KissWood

I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 20

Chapitre 20 : Le Pouvoir De l’Autorité


Après avoir terminé mes préparatifs de départ, j’ai suivi Necro et la Sainte hors de l’abri. Dans le champ à l’extérieur se trouvait un groupe de soldats tous armés de mitraillettes. Ils ne semblaient pas si différents des soldats modernes.

« Ces gens sont les forces spéciales ? »

Necro a haussé les épaules.

« Plutôt restreint, hein ? »

Ils n’étaient qu’une cinquantaine.

« Je pensais qu’ils seraient environ huit cents. »

« Pourquoi être si inquiet ? Il y a toi et moi. »

Necro semblait me faire un peu plus confiance qu’avant. Je me demande si j’arriverais à lui soutirer de l’argent en le persuadant un peu.

« Moi je suis là aussi, vous savez ? »

La Sainte a levé la main et s’est mise à sautiller.

« Quoi ? Tu n’es pas encore rentré chez toi ? »

J’ai participé à la blague de Necro.

« Il suffit de la balancer. »

De façon un peu audacieuse.

« Me balancer ? Quoi ?! »

La Sainte a levé ses poings vers nous.

« Je pense que nous pouvons juste la laisser ici… »

J’étais honnête. Cette fille était tout simplement inutile.

« Ehhhhh ! »

La Sainte a utilisé ses petits poings pour frapper mon corps.

Tudadada !

Je pouvais même voir les images rémanentes de ses coups dans l’air.

« Ça fait mal ! Ça fait mal ! Arrête ! »

La Sainte ne s’est arrêtée qu’après m’avoir frappé pendant un moment.

« Ah, vous deux, attendez ici un moment. Je dois m’occuper de quelque chose. »

Necro s’est dirigé vers les soldats après avoir dit ça. On dirait qu’il essaie de faire un discours avant de partir. Quand Necro est parti, la Sainte a commencé à tirer sur mes vêtements.

« … Quoi ? »

« Hum… »

Elle m’a emmené derrière le bâtiment.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« J’ai besoin de voir une fée une seconde… »

« La fée des toilettes ? »

« Une fée des fleurs. »

Son visage s’est rapproché de moi.

« C’est une fée des fleurs !! »

« … J’ai compris, alors vas-y. »

« Je ne pense pas que vous ayez compris, cependant… Je vous l’ai dit, non ? J’ai mis une magie sur vous. Faites attention à ne pas trop vous éloigner de moi. Restez toujours à côté de moi. Comme un esclave. Comme un chien. »

Elle disait vraiment n’importe quoi.

« J’aurai un signal d’alarme dans ma tête avant de mourir, n’est-ce pas ? »

« Vous entendrez ma voix mortelle, alors ne vous inquiétez pas. »

« ……. »

« Ah ! Si vous essayez de jeter un coup d’œil en utilisant votre [Œil Flottant]… Il n’y a pas besoin d’expliquer ce que je ferai, n’est-ce pas ? Je vous aurai prévenu ! »

« Je n’ai jamais pensé à faire une telle chose. Tu n’es pas un peu trop obscène ? Tu n’es qu’une lycéenne. »

J’ai reçu un coup de pied.

« Attendez ici tranquillement ! Je reviendrai vite ! »

La Sainte a sauté dans le bâtiment comme un petit écureuil. … Je peux fumer pendant que j’attends ? J’ai sorti ma e-cigarette de sa cartouche. J’utilisais un mélange spécial entre des extraits de nicotine et des potions de mana, qui permettait à l’utilisateur d’augmenter ses capacités physiques pendant une courte période. J’ai soulevé légèrement la visière du casque et mis la vapoteuse dans ma bouche.

Pii

Une LED verte s’est allumée et le liquide à l’intérieur de la cigarette s’est transformé en vapeur. Quand j’ai pris une bouffée, mon cou a commencé à brûler comme si j’inhalais du feu. Je me sens beaucoup mieux maintenant. Quand je pense que la douleur est la seule chose qui rend ce monde un peu plus réel… Quelle ironie !

Phew

Quand j’ai laissé sortir la fumée de mes poumons, mon corps est redevenu froid. C’était parce que mon cerveau était redevenu actif et avait reconnu que mon corps était devenu froid. Je devrais fumer un peu pour que mon corps bouge à partir de maintenant. Je me suis appuyé sur le mur et j’ai regardé les gens passer. Les soldats qui n’étaient pas impliqués dans la mission vérifiaient juste les fournitures. Comme je le pensais, ils n’avaient pas de voitures, hein.

Notre plan était de traverser la colline à pied et de prendre le train à la station « Transgression ». Ensuite, nous descendrions à « Boiser Town ». L’endroit où nous nous rendions était le [Tombeau de l’Épée], à Volez. C’est une ville célèbre pour son artisanat de l’épée. Dans le document que Necro m’avait donné, il était dit que le Guerrier faisait souvent vérifier son équipement dans cette ville. Et comme l’homme aimait voyager, il n’avait pas de gardes avec lui. C’était dangereux. Ou avait-il vraiment la force de se protéger ? Mais dans tous les cas, c’était une décision stupide de voyager seul. L’homme demandait pratiquement à être attaqué.

« Hey ! »

Dire qu’un [Brave] comme lui, qui est recherché par le gouvernement, aurait le culot de rester dans le pays. Le gouvernement n’aurait pas décidé d’effectuer une opération militaire d’une telle envergure sur lui s’il avait été à l’extérieur du pays. Tout cela avait été causé par la confiance inutile du Guerrier en sa force.

« Ce bâtard nous ignore, n’est-ce pas ? Hé, toi ! Ouais, toi ! Celui qui fume sur le mur ! »

J’ai tourné la tête. Je voyais un jeune homme qui me regardait fixement. Il avait une coupe militaire et une peau bronzée. Il semblait plutôt musclé.

« Bon sang… Il est assez étrange, n’est-ce pas ? On dirait une momie. »

Le soldat a jeté le sac qu’il tenait dans sa main sur le sol. Le sac qui semblait peser environ 10 kg est tombé sur le sol dans un grand « boum« .

« Qu’est-ce que tu fais, abruti ? Commence à travailler. Tu crois que tu es en train de faire un pique-nique ? »

J’ai compris. Alors je suis un soldat maintenant, comme eux ? Je devrais être plus proche d’un bénévole pourtant… Que dois-je faire ? Si je le tue, nous perdrons des effectifs. Si je le laisse vivre, il me rendra la vie dure plus tard. Mais là encore, laisser en vie quelqu’un d’aussi rebelle serait ennuyeux lorsque je devrais donner des ordres.

« Hé, prends ça aussi. »

Les soldats aux alentours ont aussi jeté leurs sacs sur moi. Tous les autres ont commencé à les suivre. Ils pensaient probablement que je ne serais pas capable de me défendre, vu leur supériorité numérique.

« Mais qu’est-ce qu’il peut bien être ? Il est muet ? »

« Une personne qui vient juste d’entrer dans l’armée est censée être mon supérieur ? Pas moyen. »

« Tournoi de sélection mon cul. Au final, c’est juste un criminel. »

« J’ai entendu dire que tu étais avec une lycéenne. Tu t’es amusé ? »

Les soldats ne se sont pas approchés de moi. Ils ont tous gardé leurs distances. Je pouvais lire de l’hostilité dans leurs yeux, mais je pouvais aussi voir que leurs corps étaient tous assez tendus. Bien sûr qu’ils le sont. Ils ont probablement entendu les rumeurs.

« Quelle est la raison pour laquelle vous cherchez à vous battre avec moi ? »

Les soldats ont sursauté.

« 1. J’ai tué des soldats en essayant de m’échapper. 2. Les soldats que vous connaissez veulent que je sois puni. 3. Le chef vous a dit de ne pas vous battre avec moi. 4. Vous voulez que je sois puni, mais vous ne savez pas comment faire pour que je le sois. 5. Vous pensez que votre supériorité numérique me rendra incapable de faire quoi que ce soit. C’est ce qui vous a amené à vous battre avec moi. »

C’est ce que j’ai pu comprendre de leurs actions.

« Ai-je raison ? »

« …… »

On dirait que j’avais raison. Je suppose qu’il était impossible que tuer des soldats n’ait pas de conséquences. J’ai remis l’e-cigarette dans la cartouche. Je pensais en avoir fini avec l’affaire du colonel… Je suppose qu’il y a eu des victimes auxquelles je n’ai pas vraiment pensé. Je me suis incliné vers les soldats.

« Je m’excuse. »

Les fausses excuses étaient le meilleur plan d’action ici. Je pourrais tuer les soldats, mais cela entraînerait trop de problèmes. Réagir à leur intimidation ne serait pas très intelligent non plus. Si j’agis juste en m’excusant un peu…

« Qu’est-ce que vous faites, les gars ?! »

Necro a réussi à apparaître juste au bon moment. Les soldats se sont retournés et l’ont salué simultanément. C’était en partie parce que Necro était leur chef, mais surtout parce qu’il était un « sorcier ». Dans ce monde, les sorciers étaient des sujets de peur et de désespoir. Il n’y avait aucune raison pour que les soldats n’aient pas peur.

« Hah~ Bordel de merde. »

Necro a regardé les soldats avec un visage surpris, puis s’est tourné vers moi.

« Qu’est-ce que tu veux que je leur fasse ? Putain, je ne m’attendais pas à ce que ça arrive. »

Devrais-je… l’arrêter ? Je pense que ce serait bien si je suivais le scénario où je suis un gars étonnamment gentil.

« Arrête ça. C’est ma faute de toute façon. Je dois accepter ma punition. »

Pas besoin de trouver des excuses. Les excuses ne feraient qu’accroître la haine des gens à mon égard.

« Qu’as-tu fait de mal ? Ces soldats t’ont fait te prosterner devant eux juste parce qu’ils ne t’aimaient pas, n’est-ce pas ? C’est quoi cette situation de fou ? »

C’était la faute des soldats maintenant.

« En position pour des pompes. Maintenant. »

La poussière a commencé à s’élever alors que les soldats se mettaient en position. Près de cinquante personnes se sont mises en position pour faire des pompes.

« Dois-je les punir selon la loi militaire ? Hé, Sergent Kim. »

« Oui monsieur ! »

Le soldat le plus proche de lui a crié à haute voix. Ce type travaillait déjà en tant que soldat dans un autre monde… Eh bien, je suppose qu’il n’avait pas vraiment le choix, vu que sa seule autre option était la prison. Necro s’est approché du Sergent Kim.

« Laissez-moi vous demander ceci. Que se passe-t-il sur le champ de bataille si l’on désobéit à l’ordre d’un officier supérieur ? »

« La personne sera immédiatement éliminée ! »

« Correct. Vous pouvez vous lever. »

Il prend soin de l’homme parce qu’il est un camarade coréen…

« Je ne le redirai pas. Refaites ça et… Vous comprenez ? »

En gros, l’homme menaçait les soldats de mort. Je pouvais voir les soldats devenir pâles après avoir entendu ça. Ils doivent vraiment regretter leur décision en ce moment.

« Vous devez comprendre que je viens de sauver vos fesses à l’instant même. Savez-vous seulement avec qui vous avez essayé de vous battre ? »

Mais qu’est-ce qu’il…

« Si ce type en a envie, il pourrait vous effacer en trois secondes. Vous croyez que je plaisante ? Roulez sur la gauche ! »

Le sol a tremblé.

« Oh ? Vous vous détendez déjà, hein ? Roulez sur la droite ! »

Le sol a encore tremblé.

« Ils doivent être fatigués par tout ce travail. Vous devriez vraiment arrêter… »

La carotte après le fouet. La Sainte est apparue en disant cela. Si Necro était le patron, elle devait être son assistante.

« Tu es allé voir la famille élargie de ta fée ou quoi ? Tu en as mis du temps. »

La Sainte m’a donné un coup de pied dans le tibia. Ugh… La douleur s’est ravivée dans ma jambe pendant un moment.

« … Debout. »

La poussière s’est soulevée et les soldats se sont tous levés.

« Je vais réfléchir à ce que je vais faire de vous après avoir vu comment vous travaillez dur aujourd’hui. Sachez juste que moi, votre chef, je suis très déçu de votre comportement. Compris ? »

La réponse est faible, la voix de Necro devient féroce.

« Vous êtes des fils de putes ! Bien, je vais vous donner ce que vous voulez. »

Il n’en eut fini avec eux qu’après les avoir fait rouler sur le sol pendant cinq minutes de plus. Même si le temps était plutôt frisquet, la quantité de sueur sur les soldats donnait l’impression du contraire. Leurs dos étaient trempés de sueur. Tout sens de la justice qu’ils auraient pu avoir auparavant était probablement vidé par l’épuisement à ce stade. De plus, ils accordaient certainement plus de valeur à leur vie qu’à une vengeance mesquine.


Nous avons marché jusqu’à une colline escarpée. Des feuilles brunes étaient éparpillées sur le chemin. C’était vraiment l’automne. Un peu plus tard, une forêt remplie d’érables est apparue devant nous. À l’intérieur de la forêt se trouvait un cimetière géant. Des nombreuses rangées de pierres tombales rendaient la scène assez sinistre.

« C’est ? »

« Le cimetière des êtres invoqués. »

La Sainte semblait essayer de cacher une certaine émotion dans sa voix.

« Il y en a beaucoup. »

Environ cinq cents. Je n’ai pas ressenti grand-chose. La mort des autres n’avait pas grand-chose à voir avec moi. C’était déjà assez difficile d’essayer de prendre soin de moi. Ces autres personnes étaient probablement juste malchanceuses.

« Des accidents ? »

« Eh bien, il y a eu des accidents, mais la plupart d’entre eux ne sont que des invocations ratées. Ils ont été invoqués sans leur corps ou leur tête. »

Celui qui a répondu à ma question était Necro.

« Le savais-tu ? Nous avons eu trois invocations ratées avant de réussir à t’invoquer. J’ai vraiment cru qu’on avait échoué au moment où tu es arrivé. »

« Le taux de réussite doit être assez bas. »

« Eh bien, on est assez éloignés de l’individu que l’on a ciblé. Et ce n’est pas comme si cette personne restait immobile pendant un long moment. Essayer d’estimer ses coordonnées en se basant sur ses mouvements est… Pff~ C’est impossible. »

Peut-être que le fait d’être assis sur la chaise électrique a été une bénédiction pour moi.

« N’est-ce pas déjà tout à fait précis ? Il faudrait calculer la révolution et la rotation de la planète, et en plus, la vitesse d’expansion de l’univers. »

Il fallait calculer l’emplacement exact d’une personne en fonction du temps.

« Ah, nous avons déjà des équations pour ça. Nous ne sommes pas des sorciers juste pour le spectacle, tu sais. »

Une plaine est apparue devant nous.

« Eh bien, même ainsi, ça devient assez effrayant parfois. Une petite erreur, et nous pourrions invoquer le soleil ou un trou noir. Tout ça est déjà incroyable, mais je ne peux m’empêcher de souhaiter un dispositif de sécurité… »

Une possibilité de pouvoir localiser une cible spécifique et de l’invoquer dans un autre monde…

« S’il est possible d’invoquer un humain, ne serait-il pas possible d’invoquer la richesse, la nourriture et les armes dans ce monde ? »

S’ils ne le faisaient pas, malgré le fait que ce soit possible… Je pouvais deviner la quantité de mana que cette opération prenait habituellement quand on y réfléchit bien.

« Ne serait-ce pas merveilleux ? Nous pourrions juste invoquer des choses quand nous le voulons. Mais le truc c’est que… Le coût pour invoquer une chose d’un autre monde équivaut au budget de toute une année pour le département de la défense. Tu sais combien d’argent on a dépensé pour toi ? Tu es assez cher. Tu ne te considères peut-être pas comme tel, mais les gens au sommet te considèrent déjà comme la propriété de la nation. Un inspecteur viendra probablement même te chercher plus tard. »

« Un inspecteur ? »

La Sainte a répondu à cette question.

« Ce n’est pas grand-chose. Il apparaîtra soudainement comme un fantôme, posera quelques questions, puis disparaîtra. Vous devez juste être honnête. Ne jamais mentir. »

« Si je mens ? »

« Je ne sais pas. Je n’ai jamais menti. »

Menteuse. La route devant nous a commencé à prendre une pente descendante. Je pouvais voir un train noir se révéler devant nous alors que nous descendions.



 Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant 

2 thoughts on “I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 20

  1. Merci pour ce chapitre, j’ignorais que les pompes coréennes consistaient à rouler de gauche à droite.

    1. Haha ! Tu me rassures. J’avais trouvé ça étrange aussi. J’ai tenté de faire une recherche rapide sur le sujet mais je n’ai rien trouvé. Je suis habituée à ce genre d’incohérences de la part de l’auteur, j’essaie de les corriger quand je le peux, mais là ça n’avait pas d’influence sur le récit. Et je dois l’avouer… pas trop envie de me prendre la tête avec ça ! ^o^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :