Notice: Undefined offset: 0 in /home/kisswoodwa/www/wp-content/themes/modern/includes/frontend/class-assets.php on line 132
Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 90.1 - KissWood

Tate no Yuusha no Nariagari – Chapitre 90.1

Chapitre 90.1 : Les sources thermales de Cal Mira

C’était la quatrième nuit depuis notre arrivée dans les îles. Je suis allé faire trempette dans le bain extérieur de l’hôtel,  pensant que cela pourrait aider ma malédiction à guérir plus vite. J’y étais allé tous les soirs. Les baignoires étaient grandes et de style japonais. De grands parasols couvraient le centre des baignoires, et une cloison en bambou courait au centre pour séparer les sexes. Le plus beau, c’était la vue imprenable sur l’océan qu’on avait depuis les bains. Le sol des bains était en pierre, ce qui donnait à l’ensemble un aspect très japonais. Cela m’a donné un étrange mal du pays.

« Ah… »

Je me suis enfoncé dans l’eau et j’ai soupiré en regardant le ciel. L’eau était à la température idéale. C’était un endroit parfait pour se détendre. J’avais visité les bains tous les jours, alors je commençais à me sentir bien. Le sentiment de pesanteur qui m’avait dérangé s’en allait. Un regard sur mes statistiques a montré que je n’étais pas encore complètement guéri. Peut-être que je venais de m’habituer à me sentir épuisé. J’ai réfléchi à ces pensées, en m’y accrochant à peine un instant, en m’enfonçant dans l’eau, et en me détendant.

« Eh bien, eh bien. Si ce n’est pas Naofumi. »

 Motoyasu est arrivé en marchant dans les bains. Où était sa lance ? J’ai regardé de plus près, et j’ai constaté qu’il l’avait toujours. Il l’avait changée en une toute petite lance, et elle se balançait à sa taille. Je ne pouvais pas lui en vouloir. J’avais fait la même chose. Mon bouclier était très petit et était suspendu sur mon dos. Je n’ai jamais eu le droit de poser le bouclier, mais je pouvais changer l’endroit où je le tenais ainsi, je pouvais au moins me détendre un peu. Motoyasu s’est versé une partie de l’eau du bain sur lui-même pour se réchauffer avant d’entrer dans le bain complet. 

« Comment va ta gueule de bois ? »

« Comment peux-tu me dire ça ? »

« Je ne t’ai jamais dit de les manger. Je mangeais juste des fruits, en m’occupant de mes affaires. »

« Eh bien, tu viens manifestement d’un autre Japon que le mien. Je suppose qu’il y a des différences dans la façon dont nos corps fonctionnent. »

Je n’ai pas cherché à approfondir la discussion, donc je suis resté silencieux. Je n’avais jamais été ivre avant. Et je ne sens pas particulièrement coupable de son évanouissement à cause du rucolle. Il a de la chance de s’en être sorti avec seulement une gueule de bois dont il peut se plaindre.

« Hé ! L’eau est plutôt bonne ! »

Motoyasu criait à quelqu’un. Qui était-ce ?

« Je sais déjà tout cela. Combien de jours avons-nous visité les bains maintenant ? » 

Itsuki et son équipe sont arrivés en traînant les pieds. Ils ont été suivis peu après par Ren et son groupe.

« Maître ! »

Filo était dans sa forme de reine filoliale, et elle est arrivée en sautant par-dessus la cloison dans les bains des hommes.

« Hein ? Que veux-tu ? »

« Je veux m’asseoir avec vous ! »

« Tu es un oiseau. Va dans un autre bain. Ou quitte les bains et va nager. » 

« Je ne veux pas ! »

Elle pouvait être une vraie morveuse quand elle le voulait.

« Tu ferais mieux de nettoyer toutes les plumes quand tu pars. »

« Yay ! »

« Coincé dans un bain avec Filo-chan… »

Motoyasu est arrivé, un regard intrigué sur son visage. Filo m’a utilisé comme bouclier humain, et s’est cachée derrière moi. Mais elle était trop grande pour se dissimuler vraiment.

 « Filo-chan. Pourquoi tu ne prends pas ta forme d’ange ? » 

« Je ne veux pas ! »

Il était sacrément tenace. Je suppose qu’il avait vraiment un penchant pour les anges. Mais pourquoi Filo a-t-elle insisté pour s’asseoir dans les bains des hommes ? Parfois, je ne la comprenais pas. Motoyasu a commencé à s’exciter.

« Hé les gars ! De toutes les filles de nos groupes, laquelle est la plus mignonne ? »  

Oh mon dieu. . . . Ils ont parlé des choses les plus stupides. Je soupirais fort. Nous n’étions pas en vacances ici. Ou est-ce ainsi que Motoyasu traitait son temps dans ce monde ? Ren et Itsuki semblaient également ennuyés.

« Hé les gars, vous avez fait ça ? Vous savez… le faire ? Je… bien… heh, heh. . . .”

 Il devenait vraiment odieux. Qu’est-ce qu’il voulait ? Il avait l’air d’un gamin stupide, riant de tout. Était-il vraiment un homme à femmes dans son monde ? Je ne pouvais pas supporter sa compagnie. Je venais d’entrer dans les bains, mais je pensais déjà à partir. 

« Alors, tu l’as fait avec Raphtalia ?

« Ne me mêle pas à ça. »

Nous n’étions pas en si bons termes, Motoyasu et moi. N’était-il pas celui qui croyait toutes les choses que Salope disait sur moi ? Les héros avaient-ils besoin d’être aussi légers en terme de capacités de réflexion? Ce type était un vrai idiot.

« Oh, dis-nous ! »

Avait-il oublié Salope ? Qu’est-ce qu’il avait ?

« Je vais commencer alors. Je devrais peut-être commencer par vous dire mon classement des jolies dames ? »

« Non merci. »

« Inutile ».

« Pas mon truc. »

Ren, Itsuki et moi avons tous refusé.

« Si je devais nommer mon top quatre, ce serait Salope, Raphtalia, Filo-chan et Rishia. » .

“… ”

Quel genre de fille aimait-il ? Je suppose qu’il avait juste besoin d’un joli visage.

« Je comprends ce que vous voulez dire. Salope est une princesse, après tout. Apparemment, elle a des problèmes de personnalité, mais elle a toujours été gentille avec moi. »

Itsuki s’est lancé dans la conversation. Armure s’est penché et lui a murmuré quelque chose à l’oreille. Je pouvais entendre ce qu’il disait. Il disait à Itsuki quel genre de filles il aimait. Ils étaient tous idiots.

« On dit que la reine n’est pas très gentille, mais ça ne m’a jamais dérangé. »

Maintenant, Ren se joint à la discussion. N’a-t-il pas dit que ces conversations n’étaient pas son truc ? Ils laissaient tous Motoyasu contrôler la conversation. C’était assez facile de s’en plaindre, mais je ne voulais vraiment pas être inclus.

« Suis-je mignonne ? »

Filo m’a demandé.

« Peu importe ».

« Boooo ».

« Je pense que tu es mignonne ! Alors pourquoi tu ne prends pas ta forme d’ange ? » 

« Je ne veux pas ! »

Est-ce que Motoyasu l’aimait vraiment tant que ça ?

Pourquoi ne s’est-il pas contenté d’élever sa propre filoliale à l’époque ? Il aurait obtenu les mêmes résultats.

« Rishia est mignonne aussi, n’est-ce pas ? Itsuki, je suis jaloux. »

« Non… Elle est, euh… »

Itsuki avait l’air soudainement embarrassé.

« Qui est Rishia ? »

Ren l’avait déjà oubliée. C’était elle que tout le groupe d’Itsuki traitait comme une esclave. Elle n’a pas dû impressionner Ren.

« On dirait que vous êtes tous d’accord avec moi. »

« Je suppose que oui. Tant qu’on ne parle que de leurs visages.

 » …. »

Ren et moi sommes restés silencieux et avons refusé de contribuer.

« Je vais retourner avec ma grande soeur ! »

« Oui, tu as intérêt. Ce bain est plein de dangereux fous. » 

« Ok ! »

Filo a fait un signe de la main et a sauté par-dessus la cloison. Motoyasu s’est traîné jusqu’à la perdition, le point de non-retour.

« Si nous sommes des héros et des hommes, c’est une règle bien comprise, n’est-ce pas ? Nous ferions mieux de jeter un coup d’oeil. »

« De quoi parles-tu ?! »

« Allez, tu sais que tu le veux. »

Itsuki, le guerrier de la justice, n’avait rien à dire à ce sujet ?

« Tu ne dois pas ».

Itsuki ne s’opposa pas longtemps, il n’a pas arrêté Motoyasu. Il l’a même rejoint.

Grosse surprise. Les trois autres héros étaient donc tous des pervers ? Arrêtez un peu. Armure et les autres hommes étaient tous excités. Ils se sont tous alignés contre la cloison. 

« Merde. . . C’est un peu trop grand. Itsuki, donne-moi un coup de pouce ! Si nous sautons, nous allons nous trahir. » 

« Qu’est-ce que tu dis ? C’est toi qui es le plus grand. Tu devrais me donner un coup de pouce ! » 

« Mais alors je n’aurais pas un aperçu du paradis ! »

Est-ce la seule question dont ils ont dû débattre ? Qui allait stimuler qui ?

« Idiots… »

Ren s’est murmuré à lui-même, mais il n’a fait aucun mouvement pour partir.

« J’en ai assez. »

J’ai dit mon dégoût, et je suis sorti de l’eau. Je n’étais là que depuis quelques minutes, mais je ne voulais pas me laisser entraîner dans les ennuis qu’ils fomentaient. Inutile de jouer avec le feu. Surtout pas après tout ce que j’avais vécu, avec Salope qui m’a piégé et tout ça. Je n’avais pas besoin de donner à quiconque l’occasion de m’accuser de fautes de caractère. Si je ne partais pas, j’étais sûr d’être blâmé pour tout cela. 

« Qu’est-ce qui t’arrive, Naofumi ? Tu ne veux pas traîner ? » 

« Pas particulièrement. »

Que devions-nous faire, juste regarder le corps des femmes ? Je suis tombé malade rien qu’en pensant à Salope. J’étais sûr qu’un crime me serait imputé si je ne sortais pas de là rapidement. J’attendais simplement que Raphtalia et Filo me rejoignent dans la salle.

« Si vous voulez regarder, faites-le quand je ne suis pas là ! »

J’ai dit, et j’ai essayé de partir pour le vestiaire. Mais…

« Hein ? C’est le gamin au bouclier ! »

Arc est sorti du vestiaire et est entré dans les bains.

« Tu es venu aussi pour les bains, petit ? »

Il avait un timing terrible. Pourquoi devait-il venir maintenant ?

« J’ai entendu dire que ce sont les meilleures sources de l’île. Thérèse est ici aussi. Tes amis sont-ils ici ? »

Je me suis maudit en silence et puis, même s’il n’avait pas demandé, j’ai commencé à lui expliquer toute la situation.

« Je suis sur le point de partir. Ces gars vont commencer à espionner les filles. Si tu ne veux pas avoir d’ennuis, tu ferais mieux de partir aussi. »

J’ai tout mentionné à Arc et je me suis préparé à faire ma sortie. Mais quelque chose dans la façon dont il écoutait me rendait nerveux.

« Attends une seconde. Tu as dit voyeurisme ? » 

Arc a saisi ma main. Pourquoi ? Etait-il en colère ? Il semblait avoir le sens de la justice et était assez têtu pour s’y coller aussi. Allait-il essayer de les arrêter ?

« Et tu ne vas pas participer à quelque chose d’aussi amusant ? »

Traducteur : Reset

Correcteur : Gobles

Chapitre Précédent | Sommaire |Chapitre Suivant  

Laisser un commentaire