KissWood

Tour des Mondes – Nina 13

Merci aux sponsors du mois !

Quentin S. (1€)

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (8€)

Lagesopera (100€)

_________________


Juge de la Tour
Nina manque de glisser sur le sol blanc, bien trop lisse, en se tournant vers le charlatan puis vers le gamin sur son trône en posant cette question. Du blanc partout, un gosse, un mec en armure et un charlatan. Est-ce qu’elle doit vraiment avoir confiance en une justice qui ne ressemble à rien ? Son charlatan a l’air terrifié alors que ce qu’elle dit résonne sur les murs et étouffe le son des pieds du garçon qui frappe encore contre son trône de pierre. Il a un sourire en coin sur le visage ce qui lui donne un air encore plus étrange pour quelqu’un de son âge. Il semble avoir tout pouvoir et en être clairement conscient.

— C’est le juge, répond Hamilton de façon étouffée, ne soit pas grossière ou…
— Ou je te tue ? Coupe le juge en faisant un signe au charlatan pour qu’il le laisse parler.

« Je vais te brosser le tableau. Tu es dans mon tribunal la criminelle. Tu es coupable jusqu’à preuve du contraire, ce qui n’est pas possible puisque je sais tout ce qui s’est produit. On fait ça plus pour la forme qu’autre chose à vrai dire, un truc en rapport avec les droits de l’Homme et la magna carta, mais j’ai pas tout compris étant donné que vous êtes des grimpeurs, et plus des humains… Bref, ce qui compte ici, c’est ton comportement et ta justification pour ce que tu as fait. Mais si tu t’énerves et que tu fais ou dis quelque chose de stupide, tu risques de le regretter. Je peux alourdir ta peine, te torturer ou même te tuer. Pour moi ça ne change rien, t’es une criminelle et je suis le juge. »

Nina, confuse, penche sa tête sur le côté en regardant le « juge » expliquer la situation. Elle a très envie d’acquiescer sarcastiquement comme une idiote en l’écoutant.
Il y a quelques trous dans son explication, mais c’est assez facile de combler cela en réfléchissant. Il connaît les faits et il est là pour la punir, plus ou moins en fonction de ce qu’elle dirait. C’est juste un interrogatoire déguisé en cour de justice.
Le charlatan est là pour mentir à sa place si elle ne veut pas répondre à une question, ce qui l’empêchera d’aggraver son cas en mentant au juge. Son rôle est uniquement de mentir pour elle, et c’est pour ça qu’il est là. Un charlatan et non un avocat, au cas où le criminel soit trop bête pour pouvoir mentir lui-même correctement.

— Ok, ok, j’ai compris, soupire Nina devant ce qu’elle considère n’être qu’un cirque. Il avait fait quoi le tas de viande avant moi, que j’ai une référence.
— Son dernier crime qui l’a amené devant moi était une agression sur un druide, mais nous avions aussi… plusieurs vols, des insultes aux gardes, menace armée, de multiples bagarres et il n’a pas pris le juge au sérieux, énonce le garçon en comptant sur ses doigts et en finissant par un sourire amusé pour le dernier crime.
Nina ne dit rien, mais se frotte sa chevelure en comprenant un peu mieux la situation, même si cela l’horripile plus qu’autre chose de finir dans un endroit pareil.
— Je peux pas juste dire que je suis coupable et on passe à la prison directement ? Demande-t-elle au charlatan qui semble surpris en l’écoutant.
— Si vous décidez de faire ça, cela veut dire que le juge mettra la peine maximale directement pour vos actes, prononce Hamilton horrifié par sa question.
— Ça me va très bien, je ne compte pas me cacher de ce que j’ai fait. Répond-elle en haussant les épaules.
— Non… prononce le charlatan perturbé… La peine maximale, quel que soit le crime, est automatiquement la mort. Tu es jugée coupable jusqu’à preuve du contraire, si tu laisses le juge décider par lui-même sans procès parce que tu ne veux pas faire d’effort, il n’en fera pas non plus sur la sentence, et il risque de te tuer directement…
— …

Dans la tête de Nina, la colère commence à faire son chemin à mesure qu’elle comprend comment fonctionne le système de justice au pied de la tour. C’est de plus en plus ridicule d’après elle, mais ce n’est pas comme si le système sur Terre faisait plus de sens pour elle, il était juste plus familier.
Le juge claque alors des mains deux fois et commence à parler.

— Commençons par le début. Prononce le garçon qui semble s’ennuyer. Agression lors de l’examen d’entrée dans la tour. Qu’est-ce qui t’est passé par la tête ? Il fallait juste signer un papier, et toi tu as menacé quelqu’un du peuple de la tour…
— Ah ? De ce début-là ? demande-t-elle. J’avais juste besoin d’une réponse et il ne voulait pas me – ..
— Monsieur le juge, coupe Hamilton. Ma cliente n’était même pas encore entrée dans la tour et était donc encore humaine à ce moment-là, est-ce bien nécessaire de commencer par ça ?
— Buh… Tu me retires mon fun… Bon. Tu as frappé ta guide dès qu’elle est venue te voir quand tu es entrée, je peux savoir pourquoi ? demande-t-il en bâillant cette fois.
— Nuit difficile et j’étais sur les nerfs, répond-elle sans vouloir ajouter quoi que ce soit.
— Le stress causé par les examens n’est plus à prouver monsieur le juge, poursuit Hamilton à la fin de la réponse de Nina, il y a clairement des circonstances atténuantes…
— Oui, oui, atténu… machin, comme tu dis, marmonne-t-il. Pas drôle. Ensuite… Ah, on commence à rentrer dans le vif du sujet, tentative de meurtre et agression d’un groupe de ploucs magiques ! J’aurais jamais cru qu’une fille toute seule pourrait battre autant de gars. Je passe sa résistance au contrôle du gardien puisque ça, c’était marrant… mais pour la bagarre, c’était parce que tu es dans cette période du mois ?
— … C’est nécessaire la condescendance ? Demande Nina d’un ton légèrement menaçant.
— Quoi… tu avais tes règles et ça recommence maintenant, c’est ça ? Réponds le juge, clairement content de voir Nina irritée par sa question.
— J’ai affronté ses idiots parce que c’était des abrutis qui me prenaient de haut comme un certain j –
— J-j-j-j-j’aimerais préciser qu’elle était en infériorité numérique, sans arme, et qu’elle n’était même pas entrée dans une classe, coupe le charlatan. Ce sont eux qui ont commencé, et ma cliente a demandé plusieurs fois si elle pouvait passer ! Sans parler des sorts qu’ils s’apprêtaient à lancer qui auraient pu la tuer !

Nina a les yeux rivés en direction du juge, qui semble content de sa remarque et se moque de ce que raconte Hamilton. Même si elle a très envie de l’insulter et de donner une leçon à cette chose, qui n’a probablement d’un enfant que l’apparence et qui a autant de respect pour elle que pour une fourmi. Si elle fait ça, elle mourra purement et simplement comme un animal que l’on égorge. Ce n’est jamais bon de s’en prendre à un juge et c’est ses expériences qui le lui répètent, mais ça la démange tellement…

Du coup, elle décide de s’asseoir par terre, dos au juge, pour ne pas commettre l’irréparable. Elle ne peut pas abréger le procès sans se faire exécuter, mais elle n’a pas besoin de répondre, à part pour donner des excuses, ce qu’Hamilton peut faire seul apparemment.

« On dirait que je l’ai vexée… ricane le juge. Il n’y a vraiment qu’une fille pour se mettre à bouder en plein procès. Heureusement que tu n’as pas d’enfant, n’est-ce pas ? »

Quelque chose se produit dans la tête de Nina, c’est comme si une seringue se plantait profondément au mauvais endroit avant d’injecter de l’acide dans ses veines. L’espace d’un instant, elle est surprise et ouvre grand les yeux. Celui d’après…

— FERME TA GUEULE RACLURE !!! hurle-t-elle aussitôt en se jetant dans sa direction.
— Oh… ? s’étonne et s’amuse le juge en la regardant.

Une colère profonde et sauvage, c’est tout ce qu’il reste dans sa tête après avoir entendu la dernière réplique du juge. Elle se retrouve à quelques mètres du trône de pierre du juge, incapable de faire un pas de plus, stoppée par la chaîne qui lui scie les poignets jusqu’au sang. L’enfant-juge sur son trône de pierre la regarde, clairement content de sa réaction.

C’est tout ce qu’il espérait, qu’elle se dévoile au grand jour pour ce qu’elle est, comme la femme agressive et impulsive qu’elle est. Révéler les gens pour ce qu’ils sont est son plus grand plaisir. La plupart le vivent très mal, mais il s’en moque.

C’est le seul intérêt de ce tribunal après tout, du moins pour lui. Les autres juges font comme ils veulent, mais tout ce qu’il veut, lui, c’est voir les humains à ses pieds, hurlant et pleurant alors qu’il les condamne. Avec elle, il a encore une réaction de choix à ajouter à sa collection de souvenirs.

Chaque juge a sa technique avec les criminels, et frapper où cela fait mal lui procure le plus grand plaisir, en prouvant et révélant toute la domination et le pouvoir qu’il a sur les grimpeurs.

Elle continue de crier et de l’insulter, vociférant sans lendemain pour exprimer toute la haine qu’elle éprouve pour lui, mais cela ne lui suffit pas… Un craquement, puis un deuxième, la chair s’arrache petit à petit, mais elle est finalement libre de se jeter sur lui après s’être brisée les pouces et plusieurs os des mains. Cependant, Hamilton intervient et la plaque au sol.

— CASSE-TOI, JE VAIS LE TUER !! continue-t-elle de crier, les yeux injectés de sang.
— Non ! Arrête ou c’est toi qui vas mourir ! dit-il pour essayer de la convaincre. Si tu le touches lors de ton procès, il a le droit de te tuer sans sommation ! Retiens-toi !

Sans même lui répondre, elle le frappe au visage avec son poing en étouffant la douleur, puis lui met un coup de pied dans le ventre avant de se redresser et faire face au juge qui continue de sourire de toutes ses dents comme un dérangé.

« Qu’est-ce que tu attends ? Touche-moi, je t’en prie, fais-moi ce plaisir ! Ou alors tu vas me gronder ? Essayer de me mettre une fessée… Maman ? Khukhuh… »

Hamilton l’attrape aussitôt par la jambe, bien déterminé à ne pas la laisser faire un pas de plus en direction du juge.

« Si tu l’attaques aujourd’hui tu perds tout ! Réfléchis-y avant de commettre une erreur pareille !! »

Hamilton continue de la tenir même si deux coups ont suffi à le mettre à moitié KO, mais Nina ne fait pas un pas de plus dans la direction du juge. Elle le fixe en se demandant ce qu’elle peut faire contre ce mioche.

Nina sait qu’Hamilton a raison, mais elle ne veut pas laisser cette chose en face d’elle s’en sortir à si bon compte à cause de sa position. Il sait… et il joue avec elle… Un foutu sadique imbu de son propre pouvoir qui tend presque les bras dans sa direction pour lui faciliter les choses.

Le sourire en coin, un regard amusé et nonchalant, comme si rien ne pouvait l’atteindre. Ce n’est qu’un monstre qui se moque de tout. Ça ne convient pas au visage d’un enfant qui est presque aussi grotesque qu’horrible à regarder.

Elle a la nausée et les mains qui tremblent et irradient de douleur alors qu’elle le fixe, immobile. Pourquoi est-ce qu’elle s’est arrêtée ? Pourquoi ? Son esprit se répète cette question alors qu’elle n’a qu’une envie, c’est de se jeter en avant et le frapper jusqu’à ce qu’elle ait retiré cette expression de son visage. Tout ce qu’elle voit devant elle, c’est un foutu pervers qui mérite de crever.

Alors pourquoi est-ce qu’elle ne fait pas un pas de plus ? Aurait-elle peur de mourir ? Est-ce que c’est pour ça qu’elle s’est arrêtée ? Elle aurait peur ? Elle ? Bien sûr qu’elle mourra avant même de lui avoir ébouriffé les cheveux, mais est-ce qu’elle a besoin de se retenir ? Vivre plus longtemps pour le faire souffrir pour l’allusion qu’il vient de faire… Est-ce que c’est un objectif qu’elle peut tenir ou vaut-il mieux essayer tout de suite de lui faire mal. Mais monter la tour, avoir des compétences, parler à Judas, tout ça c’est dans le futur, tout ce qu’elle veut maintenant c’est le tuer, mais il n’attend que ça…

Il ne souhaite qu’une chose c’est qu’elle le fasse, qu’elle passe au crime directement, juste pour s’amuser quelques instants en la réduisant à une tache sur le sol. Il veut qu’elle le fasse, et franchement elle le ferait sans hésiter si au moins elle était sûre de l’entraîner avec elle dans la mort, mais bien sûr, cela ne se passera pas comme ça, ce n’est qu’un désir irréaliste.

Rien ici ne fonctionne correctement, tu parles d’un Nouveau Monde quand tu retrouves tous les travers de l’ancien. Autant essayer de foutre en l’air tout ce système, mais pour cela elle doit comprendre comment il fonctionne. Il lui faut du pouvoir, plus qu’elle n’en a maintenant. Qu’elle soit obligée de le prendre de force ou de le construire, il y aura un moyen pour elle de tuer ce gosse qui se prend pour dieu.

Elle se tient droite devant le juge. Résolue, le fixant de ses yeux bleus. Du sang coule de ses mains tremblantes et meurtries, puis tombe sur le sol blanc de la cour de justice. Tout son corps brûle et tremble en même temps. Sa colère devient plus froide et ferme, finissant de la convaincre de ne pas charger en avant. Elle sait qu’elle est faible à présent. Si jusque-là elle n’a jamais eu la sensation de perdre, même contre le gardien, elle s’est rendu compte que ça s’arrêtait là. Aujourd’hui, elle perd et elle doit l’admettre, car sinon c’est la mort qui l’attend, sans possibilité de vengeance.

Elle est résolue maintenant et sait ce qu’elle doit faire. Gagner du pouvoir et se venger.

« Je te tuerai. Tu es ma priorité maintenant. »


Correction : Hastin


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Nina 13

  1. Merci pour le chapitre !

    On dirait qu’elle va prendre ce monde plus au sérieux maintenant ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :