KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 220

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (10€)

_________________


La fin du début de la guerre.

D’un énorme battement d’ailes pour freiner sa chute, elle tombe au milieu des soldats ennemis qui, à cause de la pression de l’air, tombent au sol autour d’elle. Si la sphère ne l’avait pas enfermée, elle serait tombée quelques dizaines de mètres devant les anomalies et aurait pu commencer à se battre aussitôt, mais maintenant, le front a significativement changé de forme. Tant bien que mal, les défenses ont réussi à tenir les anomalies à distance, mais toutes les deux n’ont pour l’instant souffert d’aucune blessure.

« Réjouissez-vous et admirez ! Aujourd’hui marque l’apparition des Valkyries ! »

Dans le ciel au-dessus d’Emy, Roc dresse son épée en direction du soleil qui se met à briller et illuminer tout le champ de bataille. En se laissant tomber en changeant de direction au dernier moment en frôlant le sol, Roc fauche les ennemis sur son chemin qu’elle projette violemment dans les airs alors qu’elle fonce en direction de la momie.

De son côté, d’un grand coup de marteau, Emy fait voler des dizaines de guerriers de Penovia autour d’elle alors qu’elle charge en direction de l’Animorphe-araignée.

Pour Romaro et Tom qui serraient les dents en espérant que la sphère dorée disparaisse en libérant Emy, c’est un soulagement de voir qu’elle est finalement libre. Ils n’ont aucune idée de ce que veut dire la femme qui vient de crier, mais ça n’a pas d’importance. Le carnage est tel qu’il sera difficile de parler d’une armée si cela continue. Certains grimpeurs ont déjà fuient et d’autres qui viennent de voir qu’Emy est libérée hurlent de joie. Le moral n’était pas très haut, mais avec l’apparition du soleil et d’une nouvelle alliée, la sensation que la situation va s’inverser n’a plus l’air d’un rêve.

Grâce aux efforts de l’unité d’Emy qui a réussi à contenir une partie des guerriers et des grimpeurs qui suivaient les anomalies, ils ont pu concentrer leurs efforts. Si jusque-là ils n’ont fait que les ralentir, les deux anomalies sont à présent éloignées l’un de l’autre et encerclées par des lanciers qui arrivent à les tenir à distance tant bien que mal.

Malgré son état, Romaro, en avalant potion sur potion, a réussi à créer des fortifications leur permettant de reprendre l’avantage. Cependant, c’est devenu une bataille d’endurance entre l’armée déjà bien fatiguée par les assauts successifs et des anomalies fraîchement débarquées sur le champ de bataille.

Romaro est au sol à peine conscient et Tom, essoufflé, n’a plus aucune réserve de mana. Un barde essaye de les remettre d’aplomb en se servant de mélodies apaisantes et ils avalent potion sur potion, mais cela prendra du temps avant qu’ils ne puissent retourner au combat.

Le groupe de mage n’est pas mieux à cause des sorts successifs qu’ils ont lancés et ils ont dû se replier dans un bunker pour permettre aux chevaliers de rejoindre le combat. La puissance de feu de l’armée se résume à présent aux archers de Lishnul qui continuent de faire feu sur les guerriers de Penovia alors qu’ils cherchent à prendre avantage de la confusion pour percer le barrage défensif.

Sans Romaro ni Tom qui sont les atouts de cette armée, la défense semblait compromise, mais c’était sans compter sur Emy et Roc.

Alors qu’elle se fraye un chemin à travers l’armée, Emy broie et tue sans concession tous ceux qui se trouvent entre elle et l’Animorphe. Elle ne laisse rien sur son passage, si ce n’est des os brisés et des hurlements. Chaque coup retentit à travers le champ de bataille et donne de l’espoir aux soldats qui continuent de se battre en sachant que le démon rouge est là et qu’il approche.

En profitant de ses ailes, Emy s’envole quelques mètres dans le ciel en esquivant une contre-attaque venant d’un groupe de grimpeur. D’un mouvement d’aile, Emy projette des soldats dans les airs. Les rangs ennemis semblent difficilement pouvoir la stopper, quelle que soit la méthode. Les flèches rebondissent sur ses ailes. Les coups d’épée ne semblent même plus l’atteindre et, quand c’est le cas, son sang qui coule la rend plus forte grâce à sa classe de Berserker.

Pour les grimpeurs, c’est un véritable enfer, mais pour les guerriers ennemis de Penovia qui n’ont pas de classes ou de compétences… un sentiment étrange commence à se répandre dans leurs rangs. Ils ont déjà entendu parler du démon rouge. Depuis l’attaque d’un petit village, le nom a commencé à se répandre dans les rangs comme une rumeur. Celle qui a tué Icare, l’homme qui volait avec les oiseaux et maîtrisait la foudre. Le démon rouge qui tue sans merci tous les hommes sur son chemin. La chef ennemie qui mène des milliers d’hommes dans leur pays pour faire la guerre.
Maintenant, cette femme a ses propres ailes, aussi rouges que le sang qu’elle répand autour d’elle. Le sourire sur son visage qui grandit à chaque attaque la blessant ne laisse pas de place à l’espoir de sortir vivant.

Si bien sûr quelques-uns d’entre eux sont effrayés, la plupart des guerriers la voient comme un challenge. Un adversaire de taille à abattre. S’ils meurent en l’affrontant, ce n’est qu’un plus grand honneur. Perdre contre un ennemi aussi valeureux n’est pas si mal, la vaincre fera d’eux des héros de légende. La guerre n’est qu’un moyen comme un autre de devenir une légende. Pour de tels soldats, il n’y a que le fort qui peut se tenir au-dessus d’eux. Dans l’autre monde, ils festoieront ensemble en son honneur, mais cela viendra plus tard. C’est une ennemie et, en tant que telle, ils feront tout pour l’abattre.

Dans un autre coin du champ de bataille, la momie, qui est une Sorcière, affronte un adversaire contre lequel elle n’arrive à rien. Avec son épée, elle découpe le tissu qui est à la fois l’arme et l’armure de la grimpeuse momifiée, rendant de plus en plus difficile son combat à chaque nouvelle attaque qui l’estropie un peu plus. Si l’Animorphe et celle qu’ils savent être une Sorcière ne réussissent pas à arrêter les deux adversaires, la bataille sera perdue, mais pour l’instant la bataille continue de faire rage.

Dans la boue, le sang et la douleur, les hommes vivent et meurent. Les grimpeurs débutants venant d’un autre monde partagent ce moment en se demandant pourquoi ils risquent leur vie en ce jour. Certains le font pour la gloire, l’expérience, l’adrénaline, mais s’ils continuent de se battre, alors il y a cet espoir étrange qui nait en eux. Peut-être qu’un jour ils seront comme ces grimpeurs qu’ils voient se battre. Peut-être qu’ils pourront changer le cours d’une bataille aussi sanglante et longue que celle-ci rien qu’avec leur présence comme le font les anomalies et les deux femmes ailées.

*

— Dis, tu as vu Emy ? Je ne la trouve pas.
— Ah, Olga. Elle est partie sur le front Est. Romaro avait besoin de renfort.
— Satin, je peux te demander ce que tu fais avec ces seaux d’eau ?
— … Ne me demande pas, ça m’énerve rien que d’y penser. C’était pourquoi ?
— Rien au final, je voulais l’ennuyer un peu pendant qu’elle s’occupait de la paperasse, mais si elle est sortie ça n’a plus d’intérêt. J’avais peur qu’elle commence à rouiller à force de rester sur place, mais je m’en faisais pour rien apparemment.

*

« UWAAAAAAH !!! »

D’un bras, Emy arrache une des pattes de l’araignée tout en roulant sur le sol du mieux qu’elle peut malgré les ailes. Ce n’est pas aujourd’hui qu’elle aura peur d’une bête de ce genre, mais ça la rend presque malade d’en voir une aussi grosse. Sentir la chitine sous ses doigts est horriblement désagréable, mais elle n’a pas le choix.
Son marteau ne semble pas capable de faire des dégâts conséquents et elle doit donc faire autrement.

L’araignée géante est extrêmement agile malgré sa taille, ce qui rend difficile de la garder sous contrôle tout en l’attaquant. Le mieux serait de lui mettre un grand coup de marteau sur la tête, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Dès qu’elle approche de la tête, plusieurs des pattes se mettent à l’attaquer. Sans parler d’il y a une minute ou elle a failli se faire toucher par du fil d’araignée ou encore quand elle a décidé de tout simplement s’effondrer sur elle pour essayer de l’écraser. À vu d’œil, l’araignée doit bien faire le poids d’un camion et ce serait une mauvaise idée de la laisser faire, même avec les compétences.

Du côté de Roc, le combat est à sens unique. Malgré la grande quantité de bandes de tissu qui fonce dans sa direction, Roc les découpe avec aisance. Quand il y a juste trop d’attaques en même temps, elle se contente de battre des ailes et le tissu perd en puissance suffisamment longtemps pour qu’elle puisse en découper plusieurs d’un simple mouvement d’épée. Soudain, une voix provenant de dessous les bandes de tissus qui couvrent le corps de son adversaire se fait entendre.

— Et puis-je savoir à qui j’ai à faire ? Avec un tel niveau, je dois admettre que je suis surprise de ne pas avoir entendu parler de toi.
— Je ne fais que passer. Puisque j’ai donné trop d’espoir de victoire à votre camp, c’est mon devoir de rétablir l’équilibre. Je ne te tuerai pas, mais n’espère pas gagner aujourd’hui.
— Tch. Une gêneuse.

Tout en attaquant Roc, la Sorcière décide de s’élever dans les airs. Roc la poursuit en s’envolant, mais les innombrables bandes de tissus l’empêchent d’avancer suffisamment pour l’attaquer.

Un sifflement strident se fait alors entendre à travers le champ de bataille et presque aussitôt, le mouvement du tissu change de direction en entendant le signal. L’araignée, en entendant le sifflement, recule pour se replier et la Sorcière la rejoint en se laissant tomber sur le dos de l’Animorphe où elle s’assoit. Le reste des troupes suit le mouvement et se replie en même temps alors que le sifflement continue de retentir.
La Sorcière dévie des flèches qui tombent dans sa direction, mais le combat semble terminé.

Roc ne cherche pas à poursuivre son adversaire même si elle aurait probablement aimé que le combat dure plus longtemps. Emy de son côté, essaye de provoquer l’araignée pour qu’elle revienne, mais il semble qu’une retraite générale ait été ordonnée. Soldats et grimpeurs ennemis se replient petit à petit en étant couverts par des volées de flèches.

Roc s’approche alors d’Emy en marchant pied nu dans la boue mélangée au sang. C’est une victoire qui n’est peut-être pas aussi glorieuse qu’elle l’aurait souhaitée, mais ce n’est de toute façon pas son rôle d’écrire cette histoire.

« Quand tu reviendras au pied de la tour, viens me voir et je t’enseignerai ce qu’il te restera à apprendre. »

D’un simple sourire au coin du visage, Roc disparaît petit à petit comme si elle n’avait jamais été là.
Emy ne dit rien et se contente de faire un signe de main par politesse, mais en n’ayant aucune idée de quoi penser de ce qu’il vient de se produire.

« Tu parles d’une journée. »

Après avoir passé plusieurs jours à faire de la paperasse, elle a maintenant des ailes sur le dos et une nouvelle classe. D’un coup d’œil, elle peut voir Romaro qui, tout en étant aidé par des soldats, tend le pouce vers le haut dans sa direction alors qu’elle le regarde. On dirait qu’il est content que ce soit fini.

Malheureusement, ce n’est qu’une petite bataille de pacotille. Ils n’ont réussi à conquérir qu’un quart du pays pour l’instant. Il reste encore beaucoup de batailles avant d’en finir avec cette quête. Les guerres sont vraiment trop épuisantes à son goût.

*

— Comment tu te sens, Shar ?
— Elle a réussi à m’arracher deux pattes. C’est douloureux.
— Tu auras le temps de te reposer. Nous devions juste tester les défenses de toute façon.
— Si les autres étaient là, on aurait pu en finir avec cette rébellion depuis longtemps. Je sais bien que les missions diplomatiques sont importantes, mais si on laisse la situation dégénérer pour se faire des alliés, on aura bientôt plus de pays. Elle a déjà tué Icare et… Pardon. C’est sorti comme ça.
— Ce n’est rien. Icare et moi savions tous les deux que cela pouvait se produire. Foutue tour.
— Ouais. Foutue tour.

(Fin de l’interlude Galatien)


Pour donner vos impressions n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour m’aider dans l’écriture de l’histoire.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 220

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :