KissWood

Isaac – Chapitre 15

« -Soupir- Et dire que je pouvais enfin profiter d’un peu de paix et de tranquillité… »

Dans le but de montrer sa toute-puissance, la marine de l’Empire avait complètement envahi le port du Campus. Leur présence venait de compliquer les choses pour Isaac, l’exaspérant par la même occasion. Reisha, bien qu’étant la cause de la situation, descendit nonchalamment sur le quai pour observer les navires de plus près avec Kunette. Tout cela commençait à donner un mal de tête à Isaac.

« En quoi est-ce la faute de l’Université ?! »

« Entrer sur le campus sans permission est une grande offense à la loi de l’Empire, et être étudiante à l’Université ne permet pas de faire une exception ! Remets moi l’élève immédiatement ! »

« N’est-ce pas la faute de la Marine si une ligne de défense négligée a été infiltrée ? »

De l’autre côté du quai, Mazelan se disputait avec un vieil homme à l’air agressif contrastant avec le prestige de l’uniforme qu’il portait. Il était l’amiral de la 7e flotte de l’Empire créée avec pour seul objectif de défendre les environs de l’île de Gabelin. Derrière lui se cachaient un petit groupe de marins – c’étaient les capitaines qui servaient sous ses ordres.

« Comment pourrions-nous repérer une seule personne sur l’étendue la mer alors que repérer un navire est déjà assez difficile ! »

« Oh, c’est donc ça? Puis-je rapporter vos dires exacts aux forces spéciales de l’Empire ? La marine domine les vagues mais n’est pas capable de repérer une seule personne ? »

« Comment oses-tu me contredire ! De quelle promotion fais-tu partis ?! On se reverra quand tu sortiras de l’Université ! »

« Je suis désolé, mais je suis inscrit dans la logistique et je n’ai aucune intention de rejoindre la marine. Devrais-je alors vous faire découvrir les conséquences de provoquer quelqu’un du département se chargeant de la logistique et ravitaillement ? »

« Wow! Tu avais l’habitude de me suivre en m’appelant oncle quand tu étais petit et maintenant tu mords la main qui t’a nourri ? »

« Jouez-vous la carte de la famille maintenant? Remettre une étudiante de l’Université est absurde, sans parler du fait qu’elle est une elfe. Une elfe ! Êtes-vous prêt à justifier vos actions auprès des sages de la réserve elfique ? Réfléchissez sérieusement aux conséquences de vos actes. Que se passerait-il si la fille aînée de la famille Brume venait à être arrêtée pour être entrée sur le campus « sans autorisation » ? L’arrêter les offensera déjà, alors la punir selon les lois marines risque grandement de dégrader nos relations avec les elfes. Je comprends le fait que le marine ait besoin de faire preuve d’autorité, mais si vous avez tant besoin de faire exemple, prenez-vous en a quelqu’un d’autre. »

« Kuk ! »

« Je vous en prie mon oncle, contentez-vous d’un avertissement pour cette fois. »

L’amiral se laissa finalement convaincre Mazelan et prit le large sur son navire. Sur le chemin du retour, il s’assura qu’à l’avenir, chaque capitaine se souvienne de leur erreur à chaque fois qu’ils voudront s’assoir. Mazelan s’approcha d’Isaac, épuisé, et tenta de se réconforter en se plaignant envers lui.

« J’ai vraiment du mal avec ma thèse en ce moment. S’il te plaît, essaye de ne pas faire de vagues. »

« Je crois que tu t’adresses à la mauvaise personne. Pourquoi ne pas leur en toucher un mot ? »

Mazelan soupira profondément en apercevant Reisha. Au moment où la flotte quitta le quai, Reisha traina immédiatement Kunette vers le bord des quais pour pêcher quelques poissons.

« À ton avis, quels sont les caractéristiques qui permettent aux elfes de se démarquer ? »

« Le tir à l’arc et le lien qui les unit à la nature ? »

« Exacte. Et sais-tu quel cours suivra Reisha à l’université ? Combat au corps à corps. »

« Tu me fais une blague, pas vrai ? »

« Non. Récemment, un noble avait reçu une invitation lui permettant de visiter la réserve elfique. Cependant, l’un des chevaliers qui était chargé de l’escorter commença à harceler Reisha, alors elle l’a défié en duel. On dit qu’il s’est fait battre tellement fort qu’il n’ose plus montrer son visage. En soit, ses actions était justifiée et si elle s’était contentée de le vaincre, l’incident en serait resté là ; cependant, mêmes les enfants de la Réserve furent effrayés de la violence qu’elle démontra. Apparemment, ces derniers souffrent de crises d’angoisse depuis qu’ils ont vu Reisha quasiment battre quelqu’un a mort tout en souriant. D’une certaine façon, son propre peuple l’a temporairement bannie. »

« Eh bien, sacré caractère. »

« Tu comprends maintenant ? Si possible, je préférerais éviter d’avoir affaire à elle si je veux pouvoir me consacrer à ma thèse en toute tranquillité. »

« Je commence à penser que ta thèse n’est qu’une excuse et que tu cherches à me refiler le problème. »

« Heu … »

« Bon, qu’en est-il de Kunette ? »

« Kunette est… »

Mazelan regarda rapidement autour de lui et se mit à parler à voix basse à Isaac.

« Ce n’est pas confirmé, mais il y a une rumeur selon laquelle Kunette peut voir « l’âme » des gens. »

« Qu’entends-tu par là ? »

Voyant la confusion d’Isaac, Mazelan ne put qu’hocher de la tête. Lui non plus n’en savait pas plus que ça.

« Je ne sais que ce que disent les rumeurs. Apparemment, il lui suffit d’un regard pour que la vraie nature d’une personne lui soit révélée sous la forme d’une représentation symbolique. »

« Alors ça, c’est hors du commun pour le coup. »

« Le problème est que c’est une capacité troublante même aux yeux des membres de son propre clan. Sa tribu n’a jamais eu d’individu comme celui-ci malgré leur longue histoire, alors le mot court qu’ils l’ont exilée à l’université parce qu’ils trouvaient son existence dérangeante. »

« Je suppose que ce genre de capacité est destinée à déranger. »

« C’est pourquoi, s’il te plaît, fais-moi une faveur et occupe-les jusqu’à la fin des vacances. »

« Attends, tu me refourgues vraiment le problème ? Je te pensais plus responsable ! »

« Quoi ! Mais non ! Regarde, je suis prêt à te supplier. Et puis si tu fais ça pour moi, je te serai redevable. Tiens-les simplement occupées jusqu’au jour de l’inscription. C’est tout ce que je demande, s’il te plaît. »

Sans même le laisser répondre, Mazelan se précipita de rentrer à l’université. Au moment où il disparut, Reisha et Kunette approchèrent Isaac.

« Sunbaenim, regardez ! »

Reisha tenait fièrement un poisson de la taille de son bras et le donna à Isaac.

– Encore un autre poisson que je ne n’avais jamais vu – pensa Isaac

« Cela semble idéal pour les sashimis. »

« Sashimi? Qu’est-ce que c’est ? Est-ce que c’est de la nourriture ? »

Isaac ramena le poisson à la cuisine. Après qu’il ait fini de le préparer, Reisha découvrit un tout nouveau monde.

« Sunbaenim, allons à la pêche ! »

« Sunbaenim, fais-moi encore plus de sashimi ! »

« Sunbaenim, fais-moi un ragoût de poisson épicé ! »

Isaac était au bord de la dépression. Ces derniers temps, Isaac fut contraint d’accepter toutes les demandes de Reisha et Kunette. Le fait que Reisha utilisait ses charmes à chaque fois le motivait au début. Cependant, au bout d’un moment, s’en étant lassé, être constamment demandé était devenu exténuant. Son seul espoir était le jour d’inscription.

Ce jour-là, le rêve d’Isaac se réalisait. Tout comme pour le début des vacances, l’empire s’était chargé d’organiser le ramassage des élèves, et le quai, qui était jusqu’à présent vide, était aujourd’hui rempli de vie.

Avant qu’Isaac n’établisse son entreprise, les étudiants avaient pour habitude de se diriger directement vers le campus après avoir quitté le navire. Mais les choses avaient changé radicalement. Ils déposaient dorénavant tous leurs bagages dans un entrepôt situé à Gabelin et paieraient une redevance à Isaac. Isaac utilisait alors Gonzales pour déplacer les marchandises de Gabelin et les garder en sécurité dans le quai du Campus jusqu’à ce que l’étudiant qui a caché ses marchandises demande leur retour.

Ce qui était censé être une activité secondaire devint rapidement si rentable qu’Isaac décida de faire de son utilisation des entrepôts achetés par Gonzales son activité principale. Les frais de location qu’ils en percevaient étaient maintenant sa source de revenus la plus importante.

Jusqu’à présent, les élèves ne venaient au port que pour récupérer leurs bagages des entrepôts d’Isaac. Cependant l’arrivé de Reisha et Kunette étaient deux raisons de sortir de l’enceinte du campus.

-Rugissement-

« Kyaa ! Si mignonne ! »

« Ah! Je veux la prendre dans mes bras ! »

La popularité de Kunette parmi les filles ne pouvait pas être plus grande. Cependant, elle se montrait extrêmement hostile, montrant ses crocs et ses griffes à quiconque s’approchait d’elle de trop près. À cause de cela, personne n’osait l’approcher. Malgré ça, le simple fait de la voir jeter des coups d’yeux à chaque étudiant, comme inquiète que l’un d’eux tente de l’embrasser, était si adorable que toute forme de conversation était rendue impossible par les cris des étudiantes.

De leur côté, les étudiants masculins étaient totalement captivés par la beauté de Reisha. Elle était assise sur le toit de la loge, portait une jupe courte mettant en valeur ses cuisses bronzées. Instinctivement, tous les étudiants masculins se mirent à regarder ses jambes. Reisha semblait ignorante de leurs regards et était de toute façon trop occupée à regarder les vagues d’étudiants entrer en masse dans le port.

Les premiers étudiants arrivés passèrent finalement le portail du campus alors que de plus en plus d’élèves entraient dans le port. À chaque fois que les étudiants d’un navire débarquaient, tous seront irrémédiablement figés par la beauté de ces deux ‘non humaines’ et essayeraient de rester dans le port le plus longtemps possible avant de se résigner à donner leur place à la prochaine vague d’étudiants.

Au même moment, Mazelan se rapprocha d’Isaac tout en observant les arrivants.

« Merci d’avoir accepté de t’occuper de Reisha et Kunette. Sans toi, finir ma thèse aurait été incroyablement difficile. Je n’oublierai jamais ça. »

« … tant mieux »

« Kuuk ! Ceci dit, je la mangerais toute entière si je pouvais. »

« Tu veux manger quoi, Sunbaenim? »

Reisha s’approcha rapidement de lui dès qu’elle entendit le mot manger. Surpris et embarrassé, Mazelan recula lentement.

« Ahaha. Ce n’est rien. Pourquoi ne vous préparez-vous pas à aller à l’université maintenant ? »

« Hmm ? »

Remarquant que Mazelan voulait changer le sujet de conversation, Reisha ne posa pas plus de question. Comme si de rien n’était, elle se leva, et traina Kunette pour faire le tour du l’université désormais pleine de vie. La voyant partir, Mazelan soupira de soulagement et se dirigea vers Isaac. Il triait les documents listant les marchandises qu’il devrait entreposer.

« Honnêtement, tu as fait un travail extraordinaire jusqu’à présent. »

Entendre Mazelan le complimenter rappela à Isaac tous les problèmes que lui avait causé ce duo.

-Soupir-

Kunette n’était pas vraiment un problème, mais Reisha était une boule d’énergie, incapable de rester assise.

« Ce ne sont plus mes affaires maintenant. »

« Ha ! Il semble que finir ta thèse et obtenir ton diplôme t’a rendu irresponsable non ? »

« Huhuhu. Si Reisha était arrivée ne serait-ce qu’un an plus tôt, je n’aurais jamais obtenu mon diplôme. »

À l’université, chaque école possédait un symbole distinctif. Pour l’armée, c’était une épée et un bouclier ; pour la magie, c’était une main avec une spirale représentant le mana ; pour la marine, c’était un mât dans un cercle représentant l’océan ; et pour Mazelan, qui s’occupait des approvisionnements et de la gestion, c’était un chariot.

Pour Mazelan, il y avait 8 étoiles au-dessus du symbole du chariot, montrant qu’il avait obtenu son diplôme de maîtrise en gestion de l’offre en 8 ans.

Étant donné qu’il faut en moyenne 10 à 13 ans pour obtenir son diplôme, être diplômé en seulement 8 ans signifiait qu’il était l’une des personnes les plus talentueuses de l’histoire de l’Université. Des rumeurs s’étaient déjà répandues selon lesquelles il était candidat au poste de futur Directeur Logistique de l’Empire.

« Qu’est-ce que tu comptes faire maintenant, Ô, brillant diplômé ? »

« Je vais faire une pause puis candidater pour un poste au département de l’approvisionnement de la capitale. »

« Tu n’as pas peur d’être refusé ? Ne recherchent-ils pas des gens avec de l’expérience ? Ceux ayant d’abord géré des villes rurales par exemple ? »

« Huhuhu, c’est pourquoi j’ai sué du sang et des larmes pour sortir de l’université avec seulement 8 étoiles. Il existe en fait une règle indiquant que toute personne obtenant son diplôme en maximum 8 ans a le droit de postuler directement à la capitale. »

« Ha, alors comme ça ils ont dû faire cette règle pour se débarrasser des moins bons. »

Le Département Logistique contrôlait le flux de toutes les marchandises au sein de l’Empire. Ils avaient le pouvoir de faire mourir de faim un village ou le noyer sous les provisions.

Le Département Logistique détenait un grand pouvoir sur la scène politique. Ils comptaient plus de 100 000 employés et chaque employé était très fier de son poste. En règle générale, toute personne talentueuse chercherait à obtenir un poste au Département Logistique.

« Eh bien, je suppose que je compterai sur toi une fois que je serai diplômé. J’espère que tu n’oublieras pas ce que tu me dois. »

« Hahaha, ne t’inquiète pas pour ça. Comprends-tu enfin à quel je suis impressionnant ? »

« Pas vraiment. »

Mazelan ne pouvait que regarder Isaac répondre froidement. Il était bien conscient de la personnalité d’Isaac après l’avoir connu si longtemps. Il pouvait ignorer complètement les choses les plus horribles tant que cela ne venait pas lui causer de problème.

« Tsk ! Je suis très recherché dans le monde tu sais. Un seul mot de ma part et tu te retrouverais à gérer un village complètement isolé… Merde, c’est justement ce que tu veux. Bon sang ! »

Alors qu’Isaac taquinait Mazelan, le navire que Mazelan attendait arriva enfin.

« Oh ! Le voilà. »

« Je suppose que les étudiants de l’Université reçoivent un traitement spécial. »

« C’est l’un des privilèges dont les diplômés de l’Université peuvent profiter. »

« Pendant que j’y pense, c’est moi ou il n’y pas eu beaucoup de diplômé cette année ? Pourquoi réserver un si grand navire pour si peu de personne ? Combien êtes-vous là ? »

« Hm? Tu n’es pas au courant ? »

« Au courant de quoi ? »

« Hé bien, disons que certains ont décidé de repousser leur date d’obtention du diplôme. »

« Pourquoi ça ? »

« Une personne très importante s’est inscrite à l’Université cette année. On raconte que tous ceux qui l’ont vu sont immédiatement tombés sous son charme. »

« C’est une non-humaine elle aussi ? »

« Non. Elle est humaine. »

« Ça doit être un génie. »

« Pas juste un génie. Elle fait partie des plus grands génies de l’histoire de l’Empire lui-même. En plus de ça, elle a un sacré nom de famille derrière elle. »

« Une famille assez prestigieuse pour que les étudiants retardent leur obtention de diplôme d’un an dans l’espoir de former des liens ? »

« Rivelia El Pendleton. Elle est la fille aînée du duc Pendleton et une épéiste de génie. Les professeurs de l’Université s’attendent à ce qu’elle obtienne son diplôme d’escrime dans environ 5 ans. Elle est la meilleure des meilleures. »

« Diplômé de l’Université en 5 ans ? »

« Et encore, c’est la prédiction la plus pessimiste. L’un des professeurs de maîtrise de l’épée est l’un des 7 maîtres de l’épée dans l’Em… Merde ! Les détails sur les professeurs de l’Université sont classés, alors oublie ce que je viens de dire. Quoi qu’il en soit, apparemment, il s’est fixé d’en faire un maître de l’épée. Voilà à quel point elle est talentueuse. »

« Alors, c’est une épéiste de génie avec la beauté d’une déesse et qui se trouve être la fille de l’un des trois ducs de l’Empire ? »

« Voilà. »

« Hm, alors c’est une protagoniste. Je comprends mieux pourquoi tant de personnes cherche à former des liens avec elles. »

« Elle est quoi ? »

« Ah, tu ne savais pas ? Tu n’as jamais entendu “vous êtes le protagoniste de votre vie” ? »

« Et donc ? »

« Je veux dire, tout le monde se considère comme le personnage principal, mais en grandissant ils viennent à comprendre que le monde est bien plus grand que ce qu’ils pensaient. Il y a les protagonistes, personnages secondaires, figurants, villageois 1 et 2, arbre 1 et rocher 1. »

« Mais encore ? »

« Ce monde est si injuste que nos vies sont déterminées par la quantité de talent qui nous est donnée à notre naissance. Et ce talent est quasiment inexistant pour certains tandis que d’autres en regorgent. Les imbéciles sans talent ne pourront jamais rattraper ceux qui regorgent de talent, peu importe ce qu’ils essaient. »

« Et grâce à leur talent, leurs rôles sont décidés dans la scène appelée le monde ? »

« Tu n’es pas d’accord ? »

« J’ai l’impression que tu considères le travail acharné comme vain. »

Isaac ria en voyant le regard irrité de Mazelan.

« Wow, une réponse si innocente de la part de quelqu’un qui vient de terminer ses études à l’université. »

Mazelan ne pouvait rien dire en retour. Le Campus et l’Université sont des établissements où le talent est tout, le simple fait d’être nécessite un certain talent.

« Ceci dit, je ne voulais pas insulter les efforts des travailleurs acharnés. Ils compensent grâce à leur détermination. D’ailleurs, cette détermination, cette capacité à persévérer malgré les difficultés, c’est aussi une forme de talent. »

« Ugh, c’est bon, je vois où tu veux en venir. Pourquoi est-ce que tu parles comme un vieux gars qui a tout vu ? »

« Disons simplement que j’ai été confronté à la froide réalité du monde un peu plus jeune que les autres. »

Mazelan secoua la tête. Ses conversations avec Isaac se terminaient toujours de cette façon. Cette attitude pessimiste était suffisante pour se demander quelle était sa raison de vivre s’il croyait en tout cela dur comme fer. La partie la plus dérangeante était que sa vision des choses semblait crédible et donc contagieuse. Il y a eu de nombreuses fois où Mazelan coupa court à une conversation de peur de finir comme Isaac s’il l’écoutait un peu plus longtemps.

-Sifflement-

« Comme attendu d’une protagoniste, j’ai l’impression qu’il y a une aura autour d’elle. »

Isaac exprima son impression en regardant une fille sortir du navire avec un groupe d’hommes derrière elle. C’était en effet une belle fille. Son expression semblait froide, mais cela ne la rendait que plus majestueuse. La lumière du soleil reflétait ses longs cheveux argentés qui descendaient jusqu’à sa taille, une aura froide mais digne semblait émaner d’elle.

Leurs yeux se rencontrèrent pendant un bref instant lorsque Rivelia passa devant Isaac. Parmi les nombreux hommes qui suivaient Rivelia comme des bébés canetons, il y avait un visage familier.

Isaac réfléchit à ce qu’il fallait faire et décida de lui faire un signe. C’était son frère après tout. Quand leurs yeux se rencontrèrent, Isaac lui fit un signe de la main, mais le visage de Kainen s’effondra et il se détourna violemment comme s’il avait vu quelque chose qu’il n’aurait pas dû. Isaac haussa simplement les épaules à sa réaction.

« Tu ne ressens rien après avoir vu Rivelia ? »

« Elle est jolie, c’est sûr. Je l’aurais peut-être reluquée si je n’étais pas si habitué aux belles filles grâce à Reisha. »

« Tu n’as pas l’air très sérieux. »

« Je suis la devise ‘contentez-vous d’admirer ce que vous ne pouvez pas avoir’. »

« Tu es vraiment bizarre. »

« Je pourrais te dire la même chose. Tu ne semblais pas non plus intéressé par elle. »

Mazelan parut surpris de ce qu’Isaac avait dit, puis se mit à rire.

« Hm ? Te connaissant tu n’as pas dû faire le lien entre mon nom et la famille à qui j’appartiens. »

« Hein ? Ne me dis pas que tu es le frère de ‘Dame’ Rivelia ou quelque chose comme ça. »

« Non, pas son frère mais son cousin. Je suppose que je peux te le dire maintenant que je suis diplômé. Mon nom officiel est Marvelia Zelion Lankast Hugh Gabelin. Mon père est le plus jeune frère du précédent empereur et ma mère est la sœur de l’actuel duc Pendleton. »

«…»

Isaac ne pouvait que regarder Mazelan. Cela signifiait qu’il était de sang royal. Satisfait par la réaction d’Isaac, un sourire radieux apparut sur le visage de Mazelan, jusqu’à ce qu’Isaac lui saisisse soudain les mains.

« Je compte sur toi, Hyoungnim. »

Note : «Hyungnim» est la manière formelle de dire frère aîné d’une manière respectueuse. L’équivalent d’Aniki en japonais. À titre de référence, les deux autres formes de référence respectives mentionnées ont été Sunbaenim (classes supérieures, personnes âgées, personnes respectées) et Hubaenim / Hubae (sous-classes, juniors, jeunes respectés).

« Je pensais que tu n’étais pas intéressé par une carrière réussie ? »

« C’est toujours agréable d’avoir une aide solide en ces temps difficiles. »

« C’est différent de ce que tu as dit auparavant. »

« C’est toujours utile de savoir que l’on peut compter sur quelqu’un d’important. »

Mazelan avait l’impression d’avoir commis une erreur en révélant son identité à Isaac. Ce dernier montrait déjà un sourire sinistre.


Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

1 thought on “Isaac – Chapitre 15

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :