KissWood

Isaac – Chapitre 17

Les commérages d’une femme étaient une arme terrifiante. Il ne fallut que quelques heures pour que l’incident entre Isaac et Kaizen soit connu de tous. Certains des camarades et des seniors de Kaizen dans la 2ème École Militaire tentèrent de le défendre, avant de changer d’avis en voyant les filles soutenir Isaac corps et âmes.

Non seulement ils craignaient de s’opposer à la gent féminine, mais le statut d’Isaac changea après l’échange de ce dernier avec son frère. L’étiquette de fou de la famille Rondart était désormais attribué à Kaizen. A présent, on disait que les anciennes rumeurs concernant Isaac avaient été répandues dans le seul but de l’empêcher de réclamer la position d’héritier. Connaissant le nouveau statut d’Isaac, les étudiants qui auraient défendu Kaizen en d’autres circonstances restèrent silencieux pour éviter d’être mis dans le même sac que Kaizen.

En fait, certains étudiants étaient même furieux contre Kaizen. Après l’incident, toutes les filles commencèrent à ignorer les élèves de la 2e école militaire, réduisant à néant leur chance de flirter pendant leur jeunesse.

Alors que le campus était plus agité que jamais, Isaac profitait d’une vie tranquille dans le pavillon portuaire. Le conseil des étudiants l’avait assigné à résidence en attendant les résultats de l’enquête sur ce qui s’était passé le jour de l’incident.

Isaac se soumit à cette décision avec grand plaisir. Malheureusement pour lui, il ne fallut pas longtemps avant que la paix soit rompue.

« Vous n’avez pas plutôt des cours à suivre ? »

« Quoi, est-ce la première chose qui te vient à l’esprit en voyant ta mignonne Hubae ? »

La déception était clairement visible sur le visage de Reisha. Elle était venue rendre visite à Isaac tôt le matin avec un gros poisson dans ses mains. A ses côtés se tenait Kunette, qui regardait tranquillement Isaac.

« Pourquoi êtes-vous ici ? Vous savez pourtant qu’il est interdit aux étudiants d’entrer dans le port. »

« Cette règle ne s’applique qu’aux étudiants du campus. Ils ont dit que les étudiants de l’université sont exemptés de cette règle. »

« Vraiment ? Alors pourquoi n’ont-ils jamais… Je suppose qu’il est inutile qu’ils viennent ici. »

L’université avait pour but d’éduquer les futurs talents de l’empire. Dans ce but, les étudiants recevaient d’énormes quantités de devoirs afin de les pousser à surpasser leur limite.

Kunette et Reisha étaient surement les seules personnes capables de visiter le port pour jouer malgré cela.

« … Isaac, je veux du miel. »

« Hm ? Encore ? »

Kunette commença à insister en tirant sur le pantalon d’Isaac. Il semblait que Kunette était venue dans l’unique but de manger du miel.

« Alors pourquoi ne pas essayer du thé au miel pour changer ? »

Le thé au miel n’avait rien de spécial, en réalité c’était juste une cuillère de miel mélangé dans de l’eau chaude. Reisha, elle, se dirigea vers la cuisine et décida de se préparer un sashimi avec le poisson qu’elle venait d’attraper tandis que Kunette se contenta de prendre un pot de miel et de le dévorer à coup de cuillère.

Maintenant qu’il les connaissait, Isaac ne se souciait plus autant de ce que Reisha et Kunette faisaient. Il n’était pas du genre à se sentir seul, car il ne se souciait jamais vraiment d’avoir des contacts sociaux. Pour Isaac, ces ceux-là n’étaient qu’une simple distraction.

« Tu n’aimes pas le miel Reisha ? »

Isaac n’avait jamais vu Reisha manger du miel. Pour autant, Reisha semblait avoir du mal à répondre à la question d’Isaac.

« Je ne dirais pas que je le déteste, c’est plutôt que je trouve le miel fait par les humains fade. »

« Fade ? Tu trouves ? »

« … le miel elfique, savoureux. »

Kunette était habituellement très concentrée quand elle savourait son miel. Ainsi, le simple fait qu’elle fasse l’effort de répondre suffisait à donner foi aux paroles de Reisha.

« Tu viens de piquer ma curiosité. »

« Ahem ! Si cela t’intéresse vraiment BEAUCOUP, je pourrais tout simplement en demander à ma famille et en échange… Tu me seras redevable ! »

« Non merci, je ne suis pas si désespéré. »

Alors que Reisha tenta d’imiter Isaac, la remarque de ce dernier coupa court à son amusement. Malgré cela, elle fit comme si rien ne s’était passé.

« Au fait, j’ai entendu dire que tu avais déjà défoncer quelqu’un. Quel dommage ! Si j’avais été là, j’aurais défoncé ce connard moi-même. »

« Je me demande où tu as appris à parler comme ça… »

Alors que le choix de mots quelque peu grossier déconcerta Isaac, un garçon entra soudainement dans la loge sans même toquer.

« Hé ! Et moi qui pensais que tu ne prendrais même pas la peine de te déplacer personnellement. Dois-je dire que tu m’avais manqué, cher frère ? »

« Epargne moi les faux-semblants, ordure. »

L’impolitesse de Kainen surprit Reisha et Kunette. L’elfe sauta de sa chaise tandis que la fille-ours montrait avec ses crocs. Remarquant les filles, le dégout apparut brièvement dans les yeux de Kainen avant de se tourner vers Isaac.

« Est-ce là tes nouveaux anges gardiens depuis le départ de Mazelan ? »

Reisha et Kunette voulurent défendre Isaac, mais ce dernier les arrêta net.

« Ces deux-là ne sont pas très utiles comme gardiens. »

« Huh ? Sunbaenim ! »

« … Je suis inutile ? »

Isaac calma les deux filles avant de s’adresser à Keinen sans même se retourner.

« Alors pourquoi quelqu’un de si noble que toi visite-t-il une ordure comme moi ? »

Après une brève pause et un regard froid, Kainen sourit à la question d’Isaac.

« Affaire de famille. »

« Affaire de famille… Est-ce à cause de Kaizen ? »

« Non. Je suis juste venu parce que je ne cesse d’entendre un nom que j’avais oublié depuis longtemps. C’est vraiment étrange. Tu sembles complètement différent du temps où tu vivais encore au manoir. »

Les deux se regardèrent, ne cédant pas un pouce.

« Ha, si j’avais agi comme ça dans le manoir, certaines personnes ne se seraient pas contentées de faire de moi un paria. J’aurais sans doute été enterré dans « La Nuit de la Tranquillité » il y a longtemps. »

« Impossible. Tu ne mérites même pas une place dans le désert sans nom. »

La Nuit de la Tranquillité était le tombeau des membres de la famille Rondart, tandis que le désert sans nom était un cimetière public pour les criminels et les pauvres.

« Eh bien, voyons si tu es toujours capable de faire le fier après une bonne correction. »

« Je ne vous arrêterai pas, mais je vous conseille de ne pas les mêler à nos « affaires de familles ». Elles vivent dans un monde différent du nôtre. »

« Hmph ! On verra ça ! »

Reisha se leva immédiatement tandis que Kunette sortit ses griffes.

« Hmph, Si ce n’est pas maintenant ce sera plus tard. Ces non-humaines ne seront pas toujours à tes côtés. »

Kainen reparti après avoir jeté un dernier coup d’œil à Reisha et Kunette, puis cracha en quittant la loge.

« Est-il toujours aussi énervant ? »

« Je déteste cet homme. »

« Que voulez-vous que j’y fasse ? » marmonna Isaac alors que les deux filles continuaient à grogner.

Agacées par la provocation de Kainen, Reisha et Kunette décidèrent d’embêter un peu Isaac pour soulager leur colère. Afin d’échapper à leurs griffes, Isaac sacrif- leur montra sa cachette secrète de collations. Il ne fallut que quelques instants pour sa réserve soit vidée, mais Isaac considérait que c’était un petit prix à payer pour s’échapper d’elles.

« Qu’est-ce qu’on mange aujourd’hui, Sunbaenim ? »

« Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ? Je suis sûr que les étudiants de l’Université profitent d’une meilleure cafétéria que les étudiants du Campus, non ? Et comment as-tu encore faim après avoir mangé toutes mes collations ? »

« Mais je veux manger quelque chose de spécial. »

« Eh bien, je veux manger comme d’habitude. »

« Tsk, tu ne peux pas refaire ce boulgogi ? S’il te plaît ? »

« Non. »

« Aang ! Sunbaenim ! »

Alors que Reisha était aussi exigeante que d’habitude concernant sa nourriture, Kunette ne semblait pas s’en soucier tant qu’il y avait du miel dans les ingrédients. Cuisiner était devenu compliqué pour Isaac. En raison de l’assignation à résidence soudaine, il n’avait pas eu le temps de faire le plein d’ingrédients.

Incapable de résister à l’insistance énervante de Reisha, Isaac se dirigea vers la cuisine et versa de la poudre de brandin dans un pot d’eau. Le brandin était un type de grain qui était nutritif et avait une longue durée de conservation. C’était la principale source de nourriture pour les roturiers de l’empire.

Il était normalement utilisé pour la fabrication de pain ou fait en porridge. Cette fois, Isaac décida de l’utiliser pour faire un porridge accompagné de viande. Avec la bonne quantité de sel, le porridge commença à bouillir et à diffuser son odeur savoureuse.

Kunette et Reisha entrèrent dans la cuisine avant qu’Isaac ne s’en rende compte. Les voyant baver à la vue de la bouillie, Isaac commença à comprendre pourquoi elles lui avaient demandé de cuisiner pour elles. Il sortit ensuite quelques bols et divisa le pot en 3 portions égales.

« Wow ! Ça a l’air délicieux ! »

Isaac n’avait aucune idée de ce que Reisha aimait tant dans ce porridge. Kunette, elle, ne semblait pas intéressée par le plat d’Isaac.

« Tiens ! Tu devrais le trouver plus à ton goût avec un peu de miel. »

Voyant Isaac lui tendre un petit pot de miel, le sourire revint sur le visage de Kunette.

« … Merci pour le repas. »

Après avoir partagé nombre de repas ensemble, Kunette s’était attachée à Isaac. Désormais, elle n’était plus aussi réticente à l’idée de laisser Isaac la caresser. Alors qu’il pensait demander à Gonzales d’apporter plus de miel, quelqu’un frappa à la porte.

« J’ai beaucoup d’invités aujourd’hui. »

Kunette et Reisha étant ses invitées, Isaac ne pouvait pas leur demander d’ouvrir la porte, ce serait impoli après tout.

« Tu ferais mieux de laisser ma part tranquille. »

Voyant que Reisha avait déjà terminé sa part et zieutait maintenant son assiette, Isaac donna son avertissement à Reisha.

« Qui… »

Poignard ! Au moment où Isaac ouvrit la porte, le tranchant du couteau traversa la poitrine d’Isaac. Stupéfait, Isaac leva les yeux afin de voir le visage de son assaillant. C’était Kaizen, ses yeux étaient remplis de haine.

« J’ai baissé ma garde. »

-Toux ! Toux ! –

 Le couteau semblait avoir fait son chemin vers ses poumons. Il pouvait à peine respirer et crachait continuellement du sang, puis sentit une douleur atroce le transpercer.

Le visage éclaboussé de sang, Kaizen parti en courant après avoir obtenu sa vengeance.

Tout ce qu’Isaac pouvait faire était de regarder ses genoux commencer à céder et s’effondrer sur le sol.

« Sunbaenim ! »

« Isaac ! »

Il pouvait entendre les voix de Kunette et de Reisha. Tandis que sa conscience commençait à s’évanouir, Isaac murmura tout bas.

« Le porridge va refroidir… »

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

1 thought on “Isaac – Chapitre 17

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :