Notice: Undefined offset: 0 in /home/kisswoodwa/www/wp-content/themes/modern/includes/frontend/class-assets.php on line 132
Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 81.1 - KissWood

Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 81.1

Chapitre 81.1 : Cal Mira

Le personnel sur le bateau avait laissé entendre qu’il voulait que les héros se rassemblent et se présentent, alors j’étais prêt à courir jusqu’au lieu de rencontre. Mais il s’est avéré que les trois autres héros avaient tous le mal de mer.

« Mal de mer… ?”

Je n’ai jamais eu le mal des transports, mais il semble que beaucoup de gens autour de moi ont été malades à bord de n’importe quel véhicule. Avaient-ils la moindre idée de la situation dans laquelle ils m’avaient mis en réquisitionnant toutes les bonnes chambres ?

« Naofumi, comment peux-tu supporter ce balancement ? »

« Je ne sais pas, ça ne m’a jamais dérangé. »

Honnêtement, je n’avais pas envie de m’asseoir et d’être amical avec eux. Ce serait leur punition pour avoir volé les chambres privées.

« Kyahoooo ! »

Filo pousse un cri de triomphe et saute du pont dans l’eau. Elle a nagé comme un poisson à travers les vagues.

« Ah… »

J’ai vu une grande silhouette sous la surface. Elle rattrapait Filo par derrière.

« Filo ! Tu ferais mieux de faire attention ! »

« Hmmm ? »

Filo a pris son temps pour se retourner et, au moment où elle le faisait, un gros monstre ressemblant à un requin s’approchait d’elle. Sa bouche s’est ouverte en grand, ses dents acérées étaient intimidantes.

« Prends ça ! »

Elle a fait un saut rapide et a donné un coup de pied au niveau de la moitié supérieure de la gueule au monstre ressemblant à un requin. La bête est sortie de l’eau et s’est retournée dans les airs. Puis elle a sauté et a donné un autre coup de pied rapide. Le requin s’est dirigé vers le bateau et s’est écrasé sur le pont. Le personnel et les clients ont tous crié. La grande créature se débattait sur le pont, alors Filo a sauté dessus et l’a achevé. 

« Si tu penses que tu peux faire de moi un repas aussi facilement, tu ferais mieux de réfléchir à nouveau ! »

Elle a sorti une griffe et a ouvert l’estomac de la bête, déversant ses entrailles sur le pont. 

« Arrêtez de faire du désordre. »

« Je pense que je vais être malade. »

Itsuki supportait mal la vue du sang et des entrailles à cause de son mal de mer. Il était blanc comme un linge. Je suppose que selon la plupart des normes, le comportement de Filo était étrange. Mais pour Filo, tout cela était assez normal. Au fait, c’était le deuxième requin auquel elle avait fait ça. J’ai décomposé le premier et l’ai absorbé dans mon bouclier.

Et j’ai débloqué quelque chose d’assez intéressant.

Les conditions du bouclier requin bleu sont remplies.

Les conditions du bouclier morsure de requin sont remplies.

Bouclier requin bleu : capacité verrouillée : bonus d’équipement : compétence de nage 1

Bouclier morsure de requin : capacité verrouillée : bonus d’équipement : compétence de combat naval 1,

effet spécial : dent de requin

 Je nageais déjà assez bien, mais qui sait ? La compétence natation pourrait servir.  Quant au combat naval, cela affecterait-il d’une manière ou d’une autre le mouvement du navire ? Si nous nous trouvons dans une situation qui nécessite un combat, cela peut s’avérer utile. Si j’avais du temps libre, je me suis dit que je pourrais tout aussi bien le débloquer. J’avais déjà obtenu les capacités que je pouvais des autres requins qu’elle avait tués, alors j’ai laissé Filo  manger le nouveau. 

Je n’ai pu résister à l’envie d’interpeller Itsuki. 

« Es-tu vraiment si malade que ça ? Juste en étant sur un bateau ? » 

« C’est toi qui es bizarre, Naofumi. »

« Oh hey, gamin au bouclier. Qu’est-ce qui se passe ? »

« Quoi ? »

Arc est venu en déambulant. Raphtalia le suit.

 « Rien, je parle juste avec ces gens. »

« Ces losers qui ont le mal de mer, là-bas ? On n’est en mer que depuis quelques heures. » 

Apparemment, Arc et Thérèse n’ont pas eu le mal de mer. Je me suis assis près de la proue et j’ai regardé l’océan. Les vagues étaient de plus en plus hautes. Raphtalia et le personnel chuchotaient que cela pourrait se transformer en tempête.

« Hé, petit. Qu’est-ce que tu fais quand on arrive sur l’île ? »

« Si Cal Mira est au milieu d’un événement d’activation, il n’y a qu’une seule chose qui vaille la peine d’être faite. » 

Evidemment, j’allais là pour monter en niveau. Et bien sûr, j’allais aussi explorer et examiner les nouveaux objets et les restes de monstres que j’acquerrai en chemin. Aussi … J’avais entendu dire qu’il y avait des sources chaudes sur l’île. Apparemment, elles étaient considérées comme bénéfiques pour les personnes maudites. Si c’était vrai, je m’arrêterais certainement pour prendre un bain.

« Tu veux faire équipe avec nous ? » 

« Hein ? Qu’est-ce que tu cherches ? »

« Je me dis qu’il y a une raison pour laquelle nous avons fini colocataires sur le bateau. En plus, Thérèse et moi, en faisant du renforcement de niveau, on se sent un peu seuls. Je me disais qu’on pourrait faire équipe. »

Hm . . . Honnêtement, je ne m’en suis pas vraiment soucié d’une manière ou d’une autre.

On aurait dit qu’Arc ne croyait toujours pas que j’étais le héros du bouclier. Mais il avait aussi un côté sympathique. C’était une raison suffisante pour faire confiance à ses intentions. Je me demande à quoi il pensait ? J’ai regardé vers Raphtalia.

« Qu’en penses-tu ? »

« Je n’ai pas de problème avec ça. Avons-nous quelque chose à perdre en les laissant venir ? »

Si ce monde était comme un MMO, je me demandais s’il y avait une limite au nombre de membres du groupe que l’on pouvait avoir à la fois. Il était possible de mettre en place des troupes de réserve pour l’assistance dans le cadre du menu de la formation, mais cela se limitait aux vagues de destruction. J’avais déjà joué à des jeux qui permettaient de former des groupes de vingt membres maximum, mais je ne savais pas quelles étaient les règles ici.

Je ruminais sur la question quand je me suis soudain souvenu de l’équipe d’Itsuki. Il y en avait tout un tas. J’ai compté six membres, et avec Itsuki cela fait sept. S’il a pu avoir sept personnes dans son groupe, alors moi, Raphtalia, Filo, Arc et Thérèse pouvons être cinq. Cela ne devrait pas être un problème.

« Bien sûr, mais essayez de ne pas nous retenir, d’accord ? » « Haha, j’aimerais dire la même chose. »

Arc a gardé son calme et a ri de mon insulte.

Je n’avais pas vraiment de problème avec les gens comme lui, mais il a causé du grabuge.

« Je ne sais pas vraiment ce qui se passe avec ton oiseau, mais je suis sûr que nous nous entendrons tous bien. »

« Je suis sûr que c’est possible. »

J’ai donc fini par accepter d’aller chasser et de me mettre à niveau avec deux aventuriers dont je ne savais rien. Si j’ai pu faire cela, je suppose que j’ai fait beaucoup d’introspection personnelle et de guérison depuis l’époque où j’ai été piégé par Sac à merde et Salope. J’ai commencé à me demander ce que faisaient les membres des groupes des autres héros, mais j’ai eu ma réponse en une seconde ou deux, ils se reposaient tous dans la chambre du capitaine.

La nuit est tombée, et nous avons navigué dans une sorte de tempête, le bateau s’est balancé assez agressivement dans toutes les directions que vous pouvez imaginer. Mais tout s’était arrangé au matin, et nous sommes arrivés juste à temps. Notre chambre était assez petite pour ne pas être trop chamboulée. Mais Filo flippait tout le temps, et Raphtalia avait le mal de mer.

Cal Mira était beaucoup plus grand que ce que j’avais prévu. Il s’élevait haut dans la mer, une île volcanique massive. Je ne savais pas si je pouvais me fier aux mesures de la carte qu’on m’avait donnée, mais si je devais la comparer à quelque chose de mon propre monde, Hawaii était probablement assez proche. 

C’était un archipel, dont Cal Mira était la plus grande île, donc parfois les gens parlaient de la région comme si elle n’était que Cal Mira. Comme on peut s’y attendre d’un archipel tropical, je pouvais voir un certain nombre d’autres îles au large. L’intérieur de l’atoll était protégé des profondeurs de l’océan, et les vagues étaient donc petites et paisibles. Quand la marée était basse, on disait qu’on pouvait se rendre à pied sur certaines des autres îles. Il faudra voir ça. Je me suis demandé si je pouvais emmener Filo sur une autre île.

« Très bien, mon petit, que dirais-tu de partir dans deux jours ? » 

« Bien sûr. Comme tu veux. »

Nous n’avons pas fait les formalités pour savoir comment nous allions nous retrouver, mais nous nous sommes néanmoins séparés d’Arc.

« Eh bien, nous sommes arrivés à Cal Mira. »

Je me suis retourné et j’ai vu les autres héros. Ils étaient visiblement ravis d’être de retour sur la terre ferme. Après avoir passé la nuit à être malmenés par le mal de mer dans leur majestueuse chambre, les autres héros n’avaient apparemment pas pu dormir beaucoup. Ils traînaient leurs pieds sur la jetée, l’air groggy et épuisé.

Salope était pâle et ébouriffée. Elle semblait sur le point de vomir. 

« Vous n’en faites pas un peu trop ? C’était juste une petite balade en bateau. » 

« Naofumi . … c’est toi qui es bizarre ici. » 

« J’ai cru qu’on allait couler ! »

Certes, il y a eu quelques fois au cours de la nuit où il semblait que le navire avait vraiment glissé sous les vagues. Mais vous ne pouviez pas continuer à paniquer à ce sujet. Mais j’en avais un peu marre d’être ballotté dans la pièce.

D’ailleurs, il semble que les tempêtes soient rarement aussi violentes dans cette région. Je me suis demandé si l’étrange temps était en quelque sorte lié aux vagues de destruction. Si nous étions revenus dans mon monde, j’aurais dit que la tempête était assez forte pour faire basculer la plupart des navires de taille moyenne. Raphtalia avait été d’humeur pessimiste. 

« J’avais un peu peur qu’on doive commencer une nouvelle vie sur une île déserte. Je suis content qu’on ait réussi ».

« De quoi parles-tu ? »

« Je ne plaisante pas ! »

« De toute façon, nous allons nous coucher tôt ce soir. Nous devons profiter au maximum de notre temps ici. »

La reine nous avait recommandé une auberge, mais je me suis souvenu qu’avant de nous retirer pour la journée, nous devions aller nous présenter aux nobles chargés de gouverner les îles. Nous étions peut-être au milieu de nulle part, mais l’endroit attirait beaucoup de voyageurs, donc il y avait certainement toutes sortes de gens autour.

« Bienvenue ! Bienvenue ! Les héros légendaires et leur suite ! »

J’attendais que les autres héros se remettent de leur mal de mer au port, quand quelqu’un qui semblait diriger un groupe de touristes, d’après le petit drapeau qu’ils portaient, est arrivé en courant. Il était vêtu d’un uniforme militaire du Melromarc et semblait être à la veille de la vieillesse, le petit drapeau ne lui convenait pas du tout.

« Je suis le comte de Habenburg, et les soins de ces îles m’ont été confiés. » 

J’étais le seul héros qui n’était pas malade, alors je me suis avancé et j’ai rencontré le visiteur. 

« Très heureux de faire votre connaissance. »

« Oh, hum… Oui. Plaisir. »

Les autres héros ont tous fait un signe de tête au comte de Habenburg.

« Permettez-moi de vous parler un peu de nos belles îles. »

Oh allez, il était vraiment guide touristique ? Je détestais être associé dans ce genre de choses.

« Vous savez que nous ne sommes pas vraiment venus en touristes… ».

Nous étions venus pour mettre la main sur les points d’expérience et le butin supplémentaire disponibles lors de l’activation. Et maintenant, nous devions assister à une conférence sur les traditions orales des habitants de l’île ? Je n’étais pas d’humeur à jouer les touristes.

« Oui, eh bien, ces traditions orales disent que Cal Mira est depuis longtemps un lieu spécial pour les quatre héros, depuis des lustres qu’ils y ont été formés ».

Il a commencé sa tournée au marché et a gesticulé et décrit la scène au fur et à mesure que nous la traversions. Au milieu du marché, j’ai remarqué quelque chose d’étrange. C’était une statue, quelque chose comme un totem. Elle était composée d’un pingouin, d’un lapin, d’un écureuil et d’un chien empilés les uns sur les autres. Tous les animaux portaient des chapeaux de Père Noël. Le pingouin tenait une canne à pêche, le lapin une houe, l’écureuil une scie, et le chien une corde. Qu’est-ce que cela signifie ?

« Tu as l’oeil aiguisé, héros du bouclier. Ce sont les quatre pionniers qui ont apporté la prospérité à notre île :

Pekkul, Usauni, Risuka et Inult ».

Ces noms avaient tous une consonance japonaise. Je me demande si les héros précédents les avaient nommés.

« Pour votre information, ils ont tous été nommés par un précédent groupe de héros. Ils les ont nommés d’après le nom de ces animaux dans leur propre langue, dans le pays d’où ils venaient ».

Quelle qu’ait été leur motivation, ces noms étaient très laids. Ils auraient pu essayer un peu plus fort.

« Y a-t-il des animaux comme ça sur cette île ? »

« Non. Après avoir développé l’île, ils sont partis vers d’autres terres inconnues. On ne les a pas revus depuis. »

Je suppose donc qu’ils sont morts ailleurs. 

« Oh wow… Ils ont l’air délicieux ! »

Un fil de salive pendait du bec de Filo alors qu’elle regardait les statues d’animaux. En y repensant, voici un monstre que je connaissais personnellement et qui aimait tirer des voitures comme passe-temps. Peut-être que des bêtes d’un autre monde n’étaient pas si étranges après tout ? Il y avait un autre objet étrange à côté de la statue des animaux. C’était une sorte de pilier de pierre. 

« Quelle est cette chose ? »

« C’est une inscription qui nous a été laissée par les quatre héros légendaires. » 

« Vraiment… »

Il y avait de fortes chances que les autres héros, comme nous quatre, soient japonais. Auraient-ils pu laisser leur phrase en japonais ? Elle disait quelque chose comme…

« Hé ! Ce truc est un faux ! »

Les autres héros se sont approchés pour voir s’ils pouvaient le lire.

« C’est étrange… On dit qu’ils l’ont laissé ici pour guider les héros qui viendraient après eux. » 

« C’est une sorte de blague ? Quel est le problème avec l’écriture magique de ce monde ? » 

Les lettres magiques… ces choses commençaient vraiment à devenir ennuyeuses. Ce n’était pas le genre d’écriture que l’on pouvait forcément apprendre à lire, même avec beaucoup d’efforts. Je ne sais pas trop comment l’expliquer. Ces lettres ont en quelque sorte changé ce qu’elles disaient en fonction de la personne qui les lisait. Je vais essayer d’expliquer davantage. Raphtalia était douée pour la magie de l’ombre et de la lumière, elle pouvait donc lire des livres écrits sur cette magie parce qu’ils partageaient une affinité, mais si j’essayais de lire le même livre, il ne dirait rien. Si je traduisais ce qui était écrit, ce n’était que du charabia. Mais Raphtalia pouvait le lire, le comprendre, puis exécuter des sorts magiques à partir de ce qu’elle a lu.

Il y avait des lettres magiques qui étaient faites pour que tout le monde les lise aussi, mais si vous n’étiez pas capable d’utiliser les informations qui y étaient écrites, alors elles devenaient illisibles. C’était comme si elles réagissaient à votre capacité magique innée. Bien sûr, il fallait de toute façon être capable de lire les lettres qu’ils utilisaient dans ce monde.

« Hé, tu peux lire ça ? »

« Eh bien, vous dépendiez des boules de cristal, donc je sais que vous ne pouvez pas la lire. Moi, par contre, j’ai dû me débrouiller après tous les problèmes que Sac à merde m’a fait subir. Si je n’avais pas appris à lire, je n’aurais jamais été capable d’utiliser la magie. »

Vous pouvez apprendre la magie de deux manières, soit vous devez la lire dans un livre, soit vous pouvez apprendre automatiquement le sort grâce à une boule de cristal magique. Si vous appreniez à partir d’une boule, le sort était facile à apprendre mais difficile à activer. L’apprentissage à partir d’un livre prenait plus de temps, mais était plus facile à ajuster en cours de route.

« Qu’est-ce que ça dit ? »

« Hum… »

J’ai concentré ma magie et j’ai essayé de lire ce qui se trouvait sur la pierre. C’était écrit dans un langage simple.

« Je suis la source de tout pouvoir. Le héros du bouclier vous commande… ! Zweite Aura . . . .”

Je pourrais choisir une cible pour le sort. Je suppose que je pourrais aussi bien commencer par Filo. J’ai tendu la main  en direction de Filo, et un champ magique doux et transparent est apparu autour d’elle. 

« Oh wow ! J’ai l’impression d’être pleine de pouvoir ! »

Filo a commencé à sauter sur place. Elle était sous forme humaine, mais elle pouvait encore sauter assez haut. J’ai vérifié ses statistiques, et j’ai constaté que la plupart d’entre elles avaient augmenté.

« Aura . . . . C’est un sort que seuls les héros légendaires peuvent utiliser. Il augmente les statistiques de la cible. » 

Un des coéquipiers d’Itsuki a chuchoté. C’était cette fille, Rishia. 

« Génial ! Apprenons-le tous ! »

La perspective d’apprendre la magie ancienne a vraiment enthousiasmé les autres, car elle s’inscrivait parfaitement dans leur attitude de jeu. Ils ont tous essayé de lire les mots. Mais…

« Merde… Je n’arrive pas à le lire. »

« C’est peut-être parce que vous n’avez jamais appris à lire les lettres magiques ? »

Bien sûr, ils ont appris leur magie assez facilement avec les boules de cristal, mais s’ils n’ont jamais appris à lire le langage de ce monde, ils ne pourront pas encore maîtriser Aura.

« Naofumi ».

Itsuki s’est tourné vers moi et a parlé.

« Quoi ? »

« Où as-tu trouvé le bouclier qui t’a appris à lire les lettres magiques ? »

« J’ai appris à le lire moi-même ! L’arme ne peut pas tout faire pour toi ! »

« Ne sois pas comme ça ! »

« Ouais ! Apprends-nous ! »

Ils n’avaient pas du tout honte. Bientôt, ils voudraient que je leur apprenne toute la langue. Ils ont dû penser que leurs armes les avaient dispensés de tout effort. 

« J’ai appris un sort appelé ‘Aura’, mais cela ne veut pas dire que vous allez apprendre la même chose ».

« Cela pourrait être vrai. Nous pourrions apprendre quelque chose d’encore mieux. »

Leur condescendance devenait encore plus évidente. Je ne supportais pas qu’on me parle ainsi. Ils ne pouvaient même pas tenir tête au grand prêtre. Je me suis surpris à m’énerver et j’ai essayé de me calmer.

« Passons à autre chose. Y a-t-il autre chose que vous vouliez nous montrer ? »

« Très bien alors, nous nous dirigerons vers l’auberge, mais je m’assurerai de vous présenter les objets et les lieux d’intérêt en cours de route. »

Le comte inclut de temps en temps de courtes explications alors que nous nous dirigeons vers l’auberge. Les zones de Cal Mira qui étaient remplies de monstres sauvages étaient maintenant dans un véritable tumulte, grâce à l’événement d’activation. Les cycles de vie des monstres avaient tous été accélérés. Les monstres continueraient à se reproduire de manière exponentielle, et l’île se retrouverait dans une situation désespérée si les aventuriers et les héros ne venaient pas aider à éliminer la population en pleine explosion. Notre objectif immédiat était d’aider à repousser les monstres, et de nous élever considérablement dans le processus.

Le comte a expliqué qu’il serait plus utile pour l’île que nous éradiquions complètement tout groupe de monstres que nous pourrions trouver par hasard. Nous n’avions pas besoin de nous lier à d’autres aventuriers qui se mettaient à niveau, mais si nous tombions sur une bataille en cours, ils nous demandaient d’éviter les conflits inutiles en ne sautant pas dans la bataille, et en prenant les meurtres d’autres aventuriers.

Cela ressemblait beaucoup aux manières typiques d’un MMORPG. Si nous voulions nous déplacer entre les îles, il y avait de petits bateaux que nous pouvions utiliser, mais il n’y a pas tellement de navettes organisées. Dans le pire des cas, a dit le comte, il était possible de nager.

L’auberge que la reine nous avait réservée était le plus beau bâtiment de l’île. Dans mon monde, elle aurait été l’équivalent d’un hôtel de grande classe. Je me suis demandé si c’était un château ou quelque chose comme ça. Quoi qu’il en soit, c’était un endroit immense, orné, qui semblait très propre. Les murs étaient formés de quelque chose comme du marbre, et étaient polis de manière à refléter la lumière.

Il y avait une fontaine qui comprenait des statues de Pekkul et de Risuka. Dans l’ensemble, l’endroit me donnait l’impression d’être de retour dans mon propre monde, d’une manière étrange. Est-ce que je venais de faire un voyage dans les îles du sud ? Peut-être étais-je de retour à Hawaii ? On nous a conduits dans un couloir jusqu’à nos chambres, et il y avait un tapis épais et moelleux sur toute la longueur. 

Le personnel de l’hôtel a insisté pour qu’ils s’occupent de nos bagages, nous leur avons donc donné nos affaires, ainsi que la voiture de Filo. En ouvrant la porte de notre chambre, nous avons découvert que nos bagages étaient déjà arrivés, alors nous avons décidé de repartir et de commencer à chasser les monstres. Nous avons sauté dans un petit bateau, choisi une autre île au hasard, et sommes partis.

« Ça fait un moment qu’on n’a combattu les monstres juste pour se mettre au niveau. »

« Je suppose que tu as raison. »

Une fois que Filo avait éclos, nous nous étions tournés vers notre travail de commerçant. Pendant cette période, nous avons combattu rarement, et peu de gens nous demandaient spécifiquement de nous battre pour eux. Puis nous avons réalisé que nous ne pouvions pas participer à la cérémonie, alors nous avons décidé de nous rendre dans un autre pays, mais la couronne a alors mis une prime sur ma tête. Une fois le grand prêtre vaincu, nous avons été bloqués sur le long chemin de retour vers le château, ensuite nous avons sauté sur le bateau pour Cal Mira. Bien sûr, Filo avait tué quelques monstres en chemin, mais rien qui puisse être considéré comme un renforcement de niveau intentionnel.

En y repensant, Raphtalia avait raison. Cela faisait vraiment un moment. Lorsque nous étions en fuite, nous n’avions pas le temps de guerroyer souvent contre les monstres, et au lieu de les utiliser comme matériaux, nous avions dû en manger la plupart.

« Nous allons nous mettre au niveau à partir de maintenant jusqu’à ce que nous quittions Cal Mira. Bonne chance à tous. »

« Ouais ! »

« Oui. »

Traducteur : Reset

Editeur : Gobles

Chapitre Précédent | Sommaire |Chapitre Suivant  

Laisser un commentaire