KissWood

The Novel’s Extra – Chapitre 161

Chapitre 161 : La Première Ville (3)



[Difficulté la plus élevée de la Ville du Tutoriel]

Le soleil venait de se lever, et avec lui une nouvelle journée commençait.
Dès que je me suis réveillé, j’ai quitté l’auberge et j’ai commencé à faire mes étirements matinaux. Puis tout à coup, une voix forte et retentissante a atteint mes oreilles.

« Hé, qu’est-ce que tu fais ? »

Je me suis retourné et j’ai vu Cheok Jungyeong qui était torse nu. Il avait apparemment fait de l’exercice car son corps était tout rouge et ses muscles étaient gonflés.

« Juste un peu d’entraînement matinal. »
« De l’entraînement ? Ha, tu appelles ça de l’entraînement ? »

Cheok Jungyeong s’est approché de moi en ricanant.

« Écoute, Bizut, faire des pompes c’est pour les enfants. »
« … Pardon ? »
« Quand il s’agit d’entraîner son corps, la chose la plus importante est la respiration. Tu comprends ? Pour respirer correctement… »

Cheok Jungyeong a soudainement commencé à me donner une leçon sur la respiration.
Je l’ignorais à moitié, mais tout à coup mon esprit s’est éclairci.
Cheok Jungyeong a rapproché son visage du mien.

« Écoute, la respiration ne se fait pas seulement avec ton corps, elle se fait aussi avec ton esprit. »

L’homme qui se tenait en face de moi était le célèbre “Cheok Jungyeong” de l’ère Goryeo. En tant que général le plus puissant de l’histoire de la Péninsule Coréenne, sa compréhension des arts martiaux était quelque chose que personne ne pouvait contester.

« Regarde, c’est ce qu’on appelle la respiration du cœur interne. Ssp, haa… »

Cheok Jungyeong a commencé à respirer. Ça pouvait ressembler à une respiration normale, mais c’était différent. J’ai attentivement observé son corps. Lorsqu’il inspirait et expirait, ses muscles bougeaient en même temps que lui.

« Je fais bouger les muscles de mon corps en respirant. Tu comprends ? Nous sommes sur un niveau de respiration complètement différent ! »

Cheok Jungyeong a bombé le torse après avoir terminé sa démonstration. J’ai regardé ses muscles pendant un moment, puis j’ai marmonné d’un air sceptique :

« Je ne pense pas que je sois capable de faire ça un jour. »
« Ce sera difficile, c’est sûr. Il y a beaucoup de débutants qui balancent leurs épées dans tous les sens et croient avoir atteint l’excellence en prétendant “ne faire qu’un avec leur épée”. Mais ils ignorent que ne faire qu’un avec son corps et son esprit est la chose la plus difficile au monde. Mais moi je peux le faire. Sais-tu pourquoi ? »

Non…
Je lui ai lancé un regard plutôt indifférent, mais Cheok Jungyeong a continué sans se soucier de mon désintérêt.

« L’homme le plus fort de tout Goryeo, le dieu martial qui pouvait déraciner les arbres à mains nues et changer le destin des pays à lui tout seul. »

Cheok Jungyeong s’est frappé la poitrine avec fierté.

« C’est parce que c’est qui je suis. »

Il a souri et s’est placé face à moi. Son expression contenait une fierté et une auto-conviction inénarrables. Je l’ai fixé tout en restant silencieux. Le sourire de Cheok Jungyeong s’est transformé en un grand rictus.

« Est-ce que tu commences à me respecter maintenant ? »
«  … Non, je suis juste effrayé. Ce n’est pas ta vie passée de toute façon ? »
« Quoi ? Je te défie de redire ça ! »

En tout cas, j’ai obtenu un bon conseil.
Respirer à travers tout le corps. Bien que ce soit impossible pour mon moi actuel, je devrais être capable d’imiter cette technique en utilisant la puissance magique du Stigma.

« Hajin~ »

À ce moment-là, Jain a passé la tête par la fenêtre du troisième étage.

« Oui ? »
« Tu sais cuisiner ? Je pense que Boss a très faim à cause de son entraînement intense d’hier soir. Elle veut que tu cuisines pour elle. »
« — Jain ! Q-Quand est-ce que j’ai dit ça !? »
« Boss dit que tu es un bon cuisinier. Elle veut du bulgogi. »
« — Jain ! Tais-toi ! »

Je pouvais également entendre la voix de Boss. J’ai gloussé et j’ai regardé Cheok Jungyeong.

« Allons faire des courses, Cheok Jungyeong-ssi. »
« Cheok Jungyeong-ssi ? Appelle-moi juste Cheok Jungyeong. »
« D’accord, Cheok Jungyeong. »
« … Tu veux mourir ? »

Cheok Jungyeong et moi sommes allés dans les rues commerçantes.

« N’est-ce pas intéressant ? »
« Qu’est-ce qui est intéressant ? »
« Le paysage ici. »

Cet endroit ressemblait exactement à une ville d’un roman fantastique. La plupart des maisons étaient construites en briques ou en bois, les seuls moyens de transport étaient les chevaux et les calèches, et il y avait des magasins qui vendaient des potions et des fournitures magiques.

« Je suppose que oui. »

Finalement, Cheok Jungyeong et moi sommes arrivés dans le quartier où se trouvait le marché de la ville, une longue étendue de ruelles remplies de vendeurs ambulants qui vendaient de la nourriture. Après avoir choisi les ingrédients les plus frais, j’ai levé les yeux vers le vendeur.

[Limite la plus basse – 30 PT]

« Combien pour tout ça ? »
« Voyons voir. Des oignons, des champignons, du porc… Ça devrait faire environ 100 PT. »
« Je pense que 35 PT devraient suffire. »

Dans cette ville, parler poliment revenait à dire qu’on était un pigeon.

« 35 PT ? C’est un peu… »
« Disons 35 PT. »
« Alors vous pouvez aller voir ailleurs. Je doute que vous trouviez un endroit qui vende à un prix aussi dérisoire. »

Le vendeur a essayé de refuser, mais c’était un PNJ avec un faible niveau de marchandage. Il ne m’a pas fallu longtemps pour le faire craquer.

« Pff, c’est d’accord. »

En utilisant l’aura intimidante que Cheok Jungyeong dégageait, j’avais réussi à marchander le prix.

« Tu as fini ? »
« Oui, rentrons maintenant. »

Ensuite, je suis retourné à l’auberge avec Cheok Jungyeong. En voyant nos mains pleines de sacs d’ingrédients, Boss et Jain sont venues nous accueillir. Avant même que je ne commence à cuisiner, Boss s’était déjà assise à table.

« Patiente encore un peu. »

Dextérité n’était qu’au niveau 8 mais c’était plus que suffisant pour cuisiner.
J’ai vite préparé un repas pour 4 personnes en utilisant une recette que j’avais mémorisée.

« Ouah. »
« Oh~, tu es un bon cuisinier, Bizut— ! »

Cheok Jungyeong et Jain ont exprimé leur surprise, tandis que Boss mangeait rapidement comme si sa bouche était un aspirateur.


Après notre repas, nous fixions tous les quatre le plafond de notre chambre d’un air absent.

« Hé, Bizut, qu’est-ce que tu vas faire ensuite ? Jouer ? »
« Non, on y est allé hier. »

J’ai déjà battu la maison de jeux à plate couture. Puisqu’ils connaissaient mon visage, je devais certainement être sur leur liste noire, et cela m’empêcherait de pouvoir y entrer. Ou pire, je serais kidnappé au moment même où je passerais la porte d’entrée.

« Alors qu’est-ce que tu vas faire ? »
« Je vais ouvrir un stand de rue. »
« Un stand de rue ? »

Jain a écarquillé les yeux.

« Oui. »

Les PNJ de la Ville du Tutoriel avaient beaucoup d’argent. Bien sûr, comme cette ville faisait partie du tutoriel, il n’y avait pas d’équipements ou d’objets de niveau 3. D’un autre côté, les PNJ étaient au moins de niveau 2 ou 3, et le capitaine du groupe d’autodéfense pouvait potentiellement être de niveau 10 ou plus.
C’était parce que la “Ville du Tutoriel” était située dans le sous-sol de la Tour des Souhaits. En d’autres termes, c’était l’un des premiers étages à avoir été créé. Tous les PNJ de cet endroit devaient vivre ici depuis au moins 5 ans.

« Pourquoi ouvrir un stand de rue ? Tu ne vas pas juste te faire arnaquer ? »
« Non, tant que tu vends au-dessus du prix le plus bas, ouvrir un stand est en fait le moyen le plus facile de gagner de l’argent. Il est impossible pour les PNJ de te forcer à vendre quelque chose. »
« Mm, alors qu’est-ce que tu vas vendre ? »
« Ceci. »

J’ai sorti ma hache en cristal rouge et ma lance en cristal rouge. Bien qu’elles aient été utiles pendant la deuxième étape du tutoriel, je n’en avais plus besoin.

« Je vais aussi en fabriquer d’autres. »

Avec les matériaux dans mon inventaire et ceux que je pouvais obtenir en lançant des Dés Aléatoires, je prévoyais de fabriquer d’autres objets. Bien que je ne puisse pas utiliser la puissance magique du Stigma sous l’œil vigilant de l’administrateur, je pourrais compenser cela en utilisant cette feuille spéciale.

===
[Feuille d’Yggdrasil – Niv.3]

– Bénédiction de l’aventure – Niv.3
*Votre corps devient plus léger quand vous avez cet objet dans votre inventaire. (Amélioration mineure de votre capacité physique.)
*Vous pouvez accorder de petites bénédictions aux objets. Au plus les bénédictions auront un rapport avec les aventures, au plus elles seront fortes.
===

« À vrai dire, j’ai besoin que tu fasses quelque chose pour moi, Jain-ssi. »

Jain a penché la tête sur le côté en pointant son doigt sur elle.

« … Moi ? »
« Oui. »
« Vraiment ? Qu’est-ce que c’est ? »


J’ai installé un stand au bout d’une rue menant à l’auberge, là où il ne passait ni trop ni trop peu de monde. Au cas où je tomberais sur d’autres joueurs, je me suis assuré de porter mon masque et ma robe à capuche.

[Magasin général]
[Des armes aux armures, des herbes aux fruits, nous vendons tout et n’importe quoi.]

J’ai posé ma pancarte et me suis assis sur le sol.
Avant même que je puisse poser un morceau de tissu pour y déposer mes objets…

« Hé, t’es qui toi ? »

Des voyous, qui étaient les associés des vendeurs ambulants présents dans cette rue, se sont approchés de moi. J’étais entouré de cinq voyous, mais j’ai gardé mon calme.

« J’ai la permission de vendre ici. »
« Quoi ? La permission de qui… »
« La mienne. »

Une voix grave a retenti juste au bon moment. Les cinq voyous se sont retournés en même temps.

« Ah, Patron ! »

Les cinq PNJ se sont tous inclinés à un angle de 90 degrés.

Tac, tac.
Des bruits de pas imposants ont résonné dans la rue.
L’homme que les PNJ appelaient “Patron” était venu se placer juste devant moi.

« J’ai donné la permission à cette personne. »
« Ah, toutes nos excuses, nous ne savions pas… »
« C’est bon. »

Le patron a fortement froncé les sourcils. Ses yeux méprisants indiquaient clairement qu’il ne voulait pas s’embêter avec des choses futiles. Sans surprise, “son” jeu d’actrice était excellent.

« Tout d’abord, ce n’est pas à moi que vous devriez présenter des excuses. Pourquoi vous ne lui achetez pas quelque chose ? »
« O-Oui, compris ! »

Obéissant à l’ordre de l’homme, les cinq PNJs m’ont fait face une fois de plus.

« Ça a l’air bien. Combien ça coûte… »

Le premier PNJ a pointé du doigt une armure que j’avais sortie sans trop réfléchir. Mais l’instant d’après, il a écarquillé les yeux.

« Ouah, h-hé, ce n’est pas une armure de niveau 3 ? »
« De niveau 3 ? »
« Haha, comme si c’était possible. »

Leur attention s’est portée sur l’armure.

« C’est de niveau 3 ? »
« Je pense que oui. »

Bien que les PNJ ne puissent pas vérifier les descriptions des objets comme les joueurs, ils avaient des yeux perspicaces qui leur permettaient d’évaluer le niveau de la plupart des objets.

« Mais il n’y a pas d’objets de niveau 3 dans notre monde ! »

Malgré tout, ils avaient des doutes et des soupçons.
J’ai pris la parole.

« Ce n’est pas une armure de niveau 3. »

===
[Armure en Cuir – Niv.3 avec la Bénédiction d’Yggdrasil – Niv.3]

○ Défense – Niv.3
○ Durabilité – Niv.3
○ Aisance des mouvements – Niv.3

– Petite Bénédiction d’Yggdrasil – Niv.3
○ Augmente tous les effets de l’Armure en Cuir d’un niveau.
○ Cette bénédiction disparaît au bout de 24 heures. Toutefois, le propriétaire de la Feuille d’Yggdrasil peut choisir jusqu’à 5 armures sur lesquelles il pourra accorder des bénédictions permanentes.
===

« Tu vois, il dit que ce n’est pas le cas. Je n’ai jamais vu un équipement de niveau 3 de ma vie. »
« C’est presque de niveau 4. »
« Exactement, c’est seulement… quoi ? De niveau 4 ? »
« Oui, tu devrais pouvoir le dire si tu regardes d’assez près. »

C’était une armure que j’avais fabriquée dans ma salle d’attente en utilisant la puissance magique du Stigma. Même si cela était un peu dommage de la vendre maintenant, gagner des PT était bien plus important pour le moment.

« Hé, laisse-moi regarder. »
« Ah, laisse-moi regarder aussi. »

Les cinq PNJ ont regardé l’armure chacun leur tour.

« Ah, putain, arrête d’être si égoïste ! »
« Tu n’as même pas d’argent ! »
« Si j’en ai, enfoiré ! »

Ils ont même commencé à se battre entre eux. J’ai regardé par-dessus leurs épaules le chef du groupe de voyous.
Le patron, Jain, articulait silencieusement : « Hajin, n’oublie pas de me donner 5%. »
J’ai hoché la tête.

« Ça, je vais acheter ça ! C’est combien ? »
« Mm… ça va être un peu cher. »
« Que dirais-tu de 500 PT ? »
« 800 ! Je peux t’en donner 800 PT ! »
« 1400 ! »

Cette vente aux enchères imprévue a attiré l’attention des autres personnes présentes dans la rue. De plus en plus de gens se sont approchés par curiosité, et après avoir entendu qu’un objet de niveau 4 était en vente…

« 3000 ! »
« 3000. C’est l’enchère finale ? »
« …. »
« Bien, ce sera 3000 alors. »

L’armure en cuir que j’avais fabriquée a été vendue pour 3000 PT. Le PNJ qui l’a achetée semblait être assez riche.
Après avoir vérifié que les PT que j’avais obtenus n’étaient pas faux, je lui ai donné l’armure et le PNJ est reparti avec une expression heureuse sur le visage.
Cependant, les autres clients ne semblaient pas avoir l’intention de partir.
Ils ont commencé à poser toutes sortes de questions sur les autres objets que j’avais à vendre, dont certains d’entre eux étaient de niveau 3.
Les idiots qui ont essayé de filer en douce avec mes objets ont été attrapés par Cheok Jungyeong et ont reçu une leçon d’amour.
J’étais occupé à gérer l’afflux de clients, quand tout à coup… une voix familière a retenti, accompagnée d’une légère brise.

« … Que se passe-t-il ici ? »

Cette petite voix a éclipsé les voix tonitruantes de tous les autres clients et a atterri dans mes oreilles.
J’ai immédiatement écarquillé les yeux, et ma tête s’est tournée dans la direction d’où venait la voix.
Là, j’ai vu une fille se tenant sur la pointe des pieds. Elle essayait de jeter un coup d’œil à ce qui était vendu.

« Un magasin général… ? »

C’était quelqu’un que je connaissais bien. Je n’ai jamais pu oublier son visage, à tel point que mon cœur s’est arrêté de battre quand je l’ai vue.
C’était… Chae Nayun.

« Argh, pousse-toi si tu n’achètes pas ! »

Chae Nayun s’est frayé un chemin jusqu’à moi.
Je n’ai rien pu dire. J’ai remercié le masque et la robe à capuche que je portais et j’ai baissé un peu plus la tête.

« … Lance en cristal rouge ? Hum, tu as une épée en cristal rouge ? »

J’ai secoué la tête à la question de Chae Nayun. Sa voix n’avait pas changé.

« Je vois… Alors, combien coûte cette lance ? »

J’étais dans une situation où je n’avais pas d’autre choix que de parler. Je me suis raclé la gorge et j’ai changé ma voix.

« 250 PT. »
« 250 PT ? »
« Je te donnerai aussi un bonus. »
« Euh… »

Chae Nayun s’est mise à réfléchir.
Il semblerait qu’elle n’ait rien trouvé de suspect dans ma voix. J’ai remercié mon Art : “Maître Chanteur” une fois de plus.

« Hm… Je la veux vraiment, mais je n’ai que 200… euh non, 150 PT. »
« …. »
« C-C’est la vérité. Je comprends si ce n’est pas assez. Je peux simplement aller dans une autre boutique. »

Son marchandage n’avait aucun sens. Il n’y avait aucune logique, technique, ou émotion derrière tout ça.
Mais j’ai fait semblant d’être dupe.

« Alors tu peux l’avoir pour 150 PT. Tiens, prends ça aussi. »

En plus de la lance en cristal rouge que Chae Nayun voulait, j’ai rajouté une pochette en cuir qui contenait également une boîte à bento que j’avais faite pour le déjeuner.

« Oh, je n’ai pas besoin du bonus… Que dirais-tu de me faire un rabais de 50 PT à la place ? »
« … T’es folle ou quoi ? »

Elle a fait une offre absurde.

« … Je plaisante. Merci, passe une bonne journée. »

Chae Nayun s’est retournée avec la lance en cristal rouge dans une main et la pochette en cuir dans l’autre.
Et juste comme ça, elle est partie. Ses pas étaient légers. Elle devait penser que c’était sa technique de marchandage qui avait fait baisser le prix.
Je l’ai regardée s’éloigner pendant un long moment.
Ses cheveux étaient toujours courts et noirs.
J’ai attrapé ma poitrine. Mon cœur battait toujours violemment, refusant de se calmer.
C’est alors que…

« Hé, réponds-moi. »

Un homme s’est mis devant moi, bloquant mon champ de vision. Son visage était huileux et assez antipathique.
Il a pointé du doigt la hache en cristal rouge et a demandé :

« Combien ça coûte ? »

J’ai répliqué brièvement.

« 1500 PT. »
« Quoi ? Tu viens de vendre la lance à cette fille pour— »
« 1600 PT. »
« Quoi ? Pourquoi ça a augmenté de— »
« 1700 PT. »
« Tu… »


Cinq minutes plus tard.
Chae Nayun a couru jusqu’à un banc et s’est assise.

« Voyons voir… Oh ? Elle a même une bénédiction. »

===
[Lance en Cristal Rouge – Niv.2 avec la Bénédiction d’Yggdrasil – Niv.3]

○ Dégâts de Brûlure – Niv.2
○ Puissance de l’attribut Feu – Niv.2

– Petite Bénédiction d’Yggdrasil – Niv.3
○ Augmente tous les effets de la lance en cristal rouge d’un niveau.
===

« Ho ho ho…. »

“C’est quoi ça, j’ai acheté un objet quasiment de niveau 3 pour 150 PT ?”
Chae Nayun souriait joyeusement en lisant la description de l’objet.

« On dirait que les PNJ ne peuvent pas lire la description des objets. Devrais-je la vendre ? Non, pourquoi est-ce que je vendrais un si bon objet ? »

Chae Nayun a serré étroitement la lance en cristal rouge.

« … Ah oui. »

Puis, elle s’est soudainement souvenue de la pochette en cuir qu’elle avait reçue du PNJ vendeur ambulant. Chae Nayun a ouvert la pochette sans trop réfléchir. À l’intérieur, elle a trouvé une boîte à bento chaude.

« … Une boîte à bento ? »

Elle en a d’abord vérifié la description. Heureusement, elle n’était pas empoisonnée.
Ayant un peu faim, Chae Nayun a souri et a sorti la boîte à bento.

« Oh ? »

Cependant, il y avait dans la pochette des choses qu’elle n’avait pas achetées.
Cinq pièces d’or.
C’est exact, la pochette contenait 500 PT.

« …. »

Chae Nayun a fixé les pièces d’un air ébahi.
En y réfléchissant pendant un moment, elle a trouvé une explication. Le PNJ vendeur ambulant avait dû y placer la recette des ventes d’aujourd’hui. Il était clair qu’il lui avait donné la pochette par erreur.
Malgré tout, en regardant les pièces d’or étincelantes, une flamme de cupidité a émergé du fond de son cœur.
Cinq pièces d’or.
500 PT.
Elle n’avait que 150 PT sur elle…

« N-Non. »

“Il est normal de les rendre. Tu as déjà eu un excellent objet pour seulement 150 PT. Ne perds pas ta dignité, Nayun.”
Chae Nayun s’est levée et est repartie d’où elle venait.

« … Il est là. »

Heureusement, le vendeur ambulant était toujours là.
Chae Nayun s’est de nouveau frayé un chemin à travers la foule et a donné les pièces d’or au vendeur.

« Hum, tiens, tu as laissé 500 PT dans la pochette en cuir. »
« … Quoi ? »
« Je suis venue te les rendre. Prends-les. »

Mais le PNJ a refusé de prendre les pièces. Au lieu de ça, il a jeté un coup d’œil à l’homme gigantesque qui se tenait derrière le stand.

« Hé. »

Le géant s’est mis devant elle.
Alors que Chae Nayun était troublée, l’homme a répliqué de manière intimidante.

« Va te faire voir si tu veux te plaindre de ce que tu as acheté. »
« N-Non, je ne viens pas me plaindre. Il y avait cinq pièces d’or avec la pochette. Elles sont à vous. »
« … Hm ? »

Le géant a regardé le PNJ vendeur ambulant.
Chae Nayun n’a pas pu entendre ce que le vendeur a dit, mais le géant a ricané et lui a répondu :

« Va te faire voir, idiote. »
« Quoi ? Idiote ? Répète ça ! »
« Va-t’en, petite morveuse. »

Le géant a levé son bras et a menacé Chae Nayun.
Il a dû penser qu’il pourrait l’éloigner en l’intimidant, mais en réalité…

« Quoi ? Tu es fou !? »

Chae Nayun a donné un coup de pied dans la jambe de l’homme sans hésiter.
Crac ! Son pied s’est enfoncé dans son mollet.

« … Aïe ! »

Une douleur aiguë a parcouru le corps du géant, lui faisant mettre un genou à terre. Chae Nayun s’est vite enfuie.

« E-Espèce de salope cinglée— ! »
« Pff, je te faisais une faveur ! »

Elle a levé son majeur en réponse à la menace du géant.

« Je, je me souviendrai de ton visage ! Espèce de petite— ! »

Seuls les rugissements de colère de Cheok Jungyeong retentissaient dans les rues.

———————————————————————————–
Chapitre traduit par Sigyn sur https://kisswood.eu
———————————————————————————–

Chapitre Précédent | Chapitre Suivant 

1 thought on “The Novel’s Extra – Chapitre 161

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :