KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 238

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V.

Pascal W.

Dranwine

Pierre D.

Lart_

_________________

 


Chapitre 238 : Des regards qui convergent

Je ne suis pas sûre de tout comprendre… Bon, en tant que souris, j’ai dit que j’aimerais bien voler… mais je ne m’attendais pas à ce que ça se réalise aussi vite. Je suis dans les airs au-dessus de l’arène sur mon fidèle destrier. Celui-ci étant l’oie… Mon ennemi mortel vient de devenir mon véhicule.

Hmm. J’ai beau chercher, j’ai du mal à comprendre moi-même. Je lui demande de partir sur la droite et elle tourne trop vite, au point que je manque de tomber. Doucement !
Ennemi ou véhicule… la frontière semble très mince. En moins de cinq minutes, c’est difficile d’apprendre à la contrôler correctement.

Au final, quand j’étais dans ma fissure, l’oie a fini par se coincer la tête en essayant de m’atteindre. Dans ce genre de situation, elle aurait pu se briser le cou et mourir, mais alors que je pouvais lire de la peur dans ses yeux, j’ai pensé très fort qu’elle devait se calmer et simplement tourner la tête pour se libérer. Difficile de savoir comment, mais elle m’a obéi et a réussi à se libérer.

Alors que je pensais qu’elle allait continuer à m’attaquer, elle a juste attendu en volant devant ma fissure. Quand je lui ai dit de s’éloigner un peu, elle m’a écoutée.
À partir de la… fufufu… J’ai fait des tests ! Je la contrôle ! C’est comme la fois où il y avait des milliers d’animaux autour de moi ! Enfin, c’est moins effrayant avec une seule oie.

Ensuite, je suis remontée en haut du pilier et je me suis mise dessus. Je n’étais pas certaine d’en avoir envie, mais je lui ai dit de se mettre à voler, et voilà. J’ai officiellement trouvé en quoi je pouvais être utile à Nomad ! Je vais être une super Dresseuse ! Bon, je dois juste savoir comment me servir de ça à mon avantage pour affronter des humains… Est-ce qu’il y a d’autres oies à dresser dans les parages ?

*

Je reprends mon souffle en récupérant Juliette que je félicite pour son travail. C’était plus difficile que ce que j’aurais pensé d’affronter des Druides. Ils sont officiellement plus difficiles à battre que des mages. Les Animorphes sont aussi un problème, mais ils sont moins « sauvage » que des vrais. Le plus gros problème c’est leur taille, j’imagine que la taille leur permet de…

Hein ? Je rêve ou… ?
À travers le lien, je ne sentais plus d’inquiétude venant de Micha depuis un moment, donc je me suis dit que l’oie avait fini par abandonner… Elle l’a « dressée » ?!

{Serviteur ! Oie ! Fier ?}
T-très fier. Même si j’ai du mal à comprendre…

Micha semble excitée de m’expliquer ce qu’elle vient de faire au point de ne plus réussir à parler d’une façon claire. J’ai bien du mal à faire sens de ce qu’elle m’explique.
J’ai l’impression que c’est la compétence commandement de Micha qui semble avoir créé cette situation. Je… je ne m’y attendais pas du tout. Maintenant que Micha vole, je n’aurais pas de problème pour qu’elle observe la zone en restant en sécurité. Je lui dis de faire attention et de continuer à surveiller la zone.

Yuu, du nouveau ?
[Il ne reste plus grand monde dans cette zone. Je te conseille de te dépêcher avant que tu ne sois obligé d’affronter des gens plus forts pour gagner des points.]
Dis-moi juste où, mais fais attention aux embuscades.
[Ils s’étaient tous cachés sous terre en masquant les traces. Je pense que la situation aurait empiré si tu avais attaqué les espèces de marionnettes de plus près. Ils ont changé de plan au dernier moment pour être certains de t’avoir. Par contre, cette oie appartient probablement à un Ranger, j’espère qu’il ne t’en voudra pas.]
C’est Micha sa maîtresse maintenant, on verra ça plus tard.

Avec le partage de vision, je cherche des cibles à proximité. Un groupe de cinq pirates semble être en train de se battre contre des magiciens à quelques rues d’ici. On dirait que c’est une bonne opportunité.

*

Dans l’arène, l’incompréhension commence à se lire sur certains visages. Sur le panneau annonçant les scores, de plus en plus de noms disparaissent à chaque élimination, ne laissant plus que les noms des participants encore en lice. Et sur le classement, il y en a un qui continue de gagner des points plus vite que les autres. On dirait qu’il est impossible à stopper. Et si cela réjouit les quelques spectateurs ayant fait un pari risqué, la plupart se demandent comment c’est possible. Les rumeurs n’étaient que des rumeurs. Elles ne pouvaient pas être vraies. Il est d’ailleurs difficile de les croire quand on voit les difficultés qu’il a par moment. Pourtant il s’en sort et il continue. Encore. Et encore.

La rumeur la plus pertinente est celle qu’il puisse bien faire partie des meilleurs débutants de cette année et, quand on le voit se battre, cela semble probable. La véritable question, c’est de savoir comment une classe réputée pour son inutilité est capable de s’en sortir aussi bien dans ce tournoi. Un miracle aurait été de le voir gagner une vingtaine de points, mais ce n’est plus du niveau d’un miracle maintenant. Il suffit de regarder le score pour s’en rendre compte. En un peu moins d’une heure, il a fini dans les dix premiers et l’écart continue de se resserrer.
Il a l’air de toujours savoir où il va. Est-ce qu’il a la classe de Guide ? Il a l’air d’avoir des yeux dans le dos et il peut voir dans la fumée. Est-ce qu’il a la classe d’Observateur ? Il résiste à la douleur comme si ce n’était rien, alors il est Berserker dans ce cas ?
Ce n’est pas possible qu’il soit juste un Dresseur. Ce serait impensable qu’une telle classe soit capable d’autant de choses. Il est probablement Voleur ou Guerrier vu qu’ils utilisent des stylets, mais ça n’explique pas le reste de ses capacités. À moins que ce soit un mensonge et que ce ne soit pas un débutant ?

Les rumeurs continuent de se répandre dans l’arène et de plus en plus de spectateurs sont braqués dans sa direction. Pour Nomad, il est difficile d’en avoir conscience alors qu’il se bat du mieux qu’il peut, mais quelques personnes sont capables d’entendre cette rumeur.

Naubod et les autres orphelins par exemple, entendent les rumeurs qui continuent de grandir alors que le nombre de participants diminue. Pour eux, il est difficile de croire qu’un grimpeur seul soit capable de gagner. Il est encore plus difficile de croire que cette personne soit leur représentant dans l’arène. Gagner le tournoi serait donc possible ?

Arthur à côté d’Alexander est sans doute le plus étonné de tous. Il était le premier à croire que le jeune homme chétif qu’il a croisé devant le magasin de Bastion était faible. Il a rarement sous-estimé les capacités d’autres grimpeurs, car cela pourrait lui coûter la vie, et il ne s’était jamais trompé à ce point par le passé. Il a entendu ce que les autres Chevaliers ont dit sur ses capacités, mais cela semblait presque être une exagération jusqu’à ce qu’il le voit en action aujourd’hui. À mesure qu’il le voit se battre, il va de surprise en surprise. Cependant, il est curieux. Il a entendu parler d’un style étrange par ses camarades et pour l’instant il ne pense pas l’avoir vu. Aura-t-il cette chance aujourd’hui ?

Alexander, à côté de lui, n’est pas du genre à s’épandre en émotions. Il ne s’intéresse qu’aux faits. Le dresseur est loin d’être mauvais, mais il n’est pas dupe. S’il est aussi fort, c’est parce qu’il n’est pas seul. C’est loin d’être évident à comprendre, car ses animaux sont de petites tailles, mais c’est sans doute l’erreur que font ses adversaires en pensant qu’il est seul. Il ne l’est pas. L’affronter revient à affronter tout un groupe. De ce qu’il sait, c’est le plus grand avantage d’un dresseur et sa plus grande faiblesse.
Le potentiel du Dernier Dresseur ne fait qu’augmenter. Avec un tel spectacle aujourd’hui pour alimenter les rumeurs, cette classe est vouée à voir une nouvelle génération de Dresseur dont il sera l’exemple à suivre. Le futur semble intéressant pour Alexander. Si le Dernier Dresseur ne meurt pas et qu’il a le temps de s’épanouir, il espère pouvoir le compter parmi ses alliés dans quelques années.

*

Au sommet des gradins, loin de la foule, trois gardiennes entendent la rumeur venant du public et l’une d’entre elles désespère en sachant qu’elle va avoir du travail à l’avenir.

« Ils sont assez nombreux à parler de ta classe, maintenant. »

La remarque d’Ephy est un euphémisme aux yeux de Fae, qui continue de se décomposer. Non seulement Nomad gagne, mais elle risque d’avoir de nouveaux élèves devant sa classe dans peu de temps. Impossible de garder les portes fermées dans de telles circonstances. Encore que… Il suffit de dire qu’elle ne veut pas que les ennemis de Nomad rentrent dans l’aile des Dresseurs, non ? Si elle fait ça, c’est possible de garder les portes fermées ? Cela lui fera gagner un peu de temps.

« J’espère que tu ne viens pas de trouver une excuse pour garder ton aile des Dresseurs fermée. »

Fae se fige quelques instants. Ephy semble avoir lu dans ses pensées. Est-ce qu’elle est si prévisible que ça ?

— Il suffit de te connaître pour savoir à quoi tu penses. Pas besoin de lire dans les pensées.
— C’est… Hmm. Je ne voudrais pas qu’il arrive des problèmes à Nomad.
— Choisir un dresseur au lieu d’une foule de jeunes grimpeurs qu’il aura impressionné. Avec ce genre de remarque, les autres gardiens commenceront à se dire que tu es amoureuse de lui et que tu fais du favoritisme.
— … Dans ce cas, j’ouvre ma classe, mais juste un peu ?
— Ne fais pas la feignante.

Fae commence à bouder en entendant les directives d’Ephy. Elle n’a pas envie de s’occuper d’autant de novices. De toute façon, ils vont probablement décider d’arrêter dès l’épreuve de la souris. C’est toujours comme ça. Le plus fatigant sera de remettre son aura de Gardienne. Elle n’en a pas du tout envie. Tout ça, c’est la faute de Nomad, il aurait pu s’arrêter à une petite victoire, mais bien sûr il se fait remarquer.

« Ton Champion mérite peut-être que tu gardes tes portes fermées ? »

Fae soupire en entendant Orion. Encore un concept mis en place par elle que les autres Gardiens ont fini par copier. Le concept du Champion ne veut rien dire. C’est juste un grimpeur qui devient l’étendard d’un Gardien. Une sorte de représentant de la classe. Avec le statut, il obtient quelques avantages et la gloire de sa classe. Elle n’accroche pas à l’idée, mais puisque Nomad est le seul Dresseur… il est en quelque sorte son champion, qu’elle le veuille ou non. Fae rejette l’idée promptement. Des souvenirs désagréables remontent à la surface quand elle pense au mot Champion.

— C’est un Dresseur. Pas un Champion. Il a déjà suffisamment à faire.

Fae regarde ensuite en direction de Nomad en souhaitant ne pas s’attarder sur le sujet.

Elle admet qu’il s’en sort bien, mieux que ce qu’elle aurait imaginé, même. Cependant, elle le voit surtout se battre comme un Assassin et pas comme un Dresseur. Cela ne la dérange pas vraiment, mais sa jalousie l’empêche de se résigner à laisser la classe d’Assassin prendre le dessus sur la sienne. Une autre pensée surgit dans son esprit et chasse la précédente. Que se passera-t-il quand Nomad prendra au sérieux son entraînement de Dresseur ? Il y a tellement de possibilités et c’est presque triste pour elle de savoir qu’il n’en explorera que quelques-unes au maximum.


Pour donner vos impressions n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour montrer votre soutien.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

 

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

 

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 238

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :