Notice: Undefined offset: 0 in /home/kisswoodwa/www/wp-content/themes/modern/includes/frontend/class-assets.php on line 132
Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 29 - KissWood

Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 29

Ailes
Traducteur : Team Yarashii

Nous achevâmes notre circuit forestier. Raphtalia n’avait pas complètement récupéré, alors nous la laissâmes dans la maison pour qu’elle se repose, et nous nous hâtâmes vers le village pour y déposer le bois réclamé. À notre retour, elle se sentait bien mieux.

— Comment ça va ?
— Mieux.
— Vous avez… vraiment fait vite !

Le bûcheron était choqué de voir à quelle vitesse nous avions fait cet aller-retour.

— Cette petite trace pas mal, répondis-je, tout en caressant la tête de Filo.
— Gah !

Filo émit un gazouillis rempli d’excitation. C’était vrai. Elle se déplaçait réellement vite.

— Alors, prête à faire un nouvel essai dans cette forêt ?
— Oui.
— Va doucement sur le retour, d’accord, Filo ?
— Gah !

*Piki*

Quel était ce son ? Je pensais tout d’abord qu’il s’agissait de ses os qui grandissaient, et, pourtant, la voila qui refaisait de tels bruits. J’espérais qu’elle ne couvait pas quelque chose.

Le reste de la journée se révéla très satisfaisant. Raphtalia se battait au sommet de sa forme, mais j’étais surtout étonné par la vitesse et la force de frappe de Filo. Pour être honnête, si l’on s’intéressait à ces paramètres sur une seule attaque, elle pouvait probablement dépasser Raphtalia.
Pourtant, Raphtalia était apparemment déterminée à conserver la primeur de l’assaut.

Naofumi : NIV 26
Raphtalia : NIV 29
Filo : NIV 19

Bouclier de Lapinervant Blanc : conditions remplies
Bouclier de Porc-Épic Noir : conditions remplies
Bouclier d’Os de Lapinervant : conditions remplies
Bouclier d’Os de Porc-Épic : conditions remplies
Bouclier de Lapinervant Blanc : talent bloqué
Bonus d’équipement – défense 2
Bouclier de Porc-Épic Noir : talent bloqué
Bonus d’équipement – agilité 12
Bouclier d’Os de Lapinervant : talent bloqué
Bonus d’équipement – augmentation d’endurance (faible)
Bouclier d’Os de Porc-Épic : talent bloqué
Bonus d’équipement – augmentation de PC (faible)

Tous les talents que j’étais parvenu à débloquer étaient des améliorations de statut.
S’il existait un endroit plus propice pour progresser, j’aurais pu employer un meilleur bouclier, plus adapté. Mais j’ignorais totalement où dénicher ce genre de lieu. Je ne pouvais donc que balayer cette zone pour déverrouiller des talents et augmenter mes statistiques sur des boucliers que j’avais déjà.

Combien en avais-je débloqué à présent ? Il y en avait tellement que c’était dur à dire. Quand bien même, je n’utilisais plus aucun des boucliers de bas niveau, comme le Petit Bouclier Orange, depuis le déblocage de leur bonus. Le plus utile d’entre eux était sans doute le Bouclier d’Affûtage, qui possédait au moins une compétence servant à quelque chose de temps en temps.
Quoi qu’il en soit, concernant les quatre découverts aujourd’hui, j’étais presque certain qu’ils ne me seraient plus utiles une fois déverrouillés.

Quand le soleil commença à décliner, nous retournâmes à Riyute, et je m’assurai que Filo adopte une allure tranquille.
Nous allions devoir trouver un moyen pour que Raphtalia s’habitue à voyager de la sorte. Sur le chemin du retour, elle avait dû s’arrêter et se reposer à l’ombre des arbres plus d’une fois. Cela nous ralentit d’autant plus et, à notre arrivée au village, la nuit était déjà tombée.

— Je suis sincèrement navrée.
— T’inquiète pas. Tu finiras par t’y faire.

Je ne tombais jamais malade. Je commençais à me dire que c’était un peu étrange. Mais j’avais entendu dire que les gens pouvaient réussir à surmonter un malaise de ce genre, alors j’espérais bien que Raphtalia parvienne à s’y habituer assez rapidement. Certes, Filo avait la fâcheuse tendance de vouloir foncer à toute allure, ce qui n’aidait pas.

— Gah !

Une transformation était déjà à l’œuvre chez elle. Pour être franc, elle devait être en branle depuis un long moment, et nous ne l’avions simplement pas remarquée. À moins que ce fut le cas, mais que nous décidâmes de l’ignorer.
Le lendemain matin, je pris conscience de la différence, tout comme Raphtalia. Cela nous laissa perplexes.

— Gaah !

Alors que nous nous rendions à l’étable pour vérifier l’état de Filo, le processus était déjà arrivé à son terme.
Filo était… quel que soit l’angle sous laquelle on la regardait, nettement plus grande que n’importe quel Filolial que j’avais vu.
La taille moyenne pour cette espèce était à peu près de deux mètres trente. C’était très similaire aux autruches. Cependant, Filo était plus trapue, et son cou ainsi que sa tête étaient bien plus larges.
Sans compter qu’elle s’élevait maintenant à deux mètres quatre-vingts.
Debout, elle atteignait le toit de l’étable.

— Est-ce que j’ai vraiment acheté un œuf de Filolial ? Je commence à me demander si je n’ai pas mis les mains sur une tout autre race de monstres.
— Oui… une pensée similaire a germé dans mon esprit.
— Gah !

Filo avala quelque chose qu’elle mâchait. Je parcourus l’endroit des yeux et réalisai que la viande de Chimère avait entièrement disparu. Il y avait bien l’équivalent de deux vaches adultes, et tout s’était évaporé sans laisser la moindre trace.
Est-ce que Filo avait tout dévoré ?

— Et moi qui pensais que son appétit était revenu à la normale…
— Pendant tout ce temps, c’est ça qu’elle mangeait !
— Gah !
— Ha ha ha !
— Il n’y a pas de quoi en rire !

Très bien… que faire ? Pour le moment, nous pouvions encore prétendre qu’elle était simplement un Filolial plus grand que la moyenne.

*Piki*

Encore ce bruit bizarre.

— Tu as entendu ça ?
— M. Naofumi ? Est-ce que, par hasard, les compétences de votre bouclier ne l’auraient pas aidée à tant grandir ?
— Possible. Probable, même. J’ai bien obtenu l’ajustement moyen de maturation grâce au Bouclier de Maître de Monstre III.
— M. Naofumi… vous avez aussi celui de Maître d’Esclave, n’est-ce pas ?
— Ouais. Il a le même genre de bonus.
— Vous voulez dire… que cela fonctionne sur moi ?
— Oui, je l’ai débloqué il y a un moment. Impossible de savoir si ça a un effet sur toi.
— Noooon !

Raphtalia s’écria et se mit à détaler.

— Raph… Raphtalia ?
— Je… je me trouvais plus légère ces derniers temps. Est-ce vous ? C’est votre faute !
— Hé, du calme !
— Vais-je devenir aussi imposante que Filo ? Je refuse ! Cela me fait peur !
— Mais tu ne fais pas ces bruits bizarres !
— Vous… vous avez raison. Oh là là ! Parfait ! J’ai eu si peur.

Je ne pouvais toutefois pas prédire l’influence de ce talent sur elle.
J’essayai d’imaginer une Raphtalia bien plus volumineuse, et mon regard se porta sur Filo.

— À quoi est-ce que vous pensez ?
— Je me demande ce qu’il se passe.

J’ignorai la question hystérique de Raphtalia et fis avancer la conversation dans le bon sens.

— Peut-être devrions-nous retourner voir l’esclavagiste afin qu’il nous donne son avis ?
— Bonne idée.

Nous n’avions guère d’autre choix. Je ne souhaitais pas vraiment quitter cet endroit et revenir à la capitale, mais cela semblait être notre seule option.

— Gah !

Nous montâmes à bord de notre charrette et nous rendîmes là-bas, mais, durant tout le trajet, je demeurai inquiet pour Raphtalia. Je ne voulais pas qu’elle retombe malade. En chemin, nous affrontâmes quelques monstres, et arrêtâmes de nourrir Filo quand elle réclamait à manger. À notre arrivée, il était un peu plus de midi.

— Hé…

Je pris conscience que Filo avait encore changé. Ses pattes avaient raccourci, jusqu’à ce qu’elle ressemble à une sorte de gros pingouin ou de chouette géante.
Cela ne l’empêcha pas de tracter joyeusement notre attelage, comme si elle pratiquait son activité favorite.
Néanmoins, elle n’avait pas la même façon de tirer qu’avant. Auparavant, la charrette était reliée à Filo par des rênes qui faisait le tour de son corps. À présent, Filo tenait directement les lanières par de petites ailes qu’elle pouvait manier comme des mains. Elle faisait montre d’une belle habilité.

— Gweh !

Même sa voix était différente. Elle était également devenue intégralement blanche.

— Hein ?

Je descendis de l’attelage et examinai soigneusement Filo.

Est-ce qu’elle avait… rétréci ?
Elle paraissait s’élever à deux mètres trente, maintenant. Toutefois, son corps avait l’air encore plus râblé, comme si la perte de hauteur était compensée en largeur. Elle dégageait une présence imposante. On aurait dit… l’une de ces grosses mascottes comiques que l’on pouvait apercevoir dans les parcs d’attraction.

— Gweh ?
— C’est rien.

Filo était-elle consciente de ces changements ? Il était déjà difficile de déterminer à quelle race de monstres elle appartenait.

— Oui, eh bien… je ne sais que dire. Je ne peux qu’exprimer mon propre choc en la voyant. Oui, monsieur.

Le marchand d’esclaves balaya la sueur qui recouvrait son front tout en fixant Filo.

— Gweh ?

Filo était plus large dans toutes les directions, à présent. C’était une espèce de croisement improbable entre un humain et une autruche.

— OK, alors dites-moi la vérité. Cet oeuf que vous m’avez vendu, c’était quoi, exactement ?

Je me rapprochai et me penchai en avant tout en posant la question. Je fis claquer mes doigts et Filo adopta une posture agressive.

— Gweeeh !

L’esclavagiste, visiblement troublé, examina tout un tas de documents.

— C’est… étrange. Selon mes registres, il s’agissait bel et bien d’un œuf de Filolial.
— ÇA, c’est un Filolial ?
— Gweeh !

Je balançai en l’air un gros morceau de nourriture, et elle le rattrapa au vol avec dextérité.

— Eh bien… voyons…

Cela me rappela… que je ne pensais pas avoir entendu l’un de ces sons bizarres depuis un moment.
Cela voulait-il dire que sa croissance était enfin terminée ?

— Et dire que cette créature est sortie de l’œuf il y a seulement quelques jours ! Elle a grandi si vite ! Je vous tire mon chapeau, Héros.
— Arrêtez ce cirque. Je veux la vérité. Qu’est-ce que vous m’avez refourgué ?
— Eh bien… cette bête a-t-elle toujours été ainsi ?
— Non.

Je lui résumai brièvement les différentes étapes que nous avions observées ces derniers jours.

— Vous affirmez donc que cette créature a ressemblé à un Filolial classique pendant longtemps ?
— Oui, ce n’est que récemment qu’elle est devenue quelque chose de complètement différent.
— Gweh ?

Filo pencha la tête sur le côté et prit une pose. C’était mignon, mais je me disais qu’elle était peut-être un brin irritée.
À qui la faute si nous étions ici, hein ?

— Gweh.

Elle s’avança et frotta son corps contre le mien. Puis, elle ouvrit ses ailes et m’étreignit fermement. Qu’elle dégage de la chaleur se comprenait, puisqu’elle était un oiseau. Mais cela atteignait toutefois un tel niveau, que cela rendait la situation étouffante.

— Hmm…

Raphtalia fronça les sourcils avant de se pencher et de me prendre la main.

— Gweh ?

Elle et Filo se dévisagèrent.

— Hé, qu’est-ce qu’il vous arrive ?
— Oh, rien.
— Gweh gweh.

Toutes deux secouèrent la tête. Mais que se passait-il ?

— Alors, vous avez une explication ?
— Oui, eh bien…

L’esclavagiste ne semblait plus trouver ses mots.
Se pourrait-il qu’il ne sache pas comment élever convenablement les monstres que lui-même vendait ?

— Il va me falloir procéder à quelques recherches. Puis-je vous demander de me céder ce monstre pour un temps ?
— Si vous lui faites du mal pendant ces « recherches », vous le paierez cher.
— Gweh ?
— Je comprends, mais j’ai besoin de temps. Oui, monsieur.
— Bien. À vous de jouer. Si quoi que ce soit se produit, je vous en tiendrai responsable.
— Gweeeh ?

Comme si ma réponse lui déplaisait, Filo agita furieusement ses ailes. Cependant, un servant apparut, lui passa un collier autour du cou, et la conduisit dans une cage. Étonnamment, elle n’opposa aucune résistance. Peut-être était-ce parce que nous étions à ses côtés.

— Très bien, nous repasserons la prendre demain. J’espère bien que vous aurez une réponse à nous fournir.

J’énonçai clairement mes attentes, puis Raphtalia et moi quittâmes le chapiteau.

— Gweeeh !

Même après être partis et avoir fait quelques pas dans la rue, nous pûmes encore entendre les cris stridents de Filo.
Le soir même, nous étions installés dans notre chambre à l’auberge lorsque le propriétaire des lieux nous appela.

— Excusez-moi, Héros ?
— Hmm. Qu’y a-t-il ?
— Quelqu’un vous demande.

Qui cela pouvait-il être ? Je n’eus pas le loisir de m’interroger davantage, puisque l’aubergiste me dit que cette personne m’attendait à l’entrée. Je parcourus la pièce du regard et, en effet, un homme que je n’avais jamais vu était bien là.

— Que voulez-vous ?
— Je suis, hmm… je suis un éleveur de monstres…

Un éleveur de monstres ? Oh, un esclavagiste. Bien sûr, il ne voulait pas se présenter de la sorte ici, devant tout le monde.

— Que se passe-t-il ?
— Hmm… Nous souhaiterions vous rendre le monstre que vous avez laissé chez nous, alors je suis venu vous voir.
— Quoi ?

Cela ne faisait que quelques heures que nous avions quitté ce chapiteau. Que pouvait-il s’être produit ?
Raphtalia et moi nous y dirigeâmes aussi vite que possible et, dès que nous fûmes assez près, nous entendîmes les cris de Filo.

— Oh, bien le bonsoir. Veuillez m’excuser de vous convoquer ici à cette heure. Oui, monsieur.

Le marchand d’esclaves vint nous accueillir à l’entrée. Il paraissait épuisé.

— Que se passe-t-il ? Je pensais qu’on était d’accord pour que vous la gardiez toute la nuit ?
— C’était bien notre intention, oui. Mais votre monstre nous cause son lot de problèmes, voyez-vous…
— Gweeeeeh !

Filo frappait sa cage, mais, une fois qu’elle nous aperçut, elle se calma un tantinet.

— Votre monstre a déjà brisé trois cages et envoyé cinq de mes hommes à l’hôpital pour des blessures graves. Trois de mes propres créatures ont été également sérieusement blessées. Oui, monsieur.
— Vous ne toucherez pas la moindre pièce pour vos ennuis.
— Toujours fixé sur l’argent, même à un moment pareil. Je vous tire à nouveau mon chapeau, Héros. Oui, monsieur.
— Trêve de blabla, qu’y a-t-il ? Avez-vous identifié le souci ?
— Non. Néanmoins, j’ai entendu le témoignage de quelqu’un évoquant le Roi des Filoliaux.
— Le Roi ?
— Cela s’applique plus spécifiquement à un Filolial qui serait devenu le chef d’un large troupeau de son espèce. C’est une histoire plutôt connue parmi les aventuriers.

Apparemment, l’esclavagiste avait jeté ses filets dans toutes les directions pour essayer de comprendre ce qui clochait.
Les Filoliaux sauvages formaient de grands troupeaux et, visiblement, ils étaient dirigés par un chef.
Ce maître ne se révélait que fort rarement aux humains. Est-ce qu’il suggérait que Filo était une « Reine des Filoliaux » ?

— Hmm…

Cela devait faire partie du folklore local.
Je pourrais très bien la libérer et l’absorber dans mon bouclier. Je saurai alors la vérité une bonne fois pour toutes, mais cela tuerait Filo. Je pourrais aussi la dépecer et absorber le sang, les ailes et tout le reste, mais, puisqu’elle était mon monstre, cela ne me débloquerait que le Bouclier de Maître de Monstre. Il y avait bien autre chose que je pouvais découvrir, mais mon niveau n’était pas suffisant et mon arbre de compétences n’était pas assez développé.

— Gweh ?

Si la créature était de votre côté, ses informations ne s’affichaient pas sur l’écran de statut, à l’exception de la mention « alliée ». Mais, s’il s’agissait d’un ennemi, là, je pouvais en savoir plus.

— Alors, comment est-ce que vous appelez ce maître machin chouette ?
— Le Roi ou la Reine des Filoliaux.
— C’est une femelle, donc elle doit être reine.
— Oui. Elle semble vous apprécier et, de toute façon, je ne pourrais pas la revendre comme ça, même si je le voulais.
— Monsieur…
— Hein ? Vous avez entendu ça ?
— Quoi donc ? Je n’ai rien entendu.
— Hmm… je…

Raphtalia porta la main à sa bouche et désigna Filo du doigt. L’assistant de l’esclavagiste pointait également vers elle, estomaqué. Le marchand d’esclaves et moi-même suivîmes leur regard pour tenter de voir ce qui les surprenait autant.

— Mon… mon maître !

Il y avait désormais une jeune fille nue avec des ailes dans la cage, baignée d’une éclatante lumière blanche.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Laisser un commentaire