. »

Devant elle se tient une guerrière qui porte une armure en métal légère qui semble faite d’or. Son marteau a été bloqué par une épée dont la lame blanche irradie de lumière en l’aveuglant presque. La femme porte un casque couvrant la moitié de son visage et ne laisse apparaître que sa bouche dont les lèvres sont d’un rouge sang prononcé. Dans son dos, elle peut voir des ailes châtains repliées. La nouvelle arrivante est clairement prête à en découdre et ses muscles saillants ainsi que le fait qu’elle ait bloqué l’attaque d’Emy sans difficulté prouvent qu’elle ne sera pas une ennemie facile à abattre.

Pour Emy, c’est sans doute quelqu’un d’une classe de prêtre qu’elle ne connaît pas qui vient de l’enfermer dans cette sphère, ça expliquerait aussi les ailes, même si elles ne sont pas blanches.
Mais avant même qu’elle ne puisse lancer une autre attaque en espérant que cela la libérera d’ici, la guerrière en armure attrape le marteau et ne semble pas vouloir le lâcher.

— Je suis envoyée par la tour. Tes prouesses t’ont valu de te faire remarquer et tu as à présent la possibilité de créer une classe.
— Qu’est ce que j’en ai à faire de ça, laisse-moi sortir d’ici. Fait comme tu veux, je m’en moque.

Le bas du visage jusque-là inexpressif de la guerrière présente un sourire en entendant la réponse d’Emy. La guerrière se met ensuite à rire franchement alors que le son rebondit sur les parois de la sphère. Emy lâche aussitôt le marteau de guerre pour saisir une épée dans son inventaire qui est automatiquement contrée par celle de la guerrière qui la force même à reculer. Malgré l’attaque-surprise, la guerrière n’a pas l’air d’y faire attention et reprend aussitôt.

— J’ai été appelée par la tour afin d’être la chef de cette nouvelle classe, mais il est nécessaire d’obtenir ton approbation pour cela. Tu auras l’obligation de rejoindre cette classe automatiquement si tu acceptes et tu en seras la figure de proue. J’aurais de mon côté la responsabilité d’y éduquer les grimpeurs.
— Je suis en plein milieu d’une guerre ! Ça ne pouvait pas attendre ? La tour ne voit pas ce qu’il se passe là-dessous ?
— Cela est sans conséquence pour la tour, mais puisque c’est lié à ta quête, abrégeons les formalités si tu le veux bien. Je ne souhaite pas faire mauvaise impression en te retenant plus que nécessaire.

La guerrière retire son casque et alors qu’une cascade de cheveux bruns est libérée, Emy est pendant un instant frappée de stupeur. Le visage de la guerrière semble partager des traits en commun avec les siens comme la forme de la mâchoire et la forme des yeux. Cependant, ceux de la guerrière sont gris et la forme de son nez n’est pas du tout le même.

«  Mon nom est Roc. En ton honneur, la tour m’a permis de te ressembler et j’ai le plus grand respect pour tes prouesses. Sache que je suis ton alliée, mais aussi ton professeur. Laisse-moi t’enseigner pendant quelques instants. »

Roc claque aussitôt des doigts avec une force qui rappelle celle du tonnerre et Emy est prise de vertige et tombe à genou.
Dans son dos, elle peut sentir des démangeaisons alors que sa peau semble se déchirer et que quelque chose semble « en sortir ». Sans un mot et de deux coups d’épée, Roc défait le plastron d’Emy qui tombe sur le sol de la sphère.

Emy cherche à comprendre ce qui lui arrive alors qu’elle peut sentir que quelque chose continue de « grandir ». Des sensations nouvelles l’attaquent à présent et, même si la douleur est largement supportable pour sa classe de Berserker, elle a l’impression que de son corps émergent de nouveaux membres. En essayant d’en attraper un, elle se rend compte qu’elle saisit ce qui a l’air d’être des plumes accrochées à une aile.

Roc devant elle, se contente de sourire en la regardant alors qu’une paire d’ailes aussi rouges que ses cheveux apparait dans le dos d’Emy. Elles grandissent à vue d’œil pour atteindre finalement la même taille que celle de Roc en face d’elle.

«  De par tes prouesses en tant que Berserker et en tant que Paladin, tu as impressionné la tour au point qu’elle crée cette classe. Ta force, ton esprit combatif et ton courage remplissent toutes les conditions pour obtenir ces ailes qui poussent à présent dans ton dos. Cependant, c’est le plaisir que tu éprouves en libérant tes émotions au combat ou à son approche qui a fini par décider de la création de cette classe. »

Emy a du mal à se redresser à cause du poids dans son dos. Elle se demande dans quoi elle vient de mettre les pieds. Tant bien que mal, elle finit par se mettre debout alors qu’elle essaye de prendre le contrôle de ses deux ailes qui répondent tant bien que mal à ses demandes en s’agitant bizarrement. Niveau coordination, elle repassera.

Emy souhaitait faire partie de la classe des Dragons… un Dragon, pas un piaf ! Ce n’est pas la même chose ! Elle a accepté trop vite sans se rendre compte des conséquences, mais en dessous d’elle, le combat continue de faire rage et elle espère que Roc en a bientôt fini. Elle verra plus tard les détails.

« Si tu veux un conseil, ne réfléchis pas à comment t’en servir. Ces ailes sont une extension de ton corps. Leur utilisation devrait être aussi naturelle pour toi que de respirer. »

En soupirant doucement, Emy tend les ailes. En plie une, puis l’autre. Le plus gros souci sera l’équilibre puisqu’elle a maintenant plusieurs kilos attachés dans le haut de son dos juste entre ses omoplates. Elle cherche à faire un battement d’ailes, mais à cause de la puissance du mouvement, elle manque de tomber en arrière et se met à lancer des insultes.
Elle décide de les plier pour le moment. Ce sera difficile d’apprendre à voler en moins d’une minute de toute façon.

« Il est donc temps pour nous d’y aller. Puisque je t’ai mis dans l’embarras, il est de mon devoir de t’aider à rétablir un peu d’ordre sur ce champ de bataille. Je ne peux pas tuer, mais m’occuper d’un de tes ennemis ne pose pas de problème. »

Roc replace alors le casque sur sa tête. Emy de son côté, et tout en continuant de jeter des insultes dans le vide, attrape un vêtement dans son inventaire. En déchirant l’arrière complètement dans le sens de la longueur avant de l’enfiler puis de faire un nœud, elle se crée un vêtement de fortune qui ne gêne pas ses ailes. Elle n’a qu’une envie, c’est de retourner sur le champ de bataille affronter les anomalies, mais inutile de faire ça en étant à moitié nue. L’aide de Roc sera la bienvenue vu la tournure que prennent les choses en bas.

« Et comment s’appelle cette foutue classe ? Piafozore ? Humanaigle ? »

Roc, dont elle ne voit que la bouche esquisser un sourire, saisit son épée en tendant une main vers le ciel. Les nuages gris semblent s’écarter alors qu’un rayon de soleil apparaît.

« Notre classe n’est autre qu’un prestigieux mythe de la Terre. Un symbole de guerre et de grandeur pour ceux qui vivent et meurent au combat. Ta gloire sera celle de toutes celles qui suivront tes traces. Tu es à présent une Valkyrie, Emy. Tu descendras des cieux pour apporter la mort à tes ennemis et la fortune à tes alliés. Cette bataille célébrera la création d’une nouvelle classe. Rendons-la mémorable. »

Sur un autre claquement de doigts de Roc, la sphère disparaît alors qu’elle ouvre ses ailes et s’envole. Emy ouvre les siennes en attrapant son marteau alors qu’elle commence à tomber en direction du sol.

Il est temps de revenir à cette guerre. Devenir un piaf ne la dérange pas vraiment, mais le timing est bien trop mauvais pour qu’elle ait le temps d’y réfléchir plus.


Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 219

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :