KissWood

Isaac – Chapitre 16

A l’approche du nouveau semestre, les élèves du Campus retournèrent à leur vie d’étudiants rythmée par les horaires strictes du campus. Isaac était occupé à déplacer toutes les marchandises laissées par les étudiants à l’entrepôt dans les chambres de Kunette et Reisha, qui étaient maintenant vides. Confirmer de l’arrivée des marchandises et les déménager lui avait pris près de 10 jours non-stop.

« Vu ce que me rapporte les frais de location de l’entrepôt, je suppose que je ferais mieux de me concentrer dessus, quitte à laisser tomber l’activité d’intermédiaire. »

Les étudiants du campus n’étaient pas idiots. Ils se rendirent vite compte qu’il était beaucoup moins cher d’apporter les marchandises eux-mêmes et de payer les frais d’entrepôt plutôt que de les acheter par l’intermédiaire d’Isaac lui-même. Isaac savait instinctivement que ses prix exorbitants inciteraient la plupart de ses clients à louer les entrepôts du port.

Isaac s’y était donc préparé, mais c’était différent pour Gonzales. Isaac connaissait beaucoup de gens qui étaient tombés de grâce quand ils ne pouvaient pas adapter leurs dépenses malgré la chute de leur profit, continuant leur mode de vie somptueux jusqu’à la faillite. Isaac ne voulait pas que Gonzales, la première personne à lui avoir montré de la bonté dans ce monde, suive cette voie. Il lui avait donné de multiples avertissements et avait fait évoluer son entreprise, passant des ventes de produits de luxes à la location d’entrepôts. Les profits chutèrent considérablement, mais il valait quand même la peine de considérer que les étudiants masculins continuaient d’utiliser son entreprise hors de prix lorsqu’il les encourageait avec un soupçon de chantage.

Isaac avait déjà un plan de secours solide appelé Mazelan, si les choses tournaient au pire. Il avait déjà reçu son approbation pour être « recueilli » en tant qu’invité dans la famille. Puisque l’argent n’était plus un problème pour Isaac, il avait envisagé de complètement laisser tomber ce plan de secours. Cependant, il était évident que Gonzales et toutes les femmes dans le campus se soulèveraient contre lui s’il faisait ça. En vérité, c’était une bonne façon de s’occuper, de plus cela lui permettait de gagner nombre de faveurs.

Avec une poignée de papier et une planche de bois à la main, Isaac quitta la loge. Aujourd’hui, il comptait accepter des commandes. Ouvrir l’entreprise chaque jour était trop fatigant, il avait donc décidé de recevoir les demandes des étudiants tous les 3 jours seulement. Malgré cela, Isaac savait qu’il recevrait beaucoup plus de demandes aujourd’hui que la normale puisque c’est le premier jour de l’année.

Isaac dirigeait ses affaires sur le terrain devant la bibliothèque. C’était l’endroit idéal puisque presque tous les étudiants devaient visiter la bibliothèque au moins une fois par jour dans le cadre de leurs études.

« Ah ! le voilà !»

« Ça fait un bout de temps. »

« C’est bien à partir d’aujourd’hui que tu acceptes les commandes ? »

Les filles furent fidèles au rendez-vous et firent un accueil chaleureux à Isaac. Isaac sorti son sourire d’homme d’affaire et essaya de marcher jusqu’au centre quand il a remarqué que quelqu’un courrait dans sa direction. Dès qu’Isaac tourna la tête, il sentit un coup lourd et tomba par terre.

« Kyaa ! Qu’avez-vous fait ! »

« Comment avez-vous pu frapper quelqu’un dans le dos ? »

« Vous ! Qui êtes-vous ? De quelle école venez-vous ? »

« Êtes-vous un étudiant de première année ? Depuis quand le campus laisse entrer de telles barbares ? »

Désorienté, les cris des filles n’étaient qu’un écho dans les oreilles d’Isaac. Il était trop concentré à essayer de se remettre sur pied quand il reçut un autre coup de pied au niveau du ventre.

« Ugh ! »

« Kyaa ! »

« Qu’est-ce que vous avez tous avec lui ?! Qu’est-ce que cet abruti a fait pour que vous fassiez tous autant de bruit ? »

Isaac avait du mal à respirer sur le sol, mais il pouvait encore entendre et reconnaître cette voix.

Kaizen. C’était le plus jeune fils de la famille Rondart et la personne qui harcelait le plus Isaac. La plupart du temps, Kainen faisait comme si Isaac n’existait pas. Kaizen, lui, passait son temps à chercher Isaac pour l’insulter ou le frapper comme s’il n’existait rien de plus amusant.

« J’avais oublié qu’il avait l’âge de s’inscrire… »

Puisque Kaizen était aussi un noble, il avait le droit de s’inscrire au Campus. Combien de temps il allait y rester avant de décrocher était une tout autre affaire.

Isaac aperçut rapidement Kaizen, il était troublé par la réaction des filles autour de lui. Il semblait qu’il n’avait aucune idée de la position d’Isaac sur le campus. Isaac se rappela que Kaizen n’avait jamais été très futé.

Il n’excellait pas non plus avec ses poings ou une épée d’ailleurs. En vérité, il était pathétique quand il s’agissait de se battre. Ses victoires étaient dû à son statut, pas son habileté. Qui oserait riposter contre un noble.

« Comment n’ai-je pas prévu cela… »

Isaac se le demanda à lui-même, il semblait que la tranquillité que lui avait apporté le campus l’avait ramolli.

Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas ressenti la sensation de la douleur. Isaac se recroquevilla et commença à réfléchir. Il savait que sa vie sur le campus serait difficile s’il laissait Kaizen partir comme ça. Aucune des filles ne pouvait arrêter Kaizen non plus. La seule chose qu’il savait faire était de provoquer Kaizen un peu plus afin que ce dernier utiliser son poing pour obtenir ce qu’il voulait, et il était évident qu’il les utiliserait pour battre Isaac encore fois.

« Je suppose que je n’ai pas le choix. » se murmura Isaac avant de se remettre sur pied

Quand Kaizen remarqua que toutes les filles s’étaient arrêtées de crier, il suivi leur regard. À ce moment-là, il senti un coup à l’arrière de sa tête accompagné d’un fort « bruit sourd ». Kaizen au sol, Isaac enchaina avec plusieurs coups de pied.

– Smack ! Smack ! –

Quand un coup de pied décisif toucha le front de Kaizen, ce dernier se mit à gémir et à haleter jusqu’à ce qu’il s’évanouisse.

« Aaah ! »

Les filles étaient désespérées en voyant cela. Isaac avait finalement commis une agression. Peu importe combien nieront les faits pour lui éviter une sanction, il y avait trop de témoins ici. Les rumeurs se répandraient rapidement et cela signifierait l’expulsion d’Isaac, ainsi que toutes les commodités et tous les avantages qu’il apporta avec lui.

« Pourquoi est-ce que tu as fait ça Isaac… »

Isaac essuyait la saleté qui était sur sa chemise quand une des filles se plaignit à contrecœur.

« C’est un problème familial. »

« Quoi ? »

« Je vous présente Kaizen, et c’est mon frère cadet. »

« … »

« Par conséquent, c’est une question de famille dont je dois m’occuper. Je suis gêné de le dire, mais ma famille n’est pas la plus harmonieuse au monde. »

Les étudiants du campus ont vite compris ce qu’Isaac insinuait. Un acte de violence entre étudiants signifiait l’expulsion, mais c’était différent si la dispute était entre membre de la même famille. Quant à la raison du comportement de Kaizen et la réaction d’Isaac, tous connaissaient la rumeur. Elles savaient toutes quelle était la position d’Isaac dans son manoir. Malgré cela, il était encore, tout du moins en théorie, l’héritier de sa famille.

« Oh, je vois. C’est un problème familial. Ohohoho, je suppose que nous n’avons rien à faire ici. »

« Mmh, même le campus n’empêcherait pas le frère aîné adulte de discipliner ses jeunes frères et sœurs avec une punition adéquate. »

Elles étaient d’accord avec son raisonnement. La justification donnée par Isaac était valable, par conséquent même le campus n’y trouverait rien à redire. Ainsi, il valait mieux fermer les yeux que de perdre les services d’Isaac.

« Kuk ! Enculé ! Meurs ! »

Kaizen se releva finalement et commença à jeter ses poings en direction d’Isaac. Isaac bloqua le coup de poing d’une main, tout en frappant la gorge de Kaizen de l’autre.

« Uughh ! »

La gorge était l’une des zones les plus vulnérables du corps humain. Un homme pourrait mourir si le coup porté était assez fort. Malgré cela Isaac, ne montra aucune pitié. Kaizen luttait sur le sol alors que des larmes et de la morve couvraient son visage. Le spectacle était au mieux pitoyable. Toutes les filles fronçaient les sourcils et détournaient leur regard de la vue dégoûtante dont elles avaient été témoins.

« Kuk ! Tu crois pouvoir t’en sortir comme ça ? Tu n’es qu’un jouet, rien d’autre ! »

Kaizen cria à pleins poumons dès qu’il eut repris son souffle. Isaac soupira et haussa les épaules.

« Je suis gêné de dire que c’est mon frère. L’imbécile est une honte pour ma famille. »

« Oh mon Dieu, comme c’est vrai. »

« Il est une honte pour tous les nobles. »

« Je n’aimerais pas m’associer à lui de quelque façon que ce soit ! »

« Comme il est barbare. »

Kaizen était déconcerté par les regards froids et les mots cruels des filles qui l’entouraient. La voix dans sa tête lui disait de déchirer Isaac en lambeaux, mais les regards des filles l’en empêchaient.

Les yeux de Kaizen étaient fixés sur Isaac. Il était innocent. Il n’avait rien fait de mal. Tout ce qu’il avait fait se réduisait à frapper Isaac comme il le faisait normalement à la maison. Et alors qu’Isaac devrait mendier la miséricorde genoux à terre, il le frappe ; en plus de ça, les filles le réprimandaient. Cette situation semblait impensable à ses yeux.

« Ce n’est pas encore fini ! Mon frère saura ce que tu fais ! »

Isaac cliqua de la langue en regardant le garçon, qui était plus grand que la plupart des personnes de son âge, s’enfuir avec des larmes dans les yeux.

« Idiot. »

Les étudiants du campus étaient non seulement talentueux, mais ils avaient aussi un fort sentiment d’indépendance en raison de leur vie loin de leur famille. Au sein du campus, il était mal vu de résoudre ses problèmes en utilisant son nom de famille. Plus tard, Kaizen apprit que dire ces mots était la pire chose qu’il aurait pu faire.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

1 thought on “Isaac – Chapitre 16

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :