KissWood

Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 259

259 – Le Roi-Démon est effrayant

J’ai décidé que je devrais informer le Roi-Démon de choses et d’autres vis-à-vis de la Religion de la Parole Divine. Normalement, j’aurai dû faire ce rapport avant d’entrer en contact avec eux mais, pour faire simple, j’ai oublié. Je suppose que cela devait bien arriver un jour ou l’autre. Après tout, je n’en ai fait qu’à ma tête jusqu’à présent.

Néanmoins, l’autre parti cette fois ci est la personne la plus influente du côté des humains, alors, contrairement à mes agissements passés, je ne pourrai pas juste passer ça sous silence si je me plante, vous savez. Si je fais la moindre gaffe lors des négociations, même moi serait incapable de réparer les choses par moi-même. Eh bien, si cela devait arriver, ce n’est pas comme si je n’aurai aucune option, mais cela tendra plus vers un ‘tuer toutes les nuisances !’ qu’autre chose. Et si je met ce plan en action, cela causera de gros problèmes parmi les humains et, lorsqu’on en arrivera là, Kuro piquera une crise. Et je n’ai pas la moindre envie qu’il se précipite vers moi pour m’attaquer.

Ainsi, pour les raisons ci-dessus, en cas d’erreur, je laisserai au Roi Démon le soin d’arranger les choses. Ça ira, ce n’est pas grave. Dans le pire des cas, les humains deviendront juste un petit peu plus hostile. Fais de ton mieux, Roi-Démon, fais de ton mieux. Tu peux le faire !

Yup. Que je réussisse ou échoue, je ne subirai pas la moindre perte. Quelle vie merveilleuse. Il est cependant possible que l’Araignée Sainte* finisse avec quelques ulcères.

C’est donc pour cela que je décida de rendre visite au Roi-Démon, néanmoins, le moment semble mal choisi. Il semble que, peu de temps avant que j’arrive, quelques visiteurs soient entrés dans son bureau. Lorsque je suis entrée sans frapper, je vis le Roi-Démon, couchée sur sa chaise avec les pieds sur son bureau et deux personnes se tenaient au garde-à-vous devant elle. Balto n’est pas visible. Il est très probable qu’il court partout afin d’accomplir le travail du Roi-Démon, qu’elle lui a encore délégué.

« Ah, Shiro-chan. Tu tombes bien. Entre. »

Sous l’impulsion de l’Araignée Sainte, j’entre dans la salle. Bon sang, si j’avais su qu’il y avait d’autres personnes, j’aurai remise ma visite à plus tard. Par ailleurs, j’allais partir lorsqu’elle m’a appelée. Mais après qu’elle m’ait fait signe, je ne pouvais pas faire autrement que d’entrer.

« Écoutons leur histoire ensemble. »

Je ne comprend pas vraiment la situation mais j’y consens malgré tout.

« Okay, dans ce cas, écoutons votre rapport. »

Le Roi-Démon prononce cette phrase avec un large sourire. Hm ? Elle semble de mauvaise humeur pour quelconque raison ?

Comme s’ils avaient senti l’humeur massacrante du Roi-Démon, les deux individus concernés ont une expression raide. Au sein de cette paire, l’une est une onee-san séduisante tandis que l’autre est un shota. La première est le commandant de la 2nde armée et le second, celui de la 6ème armée. Ils ont peut-être l’air haut en couleur mais, parmi les démons, ce sont de grandes pointures très respectés.

« Oui. Il y a quelques temps, ma 6ème armée, assistée par la 2nde armée, avait réussi à acculer le Héros. Toutefois, alors que nous allions porter le coup fatal, nous avons subi une contre-attaque et avons fini par perdre un précieux potentiel de guerre. Je n’ai pas la moindre excuse. »

C’est quoi ce délire ? Acculer le héros ?

Mon regard se reporte inconsciemment sur le Roi-Démon. Eh bien, même si je la ‘regarde’, mes yeux restent fermés. Il est possible que l’Araignée Sainte ai remarqué mon geste, car elle hoche la tête pour marquer son assentiment tout en restant de mauvaise humeur.

Les préparatifs pour effacer du Système l’existence-même du Héros sont en cours. Par conséquent, jusqu’à ce qu’ils soient complétés, l’ordre a été donné de ne pas agir de façon imprudente. Et malgré cela, ces gens ont semble-t-il essayé d’éliminer cet humain, considéré comme le plus puissant.

« Je m’excuse également. Si l’un des agents de mon unité avait réussi à lui administrer une dose létale de poison, comme prévu, un tel résultat n’aurait tout simplement pas pu survenir. »

Hmm-mm. Donc, pour résumer, un espion ou quelque chose du genre appartenant à l’unité de l’onee-san a empoisonné le Héros mais celui-ci n’a pas consommé l’entièreté de la toxine. Par la suite, les troupes du shota ont assailli un Héros affaibli par les actions de l’autre commandant, mais ils finirent par être vaincu, ou quelque chose de similaire.

Il est certain que, d’un point de vue normal, cela aurait été considéré comme un énorme échec mais, en vérité, ce n’est pas grave. Ils ont certes échoué à tuer leur cible, mais leur incompétence nous a en fait évité de nombreux problèmes.

« Maou-sama, Sanatoria-sama s’est uniquement contenté de m’offrir son soutien. C’est la 6ème armée sous mon commandement qui a mené à bien cette stratégie, ainsi, j’en assumerai l’entière responsabilité. »

Ooh ! Son comportement est vraiment digne de louange, bien que ce soit un shota ! Toutefois, vous semblez vous être mépris sur un point fondamental, voyez-vous.

« Dites, n’êtes-vous pas victime d’un certain malentendu ? »

Le Roi Démon exprime le fond de ma pensée. Le sourire recouvrant son visage avait changé de nature. Il dégageait maintenant une sensation maléfique et sadique.

« Vous savez, je suis assez certaine de vous avoir envoyé une directive.

Qu’est-ce que c’était déjà… Ah oui ‘N’interagissez pas avec le Héros’ ! »

Effectivement, leurs erreurs tactiques, et ainsi de suite, ne sont que des affaires triviales. Cette perte de potentiel de guerre ne concerne en rien le Roi-Démon. Pour dire la vérité, vous pouvez même perdre à volonté. Le problème est que, malgré l’interdiction de leur supérieur, ils ont tout de même agi de façon se débarrasser du Héros. C’est ça le vrai problème depuis le tout début.

« Alors pourquoi avez-vous ignorés mes ordres et tout de même interagi avec cet humain; je me le demande bien ? »

Son visage était peut-être toujours souriant mais ses yeux étaient furieux. Ils intimidaient toutes les personnes présentes. Quel est l’état mental des deux compères se faisant réprimandés ? Je n’ai même pas besoin de leur poser la question. Leurs visages ont pâli et leurs corps sont pris de tremblements continus, indiquant clairement ce qui leur traversaient l’esprit.

« Hmm ? Comment pourrai-je entendre votre raison si vous n’ouvrez même pas la bouche, hein ? Ou se pourrait-il que vous soyez incapable de m’entendre ? Vous avez vraiment du cran pour vous faire passer pour sourds en présence du Roi-Démon. »

Il est bien sûr impossible qu’ils ne l’aient pas entendu, c’est vraiment méchant de sa part. Le shota ouvrit la bouche pour s’exprimer à la hâte, pris de panique, cependant, il semblait incapable de trouver ses mots et finit simplement pour ouvrir et refermer la bouche de manière répétée, tel un poisson rouge.

« Je suis … terriblement désolé. »

Il parvint finalement à extirper ces mots d’excuses parfaitement ordinaires de sa gorge, où ils étaient bloqués. Cela semble être le summum absolu de ce dont il était capable.

« Hm ? Pourquoi t’excuses-tu donc ? Pour tes erreurs stratégiques ? Pour avoir agit de manière arbitraire ? Ou bien pour avoir ignoré mes ordres ? »

Le Seigneur-Démon écrase inlassablement le pauvre shota à l’aide de ses agressions verbales. En comparaison à son camarade, l’onee-san semble conserver un peu mieux son sang-froid.

« Maou-sama, votre colère est plus que justifié. Toutefois nous avons agit ainsi par crainte de la puissance que possède le Héros. Bien que nous ayons échoué cette fois, c’est un fait que nous étions à deux doigts de pouvoir nous en débarrasser. Je suis sûre que notre prochaine tentative sera la bonne. »

Ah, elle l’a finalement fait.

Un puissant bruit de morsure résonne dans le bureau. Au même moment, le son d’un objet solide se faisant broyer se fit entendre.

Des fluides corporels rouges s’écrasent sur le visage du shota. Il ne semble pas comprendre pourquoi. Et, avec une expression vide, il lève les yeux vers la source du liquide. A ce moment-là, ses yeux rencontrent ceux de l’onee-san, dont l’expression était elle aussi vide, comme si elle ne pouvait comprendre qu’elle venait de perdre un bras.

Hurlements. Les deux commandants commencèrent à crier au même moment. Le Roi-Démon, quant à lui, les observait avec un expression froide et désintéressée, grignotant le bras de la jeune femme. Peut-être était-ce l’un des effets de sa compétence Gourmandise, car le repas de l’Araignée Sainte était clairement trop gros pour pouvoir tenir dans sa bouche.

« Je vous ai dit… de ne pas… interagir… avec le Héros. Capiche ? »

Donnant l’impression d’être une enseignante faisant affaire à des étudiants particulièrement pénibles, le Roi-Démon s’exprime en faisant diverses pauses dans sa phrase. La jeune femme écouta ces paroles tout en compressant son moignon. Si elle n’écoute pas, elle finira par se faire tuer, hein.

« Je me fiche de la menace que représente le Héros. Ce qui est nécessaire en ce moment, c’est que celui-ci reste en vie et conserve son titre de Héros. Ah, je suppose que vous ne comprenez pas pour quelle raison je vous ai donné cette ordre, huh ? Eh bien, votre travail est de suivre mes ordres ou de mourir en essayant, en fin de compte, donc peu importe.

Le démon à l’apparence jeune parait surpris.

« Quoi ? Te considérais-tu comme quelqu’un de spécial ou je ne sais quoi ? Et cela alors même que tu n’es rien de plus qu’un déchet dont je pourrai me débarrasser à tout moment sans le moindre souci ? Tu semble certainement être incroyablement vaniteux. »

Le Seigneur-Démon secoue la tête tout en observant l’expression parfaitement choquée de son interlocuteur. Eh bien, elle pense probablement la moitié de ce qu’elle a dit.

« Enfoncez-vous cela dans le crane, okay. Vous tous n’êtes rien pour moi. Au contraire, je désire juste que vous tuez de nombreux ennemis avant de mourir à votre tour, rendant ainsi votre énergie au monde. Si vous n’aimez pas cette idée, il vous suffit de tuer plus que votre part d’ennemis. Si cela vous est impossible, alors vous n’aurez qu’à disparaître. Et si vous ne pouvez pas m’obéir, il vous suffit de décéder. Dépêchez-vous de crever. Mourez ! Mourez ! Mourez !

Le shota, tout comme l’onee-san ayant déjà perdu une grande quantité de sang, a le visage pâle. Et cela parce qu’ils ont tout deux réalisé qu’elle était sérieuse. Je suppose que je me dois de leur tendre une bouée de sauvetage.

« Balto, mourra de surmenage. »

Je murmure cette phrase à l’oreille du Seigneur-Démon. La paire devant nous possède une position sociale décente, ainsi, s’ils venaient à mourir, toute sorte de difficultés supplémentaires accompagneraient leur décès. Et celles-ci se mettront sur le chemin de Balto. S’il finit par se retrouver plus exploité qu’en ce moment, il en mourra.

« Cela serait ennuyant. Eh bien. Je suppose que je peux vous pardonner pour cette fois. »

En voyant l’attitude de l’Araignée Sainte changer à une telle vitesse, la paire désobéissante en fut abasourdi, cependant, après que je me sois tourné dans leur direction, ils reprirent leur esprits, s’inclinèrent et se dépêchèrent de disparaître. En les voyant dans un tel état, je hausse les épaules. J’aurai fait la même chose à la place du Seigneur-Démon.

« Donc, pour quelle raison es-tu venue ici, Shiro-chan ? »

Ah, c’est vrai. Quelques instants plus tard, après que je lui ai parlé de ma prise de contact avec la Religion de la Parole Divine, elle ne put s’empêcher de s’affaisser sur son bureau.

Notes du Traducteur Anglais :

Onee-san sexy – Tout comme Oji-san signifie à la fois oncle et homme d’age moyen, onee-san peut signifier soit grande sœur, soit jeune femme. Pour faire simple, c’est une femme en age de se marier mais ne l’ayant pas encore fait. Ainsi, une ‘onee-san sexy’ est une jeune femme séduisante et confiante, et non pas, douce, innocente, mignonne, etc…

Shota – équivalent masculin de loli

Capiche – Dans la version originale, Ariel ne dit pas ce mot ni quoi que ce soit qui y ressemble, cependant, je n’ai pas pu résister car cela convenait parfaitement à l’atmosphère.

Note du Traducteur Français :

*Au cas où vous ne vous en rappeliez plus, Ariel (le Roi-Démon) était à l’origine l’Araignée Sainte.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

2 thoughts on “Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 259

  1. Hyyyype ! Enfin ! On revoit un peu la toute puissante reine démonne ! Et en effet,elle sait se montrer térifiante.
    Merci pour le chapitre, il était vraiment cool (et en effet, le capiche était de circonstance et rappel même qu’il y a du shiro en elle).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :