KissWood

Yondome Wa Iyana Shi Zokusei Majutsushi – Chapitre 44

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (10€)

_________________


Je vais t’anéantir complètement, tu n’as aucun avenir.

Un peu plus tôt.

Vandalieu se réveille soudainement.

« … Les esprits font beaucoup de bruits. » (Vandalieu)

[Est-ce que quelque chose s’est passé ? Il ne semble pas y avoir plus d’esprits de monstres que d’habitude venant du donjon où se trouve l’équipe de Borkus.
Maintenant que j’y pense, Borkus est revenu du donjon aujourd’hui, donc il doit être à l’endroit habituel.]

Alors qu’est-ce que ça peut être ? Il n’arrive pas à savoir ce qu’il se passe en demandant directement aux esprits.

[Bon, c’est probablement mieux de rester éveillé. Je ne sens pas de danger, donc il n’y a pas de monstre de haut rang du niveau d’un désastre qui s’approche de Talosheim au moins.]

« Maman est en train de dormir, huh. » (Vandalieu)

La petite boite sur la table de chevet qui contient le fragment d’os de Darcia et son esprit est silencieuse. Alors qu’il se demande quoi faire en attendant, Vandalieu ressent une présence.

« … Détection de vie. » (Vandalieu)

Lançant un sort de détection qui agit sur une grande zone, il découvre que de nombreuses formes de vie sont entrées dans le château.

[Qui peut venir me rendre visite à cette heure de la nuit ? Le fait qu’il y ait une réaction à ce sort veut dire que ce ne sont pas des Morts-Vivants, alors qui sont-ils ? En excluant les personnes qui visitent les bains publics, il ne devrait y avoir personne dans le château royal à part Pauvina, Borkus et moi. Zadiris est dans un donjon aujourd’hui et Basdia visite Bilde et les autres mères pour savoir comment s’occuper d’un bébé et elle va rester avec elles.
J’ai invité Tarea à vivre dans le château royal aussi, mais elle préfère vivre dans le même bâtiment où se trouve son atelier, puisqu’elle a beaucoup de travail. Elle était vraiment triste, mais je pense qu’elle viendra vivre ici une fois qu’elle aura moins de travail.
Mettons ça de côté, qui sont ces gens ?]

« Je vais utiliser “Détection de vie” une fois de plus… Ils viennent par ici au lieu d’aller à la salle d’audience ? » (Vandalieu)

Cela veut peut-être dire qu’ils ont des affaires à discuter avec Vandalieu, donc il se lève.

Il attend en se demandant s’il va les accueillir avec des répliques de grand méchant comme « Hey, je suis fatigué d’avoir attendu », ou « Finalement ».

Et ensuite, il ressent une forte soif de sang devant la porte. Cela veut dire que quelqu’un de l’autre côté de la porte a des intentions meurtrières à l’égard de Vandalieu.

Il se demande de qui il s’agit tout en mettant le fragment d’os de Darcia sur la table basse dans la poche de sa veste pour le garder en sécurité.

[D’après la présence que je ressens, ce n’est pas une situation urgente, mais mieux vaut être prévoyant. En attendant… des personnes vivantes qui veulent ma mort… il est encore trop tôt pour que ce soit l’un des réincarnés d’Origin. Les autres personnes qui peuvent vouloir ma mort peuvent être d’Evbejia, des bandits ou encore des humains de la nation bouclier de Mirg, mais les chances sont faibles.
Ils auront du mal à traverser la chaîne de montagnes et, même s’ils ont recruté un assassin, personne n’acceptera un tel travail.

La réponse la plus probable reste des monstres, mais il n’y a pas d’espèces suffisamment intelligentes à proximité de Talosheim pour faire quelque chose comme s’infiltrer dans le château.

[Hmm, est-ce que ça peut être des espions de la nation de Mirg ?]

C’est possible que ce soit une escouade d’assassins très compétents. Alors que Vandalieu considère les possibilités, la porte s’entrouvre légèrement et une femme rentre à l’intérieur de la chambre.

[Une femme ? Et elle ne cache pas son visage.]

Une femme qui n’a pas l’air d’un assassin ou d’un monstre au premier regard vient d’entrer dans la chambre. Elle porte des vêtements qui ont l’air de faciliter ses mouvements, mais elle ne porte pas d’armure ou d’arme sur elle.

C’est une femme magnifique avec des cheveux rouges et à la peau blanche qui a l’air d’être au début de sa vingtaine.
Et ensuite, sans sortir de couteau de sa poche ou réciter d’incantation, la magnifique femme dresse son visage dans sa direction.

[?!] (Eleanora)

Et ensuite, elle ouvre les yeux. Elle semble surprise. Il ne peut pas la blâmer d’être surprise en voyant le propriétaire de la chambre dans laquelle elle vient de s’infiltrer bien réveillé, mais n’est-elle pas un peu trop surprise ?

La magnifique femme se remet de sa surprise rapidement et se met à fixer Vandalieu intensément.

[Ce sont des yeux incroyables.]

Alors que cette pensée traverse son esprit, Vandalieu ne les détache pas de la magnifique femme. C’est une intruse dans sa chambre après tout et étrangement, il ne ressent pas de danger de mort venant d’elle. Il pense ensuite que c’est sans doute une sorte de compétition où la première personne à briser le contact visuel est le perdant.

Avec des regards qui semblent capables de transpercer toutes les surfaces, ils continuent à se fixer l’un l’autre. D’un coup, les yeux de la femme ainsi que sa bouche ont l’air de se décrisper.

« Tu es Vandalieu, n’est-ce pas ? » (Eleanora)
« Oui, je suis Vandalieu. » (Vandalieu)

Elle demande son nom et donc Vandalieu répond honnêtement. Alors qu’il répond, il semble de moins en moins sûr de l’identité de cette femme.

[Mais ce danger de mort… la réaction que j’ai de « Perception du danger : Mort » est de moins en moins forte… ?]

« Hey, que penses-tu de moi ? » (Eleanora)

Pour une raison inconnue, elle pose cette question.

« Huh, je pense que tu es quelqu’un de magnifique. » (Vandalieu)

[Je vais lui donner une réponse sans conséquence pour l’instant. Elle est magnifique après tout.]

« Je vois. Je suis contente. Veux-tu être mon ami ? » (Eleanora)

[En plus d’être heureuse, elle me demande d’être son ami. Si j’étais à un coin de rue, j’aurais l’impression qu’elle essaye de me séduire.]

« … Si tu es d’accord pour que je sois ton ami, ce sera un plaisir… ? » (Vandalieu)

[C’est incroyablement questionnable de savoir si être ami avec une femme magnifique qui s’est infiltrée dans ma chambre est une bonne idée, mais je vais répondre par un oui pour le moment. Si je refuse et qu’elle se met en colère, ce serait effrayant.]

« Bien, dans ce cas veux-tu prier le dieu démoniaque Hihiryushukaka que nous vénérons ? Dis que c’est un dieu merveilleux. » (Eleanora)

[Et maintenant, elle veut que je prie le dieu démoniaque qu’elle a l’air de vénérer. Puisque tout le monde dans ce monde est au courant de l’existence des dieux, c’est peut-être une bonne manière dans la société humaine de montrer son respect pour le dieu que l’autre personne vénère avant de se présenter ?
Bon, je m’en moque. Puisque ce n’est ni Rodcorte ni Alda, ça ne me pose pas de problème de complimenter ce dieu Hihiryushukaka.]

« D’accord… Le dieu démoniaque Hihiryushukaka est un dieu merveilleux. » (Vandalieu)

[Mais qui est cette magnifique femme ? Elle ne montre aucun signe de vouloir faire du mal à ma mère et elle n’a pas l’air de faire quoi que ce soit pour essayer de me tuer… et elle n’est probablement pas ici pour que je rejoigne sa religion.
Est-ce que c’est possible qu’elle soit une espionne du royaume d’Orbaume ?
Quand Talosheim a été détruite, la première princesse et environ cinq cents citoyens se sont échappés dans le duché Hartner. Ils veulent sans doute restaurer leur terre natale un jour.
Et le royaume d’Orbaume qui les a accueillis espère sans doute que Talosheim retrouve sa grandeur d’antan. Ils ont probablement mis en place un mariage politique avec la première princesse ou quelque chose du genre pour faire en sorte que la première princesse soit un membre de leur famille et pour faire en sorte qu’ainsi, Talosheim devienne une nation vassal. Ce serait clairement profitable pour eux.

Il n’y a plus de route par laquelle la nation bouclier de Mirg peut envoyer des troupes. Ils pourraient maintenir une nation tant qu’ils ont des murs et des soldats pour tenir les monstres à distance et des aventuriers viendront en grands nombres pour les quatre donjons à proximité.
Est-ce que cette femme est là pour enquêter sur l’état de Talosheim ? Mais quand elle est arrivée, des murs, la ville et le château étaient tous réparés et il y a des monstres ainsi que des Morts-Vivants qui y vivent… et il y a même un [roi] inconnu.
Du coup, elle est venue ici pour prendre contact avec le roi qui gouverne le groupe qui a pris le contrôle de Talosheim ? Elle négociera si c’est possible, mais sinon elle se servira des hommes qui sont juste dehors pour s’occuper de moi.
Je ne comprends pas pourquoi elle m’a fait prier un dieu démoniaque par contre.
Ils m’ont eu. Je ne m’attendais pas à ce que des espions ou des humains s’infiltrent… Donc la sécurité est pleine de trous.]

Sans la capacité [Transmutation de Golem] de Vandalieu pour créer des routes sur des falaises, traverser la chaîne de montagnes avec des centaines de personnes ou plus serait difficile et le tunnel menant au royaume d’Orbaume est toujours scellé. Il n’a jamais imaginé que des humains pourraient venir de l’extérieur.
Les monstres ne peuvent pas grimper les murs et ils n’approcheront pas puisqu’ils peuvent sentir la présence des Titans Morts-Vivants.
C’est pour cela qu’il n’y a pas de gardes sur les hauts remparts solides et que c’est donc probablement facile pour quelqu’un de s’infiltrer dans la ville ou le château avec un peu de jugeote. Vandalieu n’avait jamais pensé à la sécurité.

Il se maudit pour sa propre négligence, mais se sent heureux de pouvoir parler à cette personne plutôt qu’à des gens qui veulent sa mort, comme par exemple des aventuriers de la nation de Mirg ou des fanatiques religieux qui vénèrent Alda.

[Pour l’instant je devrais demander le nom de cette femme.]

« Tu as dressé les Morts-Vivants, pas vrai ? Comment as-tu fait ? Quand est-ce que tu as reçu la protection divine de la déesse ? » (Eleanora)

Avant qu’il ne puisse demander, une autre question lui est présentée. Et cette question demande quelque chose à laquelle il n’a jamais pensé.

[Comment est-ce que j’ai dressé les Morts-Vivants tu dis… Je ne fais rien de spécial, est-ce vraiment quelque chose que tu as besoin de me demander ?
Je n’ai pas jeté de balles étranges pour capturer des Morts-Vivants affaiblis et je n’ai pas non plus eu besoin de les battre pour qu’ils se relèvent et deviennent mes amis.
J’ai créé Homme d’Os et les autres moi-même, et les Goules ainsi que les Titans Morts-Vivants sont sous l’effet de [Charme de l’élément Mort] et j’ai dû négocier avec Borkus. Je n’ai pas l’impression de les avoir dressés.
Je ne pense pas que ce soit si étrange puisque le job de Dresseur existe dans ce monde. Est-ce que c’est à cause du grand nombre de Morts-Vivants ? De son point de vue, je donne peut-être l’impression d’avoir dressé plus de mille Morts-Vivants, donc elle veut peut-être savoir si j’ai un secret ou une astuce pour cela.]

Sans savoir que tout le monde sait que dresser les Morts-Vivants est impossible, c’est comme cela que Vandalieu interprète la question.

[Et la protection divine de la déesse… Ah, est-ce qu’elle parle de la prophétie que Nuaza a reçue ?]

« C’est bien cela, mais même si tu me demandes comment j’ai fait… Bon, j’en suis capable en tout cas. Pour ce qui est de la protection divine… Est-ce que tu parles de la prophétie ? » (Vandalieu)

[J’ai posé une question en lui répondant et, même si elle a l’air surprise, elle semble comprendre. Même si les dieux existent, les prophéties sont probablement rares.

J’ai fini par lui poser une question en retour, mais je suis soulagé que ça n’ait pas l’air de la déranger.
… Oh ? Je peux sentir que sa soif de sang revient un peu.]

« Je vois… Dans ce cas, je me demande où se trouve le Roi de l’épée Borkus* ? Peux-tu me dire où il est maintenant ? » (Eleanora)

(* : vu au chapitre précédent, elle parle de sa dépouille comme d’un objet, un peu comme le « it » anglais pour faire simple.)

[J’étais perdu dans mes pensées et j’ai laissé passer ma chance de lui demander son nom. Elle parle de Borkus maintenant. Je ne sais pas pourquoi elle est intéressée par Borkus, mais… elle veut peut-être mesurer les forces militaires présentent ici ?]

« Borkus doit être dans la salle d’audience. » (Vandalieu)
« Doit-être… ? C’est un Mort-Vivant ? » (Eleanora)
« Oui. » (Vandalieu)

L’endroit où se trouve Borkus ou le fait qu’il soit un Mort-Vivant ne sont pas des choses qui ont besoin d’être cachées, donc Vandalieu répond aux deux questions. Après l’avoir fait, la femme semble réfléchir à quelque chose.

[La soif de sang venant de cette femme vient à nouveau de disparaître, mais je peux quand même sentir un signal de « Perception du danger : Mort » depuis l’autre côté de la porte. Je devrais appeler Borkus et les autres au cas où. Je dois réveiller mes insectes Morts-Vivants, leur dire d’aller dans la salle en dessous et…

« D’ailleurs… Comment est-ce que tu as réparé le château et la ville ? Tout aurait dû être en mauvais état. Est-ce que tu as ordonné aux Morts-Vivants de le réparer ? » (Eleanora)

Et ensuite, la femme posa une question à propos du château et de la ville. Elle a dû être surprise après avoir vu Talosheim restauré alors que la ville était en ruine.

« Non, j’ai fait des Golems pour ça. » (Vandalieu)

[Les réparer en faisant des Golems est sûrement extraordinaire. Même maintenant, cela coûte des milliers de Manas pour faire un seul golem. Parfois même plus de dix mille Manas. Même si c’est théoriquement possible, c’est définitivement impossible pour des Alchimistes normaux.
Le job de « Transmutateur de Golem » n’a pas encore été découvert, donc il n’y a que quelqu’un ayant plus de 100 000 000 Manas pour pouvoir utiliser une telle méthode.]

Puisque Vandalieu n’a pas de connaissances concernant les Golems, c’est comme cela qu’il a interprété la surprise de la femme quand il a mentionné les Golems.
Ensuite, la porte derrière la femme s’ouvra et plusieurs personnes entrèrent, dirigées par un homme qui a l’air irrité.

[Hmm, les choses ont changé. Pour le moment, je vais transformer le sol en Golem.]
Les hommes qui viennent d’entrer ne cachent pas leurs visages et ils n’ont pas dégainé d’armes. Ils lancent des regards dangereux dans ma direction. Maintenant que j’y pense, en incluant la femme magnifique, ils ont tous des pupilles rouge sang.

« Oi, combien de temps ça va te prendre ? » (Sercrent)

[L’homme dit quelque chose de dangereux comme quoi il n’y a plus de raison de me garder en vie puisque je n’ai plus d’utilité. Il n’essaye même pas de cacher sa soif de sang et sa méchanceté. Malgré cela, il a l’air d’être plus concentré sur la femme que sur moi.
Est-ce que la bataille commence ?]

Vandalieu se demande cela, mais la femme commence à se quereller avec l’homme tout en maintenant le contact visuel avec Vandalieu.

« Cet enfant pourrait être utile pour nous. Il y a beaucoup d’avantages à lui demander comment il a dressé les Morts-Vivants et comment il a utilisé des Golems pour réparer les ruines. » (Eleanora)

[Je suis content que tu me trouves de la valeur, mais cela m’aiderait bien plus si tu pouvais stopper cet homme. Cependant, dire tout cela en regardant dans les yeux de la personne dont tu parles est un peu étrange, pas vrai ?]

« … Eleanora, es-tu devenue folle ? La mission que nous avons reçue est de tuer le Dhampir. C’est une priorité. Le reste viendra une fois qu’on aura accompli cela. Toute connaissance secrète ou compétence rare est sans rapport. » (Sercrent)

C’est la réponse que donne cet homme. Vandalieu a finalement appris le nom de la femme magnifique, mais il a aussi entendu quelque chose qui l’inquiète bien plus.

[Tuer le Dhampir est la priorité ? Est-ce que cela veut dire que ce sont des partisans d’Alda ? Ce ne sont pas des espions du royaume d’Orbaume ? Est-ce que cette histoire de dieu démoniaque est un mensonge ?
Il semble que toutes mes suppositions sont fausses. Mais pourquoi est-ce que cet homme dit tout cela devant moi calmement ? Il est soit confiant dans ses capacités, soit il me sous-estime.
Quoi qu’il en soit, c’est déplaisant.]

« Eleanora, tu le fais. Si tu ne le fais pas, je vais dire à Birkyne-sama que tu as refusé de tuer le Dhampir. » (Sercrent)
« ! Sale bâtard… » (Eleanora)

[Et au final, on menace Eleanora pour qu’elle me tue. Il semble que ce Birkyne dont il vient de parler est vraiment quelqu’un d’effrayant.
Mais cette Eleanora n’a toujours pas rompu le contact visuel avec moi pendant tout ce temps. Ses yeux ne lui font pas mal ? Les miens brûlent un peu.]

Alors que ses pensées traversent son esprit, Vandalieu a décidé de comment il va s’occuper de ses personnes.

[Pour le moment, je vais tous les capturer vivant. Je pourrai les questionner après les avoir tués, mais s’ils ont été envoyés par le royaume d’Orbaume, je pourrai me servir d’eux dans le futur s’ils sont en vie.]

La soif de sang d’Eleanora remonte pour la troisième fois. Pense-t-elle à tuer Vandalieu comme l’a ordonné Birkyne ?

« Peux-tu venir ici ? » (Eleanora)

Il semble qu’elle s’y soit résolue. Elle demande à Vandalieu de s’approcher.

[Tant pis. Je vais l’approcher et quand elle essayera de me tuer…]

Vandalieu approche d’elle tout en pensant à cela. Il est à distance pour qu’Eleanora lui lance un coup de pied, mais elle ne bouge pas. Sa soif de sang diminue rapidement. Il approche suffisamment pour pouvoir la toucher maintenant, mais elle ne bouge toujours pas. Il ne ressent plus du tout de soif de sang.
Même en utilisant consciemment « Perception du danger : Mort » qui est toujours actif, il n’y a plus de réponse.

Il semble qu’elle ne souhaite plus tuer Vandalieu ou qu’elle en soit incapable. Maintenant, elle n’est plus son ennemie.
Cependant, il y a toujours les hommes derrière elle. Comparée à celle d’Eleanora, la leur ne fait que grandir. De plus, elle n’est pas juste pointée sur Vandalieu, mais aussi sur Eleanora.

[Un conflit interne dans leur organisation ? Bon, comparée à moi, elle n’est pas en danger d’une mort soudaine… Ah, ce n’est pas bon.]

Alors qu’Eleanora attrape la tête de Vandalieu à deux mains et le soulève, les hommes agissent.

« Allez-y ! Tuez le Dhampir et Eleanora ! Comme nous l’avons fait pour ce tas de merde, Valen ! »

L’homme qui a l’air toujours aussi fier crie en ayant les yeux injectés de sang et ses subordonnés dégainent leurs épées pour tuer Vandalieu et Eleanora. Leur mouvement est plus rapide qu’il ne s’y attendait en se basant sur la sensation de « Perception du danger : Mot » et il a réagi un instant trop tard.

En utilisant « Télékinésie », Vandalieu vole vers l’arrière avec Eleanora. Le lit grince et du sang gicle de son dos blessé.

Cependant, il semble que la blessure qui a pourtant presque atteint ses poumons ne soit pas suffisante pour la tuer. Il fallait s’y attendre, elle et les autres sont des Vampires après tout.

En ayant réalisé cela, Vandalieu regarde les hommes en étant toujours dans les bras d’Eleanora. Ils crient quelque chose, mais il s’en moque.

« Qu’est-ce que tu viens de dire à l’instant ? » (Vandalieu)

Ce tas de merde, Valen. Ces hommes viennent de parler ainsi du père de Vandalieu qui est mort avant sa naissance, le mari de Darcia.

« Les effets du Charme des yeux démoniaque est rompu ! Tuez-le avant qu’il n’appelle les Morts-Vivants dehors ! » (Sercrent)

Sercrent lève son épée alors qu’il crache des ordres aux subordonnés Vampires dont les mouvements sont ralentis, comme s’ils étaient impressionnés par le Dhampir. Il n’a pas l’intention d’échanger des paroles avec Vandalieu, peu importe ce qu’il dit.

[Si Eleanora se guérit et redevient capable de se battre, je ne pourrai pas la tuer. Si le Dhampir invoque ses Morts-Vivants, nous serons ensevelis sous le nombre. S’ils joignent leurs forces, ce sera la pire chose possible. Ils doivent être tués à tout prix !]

Les subordonnés Vampires montrent leurs crocs et foncent pour les déchiqueter tous les deux avec leurs épées et leurs griffes.

« Tombe. » (Vandalieu)

Cependant, le sol disparaît sous leurs pieds. Le sol que Vandalieu a transformé en Golem au préalable en utilisant « Transmutation de Golem » pour en faire une sorte de piège se déclenche.

« Un piège ?! » (Vampire)
« Impossible ! » (Vampire)

Les vampires et le lit tombent. Il n’y a que le sol sous la table de chevet qui reste immobile, mais les Vampires qui fonçaient vers Vandalieu et Eleanora ne l’ont pas remarqué.

« C —C’est… ? » (Eleanora)

Sur le lit qui défie la gravité en flottant doucement vers le bas, Eleanora est estomaquée. Trop de choses viennent de se produire en un instant, son esprit n’analyse pas suffisamment rapidement les nouvelles informations.
Alors qu’elle cligne des yeux sans se sentir concernée par sa blessure, Vandalieu se dit qu’elle est adorable maintenant que son air suffisant a disparu de son visage.

Ce serait bien de pouvoir dire quelque chose de cool, mais il y a quelque chose qui l’intéresse plus qu’elle actuellement.

« Attends un instant s’il te plaît. » (Vandalieu)

Il n’est pas inquiet pour Eleanora. Elle n’est pas son ennemie. Elle est apparue devant lui en voulant le tuer, mais cela a disparu sans que Vandalieu n’ait besoin de faire quoi que ce soit. Même si elle était une ennemie de son père, il s’en occupera en temps voulu.
Vandalieu tourne son regard en direction de Sercrent.

« Kuh, des actes indignes ! » (Sercrent)

Le Vampire Noble-née Sercrent qui possède la capacité de voler est tombé pendant un instant, mais maintenant il a retrouvé sa posture et flotte calmement dans les airs.

De l’autre côté, aucun subordonné Vampire n’est suffisamment stupide pour tomber sur son dos ou sa tête. Comme on peut l’attendre de Vampires.

« Dépêchez-vous et tuez-les ! » (Sercrent)
« Ouais, faisons cela. » (Borkus)
« ?! » (Sercrent)

Alors que Sercrent se tourne en direction de la voix d’homme qu’il ne reconnaît pas, il peut entendre un sifflement.

Ensuite dans le coin de sa vision, il peut voir son propre bras tenant encore son épée ainsi que sa jambe coupée juste au-dessus du genou qui s’éloignent de lui.

« Guh… GAAAAh ! S-sale bâtard ! » (Sercrent)

Le Titan chauve au corps finement ciselé et dont uniquement une moitié du visage est intacte est celui qui est responsable de l’attaque, « Ciel Déchiré », et rit en disant « Ne crie pas si fort. »

« Oups, excuse-moi. Devons-nous les garder vivants ? » (Borkus)
« Changement de plan, Borkus. Tue-les tous sauf elle. Mais je serais content si tu me laisses tuer celui-ci. » (Vandalieu)
« Ouais, ça marche. Dis-moi juste quand est-ce que tu as charmé une si jolie fille ? » (Borkus)
« Non, non, je suis celui qui a été charmé. » (Vandalieu)
« Tu es sérieux ? À ce rythme, les choses finiront par mal tourner si nous ne trouvons pas Zandia-jouchan rapidement. » (Borkus)

En voyant le Mort-Vivant avec sa soif de sang extraordinaire qui émane de tout son corps, Eleanora chuchote, émerveillée.

« L-Le « Roi de l’épée », Borkus. C’est impossible, tu l’as dressé ? » (Eleanora)

Le héros Titan dont on a dit qu’il avait coupé la tête d’un Dragon en une seule attaque et battu dans la guerre d’il y a deux cents ans. Même maintenant, il vient de couper simultanément le bras et la jambe de Sercrent, un Vampire Noble-né.

C’est impossible qu’un Mort-Vivant aussi puissant puisse être dressé. La difficulté de dressage d’un monstre est proportionnelle au rang du monstre et à son intelligence. Borkus possède une force qui excède celle d’un Dragon inférieur et il est suffisamment intelligent pour tenir des conversations. Même avec une protection divine, la difficulté de dressage d’un tel individu dépasse toute compréhension.

Cependant, il y a beaucoup de Vampires qui, contrairement à Eleanora, ont le temps de le remarquer et d’être surpris par tout cela.

« Sercrent-sama ! » (Vampire)
« Sales bâtards, gardez le Mort-Vivant à l’écart ! Je vais tuer le Dhampir pendant ce temps ! » (Sercrent)
« À vos ordres ! » (Vampires)

La dizaine de Subordonnés Vampires font face à Borkus pendant que Sercrent se tourne vers Vandalieu qui s’est échappé des bras d’Eleanora et qui commence à réciter une incantation.

Bien que les Subordonnés Vampires sont des êtres inférieurs parmi les Vampires, ils possèdent une puissance qui est une menace pour des humains et possèdent une force physique immense, de bons réflexes, des griffes pouvant couper à travers du fer, une incroyable vitalité et une capacité de régénération qui les empêche de mourir tant qu’ils n’ont pas été décapités ou que leur cœur n’a pas été détruit.

Pour finir, ils possèdent aussi la caractéristique de recevoir des bonus des compétences de leurs jobs. En affronter dix est de la folie.

« GYAAAAAH ! » (Vampire)
« U-un Dragon venant du mur !? GAHAH ! » (Vampire)
« S-Sercrent-sama ! S’il vous plaît, sauvez — GUHEH ! » (Vampire)

Mais de tels Vampires se font écraser sans pouvoir être capable de résister un instant.

« GAAAAAAAH. »
« GYAOOOOOOH ! »

Celui qui est responsable n’est pas Borkus, mais les dinosaures Morts-Vivants qui ont été créés par les corps de dinosaures que Vandalieu a reçus pour son troisième anniversaire.

Il y a une large salle de banquet inoccupée à l’étage en dessous du bureau du premier ministre dont Vandalieu a déjà transformé les murs en Golems.

C’est pour cela qu’il en a changé la forme, pour en faire un couloir à travers lequel les dinosaures Morts-Vivants chargent depuis la salle de banquet.

En dehors de ceux qui sont pris par surprise, les Subordonnés Vampires essayent de s’en occuper, mais Vandalieu a aussi transformé le sol sur lequel ils se tiennent en Golem.

Alors que leurs jambes sont attrapées par les bras qui sortent du sol et que leurs mouvements sont stoppés par les trous qui apparaissent soudainement en dessous d’eux, les dinosaures Morts-Vivants les transpercent avec leurs dents et leurs cornes.

La partie supérieure de leur corps est découpée par les dents d’un tyrannosaure rex Zombie, leurs têtes sont éclatées comme des fruits trop mûr par une attaque directe venant de la queue d’un Ankylosaure Zombie et sont projetés entre les dents d’un Zombie à la forme d’un mystérieux chat cyclope couvert d’écailles.

À chaque fois qu’ils essayent de contre-attaquer, des mains sortent du sol et des murs pour les gêner et ils sont ensuite attaqués par les Morts-Vivants sans être capables de pouvoir bouger normalement.

Pendant ce temps, trois Subordonnés Vampires affrontent Borkus comme on le leur a ordonné.

« Ici, “Dégainement Ultime.” » (Borkus)

Avec une voix manquant d’enthousiasme, Borkus frappe avec son épée magique vers eux et relâche la plus basique des compétences martiales.

« Idiot ! “Mur de fer !”, “Corps de fer !” » (Vampire)

Un Subordonné Vampire prépare rapidement le bouclier dans son dos et utilise une compétence de bouclier et une technique d’armure qu’il a finalement appris à utiliser en atteignant le niveau 5 de certaines compétences. Elles permettent toutes les deux d’augmenter la résistance aux dégâts physiques et magiques. Aucune chance qu’une attaque à l’épée avec une compétence comme « Dégainement ultime » pourrait toucher ne serait-ce que son petit doigt avec une telle défense.

Cependant, l’épée magique de Borkus coupe à travers le bouclier du Subordonné Vampire et le coupe en deux comme un couteau chaud dans du beurre.

« Allez quoi, essaye au moins de survivre à un coup. » (Borkus)

Les compétences martiales sont proportionnelles au niveau de l’utilisateur. Le niveau 5 de technique au bouclier et d’armure ne peut pas arrêter la compétence de Borkus qui a atteint le niveau 10 et lui a permis d’obtenir la version supérieure, « Technique du Roi de l’Épée ».

« Hyih, hyiiiiih ! » (Vampire)
« Sercrent-sama, c’est impossible pour nous ! Par pitié, aidez-nous ! » (Vampire)

[Les deux derniers ont compris la différence de force, mais sont-ils stupides ?] (Borkus)

Borkus se demande cela alors qu’il frappe une fois de plus avec son épée magique.

« Attention à vous, “Triple Lacération.” » (Borkus)

Borkus lance trois attaques latérales à grande vitesse. Ils coupent la nuque du Vampire, son torse et son bassin. Du sang éclabousse l’endroit alors que ses jambes et sa tête roulent par terre.

« Ah, AAAAh ! » (Vampire)

[Le dernier est sauvé par le fait qu’il n’a que ses jambes de coupées au-dessus du genou. Bon, je vais le tuer rapidement de toute façon.]

« A-attend ! Je me rends, je te dirai tout ! Je parlerai de Sercrent-sama, Gubamon-sama et même Birkyne-sama ! Laisse-moi vivre ! » (Vampire)
« Désolé, on m’a dit de ne pas faire de prisonnier. » (Borkus)

[On m’a dit de tuer tout le monde sauf la jolie fille, et je dois faire ce que le boss dit. Oh, je suis devenu un peu plus mature j’ai l’impression ?] (Borkus)

« Et c’est un vieil adage qui dit que l’on doit tuer les Gobelins, peu importe à quel point ils ont l’air pitoyables. » (Borkus)

En disant un vieux proverbe partagé par des aventuriers d’une autre époque, Borkus frappe avec son épée trois fois en versant du sang partout. Les trois menus fretins ne sont maintenant que des masses de viande dont l’odeur est alléchante.

« Bon, vous n’avez qu’à vous en prendre à vous-même en étant devenus les ennemis du gamin. » (Borkus)

Borkus attrape une des jambes qui roule par terre et commence à la manger crue.

[Délicieux. Les Subordonnés Vampires ont meilleur goût que ce qu’ils n’en ont l’air. J’imagine que je vais essayer leurs cervelles et leurs organes ensuite. Ah, j’aurais dû prendre du sel avec moi.] (Borkus)

Avec de la viande fraîche comme casse-croûte, Borkus regarde l’exécution.

« Meurs, vermine de Dhampir ! » (Sercrent)

En criant ces mots, Sercrent attaque avec un éclair. L’éclair qui traverse l’air comme un serpent est probablement puissant. Il ne fait aucun doute que d’être frôlé arrêterait tout de suite le cœur de Vandalieu et qu’un coup direct le réduirait en cendre.
Cependant, il disparaît en entrant en contact avec la « Barrière d’Absorption Magique » qui recouvre le corps de Vandalieu.

« Quo — ?! … Très bien, je vais te tuer personnellement avec mes griffes ! » (Sercrent)

En agitant ses griffes, Sercrent s’approche de Vandalieu à la vitesse d’une bête sauvage. Ses mouvements sont étonnement précis pour quelqu’un à qui il manque un bras et une jambe.

« J’aurai ta tête ! “Larme de Fer !”* » (Sercrent)

(* : au choix ici, c’est larme de fer ou déchiquetage de fer. Le mot « iron tear » ne me permet pas de savoir. Dans le doute, j’ai pris le plus joli.)

Une vitesse si incroyable. Pour Vandalieu, c’est comme si Sercrent avait disparu pendant un instant et qu’il venait de réapparaître devant lui au suivant.

Cependant, la « Barrière de Négation d’impact » et la « Barrière d’absorption Magique » sont toutes les deux en place. Après ce qu’il s’est produit contre Bugogan, Vandalieu a décidé de les rendre extra-épaisses.

« Quoi ?! Mon mana, ma force ! » (Sercrent)

Sercrent a l’impression que l’air a été remplacé par une substance lourde et visqueuse. Au moment où il a touché les barrières de Vandalieu, son bras a cessé de bouger.

Son bras est capable de détruire des murs de château, mais Sercrent ressent une incroyable quantité de résistance qui l’empêche de le bouger d’un millimètre. C’est comme s’il était submergé dans un liquide impossiblement visqueux.

« Fuhahaha ! Cela veut juste dire que je dois attaquer avec une force suffisante pour outrepasser ton sort ! » (Sercrent)

En riant bruyamment, il relâche une fois de plus sa compétence martiale de combat à main nue, « Larme d’acier ». Son bras commence à bouger en direction de Vandalieu, un centimètre à la fois. Il est à moins de trente centimètres maintenant.

[Quand mes griffes l’atteindront, je briserai le crâne fragile du Dhampir et je répandrai son contenu sur le sol alors qu’il mourra misérablement !]
« Tu as raison à ce propos, mais tu n’y arriveras pas. » (Vandalieu)

Sercrent pensait que l’inexpressivité du Dhampir était causée par son désespoir, mais le Dhampir dit cela avec fierté. Ce n’est qu’un bluff, se dit-il. Sercrent est inférieur à Eleanora, mais son mana et ses compétences martiales sont dignes d’être ceux d’un Vampire Noble-Né.

[Cela prendra du temps, mais même avec un bras, briser une barrière comme celle-ci… un bras] ?

« Le bras et la jambe de Sercrent ne se sont pas régénérés ? » (Eleanora)

Eleanora remarque que les blessures de Sercrent ont simplement continué à laisser son sang couler. Avec la capacité de régénération d’un Noble né Vampire, les blessures ne devraient plus saigner et commencer à se régénérer, comme la blessure dans son dos. La seule exception possible serait d’être causée par une épée en argent ou une épée magique avec l’élément magique Lumière.
Cependant, il n’y a aucun signe de régénération.

« J’ai utilisé le sort nommé “Négation de la régénération” qui annule toute forme de soin automatique. Cela ne fonctionne que si je continue à l’utiliser, mais c’est suffisant pour te tuer. » (Vandalieu)

Cela prit un instant à Eleanora et Sercrent pour comprendre les mots que Vandalieu prononce avec un ton froid.

« Ah… AAAAAAGH ! » (Sercrent)

Au moment où il comprend finalement ce que veut dire Vandalieu, Sercrent laisse échapper un cri qui n’a pas tout à fait l’air d’un hurlement ou d’un rugissement. Il essaye de traverser à tout prix la barrière de Vandalieu.
Cela, avant qu’il ne meure d’anémie.

Les Vampires ont des capacités incroyables de régénération. Les Vampires Noble-né en particulier peuvent perdre des membres et en faire pousser de nouveau et, après un certain temps, leurs membres redeviennent normaux.

C’est pour cela qu’Eleanora et Sercrent n’ont jamais pris la peine d’apprendre des sorts de soin. Ils ne portent pas non plus de potions sur eux.

« UOOOOOOH ! » (Sercrent)

Sercrent essaye de se servir de sorts électriques et de feu comme dernier effort pour cautériser ses plaies et stopper le saignement, mais ils disparaissent alors que leur mana est absorbé.

Et plus il se débat et plus le sang se répand de ses plaies.

« Uoh…ho… » (Sercrent)

Les mouvements de Sercrent ralentissent et sont de plus en plus faibles, et sa peau déjà blanche pâlit encore plus.

« S-sale bâtard, je… je suis… le subordonné d’un… Vampire… Pur-sang… Gubamon… qui a reçu… la protection divine du… dieu de la vie joyeuse… Hihiryushukaka… Si tu me tues… des centaines de vampires vont… même la nation de Mirg… Est notre marionnette… Ils enverront une armée ici ! Si tu… ne veux pas – » (Sercrent)

Et ensuite, il commence à demander à ce qu’on l’épargne, mais il n’est que partiellement ignoré. Vandalieu semble penser que ses mots ont un peu de mérite.
Il ne regarde pas Sercrent, mais Eleanora derrière lui.

« Ce qu’il dit est vrai ? » (Vandalieu)

Derrière Vandalieu, Eleanora peut voir le visage de Sercrent se tendre.

« Non. Cet homme qui a tué ton père est bien le subordonné d’un Pur-sang Vampire qui a des connexions avec la nation de Mirg. Mais ils ne bougeront pas pour lui. » (Eleanora)
« Sale bâtarde, tu remues la queue pour un Dhampir — » (Sercrent)
« Ton haleine pue. » (Vandalieu)

Vandalieu plonge ses deux bras dans le torse de Sercrent.

« Gagah ?! » (Sercrent)

Avec « Transformation en Forme Spirituelle » appliqué sur ses bras, il les bouge à l’intérieur et en extrait son esprit alors qu’il est encore en vie.

« Je n’ai jamais rencontré mon père, donc je ne peux pas dire que je l’aime. Je ne sais même pas si je le respecte. Donc même si tu te moques de lui, même si tu es celui qui l’a tué, je ne peux pas te détester à sa place. » (Vandalieu)

[Et j’ai appris par l’exemple sur Terre et sur Origin que le sang ne fait pas de ta famille des alliés.]

Et ensuite, Vandalieu commence à déchirer l’esprit qu’il vient d’extraire.

« GYAAAAAAH ! AAAAAAGH ! » (Sercrent)
« Mais ma mère aime mon père. Et le fait que tu aies des liens avec la nation de Mirg implique que tu n’es pas entièrement blanc dans sa mort. Je suis sûr que tu es aussi lié à la force d’extermination qui a été envoyée dans la forêt nid du diable. C’est pour cela que je te déteste. Je ne te pardonnerai jamais. Je ne veux pas que tu m’apprécies. Tu me rends malade. Je ne te laisserai pas avoir une autre vie. » (Vandalieu)

Ses bras spirituels trouvent une sphère qui brille de la taille d’une bille qu’il peut pincer entre ses doigts.
Et ensuite, il l’attrape.

« S-stop ! Tout, tout, mais pas ça ! » (Sercrent)

Cette sphère est son âme. Le cœur de son esprit, couvert de forme spirituelle. Si on compare cela à une cellule, ce serait la partie qui contient l’information génétique.

Sercrent le comprend instinctivement et implore Vandalieu, mais il n’écoute pas.

Il brise l’âme de Sercrent de toutes ses forces.

« GAAAAAH ! GIHYAAAAAAH ! GYA – » (Sercrent)

Avec un bruit de craquement, la bille tombe brisée au sol.

Les quelques fragments dans les airs dansent comme des particules de lumière.

Sercrent, qui était en train de crier pour sa vie, arrête de bouger à ce moment précis. Son cœur bat encore et si des machines capables de le faire en étaient capables, elles pourraient probablement détecter des signaux cérébraux.
Cependant, Sercrent ne bougera plus jamais.

« Quel joli son… J’ai toujours voulu faire ça. » (Vandalieu)

Il vient de briser une âme. Dans les manga et les lights novels, Vandalieu a déjà vu des sorts ou des objets capables de ‘briser’ ou ‘détruire’ les âmes, mais il s’est toujours demandé depuis son temps sur Origin si c’était possible de le faire.

Puisque dans ce monde… et même sur Terre ou sur Origin, il n’y a pas d’enfer pour punir les morts. Il est impossible de croire que Rodcorte, le dieu du cercle de transmigration prendrait le temps d’en créer un.

[Si les gars qui m’ont tout pris meurent et sont réincarnés… ce serait inutile].

Mais ceux dont l’âme est brisée n’auront que le néant qui les attend. Leurs âmes ne trouveront jamais Rodcorte. Il n’y aura pas de nouveau départ pour eux.

« Mais cela prend trop de temps. Ce n’est pas quelque chose que je peux faire pendant une bataille. Je dois le faire après les avoir immobilisés et tuer d’abord, j’imagine. » (Vandalieu)

Vandalieu laisse Sercrent sur le sol. Il se tourne pour voir Borkus le regarder en ayant la bouche grande ouverte, la jambe à moitié mâchée d’un Vampire encore dans les mains et Eleanora qui le regarde, pétrifiée et les yeux écarquillés.

[Pourquoi sont-ils surpris ?]

« À l’instant, qu’est-ce que tu… lui as fait ? Tu as brisé quelque chose à Sercrent, qu’est-ce que c’était ? » (Eleanora)
« Je suis un Mort-Vivant et même moi je pouvais le voir. Si mes yeux ne m’ont pas trompé, c’était son âme. Le gamin a fini par briser l’âme de ce Vampire. Haha, il l’a vraiment fait. » (Borkus)
« Son âme… ! » (Eleanora)

Le visage d’Eleanora semble refléter une incompréhensible admiration tandis que Borkus rit nerveusement. Vandalieu utilise alors consciemment les muscles de ses joues qui ne bougent normalement jamais pour leur sourire.

« Umm, c’est à moi de poser des questions maintenant. Ah, tu n’as pas vraiment besoin de prier Vida ou quoi que ce soit. » (Vandalieu)

Pour une étrange raison, ils sont tous les deux encore pétrifiés.

[Vous avez acquis la compétence ‘Brise-âme’ !]


Pour donner vos impressions, n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour montrer votre soutien.

Correction : Hastin


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Yondome Wa Iyana Shi Zokusei Majutsushi – Chapitre 44

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :