Notice: Undefined offset: 0 in /home/kisswoodwa/www/wp-content/themes/modern/includes/frontend/class-assets.php on line 132
Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 76 - KissWood

Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 76

Chapitre 76 : Les coéquipiers des héros


Nous avons pris une calèche pour retourner au château, et quand nous sommes arrivés, tout le monde s’affairait à préparer la grande salle pour un festin.

Qu’est-ce qui se passe ici ? »

« Nous préparons un festin pour monsieur Iwatani et les autres héros. Pour célébrer leur victoire rapide et décisive ».

« Hm. ”

J’avais pu prouver mon innocence, et au moins une importante dispute domestique avait été réglée. Je suppose que cela méritait d’être célébré.

Le hall était rempli de longues tables à manger. À en juger par la taille et le nombre, cette fête avait l’air plus étendue et plus impressionnante que la dernière fête, celle où j’avais combattu Motoyasu.

Cela avait pris tant de temps. J’ai réfléchi à la durée pendant laquelle j’avais été piégé et persécuté. J’avais l’impression qu’il avait fallu une éternité pour prouver mon innocence.

Je ruminais ces derniers mois lorsque la reine est passée. Elle était en pleine conversation avec un groupe de soldats, en faisant un signe de tête grave.

« Que se passe-t-il ? »

« Oh… »

Je suis allé lui demander ce qui se passait. Elle s’est blottie la tête dans les mains et a murmuré une explication, visiblement désemparée.

Apparemment, pendant les préparatifs, Salope s’était présentée dans la cuisine. Elle avait voulu être celle qui m’apporterait mon repas au festin.

Elle se sentait mal. Elle voulait se repentir. Elle pensait, apparemment, que livrer ma nourriture serait un pas sur son chemin vers la réconciliation.

Puis elle a pris de force mon repas dans la cuisine et est sortie dans le hall.

Cependant, la reine s’était préparée à tout incident potentiel et avait donné des ordres à l’avance pour régler les problèmes que Salope pourrait causer.

Au final, c’est Salope qui a fini par souffrir.

Avant de pouvoir me servir mon repas, Salope a dû le goûter pour vérifier s’il était empoisonné.

« Alors, que s’est-il passé ? »

« Elle a été emmenée à l’hôpital. »

Quelques heures seulement s’étaient écoulées depuis qu’on lui avait décrété sa punition. À quel point était-elle stupide pour essayer quelque chose comme ça si tôt ?

Mon bouclier m’avait donné une résistance aux poisons, donc je suis sûr que ça ne m’aurait pas affecté. Pourtant, l’absorption de poisons n’était pas mon passe-temps favori.

Salope n’a même pas compris ce que « se repentir » voulait dire.

À quoi pensait-elle ? Une tentative d’assassinat pourrait lui valoir la peine de mort.

« Comment sera-t-elle punie ? »

« Je veillerai à ce qu’elle le soit. Salope sera châtiée jusqu’à ce qu’elle comprenne sa place. »

« Comment est-on censé punir quelqu’un d’aussi impénitent ? »

« Au moins, nous l’avons arrêtée avant qu’elle n’aille trop loin. Si elle avait réussi son plan, j’aurais perdu votre confiance, et j’ai passé trop de temps à essayer de la gagner. »

« Peu importe. C’était presque sûr qu’elle allait tenter quelque chose. Elle n’a jamais eu l’air repentie de toute façon. »

Elle n’était pas très intelligente, mais je suppose qu’il y avait quelque chose que je pouvais admirer dans sa persistance obstinée.

Qu’est-ce qui a pu la perturber à ce point ?

J’aurais pu me mettre en colère, mais j’ai plutôt décidé de louer la reine pour sa clairvoyance.

« Il vaut mieux garder l’œil ouvert. S’il arrive quelque chose, à moi ou à mes amis, ce sera la fin de notre accord ».

La reine était intervenue pour m’aider, alors j’avais décidé de lui faire confiance pour le moment.

J’espérais vraiment que cette confiance ne serait pas mal placée.

« J’ai l’intention de vous garder en sécurité. Vous ne savez même pas à quel point vous êtes important pour Melromarc et le monde, j’ai l’intention de vous le montrer aussi ».

La reine, comme il se doit dans sa position, a apparemment eu la prévoyance d’ordonner une surveillance continue sur Sac à merde et Salope.

« Vous continuez à surveiller Sac à merde ? Alors même qu’il est imbriqué dans la glace ? »

« Naturellement. Tant qu’ils n’auront pas mis fin à leur stupide complot, je recevrai des rapports de mes oreilles sur le terrain. »

« Bien. »

Les invités avaient commencé à arriver. Une fois la salle pleine, la reine commença à faire une annonce.

« Je suis Milleria Q. Melromarc. Je voudrais vous souhaiter la bienvenue à cette fête, qui se déroule dans le cadre d’une célébration, et honorer ceux d’entre vous qui ont travaillé sans relâche pour mettre fin à ce chapitre douloureux de notre histoire collective. Je vous invite à profiter de tout ce que nous avons préparé pour vous ».

La foule rassemblée s’est mise à applaudir de façon houleuse. Cette fête n’avait rien à voir avec la précédente.

« Ouah… »

Les yeux de Filo brillaient d’une anticipation débridée alors que toute la nourriture était sortie de la cuisine et alignée au centre des tables.

La salle a été divisée en deux. Une moitié était servie sous forme de buffet, tandis que l’autre moitié était servie comme dans un restaurant classique.

Les invités les plus importants étaient assis du côté service complet de la salle. S’ils avaient encore faim à la fin du repas, ils étaient libres de passer du côté du buffet et de continuer à manger.

Certains serviteurs sont apparus avec des assiettes brillantes pour notre table, et tout semblait si bon que je ne pouvais pas m’empêcher de me gifler.

J’avais passé le dernier festin recroquevillé dans un coin, grignotant à contrecœur des restes. De là où je me trouvais, toute cette expérience m’a semblé être une blague. Devant le regard plein d’amour de Filo pour la nourriture, je glissais un commentaire.

« Quand on aura fini de manger ici, tu pourras toujours aller au buffet et manger. »

« VRAIMENT ? ! ”

« C’est ce qu’ils disent. Tu peux manger autant que tu veux. Mais tu dois rester sous forme humaine, d’accord ? »

« D’accord ! »

Nous avons fini nos assiettes de nourriture coûteuse et raffinée. Filo a rapidement jeté son regard sur le buffet, et en recevant la permission, a sauté et s’est précipitée vers lui.

La quantité plutôt que la qualité, je suppose. C’était une façon très Filo de voir le monde. Ou devrais-je dire qu’elle se souciait de la qualité en plus de la quantité. Elle était insatiable dans tous les sens du terme.

Elle me rappelait un peu une Raphtalia plus jeune.

J’ai regardé Raphtalia.

« Qu’est-ce que c’est ? »

Raphtalia m’a surpris en train de la regarder, et elle a rougi, gênée.

« Toi aussi, tu as encore faim, n’est-ce pas ? Va en chercher d’autres si tu en veux. »

« Je ne peux plus manger autant ! »

« Tu ferais mieux de penser davantage à ta santé. Avec tous les combats et les épreuves quotidiens, tu as besoin de te procurer autant de nourriture nutritive que possible quand nous en avons l’occasion ».

Raphtalia soupira profondément. Que voulait-elle ?

« Hé, monsieur Naofumi, quel genre de fille aimez-vous ? »

« Quoi ? »

C’est sorti de nulle part. Mais je n’avais pas de fille que j’aimais à ce moment-là.

En fait, tout le sujet m’a fait penser à Salope. J’aimerais qu’elle arrête d’aborder des sujets comme ça.

« Je veux dire… y a-t-il une fille qui vous attend dans votre propre monde ? »

« De quoi tu parles ? Bien sûr que non. »

A-t-elle pensé que c’était la raison pour laquelle je voulais retourner dans mon propre monde ? À quoi pensait-elle ? La raison pour laquelle je voulais retourner dans mon monde était assez simple, je détestais cet endroit.

Ils m’avaient fait accuser de crimes, m’avaient forcé à me battre quand je ne voulais pas, et les chevaliers qui étaient censés être de mon côté ont essayé de me maltraiter. Qui voudrait rester dans un endroit comme celui-ci ?

Raphtalia soupira à nouveau.

Je ne sais pas où tu veux en venir, mais je rentre chez moi parce que je le veux. C’est tout. »

Quand tout ça serait fini, je rentrerais chez moi le plus vite possible. Avait-elle vraiment besoin d’une raison ?

Soudain, je me suis souvenu de ce que j’avais ressenti le lendemain de mon arrivée ici. Tout m’avait semblé si génial, je pensais vraiment que j’aurais pu rester pour toujours.

Le désir de rester s’était évaporé au moment où Salope avait trahi ma confiance.

Je le savais déjà, mais le fait de revivre ces émotions m’a donné encore plus envie de rentrer chez moi.

« Héros du bouclier » !

« Hein ? »

Je me suis tourné pour voir qui m’avait appelé et j’ai vu les soldats volontaires avec lesquels j’avais travaillé m’appeler. C’était les gars qui étaient venus me voir de leur propre chef avant la dernière vague. Ils avaient voulu m’aider à me battre.

« C’est si bon de vous revoir, monsieur ! »

« Et vous êtes tous en sécurité. C’est bon à savoir. »

« Oui, monsieur ! »

L’un d’eux a hoché la tête, apparemment très heureux.

Il a même rougi façon rouge vif. Ce gamin aurait pu adorer le héros du bouclier en tant que membre de l’Église des Quatre Saints.

« Jusqu’à ce que nous nous rencontrions à nouveau. »

« Oui monsieur ! » crièrent-ils à l’unisson.

À ce moment, les autres héros se sont mis en rang dans le hall.

Ren Amaki, le héros de l’épée, est arrivé en premier, suivi de sa suite.

Ren était un adolescent qui paraissait toujours aussi cool et distant. Il était toujours habillé en noir et en couleurs sombres. Il avait l’air d’être le type de bretteur le plus cool. Il avait 16 ans, le plus jeune des héros.

Il a bavardé avec les membres de son équipe pendant un certain temps avant de se séparer d’eux et de s’asseoir seul. J’ai senti une sorte de distance grandir entre eux.

Le prochain à entrer était le héros de l’arc, Itsuki Kawasumi.

Il semblait se considérer comme un véritable héros, parcourant le monde et redressant les torts. Il était insupportable.

Il a fait appel à l’autorité du héros de l’arc pour se présenter comme un ami de la justice. Il était si juste en apparence, par contre question efficacité, cela ne marchait pas toujours bien.

Il avait l’air plus jeune que Ren, mais il avait en fait 17 ans. Il avait des cheveux naturellement bouclés qui bougeaient agréablement. Les gens le trouveraient probablement charmant… Je suppose.

Il me semblait être le genre de gars qui joue du piano, sensible, souffrant et tout ça.

Mais son sens de la justice était si développé qu’il n’écoutait jamais ce que les autres avaient à dire. Il semblait beaucoup plus gentil qu’il ne l’était en réalité, je suppose.

Je n’avais pas encore une idée très précise de son caractère.

Motoyasu n’était pas encore arrivé. Peut-être avait-il suivi Salope à l’hôpital pour prendre de ses nouvelles ?

Quoi qu’il en soit, il était le seul qui ne s’était pas encore présenté, Motoyasu Kitamura, le héros de la lance.

Il voyageait avec Salope, et jusqu’à ce que j’aie complètement prouvé mon innocence, il me traitait comme si j’étais coupable sans l’ombre d’un doute.

Parmi les quatre héros, il était sans doute le plus séduisant. Je ne l’aimais pas beaucoup, mais je suis obligé de l’admettre.

Il était un galant autoproclamé. Il aimait les femmes.

Il n’a jamais écouté ce que les gens avaient à dire. À l’époque où ma tête était mise à prix, il a complètement ignoré le caractère douteux de l’accusation, a décidé que j’étais coupable, et a consacré la majorité de son énergie à me traquer.

On dit qu’il est fidèle à ses compagnons, ce qui, je suppose, semble assez noble et admirable. En vérité, il a été idiot de ne jamais douter des suggestions qui lui ont été faites par ses « amis ».

C’est sa faute, à mon avis, si le pays a mis si longtemps à revenir à la raison et à expulser le vrai mal de ses terres.

Quoi qu’il en soit, les trois autres héros venaient d’une version alternative du Japon, tout comme moi. Tous les trois avaient l’expérience d’un jeu qui ressemblait intimement au monde dans lequel nous nous étions trouvés transportés.

Le livre que j’avais lu à la bibliothèque, Les Archives des Quatre Saintes Armes, avait donné des descriptions laconiques de leur caractère.

Le héros de l’épée était séduisant et actif, le héros de la lance était loyal, et le héros de l’arc était un guerrier de la justice.

Tout cela était bien beau pour l’histoire, mais en réalité, la plupart d’entre eux étaient plutôt malheureux.

« Où est Motoyasu ? »

La reine a demandé au moment où elle a croisé les deux héros.

« Il était très inquiet de l’état de votre fille, alors il est allé à l’hôpital pour la surveiller. Nous l’avons déjà fait venir. »

« Vous ne dites pas… »

La reine a salué Ren et Itsuki.

Bientôt, tout le monde avait fini de manger, et la salle était remplie de danses et de chants.

Mais la fête était… enfin, elle était certainement plus agréable que la dernière fête. Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer qu’elle semblait être suivie par un tout autre groupe de personnes. Il y avait moins de membres de la noblesse que ce à quoi je m’attendais, et une plus grande partie de la foule semblait être composée d’aventuriers et de soldats.

Il semble également qu’un certain nombre de personnes des pays voisins étaient présentes. Je les ai surpris à essayer de me regarder de temps en temps.

La reine a conduit Ren et Itsuki jusqu’à l’endroit où j’étais assis avant de monter les escaliers vers la scène.

« Hein ? Qu’est-ce qui se passe ? »

« La reine veut que nous soyons tous ensemble. »

« Je me demande pourquoi ? Motoyasu n’est même pas encore arrivé ». « Apparemment, il rend visite à la femme qui a essayé de m’empoisonner. »

« Empoisonner ? ! »

« Vous savez de qui je parle, n’est-ce pas ? »

« Ouais. C’était donc vrai ? »

« Peut-être que la reine lui a fait boire du poison ? »

« Non. J’étais avec la reine à l’époque. Elle est arrivée avec une assiette de nourriture, et elle a été obligée d’en prendre une bouchée. C’est tout. »

« Vraiment… ?”

Nous étions encore en train de chuchoter lorsque la reine s’est retournée de façon spectaculaire et a crié.

« Maintenant, les héros ! Comment avez-vous apprécié le festin ? »

« Ce n’était pas mal. »

 » Tout un succès. »

« Maintenant que mon nom a été blanchi, c’est un poids en moins sur mes épaules. »

« Comme c’est merveilleux à entendre. »

Mais en réalité, j’ai eu l’impression que toutes les difficultés et les absurdités auxquelles j’avais été confronté étaient enfin réglées.

La reine se tenait là, hochant subtilement la tête avant de fermer son éventail pliant et de s’adresser à la pièce.

« En ces temps regrettables, les membres de notre pays ont malheureusement fait tout ce qu’ils pouvaient pour entraver les progrès des héros. Je voudrais faire tout ce que je peux pour y remédier ».

Que voulait-elle dire par là ?

« Dans la mer qui borde notre terre se trouve un groupe d’îles connu sous le nom de Cal Mira. Elles se trouvent au milieu d’un événement d’activation impressionnant. Je voudrais demander à nos héros de participer ».

De quel genre d’îles parlait-elle ? Que voulait-elle dire par activation ?

« Vraiment ? ! »

Ren était si excité qu’il a sauté en avant et a failli crier.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Vous voulez vraiment dire qu’il y a un champ de bonus ? ! »

Itsuki était maintenant excité lui aussi. Il s’est avancé pour faire la queue avec Ren.

« De quoi parlez-vous ? »

Je ne connaissais pas autant ce monde qu’eux. Pourquoi personne ne m’a dit ce qui se passait ? !

« Il semble que monsieur Iwatani ne soit pas conscient de ce dont je parle, alors je vais vous expliquer. L’activation est un phénomène qui se produit tous les dix ans sur ces terres. Pendant qu’il se produit, l’expérience acquise au cours des batailles est doublée ».

J’ai choisi les parties importantes de son discours. En voici l’essentiel :

Les îles de Cal Mira étaient réputées pour leur station balnéaire, mais en même temps, elles avaient tendance à attirer des hordes de monstres dans leurs régions plus éloignées, où ils s’acclimataient rapidement à leur nouvel environnement.

Les îles étaient également célèbres parce que les aventuriers qui voulaient monter en grade se rendaient en grand nombre dessus pour combattre ces monstres. Tous les dix ans, lors de l' »activation », les aventuriers descendaient sur terre en nombre encore plus important.

Afin de compenser l’expérience de montée de niveau que m’avaient refusée les actions de Sac à merde et Salope, la reine nous proposait de participer à l’activation.

« Naturellement, vos frais d’embarquement et de transport ont déjà été couverts. J’espère que vous y participerez tous ».

S’il s’agissait d’un RPG en ligne, cela équivaudrait à une sorte d’événement spécial où les gains d’expérience des joueurs seraient doublés.

Elle parlait donc de double expérience pour les ennemis normaux. C’était le genre de chose que tout joueur de jeu vidéo recherchait.

« Maintenant, avant que vous, les héros, ne vous rendiez sur les îles, j’espérais que vous participeriez à un échange amical d’informations. S’il vous plaît, venez avec moi. »

« Échange d’informations ? ”

« Oui. En prévision des vagues de plus en plus difficiles et dangereuses, je crois que la seule façon d’avancer est d’assurer une plus grande coopération entre les héros. »

« Est-ce vraiment nécessaire ? »

Ren a craché la question comme s’il considérait sa suggestion absurde.

Quel était son problème ? Qu’est-ce qu’il pensait être inutile ? Contrairement aux autres, je ne savais pas déjà tout sur cet endroit.

« Je le crois. J’ai entendu dire que les héros ont eu du mal à coordonner leurs efforts lors de la dernière vague. Je pense qu’il serait utile d’en discuter. »

“ .…”

Ren s’est tu.

Mais elle avait raison. Quand la dernière vague est arrivée, les autres héros n’avaient même pas encore rejoint les chevaliers. Ils se sont donc retrouvés seuls sur le site de la vague de destruction.

Apparemment, si les héros enregistraient un groupe de soldats de réserve dans le cadre de la formation de combat de réserve de leur groupe, ces soldats seraient automatiquement téléportés sur le site des vagues, à tout moment et en tout lieu.

Mais aucun des autres héros n’avait profité du système.

Donc, en fin de compte, à part le groupe de soldats qui s’était approché de moi, il n’y avait pas d’autres troupes de renfort pour aider quand la dernière vague est arrivée.

« En dehors de cette préoccupation, je me demande s’il ne serait pas avantageux pour vous, les héros, de coordonner vos efforts, de combiner vos forces et vos connaissances et d’avancer ensemble, en tant que corps unifié ».

« Vous avez raison. Si nous voulons survivre aux prochaines vagues, nous devons faire ce que vous avez indiqué ».

Itsuki a immédiatement donné son accord à la reine. Mais il ne faisait que dire ce qu’elle voulait entendre. Si quelqu’un devait protester à ce stade, il aurait l’air du méchant. Ou, si quelqu’un protestait, il finirait par mourir seul au combat.

J’ai réalisé que je devais aussi être d’accord.

De plus, Fitoria m’avait dit que les héros devaient coopérer s’ils voulaient avoir une chance contre les vagues.

Avant certaines de mes expériences récentes, j’aurais probablement écarté d’emblée la possibilité d’une coopération.

Mais Ren et Itsuki avaient écouté ce que j’avais dit. Ils avaient analysé l’histoire de l’église et l’avaient trouvée suspecte. S’ils avaient fait cela pour moi, je pourrais au moins leur rendre la pareille.

« Très bien alors. Installons un lieu pour parler, ici dans la grande salle. Héros ! Présentez-vous et suivez-moi. »

Nous nous sommes regardés l’un l’autre.

« Vous l’avez entendue. »

« Nous devons coordonner nos efforts. Que devrions-nous faire en premier lieu ?

« Pourquoi ne pas présenter nos coéquipiers ? »

« Bonne idée. Très bien, je vais commencer. »

Et Itsuki nous a conduits vers les autres membres de son équipe.

« Ces personnes ont voyagé avec moi en tant que membres de mon groupe. »

Itsuki a fait un signe de la main à un groupe de personnes présentes, en faisant un geste pour que Ren et moi puissions comprendre.

« C’est la première fois que nous nous rencontrons officiellement. Héros du bouclier, et… oui, héros de l’épée, bien que nous ayons parlé auparavant ».

 » Ouais. »

Les membres du groupe d’Itsuki se sont tous présentés.

Tout cela semblait assez naturel et décontracté. Au milieu d’un festin, il n’y avait aucune tension ou nervosité. Les soldats commandaient aux serveurs ce qu’ils voulaient, comme si c’était un jour ordinaire.

« Je suis Naofumi Iwatani, le héros du bouclier. C’est un plaisir. »

Nous nous sommes présentés, et j’ai noté mentalement chacun des amis d’Itsuki.

Il y en avait donc.… cinq d’entre eux ? L’un d’eux portait une armure voyante et croisait les bras avec autorité.

Lorsqu’il a remarqué que mes yeux se déplaçaient dans sa direction, il a rapidement décroisé ses bras. Ça m’a donné la chair de poule.

« Ah, oui. Ravi de vous rencontrer. Je suis le garde du corps de Maître Itsuki, et j’ai l’intention de me battre pour le bien et la sécurité du monde. »

« Garde du corps ?! »

Ren et moi avons crié à l’unisson.

Ce n’est pas un mot que je m’attendais à entendre. Ren semblait être aussi surpris que moi.

Qu’est-ce qui ne va pas, Ren ? Tu ne le savais pas non plus ? Ha ! J’ai dû m’empêcher d’éclater de rire.

Pour qui Itsuki se prenait-il ? Il a fallu toute ma volonté pour supprimer un sourire.

« Oui ! » Ils ont tous crié ensemble. « Nous sommes tous les cinq les gardes du corps de Maître Itsuki ! »

« Excusez-moi ! Je suis terriblement désolé que ça ait pris tant de temps pour vous apporter cette nourriture ! »

Je me suis retourné pour voir une jeune fille portant un plateau empilé en hauteur avec divers aliments.

Elle a intérêt à être prudente. On aurait dit qu’elle allait le laisser tomber.

« Ah… »

Merde ! J’ai tendu la main et j’ai rapidement arraché le plateau pour l’empêcher de tomber.

« Je suis vraiment désolée ! »

Cette enfant… elle semblait plutôt jeune.

Elle n’avait probablement pas plus de quatorze ans. On pouvait sentir l’immaturité.

Mais elle avait une allure raffinée et un joli visage. Elle devait venir d’une bonne famille. Elle était assez mignonne.

Elle était probablement peu résolue. Si Motoyasu avait été là, il l’aurait probablement déjà draguée.

C’était une petite fille. Je suppose qu’elle faisait partie du groupe d’Itsuki, mais qu’a-t-elle fait ? Peut-être qu’elle utilisait la magie ou quelque chose comme ça.

« Tu es si lente, Rishia ! Vas-y, présente-toi ».

« Fu, Fueeeee ! OK ! »

Puis tous ont à nouveau parlé ensemble. « Nous sommes tous les six les gardes du corps de M. Itsuki ! »

Ren s’est tourné vers moi et m’a murmuré : « Ne viennent-ils pas de dire qu’il y avait cinq gardes du corps ? »

C’est ce que j’avais entendu aussi, mais il ne servait à rien de pointer du doigt à ce moment-là.

« Ne dis rien, regarde juste ce qu’ils font. »

Tout cela me mettait un peu mal à l’aise, honnêtement. Mais jusqu’à ce que leur comportement devienne un problème, je suppose qu’Itsuki savait ce qu’il faisait.

« Qu’en penses-tu ? Ils sont très fiables, ces gars. »

« Honnêtement, j’ai beaucoup de choses à dire, mais pour l’instant, je me contenterai de dire que tout a l’air bien. »

Je les ai revus, en partant de la droite, juste pour faire le point. Ils affichaient tous des expressions d’extrême confiance en soi.

Je suis sûr qu’ils étaient tous assez fiables, mais je ne pouvais pas m’empêcher de me souvenir de notre bataille avec le grand prêtre, durant laquelle ils n’avaient fait aucun bien à personne.

Itsuki rougissait de confiance, mais j’étais quand même gêné par le type en armure voyante.

Il y avait quelque chose dans sa façon de froncer ses sourcils qui ne me convenait pas.

Il avait l’air un peu condescendant, mais j’ai fait le bilan de toute l’équipe, et j’ai réalisé qu’ils avaient tous ce regard.

Quant à la jeune Rishia, elle jetait des regards gênés à gauche et à droite, l’air mal à l’aise et peu sûre d’elle. Je n’ai pas pu me retenir d’un commentaire à l’allure sarcastique.

« Tu as un drôle de groupe. »

Ren a choisi ses mots avec soin. Le groupe m’avait donné la même impression.

« Tu crois ? Ils me semblent tous normaux. »

Qu’est-ce qu’il trouvait normal chez eux ? Les appeler « gardes du corps » rendait tout cela bizarre dès le départ.

Je pensais qu’Itsuki se considérait comme une sorte de personnage général las du monde, le genre de personnage qui parcourt le mauvais monde pour redresser ses torts. Mais voici que les membres de son équipe se qualifient de gardes du corps.

Je ne savais pas quoi en penser, c’était trop étrange.

Itsuki a continué à me dire chacun de leurs noms, mais je n’ai pas fait attention et j’ai immédiatement oublié.

J’ai été distrait par le type en armure voyante. Il avait pointé son menton dans ma direction, et je ne pouvais pas me défaire de l’impression qu’il me regardait de haut.

Cela a commencé à me toucher… J’ai décidé de le mentionner.

« Itsuki ».

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Faites quelque chose pour celui-ci. Son visage et son attitude me dérangent. Il me regarde comme s’il pensait que je suis un criminel. »

« Je soupçonne que cela a plus à voir avec ton attitude qu’avec la sienne, Naofumi. Rien de son comportement ne me dérange. »

« Mu ! »

Itsuki… Cette petite danse des mots était vraiment odieuse.

« Oui, eh bien. Il fait un visage différent quand tu ne regardes pas. »

« Héros du bouclier, vous devez l’imaginer, non ? »

« On parle de TOI ! Reste en dehors de ça. »

Il semble qu’il n’ait pas passé beaucoup de temps à enseigner les bonnes manières à ses « gardes du corps ». C’est probablement la faute d’Itsuki. Je l’imaginais parler de moi en mal ces derniers mois. Ses amis n’ont probablement fait que reprendre l’ambiance générale.

En fait, ils étaient de Melromarc au départ, ce qui signifie qu’ils avaient probablement des préjugés contre le héros du bouclier dès le début.

« Je suis curieux de quelque chose. »

Ren a levé la main.

« Quoi ? »

« Vous avez qualifié Itsuki de « maître », mais ne donnez pas de titre à mon nom ou à celui de Naofumi. Pourquoi cela ? »

« Parce que les héros de l’épée et du bouclier n’ont clairement pas été aussi performants que maître Itsuki. Cela devrait expliquer la différence. »

Que vient-il de dire ?

J’ai l’habitude de traiter avec des fous à ce stade, mais c’était trop. Qu’est-ce qui leur fait penser cela ? J’ai regardé autour de moi la foule, et chaque membre du groupe d’Itsuki, à l’exception d’une seule, semblait être d’accord.

C’est Rishia qui semblait ne pas partager leur opinion, la fille qu’Itsuki traitait comme une servante. Je ne peux pas dire ce qu’elle ressentait vraiment, mais elle semblait stressée par le désaccord.

Ren soupire fort.

« Juste quand je me demandais ce que vous diriez… »

Je n’arrivais pas à croire qu’il ait eu le culot de mentionner nos « activités » ! Et cela de la part d’Itsuki, qui se faufilait et faisait son travail en secret. Comment pensait-il que le reste du pays le voyait ?

Il aurait pu aimer l’idée de se battre pour la justice dans l’ombre, mais personne ne savait qui il était, et personne ne parlait de ses « actions ».

« Activités ? Itsuki, de loin le héros le plus ennuyeux du coin, essaie-t-il d’agir comme s’il avait fait plus que nous ? Tu sais, je n’ai rien entendu sur ce que tu as fait. Personne n’en parle. »

« C’est peut-être parce que, contrairement à Ren et Motoyasu, je n’ai pas couru partout en essayant d’obtenir des éloges des gens. Le meilleur travail passe inaperçu, c’est comme ça ».

Itsuki a riposté, apparemment surpris qu’on le défie.

Qu’est-ce que cela signifie ? Quelle que soit la façon dont vous le regardiez, il semblait qu’Itsuki était celui qui se souciait de sa réputation.

Aimait-il seulement se prendre pour un ange ? Oh Itsuki, si courageux ! Si noble ! Il a sauvé le monde et n’a même pas cherché à obtenir des crédits !

« Espèce d’idiot… Vous réprimandez Maître Itsuki ? »

« Que vas-tu faire à ce sujet ? Je ne suis pas assez gentil pour me tenir à l’écart pendant que quelqu’un m’insulte en face ».

Ren a recraché, et j’ai vu sa main se déplacer jusqu’à la garde de son épée.

« Fueeee ! »

« S’il te plaît, arrête ça ! Ren ! »

Itsuki s’est inséré entre l’armure tape-à-l’œil et Ren.

« Itsuki, il semble que tu aies encore des explications à donner ! »

 » …. »

Ren a craché avec colère sur Itsuki.

« Quoi qu’il en soit, Ren et Naofumi sont des héros tout comme moi, alors s’il vous plaît, montrez-leur le respect qui leur est dû. »

« Compris ! »

Un gars en armure tape-à-l’œil nous criait dessus, et puis s’inclinait profondément. Je me suis demandé à quoi il pensait vraiment.

« Très bien, je vais présenter mon groupe ensuite. »

Ren s’est détaché et a filé sans un mot de plus.

Un sentiment de mécontentement demeurait dans l’air, mais Itsuki et moi avons suivi Ren à travers la pièce.

« Bienvenue ! Bienvenue ! C’est bon de vous rencontrer tous les deux, héros du bouclier, héros de l’arc. »

« Oh, hum… »

Les membres du groupe de Ren mangeaient encore, mais quand nous nous sommes approchés, ils se sont arrêtés et ont regardé avec attention, en nous traitant avec respect mais en ayant l’air nerveux.

Après avoir eu affaire à l’équipe d’Itsuki, je ne savais pas trop quoi en penser.

De toute façon, ils étaient quatre.

« Je suis le héros du bouclier, Naofumi Iwatani. »

« Je suis le héros de l’arc, Itsuki Kawasaki. Je crois que nous nous sommes déjà rencontrés plusieurs fois. »

Je crois que j’en avais déjà vu trois, le premier jour après que nous avions tous été convoqués ici. Il semblait avoir acquis un membre supplémentaire quelque part en cours de route.

« Enchanté de vous rencontrer à nouveau, héros du bouclier, héros de l’arc. »

« Bien sûr ».

Tout le groupe a été très poli et correct.

Mais je ne pouvais pas m’empêcher de me rappeler la façon dont ils m’avaient évité le premier jour ici, la façon dont ils avaient tous couru pour se cacher derrière Ren.

Je ne pouvais pas l’oublier.

Je ferais mieux de rester sur mes gardes, on ne sait pas ce qu’ils pensaient vraiment.

« Je m’excuse pour mes actions précédentes. »

« Hein ? »

Un des hommes s’est avancé, représentant le groupe. Il semblait être une sorte de soldat.

Il s’est incliné devant moi.

« Je suis désolé, sous le précédent roi je, nous… Je ne savais pas ce qui me serait arrivé si je m’étais aligné avec le héros du bouclier. »

Les autres ont tous suivi le mouvement, en baissant la tête vers moi.

« Je me rends compte que c’est trop peu, trop tard, mais veuillez accepter nos excuses. »

« Euh… d’accord. »

Ils étaient tous si… modestes, je ne m’attendais pas à cela et j’ai été déstabilisé.

Au vu de la façon dont j’ai été traité ces derniers mois, je ne pouvais m’empêcher de soupçonner des arrière-pensées.

« Monsieur Ren, à quoi devons-nous ce plaisir ? »

« Ils disent qu’ils veulent que nous, les héros, coopérions à partir de maintenant, alors nous allons présenter nos groupes. »

« Est-ce vrai ? Très bien ! Cependant, je voulais confirmer nos plans pour les jours à venir. Sur quel type de monstres devrions-nous porter notre attention ? »

« Quoi ? »

Itsuki et moi avons exclamés en même temps nos soupçons.

« Apparemment, nous nous dirigeons vers les îles Cal Mira. Nous allons y faire notre mise à niveau. Veillez à ce que vous soyez tous prêts. »

Ren a aboyé l’ordre comme si c’était la chose la plus évidente au monde, mais ce n’est pas ce qui nous avait surpris.

« Attendez une seconde, de quoi parlez-vous ? Je veux vous entendre parler, pas Ren. »

« Oh, eh bien… hum… Nous pensions que nous pourrions nous séparer et travailler sur notre entraînement séparément de monsieur Ren. »

Eh bien, cela devrait être assez simple, sauf que je n’avais aucune idée de ce qu’ils signifiaient.

J’ai compris l’essentiel, mais… qu’est-ce que cela signifiait ? Était-ce juste une autre méthode ?

Il semble qu’Itsuki était aussi troublé que moi par tout cela, mais il a choisi de ne rien dire à ce sujet en raison de l’incident que nous venons de vivre avec les membres de son groupe.

« Quoi ? »

« Hum… »

Je suppose que si Ren était d’accord, il n’y avait pas de problème ?

« Avez-vous l’habitude d’opérer séparément de Ren ? »

La curiosité d’Itsuki a eu raison de lui. En réponse, tout le groupe a hoché la tête.

Ils se sont ensuite expliqués.

Le plan de Ren était de présenter aux membres de son équipe les zones où les monstres se trouvaient dans la gamme de puissance idéale pour un entraînement efficace.

Ils devaient combattre des monstres et augmenter leur niveau, en collectant des matériaux, des minerais et des outils tout au long du chemin.

Parfois, ils rencontraient des monstres particulièrement forts, et ils s’associaient alors à Ren pour les vaincre.

« Monsieur Ren a également été très clair sur le fait que nous devions éviter de faire des dégâts dans nos combats avec les monstres. »

J’avais une bonne expérience des RPG en ligne, donc j’avais déjà vu ce genre de choses auparavant. Les joueurs plus forts responsables de guildes ou d’autres organisations recrutaient souvent des joueurs plus faibles, et les faisaient entrer dans des endroits secrets de mise à niveau et d’acquisition d’objets rares.

C’est ce qui semblait se passer ici.

« Vous ne dites pas ? Cela signifie donc que Ren se bat tout seul ? »

Itsuki fixait Ren, son irritation était évidente. Ren ne semblait pas le remarquer.

Les membres de l’équipe de Ren interprétaient clairement ses actions de manière positive, mais je pouvais quand même sentir une grande distance entre eux.

C’était simple, j’ai deviné. Ren n’a pas trouvé ça cool d’être lié à un groupe. Il voulait être seul. Il avait peut-être beaucoup d’expérience avec les jeux en ligne, mais aurait-il pu toujours jouer en solo ?

C’était un style de jeu que j’avais déjà vu. Des gens qui aimaient faire ce qu’ils pouvaient dans leur propre équipe pour affronter des événements de grande envergure ou des boss puissants.

Ou bien il était du genre à faire partie d’une très petite guilde et à ne recruter que des gens qui la connaissaient déjà, en veillant à leur croissance et en les gérant comme un nouveau style de jeu. Je pourrais comprendre que l’on joue avec le système sur un jeu, mais ferait-il vraiment cela ici, dans un monde complètement nouveau ?

J’avais déjà vu ça en ligne, je connaissais le genre.

Itsuki n’était pas différent, voyageant pour apaiser son propre sentiment de supériorité morale. Quelle bande de héros étaient ces deux-là.

« C’est le tour de Naofumi. »

« Bien sûr ».

Je ne pouvais qu’imaginer leur réaction lorsque j’ai présenté Raphtalia et Filo.

Je pensais que Ren et Itsuki comprendraient, mais après avoir rencontré leurs groupes, je n’en étais plus si sûr.

« Très bien, par ici. »

Je les ai conduits tous les deux à l’endroit où se reposait Raphtalia.

« Bienvenue, monsieur Naofumi. Que s’est-il passé ? »

« La reine veut que les héros coopèrent, alors nous présentons les membres de nos groupes. »

« Je vois, alors permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Raphtalia. »

« Je m’appelle Ren Amaki. Je suis le héros de l’épée. »

« Je suis Itsuki Kawasaki, le héros de l’arc. J’ai le sentiment que nous allons nous voir beaucoup plus souvent. J’attends cela avec impatience. »

« Si vous ne nous retenez pas, nous pourrions en arriver à dépendre de vous. »

La bouche de Raphtalia s’est ouverte, stupéfaite par le commentaire de Ren.

La façon dont il l’a dit a clarifié sa position, il a évidemment supposé qu’elle ne ferait que le retenir.

« Je ne pense pas avoir jamais été un fardeau dans une bataille. »

« Ren ne voulait pas vous insulter ou vous dénigrer. Nous avons déjà vu votre vrai pouvoir au combat. »

Itsuki a sauté pour remplacer Ren. Il ne faisait que rendre les choses encore plus confuses.

« Il a raison. Vous êtes plus forte que je ne le pensais. »

« Très bien… bien que cela me rappelle. Où est la jeune fille avec les petites ailes sur le dos ? Je crois qu’elle a réussi à se transformer en une sorte de monstre ? »

« Tu veux dire Filo ? Elle est probablement là-bas. »

Filo était… Je crois qu’elle était au comptoir du buffet en train de se bourrer la gueule de nourriture.

Je l’ai choisie dans la foule et je l’ai appelée.

« Filo ! »

« Hm ?

En m’entendant appeler, elle a fini par abandonner son assiette de nourriture et est venue en courant.

« Que voulez-vous, maître ? »

« Ouais, eh bien… Je pense que vous connaissez déjà ces deux visages, mais je dois vous présenter officiellement ».

« Pourquoi ? »

Filo a eu l’air troublée et a pris du recul.

« Sont-ils comme le type à la lance ? »

« Non, non. Comparés à lui, ces deux-là sont des types bien élevés. » « Oui, je ressens la même chose. »

« Oh ? On dirait qu’ils s’entendent bien. »

Nous semblions tous être d’accord sur ce point. Personne n’était aussi fou des femmes que lui. Je décidais de couper court à une conversation irritante, en hâtant la présentation de Filo.

« Alors vas-y et présente-toi. »

« OK ! Le nom de Filo… MON nom est Filo ! »

Elle avait l’air si stupide… Pourquoi se glisser à la troisième personne pour se présenter ?

« Mon travail est de tirer la voiture du maître ! »

Elle était très fière d’elle-même pour son travail. Que penserait une personne normale, en entendant une petite fille se vanter de traîner des chariots dans la rue ?

Ren et Itsuki ont tous deux fait une grimace maladroite en me regardant.

« Je m’appelle Itsuki Kawasaki. Ravi de vous rencontrer. »

« Je m’appelle Ren Amaki. Essayez de ne pas nous retenir… même si je vois que vous ne le ferez pas. »

« Ouais ! Ravi de vous rencontrer ! Arc ! Épée ! »

Après avoir donné leurs noms complets, pour être ensuite appelés par leurs armes respectives, Ren et Itsuki m’ont fait la même grimace de gêne.

Une fois les présentations terminées, nous sommes tombés tous les trois dans le silence.

Ils ont peut-être trouvé étrange que je traite Raphtalia et Filo comme d’autres humains, au lieu de les traiter simplement comme des subordonnés.

« Raphtalia, tu n’as pas été esclave autrefois ? »

« Oui. »

La bouche d’Itsuki restait ouverte. Que voulait-il dire ?

« Est-ce une relation maître-esclave ? Que pensez-vous de Naofumi ? »

« Maintenant que vous en parlez, je suppose que c’était ce genre de relation. Je n’y pense jamais vraiment. »

En entendant la réponse de Raphtalia, Itsuki continuait à avoir l’air confus.

« De toute façon, monsieur Naofumi ne m’a jamais donné d’ordres étranges ou inconfortables. Je sais qu’il dépend de moi, et je veux donc faire ce que je peux pour lui ».

« Avez-vous déjà pensé que vous détestez vous battre ? Ou que vous aimeriez être libre ? »

« Je ne l’ai pas fait. Si j’étais libre, je n’aurais nulle part où aller. Mon vieux village a disparu. Tout ce que je veux, c’est continuer à me battre avec monsieur Naofumi. »

« Est-ce vrai ? »

« Pourquoi posez-vous des questions qui le dénigrent ? »

C’est comme s’ils avaient saisi l’occasion de cette introduction pour dénicher mes points faibles.

« Je suppose que vous aviez déjà pris votre décision avant que Motoyasu ne défie Naofumi ? »

« Oui, j’avais. . . . »

Il semble avoir surtout laissé tout cela de côté, mais quelque chose dans le visage d’Itsuki trahit ses véritables sentiments. Il m’a regardé. Que voulait-il de moi ? Raphtalia avait été une esclave, mais maintenant elle était une amie de confiance. Est-ce que je l’imaginais ? Non… Je pouvais faire confiance à ce qu’elle disait.

« Présentons nos amis les uns aux autres, puis retournons parler à la reine. »

« Bonne idée. Raphtalia, va te présenter aux coéquipiers de Ren et Itsuki. Nous allons devoir coopérer à partir de maintenant. Je sais que cela va te mettre un peu mal à l’aise, mais faites de ton mieux pour éviter une dispute. »

« Compris. »

traducteur : Reset

correcteur : Gobles

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant  

2 thoughts on “Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 76

Laisser un commentaire