KissWood

Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 259.5.2

Sang 31 – Méchante

« Ugh, guah ! »

En plein cours, je me sens soudain nauséeuse et ai à la hâte couvert ma bouche. Parce que je n’arrête pas de vomir récemment, Goshujin-sama m’appelle constamment à l’aide de surnoms peu flatteurs comme ‘fille-vomi’. Et je préférerais vraiment ne pas être appelée de manière aussi disgracieuse.

« Sophia, est-ce que tu as à nouveau une crise ? »

Alors que j’essaie désespérément de me retenir, le visage princier de Waldo apparaît en plein milieu de mon champ de vision.


Je suis maintenant couchée sur le lit de l’infirmerie scolaire. Depuis que je me suis fait gronder par mon tuteur, Mezarofis, j’ai fréquemment été confiée aux soins de l’infirmière. Ce n’est pas comme si ma condition physique avait soudain empiré, l’origine du problème est entièrement mentale.

A commencer par Waldo, rien que faire face aux garçons ayant été victimes de mon Charme m’est douloureux. Je ne sais même pas comment j’ai pu oser interagir avec eux en premier lieu, car, bien que je ne les considérais comme rien de plus que des sacs de sang sur pattes auparavant, ce n’est plus possible maintenant que ma conscience humaine m’est revenue. Même en incluant ma précédente vie, je n’ai jamais eu de véritables contacts avec d’autres personnes, après tout. Et encore moins avec des garçons.

J’ai déjà franchie la ligne alors, même moi, je me demande qu’est-ce que je raconte, cependant, c’est quelque chose inévitable. Le moi précédent ne voyait ces garçons que comme des choses. Je n’avais pas conscience que ce sont des gens. J’ai utilisé Charme pour leur laver le cerveau et les ai traités comme de simples objets. Même de mon propre point de vue, je suis vraiment quelqu’un d’horrible.

Et depuis que j’ai réalisé mes erreurs, je les ai complétement évités. La compétence Charme fournie par mon statut de Vampire, comparé à la même compétence mais obtenue indépendamment, n’est pas si puissante. La seule raison pour laquelle j’ai été capable de les contrôler à un tel point, c’est notre immense différence en terme de force. Toutefois, maintenant que la compétence a été désactivée, tant que je garde mes distances, ils finiront forcément par reprendre conscience. Plusieurs d’entre eux ont déjà coupés les ponts avec moi.

Oui, plusieurs. Le problème, en vérité, ce sont plutôt ceux continuant de s’impliquer avec moi bien qu’ils ne soient plus affectés. Waldo appartient à cette seconde catégorie. Je ne sais pas quel est son but mais, étant donné que sa simple présence me rend anxieuse, je souhaiterais qu’il arrête.

Et juste au moment où les choses commençaient à se calmer, alors que mes vomissements diminuaient en fréquence, Goshujin-sama a pensé que c’était une bonne idée que de lâcher une véritable bombe nucléaire. Qu’est-ce que c’est que toute cette pagaille ? La fin du monde est imminente ? Et il existe une méthode permettant de l’empêcher ? Même si tu décide soudainement de me parler de tout ça, quel rôle suis-je sensée jouer ? Je n’avais déjà pas assez de temps pour m’occuper de mes problèmes actuels, alors même si tu en rajoute un encore plus gros sur la pile déjà existante, je ne pourrai rien y faire.

J’ai certainement déjà pensé à m’impliquer avec la Religion de la Parole Divine. Après tout, si ce n’était pour la guerre ayant opposé mon pays à cette religion, mes parents ne seraient pas morts.

Néanmoins, si l’on me demande si j’aurais été heureuse dans ce cas, je ne pourrais répondre immédiatement. Cette réflexion fait remonter les souvenir de ce qu’à dit Mérazofis à la surface. Je me demande ensuite, « Mes parents seraient-ils fiers de moi comme je suis maintenant ? ». La réponse est définitivement… non. De leur point de vue humain, la façon dont vit un vampire est plus que certainement une chose inacceptable.

En prenant cela en compte, si cette guerre n’avait jamais éclatée et que je vivais toujours aux côtés de ma famille, que m’aurait-il arrivé ? Aurais-je vraiment pu dissimuler ma nature de vampire et vivre comme une simple humaine ? Je ne sais pas. Cette situation n’est qu’hypothétique après tout, et en raison de ma médiocre imagination, pas une seule idée d’à quoi ressemblerait un tel monde ne me traverse l’esprit. Quoi que je fasse, la seule méthode que j’arrive à trouver, c’est de dissimuler mes caractéristiques vampiriques.

Mais, au bout du compte, on ne peut modifier sa véritable nature. Et il est indéniable que cela ne changera jamais. Après tout, il est impossible pour le moi de ce monde de devenir autre chose qu’un vampire et c’est quelque chose que j’ai déjà accepté profondément dans mon cœur. Pour être franche, si l’on me demandait un jour si je considère pouvoir redevenir humaine, il me serait tout simplement impossible de consentir.

Si le Système devait disparaître, il en serait de même de mes compétences. Et lorsque cela se produira, ma compétence ‘Vampire’ passera à la trappe. Si cela se produisait, arrêterai-je d’être un vampire ? Redeviendrais-je une humaine ordinaire ?

Non merci ! Je ne serais alors plus ‘moi’. Après tout, je suis une vampire, donc pas de vampire, pas de moi.

Malheureusement, dans le cas contraire, le monde finira par disparaître. Et si le monde devait cesser d’exister, je n’aurai d’autre choix que de le suivre dans la tombe. Sois je meurs, soit j’arrête d’être une vampire.

Ce… n’est pas vraiment un choix. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire.

En raison de mon manque de sommeil, ma conscience s’est assombrie. Bien que je possède Résistance à l’Évanouissement, la compétence à ses limites. Grâce à Nullification du Sentiment de Douleur, je peux ignorer jusqu’à un certain point le mauvais état de mon corps, cependant, vu qu’une trace de sang est visible chaque fois que je vomis, je peut être certaine d’avoir l’estomac perforé. Je dois l’avouer, mon cerveau me paraît s’être liquéfié.

Ahh, je veux vraiment boire du sang. Depuis mon sermon, je n’en ai pas bu une goutte. Je suis une Vampire Originelle, je ne mourrai donc pas même si je n’en consomme pas, et cela n’affectera pas non plus ma force. Cela dit, c’est une histoire de sensation. Si je continue de ne pas en boire, cela reviendrait au même que de survivre uniquement à partir de gélules contenant tous les nutriments nécessaires pour un humain. Bien que ce soit possible, cela n’apporte aucune joie. Et même si ma force n’est pas altérée, lorsque je n’en bois pas, je me sens particulièrement irritée et je suis incapable de me calmer.

« Tu te sens mieux ? »

Ce n’est qu’après l’avoir entendu que j’ai remarqué la présence d’une personne à proximité du lit. Même si je suis perturbée et me sens malade, c’est vraiment imprudent de ma part.

« Je vais bien. »

Je lui réponds, tout en prétendant être calme. Lorsque je lève finalement le regard, comme je m’y attendais, le visage de Waldo me fait face.

« C’est un mensonge. Personne ne pourrait te croire avec un visage aussi pâle. »

Le jeune homme se penche en avant et me regarde dans les yeux. Non seulement cela, mais il pose même sa main sur le lit, comme pour m’empêcher de m’échapper.

« Qu’est-ce que tu fabriques ?

– Ne veux-tu pas boire mon sang ? »

Je n’ai pu m’empêcher de tressaillir en réponse, c’était ce à quoi je pensais il y a tout juste un instant après tout. Il semble qu’après que mon Charme ait perdu effet, il a fini par découvrir ma véritable identité.

Je déglutis. L’étudiant devant moi ressemble à un fruit bien mûr, prêt à être cueilli. Grâce à mes 5 sens renforcés, je peux facilement sentir l’odeur de se sueur, l’augmentation légère de sa température corporelle et même le son de son cœur battant à tout rompre. Bien que ma compétence n’ait plus d’effet, le garçon semble toujours avoir un faible pour moi.

« Pour toi, je serai prêt à faire n’importe quoi. »

A ces mots, ma rationalité décida de partir en vacances.


« J’ai vraiment craquée cette fois. »

Plutôt que de rentrer au dortoir, nous avons décidés de filer en douce du campus afin de rendre une visite au manoir où réside Goshujin-sama.

« Je me sens vraiment revigoré. »

Waldo sourit largement tout en prononçant cette phrase. De longues canines dépassent furtivement de sa bouche. Oui, je n’ai pas pu m’en empêcher. Emportée par mon grand enthousiasme, j’ai fini par aspirer trop de sang.

En se faisant sucer le sang par un vampire, on peut à son tour en devenir un. Cela étant dit, ce n’est pas si simple. Pour que cela se produise, il faut soit que le vampire parent désire obtenir un vassal, soit que la quantité de sang absorbé soit suffisante pour causer la mort. Il faut remplir au moins l’une des conditions. Dans ce cas précis, car je m’étais privée pendant si longtemps, j’en ai accidentellement trop fait. Grâce à ma perte de contrôle, Waldo est désormais un vampire pur et dur.

« Tu es l’héritier d’une noble famille, pas vrai !? Si jamais tu deviens un vampire, cela va évidemment poser un problème ! »

Sérieusement, comment ai-je pu penser que c’était une bonne idée de rajouter de nouveaux problèmes à une pile qui m’écrase déjà !? Argh, vraiment !? Que devrais-je faire !?

« Ferme-là, toi. »

Alors même que je me tordais d’agonie, je me suis prise un coup de pied de la part de Goshujin-sama. J’ai vraiment envie de pleurer.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

2 thoughts on “Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 259.5.2

  1. Et voilà ! Je le savais qu’on aurait pas la suite du combat x). En tout cas Sophia fait de la peine à voir… J’espère que shiro va mettre un bon coup dans ses problèmes :P.
    Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :