KissWood

The Novel’s Extra – Chapitre 133

Chapitre 133 : À la croisée des chemins (4)



Une ville pauvre à flanc de colline, située à la périphérie du nord de la province de Hamgyeong.
C’est dans cet endroit délabré que se trouvait un bureau à l’enseigne lumineuse à moitié cassée.

[Bureau de Yoo Jinhyuk]

Bien qu’il y ait un bureau portant le nom de Yoo Jinhyuk, seuls des magasins et des commerces ordinaires l’entouraient. D’après son emplacement, personne n’aurait pu croire que ce bureau était le domicile d’un si puissant utilisateur de capacités.
En vérité, cet endroit était à l’origine un terrain vague ne contenant rien d’autre que le bureau de Yoo Jinhyuk.
Comme Yoo Jinhyuk était contacté par ses clients via le Banquet Violet, l’emplacement de son bureau n’avait aucune importance. Cette ville à flanc de colline n’existait même pas avant son arrivée.

En d’autres termes, l’arrivée de Yoo Jinhyuk a marqué la création de cette ville.
Les monstres que Yoo Jinhyuk a chassés pour fonder ce bureau, les monstres que Yoo Jinhyuk a tués pour pouvoir dormir paisiblement la nuit, et les monstres que Yoo Jinhyuk a traqués pour gagner de l’argent.
Son égoïsme a transformé la zone située dans un rayon d’1 km autour de son bureau en un espace habitable. Par conséquent, des personnes pauvres et ignorantes ont afflué vers cet endroit.

Au début, Yoo Jinhyuk était plutôt indifférent. Il ne se souciait pas de savoir qui venait vivre à côté de lui, et il ne croyait pas non plus qu’il avait quoi que ce soit à voir avec eux. Même lorsque des monstres ont envahi la ville alors qu’il était absent, tuant les habitants et détruisant les champs agricoles, il a estimé que c’était quelque chose dont ils devaient s’occuper eux-mêmes.

Mais 3 ans, 5 ans, 7 ans, 10 ans, puis 12 ans ont passé…
Ce qui avait commencé comme un petit village a fini par former une petite ville. En observant le temps s’écouler et en voyant les visages familiers donner naissance à de nouvelles vies, Yoo Jinhyuk ne pouvait plus nier qu’il était désormais lié à la ville.

C’est pourquoi il ne s’est pas enfui quand Chae Joochul a fait appel à lui.
Yoo Jinhyuk, l’enquêteur.
Avant qu’il ne l’ait réalisé, il était devenu le patriarche d’une ville.

Wiing —

Son casque a vibré, signalant qu’il était à court de puissance magique.
Il a enlevé son casque et s’est levé du canapé sur lequel il était assis.

« Qu’as-tu découvert ? » lui a demandé sa secrétaire.

Yoo Jinhyuk s’est placé derrière elle sans faire de bruit.
Sur l’écran de l’ordinateur de la secrétaire était affichée l’image d’un grand tatouage.
Trois stries, deux formant une croix et une troisième en forme de croissant de lune au-dessus de la croix.

« …. »

Yoo Jinhyuk regardait attentivement le tatouage.
Bien qu’il ait localisé le lieu du meurtre, c’était la seule chose qu’il ait pu trouver en raison de la densité de puissance magique dans la zone. Lorsque la barrière entourant la zone a explosé en même temps qu’une tempête d’énergie démoniaque, Yoo Jinhyuk a brusquement ouvert les yeux, totalement préparé à souffrir d’une carence en puissance magique. C’est alors qu’il l’a vu, un tatouage étincelant qui brillait sur l’avant-bras de quelqu’un.

« … Est-ce que c’est Jésus ? »
« Tu es fou ? »
« Je veux dire par là qu’il y a déjà eu un monstre suspecté d’être Fenrir, et on a même vu un cyclope. Pourquoi ne pourrait-il pas s’agir de Jésus ? »

La secrétaire râla après avoir entendu les propos sans fondement de Yoo Jinhyuk.

« Arrête de faire l’idiot et dis-moi simplement ce que tu as vu. C’est important. »
« … J’ai découvert quelque chose, mais ce n’est pas lié au coupable. »

Yoo Jinhyuk n’a pas pu identifier le coupable à partir de son tatouage. Puisqu’il n’avait rien pu trouver sur le coupable, il avait décidé de suivre la victime. Il pensait pouvoir découvrir le motif du meurtre en faisant cela.
Cependant, même après avoir exploré le passé pendant près de deux semaines, il n’avait trouvé aucun indice menant au coupable autre que le tatouage ; mais aujourd’hui, il avait découvert une vérité encore plus choquante.

« Qu’est-ce que c’est ? »
« Chae Jinyoon… est devenu un Djinn. »
« … Hein ? »

Le visage de la secrétaire s’est figé.

« Non, je ne devrais pas dire Djinn. Le médecin légiste a dit que ce qu’il est devenu était supérieur à un Djinn. Donc… un Diable, je suppose ? »
« Un Diable ? »
« Je ne suis pas sûr. Mais Chae Shinhyuk voulait cacher ce fait, et le médecin légiste semblait avoir accepté sa demande. »

Toutefois, il semblerait que le médecin légiste n’ait pas pu abandonner sa conscience professionnelle et son sens du devoir, car il n’a pas incinéré le vrai cadavre et l’a conservé dans son sous-sol. Le corps qui avait été incinéré était un faux qui avait été fabriqué pour ressembler au vrai corps.

« Alors… qu’en est-il du coupable ? »
« Je ne peux rien faire de plus. Il ne reste plus beaucoup de temps, et trouver le coupable est en dehors de mes capacités. C’est impossible. Mais ce tatouage… »

Toc, toc. Yoo Jinhyuk tapotait l’écran de l’ordinateur avec son doigt.
Même s’il n’était pas spécial au point d’être unique au monde, ce n’était pas non plus un tatouage tout à fait commun.

« Dis à Chae Joochul que c’est la seule preuve. Quant à l’information que nous avons trouvée à propos de Chae Jinyoon, crypte-la et garde-la archivée dans notre base de données du Banquet Violet. »
« E-Et si les gens le découvrent ? »

Chae Joochul.
Après avoir lentement perdu ses émotions à cause d’un effet secondaire de son Don, il est devenu un sociopathe qui ne ressemblait en rien à celui qu’il était auparavant.
Ce vieil homme était si effrayant qu’il terrifiait même la secrétaire, au caractère pourtant pondéré, de Yoo Jinhyuk.

« C’est exactement pour ça que nous devons garder cela archivé. Même ce vieil homme ne peut pas toucher au Banquet Violet. De plus, tu ne crois pas que nous devrions garder la seule carte que nous avons contre lui ? »
« … Tu veux essayer te défendre contre lui ? » a demandé la secrétaire d’une voix tremblante.
« Non, je ne dirais pas que ce soit pour me défendre. »

En Corée, il n’y avait que peu de personnes qui pouvaient se battre contre Chae Joochul. Seuls un membre des Neuf Étoiles ou Shin Myungchul, mort il y a cinq ans, en seraient capables.

« Si je suis tué, ce sera à toi de le divulguer au monde entier. Tu te vengeras pour moi, n’est-ce pas ? »

Yoo Jinhyuk a souri et a regardé par la fenêtre.
Le paysage était désuet, il avait l’impression de regarder Séoul en l’an 2000.
Il se demandait quand cette ville allait rattraper l’ère moderne.

« Je… veux continuer à vivre. Tu vois, il y a encore beaucoup de choses que je veux faire et voir — aah ! »

PANG !

À ce moment-là, un ballon de football a brutalement frappé la fenêtre du bureau.

« … Haha. »

Yoo Jinhyuk a ri, puis a ouvert la fenêtre.

« Hé, les petits morveux ! Je vous ai fait un terrain de jeu, alors pourquoi vous jouez au foot ici !? »
« Hein ? Oh, on a été chassé par les plus grands. »
« … Ce n’est pas mon problème ! Ne jouez pas au foot ici ! »

BAAM. Yoo Jinhyuk a refermé la fenêtre en la claquant.
Mais à cet instant, une idée lui est venue en tête.
Il pouvait pratiquement entendre une impulsion électrique palpiter dans ses synapses.

« Des gamins… des enfants… un enfant… »

Quelqu’un qui n’en voulait pas à Chae Jinyoon, mais qui en voulait à Chae Joochul.
Il y avait une telle personne.
Sa nièce, Yoo Yeonha, lui avait une fois demandé d’enquêter sur les antécédents de…

« … Non, impossible. »

Il a ri et a secoué la tête. Ce garçon n’avait pas la capacité de lancer une barrière aussi puissante. Si cela avait été le cas, il aurait attaqué Chae Joochul directement. Après tout, un sociopathe comme Chae Joochul, ne serait aucunement affecté par la mort de son petit-fils.

« Ah oui, Chef. »

La secrétaire a soudainement pris la parole, comme si elle venait de se souvenir de quelque chose.

« Le Gangwonland nous a contactés. Le système anti-monstres est apparemment terminé. »
« Oh ? Super, dis-leur que je serai là pour le récupérer. »
« Et voilà encore notre argent qui repart… »
« Nous devons le payer d’une manière ou d’une autre. »

Yoo Jinhyuk a poussé un profond soupir et a regardé par la fenêtre une fois de plus.
Il devait cacher à Chae Joochul à quel point il était attaché à cette ville, quoi qu’il arrive.


Dernier entraînement du vendredi après-midi.

[Tactiques contre les Armées de Monstres]

C’était l’une des classes pour lesquelles j’avais postulé. Il n’y avait pas de raison particulière à cela. J’ai juste pensé que ça me conviendrait.

« Rachel-ssi, tu veux faire équipe avec moi aujourd’hui aussi ? »

Sur les quarante cadets réunis dans le parc, Rachel était la seule cadette que je connaissais.
Elle m’a fait un grand sourire et a hoché la tête.

« Oui, volontiers. »

C’est ainsi que Rachel et moi nous sommes associés, ce qui m’a valu des regards envieux de la part des autres cadets masculins.
L’instructeur en charge de la formation s’est mis à crier.

« Très bien, tenez la main de votre partenaire et rassemblez-vous devant la grotte ! »

Le fait qu’il nous dise de nous tenir la main était sans aucun doute une façon de parler. Toutefois, le regard de Rachel faisait des va-et-vient entre sa main et la mienne.
Voyant que je ne bougeais pas, elle a essayé de tendre sa main pour attraper la mienne, puis a hésité et a levé les yeux vers moi l’air embarrassée.

« Ah, hm… »
« On n’a pas besoin de se tenir la main. »
« … Je, je vois. »

Elle a laissé échapper une toux sèche.

« Très bien, mettez-vous en ligne ! Chaque équipe va entrer, en commençant par l’équipe numéro 1 ! »

Suivant les directives de l’instructeur, nous sommes entrés dans la grotte.
C’était peut-être parce qu’il n’y avait que quarante cadets dans la classe, mais la grotte ne semblait pas du tout bondée.

« Ah, il y a quelque chose là-bas. »

Après avoir marché un peu, nous sommes arrivés à un embranchement à dix voies. À côté de chaque voie, il y avait un panneau indiquant O ou X. Ceux qui indiquaient X étaient probablement pris par d’autres équipes.
Nous avons choisi l’une des voies ouvertes et nous sommes entrés.

Ssss —

Un vent glacial nous a secoué.

« Apparemment on est face à des squelettes. »
« Des squelettes ? »
« Oui, on dirait qu’ils sont au moins un millier. »

Clac, clac, clac.
Le son des os qui claquent.
Sssh, sssh.
Le son du vent soufflant à travers leurs os.
Une armée de guerriers morts-vivants nous attendait.

Rachel est rapidement arrivée à une conclusion.

« Deux contre mille… selon toute vraisemblance, on va être notés sur la façon dont on va gérer la situation. »
« Peut-être pas. Ce ne sont que des squelettes. Nous devrions être capables de nous occuper d’eux. »

J’ai brandi mon arme à feu d’une main et mes deux couteaux de l’autre.

« Tu utilises deux couteaux ? »
« Oui. »

C’était la première fois que j’utilisais deux couteaux avec mon arme. Utiliser les trois armes était trop difficile pour moi auparavant, mais c’était différent maintenant que j’avais Dextérité.

« Ils doivent avoir un commandant. Je vais lui exploser le crâne. »

Grâce à ma vue perçante, je pouvais clairement voir un commandant squelette assis sur un palanquin, entouré de treize magiciens squelettes. Si je m’occupais de ces quatorze-là, alors vaincre le reste devrait être un jeu d’enfant.
Rachel m’a regardé fixement, puis a souri amèrement.

« … Comme je le pensais, Hajin-ssi est toujours très confiant. »
« Ah oui ? Oh… hum, je suppose que c’est pour cela que je suis ton Maître. »
« Oh, c’est vrai. »

Rachel a rigolé comme si elle venait juste de s’en souvenir et a acquiescé.

« Alors allons-y. Par contre, attends que je fasse la première attaque. »

J’ai libéré la puissance magique du Stigma, puis j’ai infusé l’attribut lumière dans les couteaux. Ensuite, je les ai lancés dans des directions opposées.
Ma première cible était le commandant.
Mon attaque n’avait pas besoin d’être puissante. Un petit mouvement de poignet était suffisant.

Whoosh —

Après avoir quitté ma main, les deux couteaux ont dessiné un énorme arc de cercle dans la zone gauche et la zone droite de la grotte, puis ont volé vers le commandant squelette.

Clac, clac.

Comme prévu, le commandant squelette était agile. Il a levé les mains pour bloquer facilement les couteaux, mais une balle à l’attribut de lumière se dirigeait déjà vers sa tête.
Comme les trois attaques étaient simultanées, il lui était impossible de toutes les éviter.
Sa tête ayant été percée par la balle, le crâne du commandant squelette s’est fendu en deux et s’est effrité.


Après la bataille.

« Haa… haa…. »

Il semblerait que le combat contre un millier d’adversaires ait mis à mal l’endurance de Rachel, car elle était assise sur le sol, respirant difficilement. Sa tenue était débraillée, et ses cheveux étaient trempés de sueur.

« Tu es fatiguée ? »
« Oui… haa… »

Pour être honnête, je ne l’étais pas. Je ne pouvais pas être fatigué alors que je n’avais fait qu’appuyer sur la gâchette depuis l’arrière du champ de bataille.
Tout à coup, une voix a retenti dans le haut-parleur se trouvant au-dessus de nous.

« — Parfait ! Équipe Rachel et Kim Hajin, score parfait ! Reprenez votre souffle et sortez ! »

L’instructeur semblait impressionné, c’est le moins que l’on puisse dire.
Rachel était heureuse de l’entendre. Elle a écarquillé les yeux et levé les bras.

« Hourra~ »

Alors que je la regardais en souriant, j’ai remarqué ses cheveux ébouriffés.

« Ah, Rachel-ssi, est-ce que tu aurais un peigne ? »
« Hein ? N-Non, je n’en ai pas. »
« Mm… »

Je me suis quand même approché d’elle. Subitement, une envie irrépressible a surgi en moi.

« Désolé, mais tes cheveux sont trop ébouriffés… »
« Mes cheveux ? »
« Je vais les arranger pour toi. »

J’ai mis mes mains sur les cheveux de Rachel. Elle s’est immédiatement figée.

« A-Attends, p-pourquoi… ah, ça chatouille. »
« Tiens-toi tranquille juste une minute. »
« Attends, pourquoi si soudainement… »

Mes mains ont bougé d’elles-mêmes, ignorant la résistance de Rachel. Honnêtement, je ne savais pas non plus pourquoi je faisais ça.
J’ai juste suivi mon instinct. Rapidement, les cheveux de Rachel sont passés d’ébouriffés à proprement coiffés, et une partie d’entre eux étaient attachés avec un joli ruban.

« … Voilà. »

J’ai montré un miroir à Rachel.
Quand elle a vu ses cheveux, elle a écarquillé les yeux sous le choc.

« C-Comment tu as fait ? Tu n’avais même pas de peigne. »
« Je me demande la même chose. »

J’ai baissé les yeux vers mes mains.

« Peut-être que mes mains ont une touche magique. »


23h00.

Je suis allé dans un parc vide près de mon appartement. J’essayais de me concentrer afin de m’entraîner à l’utilisation de mes stries de Stigma.
Concentrer la puissance magique du Stigma pour un mouvement instantané – Sprint.
Émettre la puissance magique du Stigma sous mes pieds et sauter verticalement – Bond.
M’envelopper de la puissance magique du Stigma et me retrouver en un instant à des dizaines de mètres de distance – Téléportation.

« … Aaaahhh. »

Après avoir utilisé les trois Stries de Stigma en essayant différentes capacités de mouvement, je me suis étalé sur le sol et j’ai repris mon souffle.

Bzzzz —

À ce moment-là, j’ai reçu un appel sur ma smartwatch.
La personne qui m’appelait était Chae Nayun.
J’ai soupiré dès que j’ai vu son nom.
Est-ce que je devais décrocher ? Ou juste l’ignorer ?
L’appel s’est terminé alors que j’hésitais, mais elle m’a immédiatement rappelé.

Bzzzz —

J’ai calmement regardé la smartwatch qui vibrait à mon poignet.
Sans vraiment avoir le choix, j’ai fermé les yeux et j’ai décroché.

« Allô ? »
« — Hé, où es-tu ? »

C’est la première chose qu’elle a demandé.

« Je suis chez moi. Pourquoi ? »
« — … J’ai entendu dire que tu faisais la navette. »
« Ouais, tu viens seulement de l’apprendre ? »
« — Quoi ?! C’est parce que tu ne me l’as jamais dit ! Tu veux mourir ? »

Chae Nayun a laissé éclater sa colère, puis s’est tue.

« — Tu aurais dû me le dire plus tôt. »

Sa voix laissait transparaître sa déception.

« Quelle différence ça ferait ? »
«  — Je pourrais venir vivre juste à côté. »
« … Quelqu’un vit déjà là. »
« — Ça peut être résolu avec de l’argent. »
« …. »
« — Je suis riche, tu sais. »

Le rire serein de Chae Nayun a résonné dans mes oreilles.

« — Tu as oublié ? Tant que tu seras avec moi, tu n’auras pas à te soucier de l’argent. »

J’ai laissé échapper un long soupir et j’ai regardé le ciel.
Le ciel de Séoul n’était pas différent des autres nuits. Une obscurité étouffante, qui me faisait suffoquer et trembler.

« — … Dis quelque chose. »
« Je suis juste fatigué. Je peux raccrocher ? »

Chae Nayun a répondu précipitamment.

« — N-Non, attends, ne raccroche pas. »

Elle a continué avec une voix frêle et tremblotante.

« — Hum… pas avant de m’être endormie. »
« — C-Ce n’est pas comme si j’avais du mal à dormir. C’est juste que, hum, ma chambre est un peu trop grande. »

C’était une excuse digne de Chae Nayun. J’ai baissé les yeux en silence. Il y avait un affreux rocher sur le sol.

« — Juste, juste encore un petit peu… »

Je savais que je ne devais pas céder et accepter, à cause de la culpabilité et de la sympathie que je ressentais envers elle. Je savais très bien que cela ne ferait que conduire à un cercle vicieux.
Malgré tout, la raison pour laquelle je ne pouvais pas raccrocher… devait être due à ma mauvaise conscience.

« — Je veux entendre ta voix. »

Une solitude effrayante s’est emparée de mon corps. J’ai eu la chair de poule et mes genoux se sont mis à trembler.
J’ai regardé le ciel avec des yeux tristes.
L’obscurité semblait être en train de me dévorer.
Là-haut, il n’y avait ni étoiles, ni lumière, ni lune.

« — Hé, pour ta gouverne, tu serais vrai~ment un mauvais garçon si tu raccrochais après que j’aie dit tout ça. »

La prétendue bonne humeur de Chae Nayun n’a pas réussi à m’atteindre.
J’ai répondu calmement.

« Je ne raccrocherai pas. »
« — … Alors réponds plus vite. Tu me mets dans l’embarras pour rien. »
« Tu n’as qu’à parler. Je vais au moins t’écouter. »
« — Parler de quoi ? »
« … Tu as reçu un coup sur la tête ? »
« — Non, hahaha. »

Chae Nayun a ri. Puis, elle a commencé à parler de sa journée.
Ce qu’elle a mangé, ce qui s’est passé en classe, etc.
Mais finalement, elle a mentionné quelque chose que je ne m’attendais pas à entendre.

« — Ah oui, l’oncle de Yeonha m’a dit quelque chose à propos du meurtre… »
« … Du meurtre ? »

Yoo Jinhyuk. Bien que son nom me rende nerveux, j’avais un certain degré de certitude à ce sujet. Même son pouvoir devait avoir des restrictions.

« — … Non, ce n’est rien. Je ne veux pas parler de ce genre de choses avec toi. »
« Quoi, pourquoi ? Dis-le moi. »
« — Non, je n’en ai pas envie. Je veux seulement parler de choses agréables avec toi. »

Quand j’ai entendu le rire timide de Chae Nayun, je n’ai pas osé lui en demander plus.

« — Oh, je crois que je commence à avoir sommeil maintenant. On dirait que les somnifères que j’ai pris fonctionnent. »
« … N’en prends pas trop. »
« — Quoi, tu t’inquiètes pour moi ? »
« … Oh je t’en prie. »

J’ai pris la bouteille d’eau que j’avais apportée. Quand j’ai essayé d’en prendre une gorgée…

« — Hajin ! »
« …. ! »

L’attaque soudaine de Chae Nayun m’a tellement surpris que j’en ai presque avalé de l’eau par le nez.
Alors que je toussais, Chae Nayun continuait à marmonner en baillant.

« — Bonne nuit. »
« Ah, euh, ouais, bonne nuit. Je vais me coucher aussi. »
« — Hé. »

Quoi encore ?
Contredisant ce qu’elle venait tout juste de dire, elle a continué.
J’ai tendu l’oreille.

« — Je veux te voir. »

Ces mots, qui semblaient sortir de nulle part, m’ont laissé sans voix.

« — Ah, attends, ne fais pas attention. Je ne dois pas avoir les idées claires à cause des somnifères. Je raccroche ! Désolée — ! »

Alors que je cherchais quoi lui répondre, Chae Nayun a rapidement raccroché la première. Je pouvais imaginer comment elle se sentait de son côté.

« … Pourquoi est-ce que mon visage est en train de rougir ? »

Alors que je sentais la température de mes joues grimper, j’ai vu une silhouette familière s’approcher.

« Boss ? »
« Hum ? »

Comme je le pensais, c’était bien Boss.
La semaine dernière, elle avait l’air de dire qu’elle n’allait pas se montrer avant le 1er juin ; mais elle semblait apprécier Séoul, car c’était la troisième fois que je tombais sur elle.

« Kim Hajin ? »
« Nous nous croisons assez souvent. »

Boss tenait un sac de glace Baskin-Robbins*.
Dedans il n’y avait pas juste un pot, mais un énorme seau.
(*C’est la plus grande chaîne de franchise de crème glacée dans le monde, même si pour l’instant il n’y en a pas en France.)

« Ça tombe bien, j’avais envie de te voir. »

Boss s’est dirigée vers moi.

« … Quoi, pourquoi ? C’est un autre test — ? »
« Ça a augmenté. »

Elle m’a lancé un regard furieux.

« Augmenté ? »

Puis, elle s’est étonnamment mise à hurler.

« Les actions ! Elles ont augmenté de 2% par rapport au moment où je les ai vendues ! »
« … Oh, tu as vraiment tout vendu ? »

J’ai parlé sans réfléchir. Même si j’étais persuadé qu’elles allaient bientôt chuter, rien n’était finalisé pour le moment concernant la campagne de la Tour. Il était tout à fait normal que le prix de leurs actions fluctue.

« … Qu’est-ce que tu as dit ? »

Cependant, la lueur présente dans les yeux de Boss laissait transparaître une véritable intention meurtrière.




Chapitre Précédent | Chapitre Suivant 

1 thought on “The Novel’s Extra – Chapitre 133

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :