KissWood

I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 54

Chapitre 54 : Réécrire Le Destin – 5ème Round



Vahn a extrait le dernier de ses [Pouvoirs] au-dessus du village. Son halo commença lentement à devenir de plus en plus lumineux, teintant le monde de sa lumière.

“C’est la dernière… !”

Une fois mort, le Combattant Vahn disparaîtrait de la surface de la planète.

Presque comme s’il n’avait jamais existé auparavant.

C’était le prix à payer pour avoir tenté de jouer avec le destin. Il serait oublié de tous une fois mort, mais pour Vahn, ce n’était rien. Tant qu’elle pouvait être heureuse, il aurait tout aussi bien pu aller au paradis.

C’était presque comme s’il jouait à un jeu de rôle. Le garçon qui avait sauvegardé et téléchargé sa vie entière plusieurs fois ferma lentement les yeux au sommet de la colline.

Il attendait les deux personnes qui viendraient ici dans le futur.


Le sable blanc scintillait sous le ciel de cobalt transparent. La plage était bordée de parasols et de personnes bronzant au soleil ou se reposant à l’ombre. Les vagues éclaboussaient les tétrapodes alignés le long de la route du bord de mer, se transformant au passage en gerbe d’eau.

L’été appelle vraiment la plage.

J’ai emmené la Sainte à la plage dès que la journée a de nouveau recommencé. Je ne l’ai pas fait parce que je le voulais, mais plutôt parce que la “Sainte du passé” le voulait. Je pensais qu’elle avait l’habitude de nager puisque le château de la République de Haze était près de la mer, mais… Il semble qu’elle n’ait pas pu le faire à cause des badauds. Je suppose que c’est le prix à payer pour devenir célèbre. Elle n’avait probablement pas beaucoup de temps pour elle, puisqu’elle était toujours entourée de malades.

Pour elle, c’était les premières vacances qu’elle prenait en cinq ans. J’ai profité de la vue sur l’horizon en soufflant de l’air dans la bouée devant moi. Enfin, je l’ai fait jusqu’à ce que la Sainte saute juste devant dans un maillot de bain blanc.

« Tada, comment vous me trouvez ? Vous sentez déjà votre cœur palpiter ? »

Elle a pris la pose en disant ça. C’est peut-être parce qu’elle était sous-développée, mais elle ne dégageait aucun sex-appeal quand elle faisait ça. C’est surprenant. La seule impression que j’ai eue d’elle, c’est que ses cheveux étaient un peu différents de ceux d’avant. J’avais pensé qu’elle n’attirait l’attention en Corée que parce qu’elle était étrangère, mais elle était assez populaire ici aussi. Nous avons dû faire fuir des hommes par trois fois. Était-elle si jolie ? Je ne comprenais pas vraiment…

« Plutôt bien pour une fille avec un corps d’enfant. Je suppose qu’on ne te prendra pas pour une petite fille partout où tu iras. »

« Grrr ! »

J’ai vite maîtrisé la Sainte avec la bouée quand elle a couru vers moi. Elle m’a dit qu’elle ne savait pas nager, alors je suppose que je vais lui apprendre. Avec une expérience concrète. Je l’ai traînée dans l’eau avec une corde accrochée à la bouée.

Splash, splish.

Légèrement chaude. L’eau de mer, qui était assez transparente pour voir à travers, chatouillait nos orteils. La Sainte a commencé à flotter dans sa bouée quand l’eau lui a atteint la taille. Son visage heureux ne demande qu’à être taquiné…

Eh bien, je vais me retenir aujourd’hui. Elle m’a demandé de le faire après tout.

Nous avons joué sur la plage pendant une heure environ avant de nous rendre au restaurant dans lequel j’avais réservé. L’Arpège, un restaurant trois étoiles Michelin situé à Paris. La Sainte m’a demandé de l’emmener dans cet endroit car elle n’avait jamais mangé dans un tel lieu. Je suppose qu’il n’y avait même pas besoin de regarder le menu.

« On veut tout. »

J’ai mis un pourboire sur le menu avant que le serveur ne parvienne à dire quoi que ce soit. Une pièce d’or qui valait des centaines de dollars. Le serveur, qui semblait avoir pensé que je plaisantais, a effacé le sourire de son visage. Sa posture légèrement détendue s’est immédiatement redressée. Il a pris le menu, s’est incliné et s’est dirigé discrètement vers la cuisine. Ce n’est pas le genre d’établissement qui a besoin d’argent à n’importe quel prix ; ils ont probablement d’abord discuté entre eux de ma commande. Un peu plus tard, le chef est venu nous voir pour nous dire que la quantité de nourriture que nous avions commandée était un peu trop importante pour deux personnes. Il a cédé lorsque j’ai suggéré qu’il pourrait l’apporter petit à petit.

« Mr. le Meurtrier ? Vous êtes super gentil aujourd’hui. C’est presque comme si vous saviez tout de mes rêves… Hmm… »

Quelle perspicacité. La Sainte a cessé de se mettre de la nourriture dans la bouche et a posé ses couverts sur la table. Détachant le regard de sa nourriture, elle m’a observé. Je pense que c’était évident qu’elle soit curieuse, vu que l’on était en train de faire tout ce qu’elle avait toujours voulu faire. Tout ça a été planifié par la Sainte elle-même. Elle m’a donné cette liste en me demandant de faire tout ces choses pour elle si le jour se levait. Je n’avais aucune raison de les accomplir, mais je lui devais bien ça de toute façon…

Après avoir fini de manger, nous sommes allés à l’aquarium. L’aquarium Churaumi (沖縄美ら海水族館), basé à Okinawa. Le plus grand aquarium du parc, le Kurushio, a été inscrit dans le livre Guinness des records mondiaux comme étant le plus grand aquarium du monde. Sa taille écrasante permettait de voir une coupe transversale géante de la mer.

C’était une vue qui bouleversait tous ceux qui la voyait.

Un requin-baleine nageait tranquillement dans l’aquarium. La lumière qui l’éclairait lui conférait presque une certaine sainteté. La Sainte contemplait tranquillement le spectacle majestueux qui s’offrait à elle.

Bien, c’est tout. La prochaine étape est…


« Hah… »

Une fois rentrés à la maison, vers 20 heures, j’ai posé la Sainte fatiguée sur le canapé. Elle s’est écroulée d’épuisement, refusant de bouger.

« Je t’ai dit que c’était trop. »

Le programme était bien trop important pour être réalisé en une seule journée. Nous avons réussi à le compléter grâce à nos HP élevés et à notre endurance… Nous sommes allés dans les Alpes, et avons même réussi à voir le Sphinx.

Je suppose qu’elle peut mourir heureuse maintenant ?

Bon, c’est assez pour aujourd’hui. Il est temps de retourner à la bibliothèque. La Sainte a réussi à m’arrêter avant que je ne commence à monter les escaliers.

« Où allez-vous? »

« La fée qui exauce les vœux ne fonctionne plus à cette heure-ci. »

« Non ! Il reste encore une heure ! »

Elle savait qu’elle allait perdre ses souvenirs et que le jour se réinitialiserait. Je suppose que c’est pour ça qu’elle ne voulait pas perdre une seule minute.

« Où veux-tu aller alors ? »

La Sainte a levé le pouce d’un air confiant. Peut-être que je n’aurais pas dû demander en premier lieu… Un peu plus tard, je me suis retrouvé à l’entrée du Village Perché avec la Sainte qui s’était changée en tenue d’automne.

« Le festival n’est pas encore terminé ! Allons-y ! »

Il n’était pas encore terminé, mais il s’en approchait. Le chemin vers le sommet de la demi-montagne était rempli de fleurs et de fruits. Des grenades, des mandarines, des pommes… Tous les fruits qui poussent en automne. C’était probablement le vestige du [Chariot d’Automne]. Pendant le festival traditionnel du Village Perché avait lieu l’Ascension, cinq garçons qui n’ont pas encore passé leur cérémonie de passage à l’âge adulte transportaient un chariot en haut de la montagne. Les autres garçons aidaient à pousser le chariot ou mettaient des poids dessus. Les filles qui les observaient jetaient également des fruits et des graines sur le chariot.

Leur objectif était le sommet de la montagne.

Les garçons montaient les escaliers de toutes leurs forces. Leur chemin devenait de plus en plus raide au fur et à mesure qu’ils grimpaient ; le chariot devenait aussi plus lourd. À ce moment-là, les spectateurs se joignaient à eux pour pousser. Ils mettraient le chariot au sommet de la montagne et offriraient tout ce qu’il contient en offrande à l’Île Céleste qui passerait par là.

« Attendez, vous deux. »

Nous nous sommes tous les deux retournés pour regarder la source de la voix.

« Ne vous précipitez pas maintenant. Pourquoi n’essayez-vous pas de vous faire lire l’avenir ? »

Cela venait d’un coin du marché nocturne. Une vieille femme nous regardait fixement avec une boule de cristal posée devant elle sur une table bleue.

Une diseuse de bonne aventure ?

J’ai essayé de l’ignorer. Contrairement à mes plans, la Sainte a tiré sur mes bras malgré le fait que j’essaie de partir.

« Nous ne pouvons pas ignorer la célèbre diseuse de bonne aventure du Village Perché. Savez-vous seulement à quel point elle est célèbre ? »

J’ai l’impression de faire un tas de choses que je ne ferais jamais en temps normal à cause de la Sainte. Mon dieu, les pertes sont vraiment importantes aujourd’hui. La vieille dame au nez crochu riait intérieurement tout en demandant près de 10 000 dollars. Ce n’est pas que je ne pouvais pas les lui donner, mais…

« C’est une arnaque totale. »

« Appelez ça une donation. »

Je me demande si la voyance serait considérée comme une superstition dans un monde où Dieu existe. Vu que je peux sentir un peu de mana dans l’air, ça ne ressemble pas non plus à une escroquerie… La voyante fourra l’argent dans sa poche et commença à frotter la boule de cristal de manière mystique.

« Bon, sur qui dois-je me pencher en premier ? Dois-je utiliser les constellations ou les cartes de tarot ? Choisissez ce que vous voulez. »

Les constellations… Tu ne peux pas simplement demander à Dieu de te révéler l’avenir ?

« Les cartes ! Les cartes de tarot ! Lui d’abord ! »

Quand la Sainte a dit ça, la diseuse de bonne aventure s’est retournée pour fixer mon visage. Essayait-elle de faire une lecture à froid ?

« Vous avez fait un long voyage. Vous avez vécu une longue et dure vie. »

On pourrait l’interpréter de bien des façons différentes. Elle a probablement remarqué que je n’étais pas un villageois et a juste dit un truc en rapport avec un voyageur.

« Bon, ok. Jetons un coup d’œil à votre avenir. Ne soyez pas trop déçu par ce que vous recevrez. Le destin va mélanger les cartes et nous serons ceux qui se battront pour elles. »

Hmm… Cette vieille femme venait donc elle aussi d’un autre monde ? Elle a tiré deux cartes du jeu et les a lentement retournées sur la table.

Le Pendu et le Joker.

La signification de ces cartes de mauvais augure était…


« Qu’est-ce que vous en pensez ? Elle avait totalement raison, non ? »

« Pas vraiment. »

La Sainte était toute excitée après avoir entendu qu’elle vivrait longtemps sans maladies et qu’elle aurait un fils et une fille par la même occasion. D’un autre côté, on m’a dit que je serais trahi par un ami et que je mourrais une fois de plus.

Était-elle vraiment un imposteur… ?

Mais bon, j’ai gagné quelque chose dans le processus. J’ai peut-être obtenu une arme pour vaincre le Héros.

Le problème, c’est que je ne sais pas à quel point elle a été réparée…

La Sainte a enlevé son serre-tête et s’est mise à marcher en piétinant. Chaque fois qu’elle faisait un pas, ses cheveux ondulaient de gauche à droite. Il nous a fallu trente minutes pour marcher jusqu’ici et il ne nous restait plus grand-chose à parcourir avant d’arriver au sommet. La Sainte m’a posé des questions pendant que nous marchions.

« Deuxième quiz ! 53, 116, 92 !* » (cf éléments du tableau périodique, voir note en fin de chapitre.)

« … Je te tue. »

« Boop boop ! Faux ! »

Elle a réussi à penser à quelque chose de si barbant aussi rapidement… Il ne nous restait plus que dix minutes maintenant. Après ça, elle allait perdre tous ses souvenirs.

« Ah ! »

La Sainte a repéré quelque chose en marchant. Elle a couru droit devant pour voir ce que c’était. Quand je me suis approché pour la suivre, j’ai trouvé un grand chien qui venait de mourir. Sa fourrure blanche était devenue grise à cause de toute la poussière environnante, et ses pattes avant avaient une sorte de décoration ressemblant à une manette de jeu. Était-ce l’animal de compagnie de quelqu’un… ? J’ai baissé les yeux vers la Sainte qui était agenouillée à côté du chien et j’ai posé une question.

« Qu’est-ce que tu fais ? »

« On devrait l’enterrer. Vous n’avez pas de peine pour lui ? »

De la peine pour lui… Il est juste mort. Nous n’étions même pas liés à lui. J’aurais pu ressentir quelque chose si je l’avais connu, mais…

La Sainte a soulevé le corps du chien avec difficulté et l’a serré dans ses bras.

« Arrête de te montrer si faible. »

J’ai pris le corps pour elle. Maintenant, quel est le bon endroit pour l’enterrer… Je n’ai pas ressenti le besoin d’aller trop loin, alors j’ai simplement décidé de l’enterrer sur la colline sur laquelle nous nous tenions et qui surplombait tout le village.

Il ne reste qu’une minute.

Je devrais lire un livre si la journée se répète encore. De cette façon, je serais capable d’accumuler des connaissances à l’infini.

« Ah, c’est vrai. »

J’ai pensé à la dernière chose que la Sainte m’avait demandée et j’ai sorti une bague en diamant du [Coffre-Fort]. C’était quelque chose qui se trouvait à l’origine dans le [Coffre du Grand Voleur]. Je ne l’ai pas vendue cette fois-ci. Cela devrait correspondre à peu près au prix du costume qu’elle m’a donné au début du voyage. La Sainte s’est figée quand elle a vu la bague.

Elle ne l’aime pas ?

C’est aussi quelque chose qu’elle avait demandé. Est-ce parce que je ne l’ai pas mise à son annulaire ? J’ai fait un pas en avant et j’ai attrapé sa main gauche. Une flamme bleue a capturé ma main et a illuminé la zone autour de nous. Le visage de la Sainte avait pris une teinte rouge érable. Presque comme les feuilles d’automne. Son apparence timide m’a donné envie de la taquiner encore plus.

Dire qu’elle serait si embarrassée pour ça…

J’ai regardé ma montre après lui avoir mis la bague. 20 h59m55s. La journée devrait se répéter maintenant.

5, 4, 3, 2, 1…

« … »

C’est étrange. Pourquoi n’y avait-il pas… C’était la dernière ?

Piuuuw

Une lumière a jailli dans le ciel nocturne et a explosé. Une fleur rouge a éclos au-dessus de nous. La lumière qui a suivi peu après s’est transformée en une fleur violette. À la lisière du village, au sommet de la colline, j’ai regardé la Sainte jouer avec la bague qu’elle portait à la main, le visage heureux, tandis que je me plongeais dans une profonde contemplation.


(*53, 116, 92 = P’tite devinette toute mignonne ^.^
Fait référence à des éléments du tableau périodique. Ici : iode, livermorium, uranium
En abrégé : I – Lv – U , donc I Love You ♥)




 Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant 

1 thought on “I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 54

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :