KissWood

Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 260.5.14


Et voilà le chapitre d’hier avec un peu de retard. Honnêtement, je n’ai aucune excuse cette fois-ci car je l’avais déjà traduit, j’ai juste oublié de le poster. D’ailleurs, qui pensez-vous avoir raison dans ce chapitre car en anglais, tous les commentaires supportent Sophia, j’aimerais donc avoir votre opinion.


Sang 33 – Vie passée et vie actuelle

De toutes les choses qu’il aurait pu dire, il a choisi ‘Que dirais-tu d’au moins prendre quelques bouchées de plus ?’ !? Il n’y a pas si longtemps, il a utilisé cette même bouche pour me nier le droit de consommer ce qui, de mon point de vue, est la seule chose pouvant être considéré comme de la nourriture. Ce doit être une blague, ce n’est pas possible.

Non, je comprends ce qu’il lui passe par la tête, vraiment. Ce type ne comprend simplement rien. Il ne se rend pas compte que dire une telle chose à un vampire revient fondamentalement à lui demander de consommer plus de sang.

Mais, vous savez, il est tout à fait normal que je ne puisse m’empêcher de supposer qu’il ne comprend l’implication de ses propos. Je veux dire, ces paroles sont tout de même passés par les mêmes lèvres que celles m’ayant qualifié moi et mon mode de vie d’atrocité.

Lorsqu’en retour, je le fixe en silence, l’expression de Wrath semble indiquer un certain trouble. Toutefois, je pourrais parier toute ma fortune qu’il n’a pas la moindre idée de la raison derrière mon irritation.

« ‘Prendre quelques bouchées de plus’ ? Cela ne revient-t-il pas à me dire ‘de prendre quelques bouchées de sang’, huh ? Pourtant, si je me souviens bien, tu as qualifié cet acte ‘d’atroce’ l’autre jour ? »

Après avoir observé l’expression stupide de mon interlocuteur, ces mots dépassèrent ma pensée, franchissant involontairement mes lèvres. En le voyant réagir de façon franchement paniqué, mon humeur s’améliore légèrement.

« A moins que, en me disant cela, tu me proposes ton sang ? Après tout, m’interdire de me servir de mon hypnose ne revient-il pas foncièrement à me demander d’obtenir le consentement de mes ‘proies’ ? Tu es toi-même conscient que personne ne prendrait une décision aussi saugrenue, pas vrai ? »

Profitant de l’opportunité qui m’est offerte, je fais pleuvoir les sarcasmes sur ma victime. En règle générale, je n’aurai aucune chance de gagner cette dispute verbale. Toutefois, mon adversaire ayant aujourd’hui déjà creusé sa tombe, je vais en profiter pour me venger des critiques qu’il a fait s’abattre sans retenue sur moi la dernière fois.

« Dis. Tu sais, il n’y a pas si longtemps, tu n’a pas hésité à qualifier mes actes comme atroce et tout ça, mais comprends-tu au moins la difficulté qu’aurait un vampire pour obtenir du sang sans hypnotiser ses cibles, hein ? »

Wrath semble vouloir garder le silence. Il semble qu’il soit du genre à se faire discret lorsqu’il est en désavantage.

« Il est certain que, en se basant sur des valeurs humaines, nous, les vampires, sommes des êtres intrinsèquement maléfiques. Très bien, je l’accepte, cependant, que dois-je faire dans ce cas, dis-moi, me suicider ?

– Ce n’est pas ce que je voulais dire…

– Oh, vraiment ? Cela ne revient-il pas au même pourtant ? ‘N’hypnotise personne’. Avec une telle condition m’étant imposée, ne suis-je pas réduite à agresser des personnes que je ne connais pas ou bien à me montrer d’une honnêteté naïve et à supplier les autres pour leur sang ? Je te l’ai déjà dit à l’instant, penses-tu vraiment qu’il existe des gens suffisamment étranges pour accepter lorsque je leur demande du sang ? Bien sûr que non. Dans ce cas, n’ai-je donc plus d’autres choix que d’agresser des gens dans la rue ? Toutefois, je ne sais pas pour toi, mais je trouve cela bien pire que mon comportement actuel. »

En vérité, étant une Véritable Ancêtre, ce n’est pas exactement comme si je ne pouvais vivre sans consumer de sang. Néanmoins, après avoir pris goût au sang humain, enfin à celui des démons, même si l’on me donnait l’ordre de ne plus jamais y goûté, je suis loin d’être certain de pouvoir endurer l’épreuve. Les choses ne feront que se compliquer s’il devait l’apprendre et, comme il n’a aucune raison de jamais le savoir si je ne le lui dit pas, je vais juste garder le silence sur ce point.

« D’un autre côté, si je me sers de mon hypnose, je pourrais effacer les souvenirs de mon attaque et même leur faire expérimenter des sensations agréables. Le savais-tu ? De ce qu’on m’a dit, se faire sucer le sang est plus que plaisant. Ainsi, l’autre personne pourra prendre plaisir sans ressentir la moindre crainte malgré la situation et je ressentirai moi-aussi du plaisir grâce au sang qu’il m’a fourni. Les deux partis étant heureux, n’est-ce pas une situation gagnante-gagnante ? »

Je suis presque certain que le ‘baiser’ d’un vampire est bel et bien agréable. Je suis celle à leur sucer le sang donc je ne pourrais vraiment le dire moi-même mais de ce que j’ai entendu de mes victimes, c’est une sensation semblable au sexe. C’est d’ailleurs tellement semblable qu’après avoir sucé une partie de leur sang, les choses penche souvent dans cette direction.

Wrath fait une expression révolté à la mention de ‘plaisir’. Qu’est-ce qu’il lui prend ? Il est encore vierge ?

« Es-tu encore puceau ?

– Bwah !? »

Le kijin bondit alors littéralement de surprise, cette scène semblant tout droit d’un sketch humoristique.

« Qu, qu-qu-qu, qu’est-ce que quoi !? »

Ah, donc il est vraiment vierge. Hmm-mm.

« Que dis-tu de ça : si tu me laisses te sucer le sang, je t’aiderai à perdre ta virginité. Ce n’est pas un si mauvais accord, non ?

Au moment où ces mots franchirent mes lèvres, il choquèrent même la personne à les avoir tenus, c’est-à-dire moi. Cela mis à part, Wrath a ressenti un tel choc à cette proposition qu’il s’est comme figé sur place. Même dans cette situation, nous n’avons pas arrêter d’échanger des regards en silence.

« Je ne ferai jamais quelque chose d’aussi frivole. »

Le premier à ouvrir sa bouche fut l’Oni. Réagissant d’un ton las, il lâche cette remarque pudique.

« Dis, ne te sens-tu pas excessivement entravé par le bon sens de ta vie précédente ? »

Lorsque les mots que j’ai encore une fois laissé échappé sans le vouloir m’arrive aux oreilles, je sens mon cœur bondir dans ma poitrine. C’est vrai. Ma vie précédente est ma vie précédente, point final. Bien que j’étais irrévocablement humaine lors de ma vie au Japon et bien que je semble toujours en être une au premier regard, à l’intérieur, je suis une tout autre créature. A ce compte-là, n’est-il pas évident que mon bon sens et presque tout ce qui fait de moi qui je suis soit maintenant différent.

『Ojou-sama, pensez-vous que vos parents seraient fiers de vous dans l’état où vous êtes ?』

Ces mots qu’avait prononcé Merazofis sont encore aujourd’hui gravé dans mon cœur. J’avais l’impression d’avoir trouvé ma réponse, bien que ce ne soit encore que de façon ténue. Je serai encore aujourd’hui incapable de la mettre en mots mais je sais au moins que j’ai accompli la première étape.

Je suis moi. Une vampire. En fin de compte, ce que dit Wrath n’est pas si faux. J’ai deux choix, soit mourir en tant qu’humaine, soit vivre en tant que vampire.

En y repensant, il me semble idiot de m’être tant inquiété jusqu’à présent. Être maléfique ne me dérange pas. Je suis une vampire, après tout, alors quel est le mal de vouloir vivre en tant que vampire ? C’est en premier lieu bien plus étrange de supposer que le bon sens humain s’applique à un vampire.

« Dans ce cas, ne penses-tu pas que, de ton côté, tu abandonnes trop facilement ta vie précédente, Negishi Akiko-san ? »

Je ne sais pas à quoi il pensait pour employer inutilement mon ancien nom mais, quelle que soit la réponse, ce mec est plus que doué pour prendre les gens à rebrousse poil

« Et en quoi est-ce un problème ? De mon point de vue, tu es la personne la plus tordue dans l’histoire, à essayer de t’accrocher à ton humanité malgré ta nature de non-humain, tu sais, Sasajima Kyouka-kun. »

J’ai pensé a appeler Wrath par son nom précédent en réponse, ce à quoi il a visiblement grimacé.

Hmm-mm. Je n’ai aucune idée de la raison pour laquelle Wrath déteste tant son ancien nom mais si cela lui tape à ce point sur les nerfs, ne devrais-je pas l’utiliser à chaque fois que je veux m’adresser à lui à partir d’aujourd’hui ?


Notes du Traducteur Anglais :

– ‘Atrocité’ ou ‘atroce’ fait probablement référence au chapitre 260 dans lequel Wrath a utilisé ce mot pour qualifier le comportement passé de Sophia.

– Au cours de l’arc ‘Bataille au Village des Elfes (200.5.1-11)’, qui se passe probablement quelques années dans le futur, Sophia-san se réfère à Wrath en utilisant Kyouka-kun. Il est probable que ce soit lors de ce chapitre qu’elle ait pris cette habitude.


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

5 thoughts on “Kumo Desu Ga, Nani Ka ? – Chapitre 260.5.14

  1. Merci pour ce chapitre.
    Je pense qu’aucun des deux n’a raison mais que Sofia est plus en tord, si elle payait des pauvres pour qu’ils donnent leur sang ça résoudra le problème “du manque de moralité” de son approvisionnement, il serait consentants et payés et elle peut se “nourrir” . De plus elle explique qu’elle boit du sang pour le goût mais elle semble s’être limité à celui des humains et des démons. Dans ce monde où il y a un nombre colossale d’espèces différentes, elle n’a même pas pensé à essayer le sang d’autres espèces pour trouver un palliatif, de plus, a moins de se rabattre sur des gobelins, il y a peu de chances que ça pose problème à Wrath.
    En en supposant que tout les autre sangs soit moins bon (j’en doute mais imaginons), elle pourrait toujours essayer de les épicer ou mélanger avec d’autres substances pour relever le goût, par exemple un bloody Mary où le jus de tomates est remplacé par du sang, voire faire du boudin noir. Car le sang c’est sympa mais ça reste un liquide, c’est limité tandis que le boudin noir on peut le manger chaud, froid, cuit au four, à la poêle, épicé comme chez les créoles ou avec du riz dedans chez les espagnols, ça a une consistance, ça fond dans la bouche et ça se déchire sous la dent , c’est pas de la flotte, car bon, on a beau servir la meilleure boisson du monde, à mon avis a force on s’en lasse, la consistance est l’un des moyens les moins évident mais pourtant important pour apprécier un aliment (en tout c’est le cas pour moi, dans l’hypothèse où l’on me sert un feuilleté délicieux mais dont la consistance est molle, je risque d’avoir plus de mal à l’apprécier)
    Voilà pourquoi selon moi Sophia est une feignasse qui cherche même pas d’alternatives et Wrath un imbécile puritain qui ne cherche pas de solution aux problèmes qu’il pose.

    1. Personnellement, je comprend Sophia et je ferai comme elle, après elle n’est pas obligé de consommer que du sang (elle prend un repas sans se nourrir de sang avant de se faire interpellé par Wrath).
      Après je suis d’accord avec toi que c’est une feignasse pour ne pas essayer le goût du sang d’autres espèces (choses que j’aurai fait autant profiter du meilleur) mais je ne l’a mais pas plus en tort que ça (d’autant que c’est bien d’être feignant et de se complaire de luxure et gourmandise 👍).
      De plus, je suis entièrement d’accord elle sur le fait de tourner la page sur son ancienne vie (elle est révolu ça ne sert à rien de s’apitoyer dessus) autant profiter de ça nouvelle nature même si ça choque les sensibles…

      Quand a Wrath, pour moi, il essaye juste de se faire bonne conscience après avoir génocider une petite région (et plus encore).
      Il culpabilise sur son état de kinji et essaye de se faire passer pour un humain malgré tout (je trouve ça un peu pathétique en soi…). Il rejette donc ça bonne conscience sur cette pauvre vampires.

      Pour faire court.

  2. Sophia a au moins le mérite de tourner la page sur son ancienne vie et à vivre comme une vraie vampire.
    Wrath lui, après plusieurs années de meurtre et un ‘léger’ génocide n’a aucun droit de la jugée pour ses actions en sachant qu’elles ont beaucoup moins d’impact que les siennes.
    Après, même si Sophia est une Véritable Ancêtre, si le sang est comme une drogue pour elle, elle ne risque pas de s’arrêter. C’est pas vital d’en boire, mais c’est un plaisir.
    C’est comme les humains, tu peux manger des repas sans assaisonnements pour te garder en vie même si c’est déguelasse, mais ont préféres en général lié l’agréable au nécessaire, c’est la même pour Sophia.
    Après c’est que mon avis, mais si jamais je me réincarné en monstre, je vous donnerais la réponse si j’ai toujours ma morale d’humain ou pas.
    Et merci pour le chapitre.

  3. J’ai ENFIN lu les deux derniers chapitres \o/.
    Je suis d’accord, avec les commentaires, personne a réellement raison, ils sont juste trop différents pour se comprendre. Coté Sophia :
    – elle n’était pas heureuse dans son ancienne vie, je dirais même qu’elle se laisser juste vivre alors que maintenant elle est presque un reine qui côtoie des dieux et ne se fait presque jamais réprimander. Forcément qu’elle va se mettre à détester celui qui la critique sans chercher à la comprendre et où elle ne voit aucune légitimité en lui.
    Coté oni-kun :
    – Lui, il était heureux dans son ancienne vie et il n’a jamais réellement vécu sa nouvelle vie. Il a un peu vécu dans le village gobelin mais il faisait que ce qu’on lui disait de faire. Quand il commençait à apprécier sa nouvelle vie, il a du faire des choses horribles et était obligé de suivre des ordres, il ne vivait plus réellement. Ensuite vient le moment où il est devenu le dieux de la colère où il était assez conscient pour se rappeler ce qu’il a fait et avoir des remords mais pas assez pour dire qu’il a vécu ces moments là.

    Ensuite je dirais que c’est difficile de dire qui a raison ou tord lorsque l’un des deux dit presque rien ^^.
    Mais là où je suis d’accord avec Sophia, c’est que Oni-kun ne devait pas s’appeler Wrath, il rejette son ancienne vie et ne se base que sur sa morale de son ancienne vie, il n’a pas évolué comme Sophia ou comme Shiro.

    Ha et sinon merci pour les chapitres \o/.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :