KissWood

The Novel’s Extra – Chapitre 106

Chapitre 106 : Retour

J’ai remis les cristaux à leur place, puis je me suis dirigé vers la mairie de Gwangmyeong.

Là-bas, nous avons étonnamment reçu un accueil chaleureux. Il semble qu’Asura était un vrai tyran, et les habitants étaient heureux d’être enfin libérés.

Quand je leur en ai parlé, ils m’ont dit qu’Asura avait conduit beaucoup de gens à la mort à cause de son obsession pour les cristaux de mana.

Quoi qu’il en soit, la nuit où Asura a disparu, tout le monde s’est réuni dans le bâtiment abandonné et on y a organisé une fête.

Les habitants de la mairie de Gwangmyeong ont apporté du riz et de la viande, et nous nous sommes assis autour d’un feu de camp, en mangeant et parlant joyeusement.

Bien sûr, je suis parti dès que j’ai eu fini de manger.

Je ne me sentais pas à ma place.

« … Tiens, Kim Hajin, prends ça. »

Mais Yi Yeonghan m’a tendu un bol de porridge.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« C’est pour Yoo Yeonha. »

Bien que la malédiction ait été levée, Yoo Yeonha n’avait pas encore complètement récupéré. En ce moment, elle dormait dans la tente.

« … Pourquoi tu me donnes ça ? »

« Les autres gars sont en pleine discussion. »

Yi Yeonghan a pointé du doigt le feu de camp, où Kim Suho et Chae Nayun discutaient avec les anciens subordonnés d’Asura. La conversation avait l’air d’être drôle, car même Shin Jonghak riait en les écoutant.

« Oui, nous avons eu des nouvelles de Séoul. En ce moment, Séoul est divisée en plusieurs factions. Gangnam est divisé entre Shin Myungchul et Chae Joochul, tandis que Gangbuk est… »

« Quelle est la réputation de Shin Myungchul ? »

Demanda Shin Jonghak.

« C’est une personne formidable qui a apporté la paix dans la région de Gwanak. »

« Haha, je vois. »

On aurait dit qu’il aimait les entendre faire l’éloge de son grand-père. En entendant cela, Chae Nayun a également demandé avec enthousiasme.

« Alors qu’en est-il de Chae Joochul ? »

Chae Joochul l’Immortel. Il était le grand-père de Chae Nayun et l’une des personnes les plus fortes dans ce monde.

Mais contrairement aux attentes de Chae Nayun, elle n’a pas reçu la réponse qu’elle espérait.

« Il n’est pas du tout digne de confiance. J’ai séjourné à Séoul pendant un certain temps, alors je le sais. Il est… sournois, comme un serpent. Il va sûrement faire quelque chose d’énorme dans le futur. »

« …. »

L’expression de Chae Nayun s’est crispée.

En effet, Chae Joochul n’était pas une personne vraiment gentille selon mes paramètres.

J’ai pris le porridge et je suis allé dans la tente.

« Hé, j’ai apporté à manger. »

Yoo Yeonha, qui était allongée immobile sur le lit, a levé le haut de son corps en gémissant. Elle avait l’air un peu déçue quand elle a vu que c’était moi, mais elle a essayé de ne pas le laisser paraître.

« Tu fais semblant d’être malade, c’est ça ? »

« Oui ? Ah, non, je suis encore énervée… uup. »

J’ai fourré une cuillerée de porridge dans sa bouche. Yoo Yeonha l’a grignoté d’un air troublé.

Elle mangeait vraiment comme une enfant. Après avoir mâché une dizaine de fois, elle m’a regardé et a froncé les sourcils.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« Quoi ? »

« … Pourquoi fais-tu ça tout d’un coup ? »

Yoo Yeonha avait l’air grognon.

« N’as-tu pas dit que tu pouvais à peine lever les mains ? Alors je te nourris. »

« Mais c’était… »

C’était probablement un stratagème pour attirer Shin Jonghak. J’ai souri et pris une autre cuillère de porridge.

-Kyahaha.

À ce moment-là, le rire de Chae Nayun a retenti à l’extérieur de la tente. Je me suis retourné, surpris par ce bruit soudain.

« Ah, attends, attends ! Ah ! »

Lorsque je me suis retourné après avoir entendu les cris indignés de Yoo Yeonha, j’ai vu du porridge collé tout autour de sa bouche.

Oh, elle ne l’avait pas ouverte.

« Ouvre la bouche, tu veux bien ? »

« Quoi ? Tu dis que c’est de ma faute ? »

« …. »

J’ai enlevé le porridge étalé autour de sa bouche avec la cuillère, puis je lui ai remise dans la bouche. Cependant, Yoo Yeonha a gardé sa bouche hermétiquement fermée et m’a lancé un regard furieux.

« Tu ne veux pas manger ? Tu vas mourir de faim, tu sais. »

« Non, c’est juste que … ce n’est pas très appétissant. Tu n’as pas autre chose que du porridge ? »

« Il me reste un ramen. »

Immédiatement, Yoo Yeonha a dégluti. Mais elle a rapidement pris un air peu enthousiaste et a fait comme si elle allait le manger à contrecœur.

« … Alors je vais prendre ça. Le porridge c’est trop fade. »

« Je te le préparerais si tu finis ça d’abord. »

Alors, Yoo Yeonha a ouvert la bouche et a recommencé à manger.

« Au lieu de rester enfermée ici, pourquoi ne pas sortir et aller discuter ? »

« Je n’ai pas l’énergie pour ça… »

Yoo Yeonha est retombée sur le dos et a tiré la couverture sur elle.

Comme elle n’avait pas l’air de vouloir sortir, je me suis levé pour la laisser seule.

Mais à ce moment-là, sa douce voix a retenti.

« Hum… »

« Ouais ? »

« … Merci. »

Elle a murmuré prudemment et sincèrement.

J’ai simplement hoché la tête en réponse.

« C’est bien que tu le reconnaisses. »

« Tu finis toujours par m’aider. »

« N’est-ce pas ? Quand vas-tu me rendre la pareille ? »

Yoo Yeonha a souri et a répondu doucement.

« Hé, tu ne penses pas que nous pourrions devenir de bons alliés ? »

Alliés…

Devenir l’allié de Yoo Yeonha était un moyen facile de vivre une vie confortable. Elle deviendrait un PDG de premier plan dans le futur, qui posséderait des sociétés importantes dans des domaines tels que l’ingénierie magique, la pharmacie, les guildes, les ventes aux enchères et les armes.

« Je peux t’aider à sympathiser avec Nayun. »

« … Quoi ? Je n’ai pas besoin de quelque chose comme ça. »

« Eh ? Tu as vraiment changé de bord ? »

Yoo Yeonha s’est soudainement de nouveau redressée.

«  Changé de bord ? »

« De Nayun à Rachel. »

« Quoi ? Non, ce n’est ni l’une ni l’autre. Je ne peux pas me permettre d’aimer quelqu’un en ce moment. »

« Allez, arrête de mentir. »

Yoo Yeonha m’a lancé un regard malicieux, l’air de dire qu’elle savait tout. Je l’ai fixée, puis j’ai hoché la tête.

« … Pas de ramen pour toi. »

« Eh ? A-Attends ! »

Je l’ai ignorée et j’ai quitté la tente. Je suis ensuite allé voir Yi Yeonghan.

« Elle a dit qu’elle ne mangeait pas de porridge. »

« Hein ? Vraiment ? »

Yi Yeonghan a penché la tête et est entré dans la tente.

« Yoo Yeonha, pourquoi tu ne manges pas ? Tu n’as pas d’appétit ? »

« E-Eh ? Ah… bien, euh… du ramen… »

« Du ramen ? Kim Hajin a dit qu’il te ferait du ramen à la place ? Mais je pensais que tu n’aimais pas le ramen. »

« Euh… ? Oh… exact…. »

« Alors contente-toi juste de te reposer pour aujourd’hui. Tu n’es pas obligé de manger. »

« … Je ne t’aime pas, Yi Yeonghan. Je suis sérieuse. »

« Q-Quoi ? Pourquoi ? »

« Va-t’en. Sors. »

Tout en espionnant leur conversation, j’ai mis une casserole sur le brûleur et j’ai commencé à faire bouillir de l’eau.

Yi Yeonghan est alors sorti de la tente et a demandé :

« Kim Hajin ? Pourquoi fais-tu bouillir de l’eau ? Yoo Yeonha a dit qu’elle ne mangeait pas de ramen. »

« Vraiment ? »

À ce moment-là, Yoo Yeonha a passé sa tête hors de la tente et a laissé échapper sa colère.

« Laisse-le tranquille. Il m’a sauvé la vie. Il serait impoli de refuser son offre. »

« … Qu’est-ce qui se passe avec elle ? »

Finalement, Yi Yeonghan a reculé, et j’ai fini de préparer le ramen sous les yeux attentifs de Yoo Yeonha.

« Bon appétit. »

« Merci. »

Yoo Yeonha a rapporté le ramen dans la tente avec un air joyeux sur le visage.

J’ai jeté un coup d’œil aux alentours, puis je suis monté sur ma moto, mais Kim Suho m’a surpris.

« Hajin, où vas-tu ? »

« Oh, je dois aller chercher quelque chose. »

Dans ce monde du passé, il y avait des choses dont je n’avais pas fait usage dans l’histoire originale. Bien que je les aie notées dans mon livre de paramètres, je n’ai pas eu l’occasion de les utiliser lorsque j’ai écrit les chapitres actuels.

Comme certaines d’entre elles pouvaient s’avérer utiles, j’avais prévu de les ramener.


Dans le passé de 1972, nous nous sommes entraînés et battus pour devenir plus forts. Comme nous n’étions plus obligés de rester dans le bâtiment inconfortable et abandonné, nous avons vécu avec les résidents de la mairie de Gwangmyeong.

Pendant les deux semaines où nous sommes restés ici, des explosions magiques se produisaient occasionnellement, et des monstres attaquaient de temps en temps. Cependant, nous avons travaillé tous ensemble avec les résidents afin de résoudre tous les problèmes.

Bien entendu, certains des subordonnés d’Asura, qui avaient commis toutes sortes de méfaits, ont été chassés par le biais d’un vote. Sous la direction de Kim Suho, les mauvaises pratiques et ce système hiérarchique ont été abolis.

Quoi qu’il en soit, après avoir passé autant de temps ensemble, Kim Suho et les autres sont devenus très proches des personnes du passé.

Yoo Yeonha était constamment à la recherche de quelqu’un qui deviendrait l’ancêtre d’une personne célèbre, Chae Nayun jouait avec les enfants tous les jours, et Shin Jonghak a formé sa propre équipe avec une bande qui semblait assez forte.

Quant à Kim Suho, il a aidé les résidents à créer plusieurs installations et à rénover celles qui existaient déjà.

Tout le monde passait son temps à rire et à s’amuser.

Cependant, je n’ai pas pu m’amuser autant que les autres, car j’avais tué certaines personnes.

Je ne savais pas si les résidents l’ignoraient ou s’ils faisaient semblant de ne pas savoir, mais ils me traitaient avec gentillesse.

« Huu. »

Le temps a passé en un clin d’œil.

Actuellement, j’étais assis sur une chaise de barbier, entouré de nombreuses personnes.

« C’est génial. Mes mains me démangeaient à chaque fois que je voyais tes cheveux. »

« Oui, c’était la longueur parfaite il y a deux semaines, mais maintenant c’est beaucoup trop long. »

Ce commentaire venait de Chae Nayun.

J’ai souri et hoché la tête.

J’ai regardé autour de moi, me demandant si c’était normal qu’un salon de barbier se trouve au milieu de la route. Il y avait Kim Suho et Yi Yeonghan, Chae Nayun et Yoo Yeonha, Shin Jonghak qui avait les bras croisés et qui me regardait ; et enfin, de nombreuses personnes du passé.

Une sacrée foule s’était rassemblée pour voir ma coupe de cheveux.

« Au fait, vous pouvez laisser un peu de sa barbe ? »

Chae Nayun a demandé ça toute seule.

« Hm ? Pourquoi ? Je veux la raser entièrement. »

Ai-je demandé en frottant ma barbe. J’avais le sentiment qu’Evandel serait choquée si je rentrais à la maison comme ça.

« Je pense que tu serais mieux avec un peu de barbe. »

« Nayun. »

À ce moment-là, Yoo Yeonha a parlé à Chae Nayun en souriant.

« Qu’est-ce que ça a à voir avec toi ? »

«  … Eh ? »

Chae Nayun est tombée dans un état de sidération. Yoo Yeonha a continué avec un sourire encore plus grand.

« Je suis sincèrement curieuse. Pourquoi son apparence est-elle si importante ? »

« Q-Quoi ? J’essaie juste de lui donner les meilleurs conseils possibles. »

« Mm~ c’est pour ça que tu es allée faire un tour en moto avec lui la semaine dernière~ ? »

« … Quoi ? »

Shin Jonghak a soudainement battu froidement des paupières.

« C-C’est parce que nous étions chargés d’aller chercher de la nourriture ! Qu-Qu’est-ce que tu essaies de dire !? »

Incapable de supporter cela plus longtemps, Chae Nayun a crié. Yoo Yeonha a reculé en remuant ses sourcils de haut en bas. Pendant ce temps, les résidents présents souriaient.

« Alors je commence~ »

Le barbier a commencé à me couper les cheveux. Une paire de ciseaux a effleuré ma tête, celle-ci est devenue plus légère au fur et à mesure que mes cheveux longs jusqu’aux épaules étaient coupés.

J’ai lentement apprécié ce moment. Les rires des résidents, la brise légère, la lumière chaude du soleil, et…

« Il n’a pas l’air si mal que ça, hein ? »

« Bien sûr ! C’est lui qui a chassé ce tyran, après tout. »

« Mais avec quoi l’a-t-il vaincu ? Même Dongsuk n’avait rien pu faire contre lui. »

… la vision du passé qui disparaîtrait bientôt.

« Très bien, c’est fait. Maintenant il est temps de passer au rasage. »

Le barbier a fini de me couper les cheveux et a sorti un rasoir. J’ai été surpris lorsqu’il l’a approché de mon visage sans mettre de mousse à raser.

Srrk, srrk– Cependant, en sentant le barbier utiliser son pouvoir magique à la place de la mousse à raser, je me suis calmé et je lui ai fait confiance.

Rapidement, le rasage a été terminé, et le barbier m’a donné un miroir.

« … Oh ? »

Lorsque j’ai regardé le miroir, j’ai été surpris.

Je n’étais même pas sûr que ce soit moi que je regardais, et je n’étais clairement pas le seul à ressentir cela. Chae Nayun, Yoo Yeonha, et même Kim Suho me regardaient avec étonnement.

Des cheveux propres modelés avec de la cire coiffante et une barbe légère comme celle d’un mannequin occidental.

Mes yeux se sont naturellement tournés vers ma smartwatch.

[Amélioration – La touche du Maître Barbier]

[Augmente temporairement la statistique de charme invariable de 0,5 points.]

[Durée – 4 semaines]

Quand j’ai vu cette alerte, j’ai sursauté et demandé respectueusement au barbier.

« … Puis-je vous demander votre nom ? »

« Haha, vous l’aimez tant que ça ? Mon nom est Kim Woosuk. »

« Kim Woosuk… Avez-vous un fils ? »

« J’en ai un de 8 ans. Il s’appelle Kim Hojin. »

Kim Hojin. S’il était vivant dans le monde du présent, je devrais lui rendre visite lorsque je voudrais me couper les cheveux, car les Dons sont souvent héréditaires.

J’ai attrapé les mains de Kim Woosuk et je me suis incliné.

Puis, j’ai regardé autour de moi.

Une mère agitant la main avec un enfant dans les bras, des personnes âgées souriant avec plaisir, et des jeunes hommes et femmes qui me lançaient des regards respectueux.

Je me suis également incliné devant eux tous.

« Merci pour tout. »

Me faire couper les cheveux était la dernière activité de la journée. Non, du passé.

« Non, c’est plutôt nous qui devrions vous remercier. »

« Au revoir »

« Vous reviendrez ? »

« Ces jeunes hommes et ces jeunes femmes feront de grandes choses dans le futur. Je suis sûr que nous pourrons les voir dans les journaux. »

Nous n’avions pas expliqué grand chose aux gens du passé. Ils ne savaient pas que c’était le monde du passé, ou qu’ils n’étaient juste que des archives.

« Alors … »

Je me suis tourné vers Kim Suho et les autres.

Maintenant, il était temps de faire ce que nous devions faire.

Kim Suho et le reste du groupe ont hoché la tête avec un sourire un peu triste.

« Nous allons aller les chercher. »

« Ouais. »

Chacun d’entre eux est allé récupérer un cristal, et je suis entré dans la mairie de Gwangmyeong. Après avoir lentement monté les escaliers, je me suis assis sur le toit.

Puis, j’ai regardé le ciel.

Le soleil était à mi-chemin de l’horizon.

Le monde était teinté d’orange grâce à ce magnifique coucher de soleil.

En attendant que les autres reviennent, je regardais tranquillement ce magnifique paysage.

Rapidement, la lumière violette du château d’eau du nord-est a disparu.

Je pouvais voir Yi Yeonghan escalader la tour d’acier sud.

Les fragments du passé se rassemblaient lentement.

Après environ dix minutes, j’ai senti une présence derrière moi.

« Prends ça, Kim Hajin. »

La première personne à être revenue était Shin Jonghak. Il m’a jeté le cristal avec désinvolture et est redescendu. Là, ses laquais (membres de son fan club) l’attendaient les yeux pleins de larmes.

« Yo~ Kim Hajin ! »

Une voix forte a retenti d’en bas.

Yi Yeonghan a jeté le cristal du sol, et je l’ai attrapé.

« Merci. »

La suivante était Yoo Yeonha.

Accompagnée du claquement de ses talons hauts, elle est montée sur le toit.

« Où as-tu eu ces talons hauts ? »

« On me les a offerts. Je suis assez populaire, tu vois. »

Yoo Yeonha s’est approchée de moi et m’a tendu le cristal.

« Oh, au fait… »

En recevant le cristal de Yoo Yeonha, j’ai demandé ce que j’étais curieux de savoir depuis un certain temps.

« Pendant que tu étais sous l’influence de la malédiction… tu n’as pas adoré ça ou un autre truc dans le genre, n’est-ce pas ? »

« … Que veux-tu dire ? Pourquoi aurais-je adoré ça ? »

« Hein ? Oh, euh, peu importe. Ignore juste ce que je viens de dire. »

En réalité, il y avait un paramètre dont je m’étais débarrassé.

[Yoo Yeonha aime être brutalisée.]

Il n’a jamais été mentionné dans l’histoire parce que c’était trop étrange et que l’occasion ne s’était jamais présentée, mais j’étais curieux de savoir si ce paramètre était présent dans ce monde.

« Quoi qu’il en soit, je vais y aller maintenant. »

Alors que Yoo Yeonha s’apprêtait à descendre, Kim Suho est monté.

« Kim Hajin ! Te voilà… Hein ? »

« Descends avec moi »

« Je veux être avec Hajin. Ah, hé, qu’est-ce que tu fais ? »

Kim Suho a été traîné par Yoo Yeonha dès qu’il m’a donné le cristal.

Le dernier cristal est arrivé trois minutes après la disparition de Kim Suho.

« Je suis là, Kim Hajin. »

Chae Nayun s’est approchée de moi et m’a tendu le cristal.

Avec cela, les six cristaux qui nous maintenaient dans le passé avaient été rassemblés.

« Tu vas les détruire maintenant ? »

Elle s’est assise à côté de moi, les genoux serrés.

« Oui, prépare-toi. »

« Je peux regarder ? »

« Bien sûr. »

J’ai mis les cristaux sur ma paume. Puis, j’ai infusé le pouvoir magique du Stigma en eux. En un instant, le tatouage sur mon bras s’est mis à briller en bleu, et les cristaux infusés de pouvoir magique ont fusionné ensemble, formant une petite sphère.

J’ai tenu le cristal entre mon pouce et mon index, puis je l’ai légèrement pressé.

Clang-

Un son clair et net a retenti, et le cristal s’est volatilisé en poussière violette.

Le changement ne s’est pas fait attendre.

Le paysage a commencé à disparaître.

Le ciel a volé en éclats.

Le passé s’est effondré.

Je regardais calmement le monde différé de 1972.

« Hé. »

Chae Nayun a soudainement posé une question. Tout comme moi, elle regardait le ciel qui disparaissait.

« C’est ça, oublier ? »

« … De quoi tu parles. »

« Rien. Je me demandais juste si oublier signifiait qu’une personne pourrait disparaître de mon cœur comme ça. »

Elle avait l’air calme. Ses yeux étaient rouges car elle pensait clairement à sa famille, mais elle ne pleurait pas.

« Comment le saurais-je ? Pourquoi me demandes-tu ça tout à coup ? »

«  … J’ai beau essayer de me souvenir, je n’arrive plus à me rappeler la voix de maman. Son parfum, les jours heureux que nous avons passés ensemble … Je n’arrive pas à m’en souvenir correctement. C’est comme si ces moments avaient disparu. »

J’ai tourné la tête sur le côté, tout comme Chae Nayun.

Comme je n’avais jamais vécu une telle expérience, j’ai choisi des mots extraits d’un livre que j’avais lu un jour.

« Ne t’inquiète pas trop à propos de ça. On ne peut rien sentir d’une fleur qui ne se fane pas. »

« … C’est quoi ça. C’est si minable. »

« C’est comme ça. »

Être usés et partiellement oubliés rendaient ces souvenirs précieux.

« Hmm. »

… Mais il semble que je n’ai pas réussi à le lui faire comprendre.

J’ai sorti quelque chose de ma poche et l’ai donné à Chae Nayun.

« Tiens, tu peux prendre ça. »

« … Eh ? »

« C’est une sorte de ticket. »

Chae Nayun a penché la tête à mon explication.

« Un ticket qui t’aidera à voir des fleurs pendant un moment. »

J’ai senti mes doigts se recroqueviller à mes propres mots.

Car ce que j’ai donné à Chae Nayun était une capsule temporelle.

C’était une petite boîte avec une serrure et une horloge analogique qui indiquait la date du 01/01/2018.

« Qu’est-ce que c’est ? »

« Une capsule temporelle. Tu sais ce que c’est, non ? »

« … Tu crois que je suis stupide ? Bien sûr que je le sais. »

C’était l’un des éléments que j’avais noté dans mon carnet de paramètres et que je n’avais jamais utilisé. Il m’a fallu une journée entière pour la trouver, en dépensant tout le pouvoir magique du Stigma pour utiliser le Livre de la Vérité.

« Mais à quoi sert-elle ? Et pourquoi tu me la donnes ? »

« Tu vois le nombre là ? Tu peux le changer et retourner à cette période temporelle pendant un moment. Plus précisément, tu regardes à travers le souvenir que tu as de cette époque, enfoui au plus profond de ton subconscient. »

« …. »

Chae Nayun a écarquillé les yeux et m’a regardé fixement. Puis, elle n’a lâché qu’un seul mot.

« … Vraiment ? »

« Ouais. »

« Pourquoi ne l’utilises-tu pas à ma place ? »

Quand elle a dit ça, j’ai senti une pointe de douleur dans mon cœur.

En vérité, j’avais prévu de l’utiliser pour moi-même.

Un jour, peut-être dans cinq ou six ans, lorsque la voix et l’apparence de mes parents s’évanouiraient, j’avais prévu de l’utiliser pour m’accrocher à mes souvenirs qui s’effaçaient.

Mais maintenant que j’y pense, ramener un objet de ce monde dans le présent causerait sûrement des problèmes. Puisque c’était le cas, il valait mieux laisser Chae Nayun utiliser cet objet consommable.

« Je ne connais même pas le visage de mes parents, alors ça ne sert à rien que je l’utilise. »

Sans autre choix, j’ai inventé une bonne excuse.

Chae Nayun m’a regardé attentivement, puis a posé la capsule temporelle.

« … Alors je ne l’utiliserai pas non plus. »

« Quoi ? »

« C’est lâche. Soit nous l’utilisons tous les deux, soit nous ne l’utilisons pas. C’est une question d’honneur. »

J’étais abasourdi. Je me suis même senti un peu en colère. J’ai poussé la tempe de Chae Nayun avec mon doigt.

« … Je devrais vraiment te gifler. »

« Quoi ? Tu es fou ? Bats-toi contre moi alors. »

Chae Nayun a levé ses poings et a pris une posture de boxe.

« Ferme-la et utilise-la. Tu vas le regretter sinon. »

« …. »

Chae Nay a fait la moue et a ramassé la capsule temporelle. Malgré ce qu’elle disait, il semblait qu’elle ne voulait pas l’abandonner si facilement.

« Où veux-tu aller ? »

« … En 2013. »

Chae Nayun a changé les chiffres de l’horloge.

« Le… 13 mars. »

« Pourquoi donc… »

Plop.

Avant que je puisse finir ma question, Chae Nayun a disparu sans laisser de trace. Presque comme de la magie, ou peut-être un miracle.

« … Hm. »

Soudainement, j’étais seul. Je me suis étiré et j’ai regardé les alentours.

À part moi, tout le monde semblait être revenu dans le présent.

La moitié du monde était sombre.

Le ciel était flou, mais des morceaux du soleil couchant brillaient encore sur moi.

Même un monde en ruine était magnifique.

À l’intérieur du monde qui disparaissait lentement, j’ai fermé les yeux.

Le tintement du monde en ruine semblait aussi faire vibrer mon cœur.

Une fois que j’ouvrirai les yeux, je serai quelque part dans le monde actuel …

« Hé, Kim Hajin ! »

J’ai ouvert les yeux au son soudain de la voix retentissante.

J’ai rapidement regardé autour de moi.

On dirait que j’étais de retour dans le présent car je pouvais voir le paysage de la Wind Mountain.

Les yeux à moitié fermés, j’ai levé la tête vers la personne qui avait appelé mon nom.

« Te voilà ! »

Une végétation verte, un vent de montagne limpide et une lumière du soleil semblable à des pierres précieuses.

Dans ce magnifique paysage, Chae Nayun affichait un sourire radieux.


Chapitre Précédent | Chapitre Suivant 

2 thoughts on “The Novel’s Extra – Chapitre 106

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :