KissWood

NORDEN – Chapitre 106

Chapitre 106 – Annexes

ANNEXE

EXTRAITS DU LIVRE DE DESLAURIERS

LE NOREEDEN VITA

  I — Histoire de Norden, Genèse :

Norden est une des premières îles au Monde à avoir émergées, située dans un coin reculé du monde, dans le Grand Nord. Elle se forma toute seule et ne comptait à ses débuts que peu d’animaux en son sein ; oiseaux ou mammifères marins qui venaient y séjourner pour se reposer ou nicher.

Il y a de cela des millénaires, une poignée d’humains arriva sur l’île à bord de simples embarcations, accompagnée de divers animaux. C’étaient des explorateurs, proches de la nature avec qui ils communiaient, connus sous le nom de noréens.

Au fil des âges, ce peuple grandit et s’épanouit sur cette île isolée du monde qu’ils baptisèrent Noréeden qui deviendra Norden. Les autres espèces se multiplièrent et évoluèrent en ce vaste milieu où tout était propice à leur développement.

Quelques siècles plus tard, l’île décida de poursuivre son existence sous une forme charnelle. Elle choisit parmi toutes les créatures qui y habitaient, un noréen. Le choix était grand, mais son regard se posa sur Alfadir. C’était un homme sans caractéristiques particulières ; il n’était ni plus sage, ni plus valeureux, ni plus fort que tous les autres. Comme tous les premiers noréens, il avait la peau basanée, les cheveux noirs, les yeux bleus et la carrure petite et maigre.

Alfadir reçut en lui l’âme de Norden, sa conscience, avec qui il fusionna et devint à jamais l’entité protectrice de celle-ci. Si Alfadir meurt, Norden perdra la majorité de ses facultés, ne devenant qu’une simple île et ne gardant en elle que l’aspect aléatoire régi par les lois de la science et de la Nature.

L’île était heureuse de ce choix, surveillant de près tous ses habitants. Pourtant, elle fut lassée de ne posséder qu’une seule enveloppe, trouvant les noréens orgueilleux et se sentant supérieurs aux autres espèces. De ce fait, elle dota Alfadir d’un don de transformation afin que ses descendants puissent voir le monde autrement. Pour donner un équilibre, elle décida de lui accorder deux autres dons qui seront répartis aléatoirement dans la population : la capacité Féros et la faculté Sensitive.

De ce fait, une classification des genres émergea, prenant au centre l’aspect humain :

1 — Norden, la loi Naturelle, aléatoire et inconsciente

2 — Alfadir, l’entité consciente, pourvue de morale

3 — les Sensitifs, êtres éveillés, conscients du monde

4 — les Humains, êtres pourvus de morale

5 — les Féros, équilibre entre l’humain et l’animal

6 — les Animaux, êtres instinctifs

7 — les végétaux, être inconscients

Les premiers noréens à en être doté étaient ses deux fils, des jumeaux baptisés Korpr et Hrafn. Le premier ayant hérité de la Sensitivité et le deuxième du Féros. Alfadir les aimait plus que tout et ils eurent à l’instar de leur père, une descendance prolifique. Ils fondirent les deux premières tribus réparties équitablement entre le nord et le sud.

Deux siècles plus tard, voyant qu’il avait déjà tant accompli en tant qu’humain, Alfadir se métamorphosa et prit sa forme animalière ; le Grand Cerf des tourbières. Les noréens commencèrent à le vénérer, d’autant que la plupart d’entre eux étaient ses descendants, et lui créèrent un sanctuaire au centre de la forêt qu’ils nommèrent Oraden. Il obtint alors le titre honorifique de Aràn, symbolisant le protecteur ainsi que celui de Hjarta Kongur, signifiant en langue noréenne « le Roi Cerf ».

Les deux premiers shamans virent le jour afin de servir de lien entre les humains et l’entité. Leur rôle est d’obéir et de se dévouer corps et âme aux volontés du Aràn. Leur nombre évolue au fil des siècles, allant de deux à parfois sept individus. Pour une meilleure organisation, l’un d’entre eux est désigné par Alfadir en tant que Shaman Supérieur et a une autorité suprême sur tous les autres.

Hrafn et Korpr prirent à leur tour leur forme animalière, se transformant en deux corbeaux, pour protéger leur île et vivre pleinement leur existence. Ils sillonnaient le ciel par delà les mers et les océans. Korpr pouvait ressentir la moindre émotion de tous les êtres qui se trouvaient autour de lui tandis que Hrafn, déclencha sa forme Berserk et devint un véritable prédateur. L’oiseau pouvait voler à une vitesse inimaginable et repérer une proie à plusieurs kilomètres. Pour éviter que son frère ne devienne violent, Korpr restait auprès de lui afin de l’apaiser de par sa présence.

Cependant, sans que personne ne se sache comment cela pu être possible, Korpr fut transpercé par la flèche d’un harpon et mourut instantanément ; son corps s’écrasant dans les profondeurs de l’océan.

Alfadir était fou de chagrin et Hrafn devint alors incontrôlable ; il parcourut le monde à la recherche des assassins, submergé par la fureur du Berserk.

Norden devint sans protection et une première invasion eut lieu. Alfadir, jadis encore puissant, repoussa l’assaut, accompagné d’un nouveau Berserk majeur, le loup Ulfarks, et de sa femme Velsidir, une Sensitive.

Ulfarks était un loup noir de grande taille, aux yeux jaunes.

À eux trois, ils réussirent à repousser l’attaque. Le loup, guidé par sa femme, se révéla être une arme redoutable. Il fut doté d’un rugissement si puissant qu’il faisait craquer la coque des navires et paralysait l’ennemi.

La bataille fut courte et Ulfarks paya de sa vie le prix de cette victoire. Une troisième tribu vit le jour en son honneur, située à la pointe Nord de l’île, dans les carrières rocheuses. Ainsi, le peuple loup fut créé et les individus appartenant à celle-ci virent leur peau et leurs yeux devenir noirs et leur carrure s’étoffer au fil des ans.

Trois siècles passèrent et Hrafn n’était toujours pas revenu.

Une seconde invasion eut lieu et Alfadir dut à nouveau protéger l’île. Un autre Berserk majeur se déclencha, Svingars. Il était accompagné par Androva, sa mère Sensitive. Svingars était un immense sanglier gris de la taille d’un bateau, ses coups de sabot étaient si puissants que la terre tremblait à son passage. Il lui suffisait d’un claquement pour faire s’effondrer les arbres et les rochers.

Cette deuxième invasion échoua et Norden pouvait à nouveau vivre en paix. Cependant, les dégâts furent si nombreux que les sols devinrent stériles pendant des décennies, la faune avait péri et la flore s’était détériorée. Beaucoup de noréens moururent les années suivantes, de faim, de froid et d’une épidémie de mal gris.

Alfadir, fortement impacté par la détresse de son peuple, décida par la suite de changer de stratégie de défense. Il garda Svingars en tant que protecteur des terres et, pour protéger son île au mieux, décida de scinder son âme en deux entités jumelles. L’une resterait à terre et l’autre irait sous la mer, l’une ne pourra quitter Norden et l’autre ne pourra y accoster.

Ainsi naquit Jörmungand, le Höggormurinn Kongur, « le Roi Serpent »un être aussi puissant qu’Alfadir. Semblables en tout point.

Pour pouvoir se déplacer dans les profondeurs, Jörmungand hérita de la forme d’un serpent marin de plusieurs kilomètres de long. Les deux frères, ayant à la fois la capacité Féros et la faculté Sensitive étaient considérés comme ayant la forme optimale de transformation, le Berserk Alpha.

Hrafn, dont la colère s’était estompée, finit par rentrer et surveillait l’île du haut du ciel, restant non loin de son père.

Les siècles passèrent, Svingars finit par mourir de vieillesse. En son hommage, Alfadir créa une quatrième tribu, le peuple sanglier vit le jour.

Pendant plusieurs autres siècles, huit cents ans exactement, Jörmungand repoussa les assauts maritimes. Il était devenu la terreur des mers, le roi des océans, le seigneur des profondeurs. Les humains tremblaient et l’appelaient La Bête. Il était redouté, c’était un fléau qu’aucun marin n’espérait croisé. Enivré par ce puissant pouvoir, Jörmungand se déchaînait contre ses ennemis. Jusqu’au jour où le serpent, las de poursuivre cette mission tant la routine devenait pesante et l’ennemi trop faible face à sa toute-puissance, finit par s’endormir au fond de l’océan, sans avertir Alfadir.

Cependant, c’était sans compter l’arrivée d’un peuple d’immigrés qui accosta sur l’île un siècle plus tard et commença à s’épanouir en son sein.

II— La cohabitation :

Alfadir, voyant ce nouveau peuple arriver sur son île, sans avoir été arrêté par le serpent, accepta leur venue. Il les laissa s’établir au Nord-Ouest de l’île, en territoire Hrafn.

Les aranéens, forts de diplomatie, parvinrent à entretenir le dialogue avec les noréens, pacifiques.

Au fil des ans, leur emprise sur le territoire s’élargit et les deux peuples se mélangèrent, se considérant comme égaux.

Hrafn disparut à nouveau, enlevé on-ne-sait-où.

Alfadir, se rendant compte que son frère n’effectuait plus son travail de protecteur des mers, engagea un combat contre lui. Le duel fut sanglant, mais le serpent n’abdiqua pas et se rendormit. Le Cerf décida de se tourner vers les aranéens, possédant des navires et pouvant effectuer la traversée afin de retrouver son fils sur la Grande-terre. En contrepartie de leur dévouement, il leur céda toute la partie Nord de l’île.

Norden fut scindée en trois parties distinctes :

— Le territoire des carrières Nord : alliance aranéenne-ulfarks gérée par la famille des Hani.

— Le territoire aranoréenne : alliance aranéenne-hrafn possédant toute la moitié Nord de l’île.

— Le territoire noréen : alliance des trois tribus, les svingars (comprenant une partie des Hrafn), les korpr et les ulfarks.

III— Le Féros, Le Berserk et la Sensitivité :

Le Féros latent :

Aucun signe physique distinctif.

Pas de caractère agressif ou dépressif.

Capacités cognitives accrues : mémoire, orientation.

Sens développés, surtout l’odorat chez les femelles.

Besoins sexuels plus accrus que leurs congénères.

Léger retard dans la pensée raisonnée.

Difficultés d’adaptation à la vie sociale.

Le Féros Dominal :

Signe distinctif l’éclat des yeux : dorés ou ambrés.

Environ cinq pour cent des Féros.

Agressivité accrue, tendance à l’automutilation et au conflit.

Instinct primitif

Crise de furie et appel du sang.

Tendance dépressive, persécution.

Changement brutal de l’humeur.

Absence de maîtrise, individu pulsionnel.

Inadaptabilité sociale, individu solitaire.

Plus grande résistance que leurs congénères.

Sens très développés, surtout l’odorat chez les femelles.

Comportement animalier très présent :

Grognements, morsures, griffures, absence de langage…

Tendance à la domination et au conflit chez les mâles.

Faible taux de fécondité, concerne les mâles et les femelles.

Besoins sexuels importants pour les deux sexes

Libération de phéromones sexuelles pour les deux sexes.

1— Le Berserk Mineur : deux formes distinctes.

La forme Ardente :

Concerne un individu persécuté ne supportant plus la douleur et la rage enfouies en lui et se laissant dominer par la haine. Cette fureur explose arrivé à l’âge adulte et créé une créature sanguinaire que seuls les sensitifs parviennent à canaliser. Espérance de vie pouvant aller jusqu’à trois cents ans.

La forme Volontaire :

Nettement moins agressifs que les Ardents, mais pas moins dangereux. Forme adoptée lorsque l’individu se sent chargé d’une mission qu’il veut mettre à terme. Seule la mort peut les arrêter. Une fois leur tâche achevée, les Volontaires deviennent de simples animaux, reprenant progressivement une taille et un comportement normal.

Pour les deux formes, l’individu conserve certains souvenirs, mais il ne peut communiquer qu’avec les Sensitifs et conserve le Lien (liaison du vivant de l’individu, permettant un attachement solide avec ses proches et de reconnaître aisément ses alliés et ses ennemis.)

Apparence plus imposante que celle d’un animal classique et avec quelques particularités physiques supplémentaires.

Espérance de vie pouvant aller jusqu’à trois cents ans.

2— Le Berserk Majeur :

Concerne trois cas seulement : Hrafn, Ulfarks et Svingars.

Individu sélectionné par Alfadir pour remplir le rôle de protecteur en cas d’invasion de l’île : sélection basée sur un critère de rapprochement entre un Sensitif et un Féros ainsi que sur la capacité des individus potentiels à pouvoir remplir ce rôle.

Capable de communiquer avec les shamans et les membres de son Lien, dans les deux sens, via télépathie.

Conserve la totalité de ses souvenirs et donc sa personnalité.

Capable de se dominer : conscient, raisonné, impulsionnel.

Pas plus imposants que les Berserks Mineurs.

Disposent de caractéristiques inédites, spécifiques.

Force résidant dans le Lien de confiance avec le Sensitif.

Espérance de vie pouvant aller à plusieurs millénaires.

3— Le Berserk Alpha

Concerne les deux entités : Alfadir et Jörmungand.

Détiennent chacun une partie de l’âme de Norden.

Détiennent le Féros et la Sensitivité.

Facultés physiques hors-normes, immortels.

Êtres extralucides, pouvant communiquer via télépathie

Peuvent masquer leurs pensées.

Action d’Alfadir limité à Norden.

Action de Jörmungand limité à la mer.

Notes : manque de précisions concernant d’éventuelles capacités supplémentaires. Pas d’observation directe.

Le Sensitif :

Signe distinctif : œil bleu perçant.

Capacités extrasensorielles basées sur les vibrations.

Interagissent via la télépathie (action limitée) et le Lien.

Haut degré de persuasion.

Désigné pour accomplir le rôle de shaman.

Entre trois et sept sur l’île simultanément.

En contact direct avec Alfadir.

Conserve souvenirs et personnalité après transformation.

Chapitre Précédent |

Sommaire | Chapitre Suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :