The Novel’s Extra – Chapitre 134

Chapitre 134 : Adieux (1)



« Ahh, Nayun, espèce d’idiote… »

Chae Nayun se maudissait en se frappant la tête. À cause des mots qu’elle venait négligemment de marmonner, la somnolence qu’elle ressentait avait complètement disparu.

« Ooooh… ah, une minute. »

Alors qu’elle tournait en rond dans la pièce en raison de son embarras, elle s’est soudainement souvenue d’une chose qu’elle devait faire.
Elle a aussitôt passé un appel vidéo à Yoo Yeonha.

TuuutTuuut

« — Ouais, Nayun. »

Comme elle s’y attendait, Yoo Yeonha a rapidement décroché. Yoo Yeonha ne dormait généralement que trois heures par jour. Comme il n’était qu’1h00 du matin, il était peu probable qu’elle soit endormie.

« Hé, Yeonha. »
« — Pourquoi est-ce que tu m’appelles… et pourquoi ton visage est-il si rouge ? »

Yoo Yeonha a penché sa tête sur le côté en lui posant cette question. Le visage de Chae Nayun était rouge à ce point-là.

« Ah, ce, ce n’est rien. »

Chae Nayun s’est éventée de façon frénétique.
Elle a ensuite repoussé nonchalamment ses cheveux en arrière, puis a envoyé un fichier à Yoo Yeonha.

« Tiens, voilà. »

[Tatouage.jpg]
Cette preuve était un élément d’information essentiel. Yoo Yeonha a ouvert le fichier et a incliné la tête.

« — Un tatouage… ? Qu’est-ce que c’est ? »
« Une preuve. »
« — … Une preuve ? »

Chae Nayun parlait de manière très sérieuse.

« Ouais, ce tatouage était sur le bras du meurtrier. »

Yoo Yeonha a réagi en prenant un air grave.

« — Hum… »

Deux lignes formant une croix, et un demi-cercle se tenant par-dessus comme un parapluie.

Yoo Yeonha a minutieusement examiné le tatouage.

« Est-ce, est-ce que c’est utile au moins ? » a demandé Chae Nayun d’un ton peu assuré.
« — Ce n’est pas une preuve concluante, mais c’est toujours mieux que de ne rien avoir du tout. Pour commencer… »

Yoo Yeonha a commencé à taper sur son clavier comme une experte en informatique. Chae Nayun l’a regardé faire avec étonnement.

« — Je vais regarder dans les dossiers des criminels arrêtés, des bandits actifs et des Djinns. »
« M-Merci, Yeonha ! … Haaaa. »

Chae Nayun a ensuite baillé. Maintenant que la tension avait quitté son corps, la somnolence était revenue.

« — Tu as sommeil ? »
« Ouais, je vais m’effondrer d’un moment à l’autre. »
« — …. »

Yoo Yeonha a souri.

« — Bien, alors va te coucher. »
« Ouais, tu ne devrais pas te surmener non plus. »

De l’autre côté de l’écran, Chae Nayun lui a dit au revoir en agitant la main alors qu’elle se dirigeait vers son lit.

« — D’accord. »

Bien que Chae Nayun se soit rapidement enfouie dans son lit, Yoo Yeonha a continué à vaquer à ses nombreuses occupations de son côté.
Gestion de l’entreprise pharmaceutique, développement de la technologie de base, suivi de la guilde d’information, recherche de donjons et distribution de ressources, et réforme de la gestion de l’Essence du Détroit.
Elle avait encore trop de choses à gérer.
À ce moment-là, elle a reçu un appel.

« — Allô ? Ah, oui, Yi Jin-Ah-ssi. »

Parmi les subordonnés de l’ancien vice-leader, elle était la seule personne à qui Yoo Yeonha avait tendu la main. Bien que Yi Jin-Ah ait eu un conflit personnel par le passé avec Kim Hajin, Yoo Yeonha a décidé que son talent était trop précieux pour être gaspillé.

« — Ah, ne vous inquiétez pas pour ça. Je ne pense pas que vous étiez impliquée dans cet incident. Non, vous n’avez pas besoin de me remercier. Oh, au lieu de ça, je vais vous envoyer l’image d’un tatouage un peu spécial. Je veux que vous… »

Yoo Yeonha s’est arrêté de parlé en plein milieu de sa phrase puis a regardé sur le côté.

« — Attendez, j’ai oublié de raccrocher un appel vidéo. »

Yoo Yeonha a fait un signe de la main, et aussitôt…
Chwiik. L’écran holographique flottant a disparu.

….

Et juste comme ça, il n’y eut plus un bruit dans la chambre de Chae Nayun.
Dans ce silence absolu, elle s’est endormie, seule.


Dans un parc isolé à l’atmosphère débordant d’une certaine aura meurtrière, je travaillais dur afin d’essayer de convaincre Boss.

« Calme-toi, Boss. C’est comme ça que les actions fonctionnent. »
« Haha, c’est comme ça qu’elles fonctionnent ? »

Boss a ri de façon ironique. En ce moment, elle était sérieusement en colère. Je ne pouvais pas lui en vouloir car je ne pouvais qu’imaginer la somme d’argent qu’elle avait investie. Si elle avait utilisé l’effet de levier du marché boursier, même une simple augmentation de 2 % aurait dû lui rapporter des centaines de millions de wons.

« Elles vont bientôt chuter. Fais-moi confiance. »
« …. »

Boss a fermé sa bouche. Puis elle a fermé les yeux et a pris une profonde inspiration comme pour apaiser sa colère intérieure.
Malgré sa personnalité froide, elle appréciait grandement ses camarades.
Cependant, je ne pouvais pas éviter de perdre toute crédibilité à ses yeux. Si cette affaire se terminait ainsi, mon niveau de confiance tomberait probablement de C à F.

« À partir de maintenant, je ne pense pas pouvoir te faire véritablement confiance. Non, je ne peux même pas te faire ne serait-ce qu’un peu confiance. »

Pfiiuu. Soupirant comme une gamine, Boss m’a tourné le dos.

« Ah, attends, puisque tu as subi une perte à cause de moi, je vais me rattraper. »

J’ai empêché Boss de partir.

« Je vais te donner des informations fiables. »
« … Des informations fiables ? »

L’intérêt de Boss semblait être piqué au vif puisqu’elle a tendu l’oreille.

« Oui. »

J’ai acquiescé avec confiance. Bien sûr, même moi, je ne savais pas ce qui allait se passer dans le futur sur le plan économique.
Néanmoins, je connaissais quelques entreprises qui se hisseraient au sommet du monde.

« Si tu investis un million, tu deviendras milliardaire. Si tu investis un milliard, tu deviendras aussi riche que le souverain d’un pays. »
« …. »

Après un bref silence, Boss a secoué la tête. Elle semblait de nouveau avoir perdu tout intérêt pour ce que j’avais à lui dire.

« J’ai vécu ma vie entière avec le scepticisme comme croyance fondamentale. Je ne croirai pas deux fois quelqu’un qui n’est pas un expert. »
« Hum, je suis le cadet de rang 1 en théorie. »
« …. »

Le rang 1 en théorie. C’était une position impossible à atteindre sans une intelligence exceptionnelle. Pourtant, Boss avait toujours l’air sceptique.
N’ayant pas le choix, je lui ai montré mon portefeuille d’actions.

« … Hein ? »

Boss en est restée bouche bée. C’était le montant que je possédais actuellement.
La valeur totale des différentes actions que j’avais dans mon portefeuille atteignait les 2,5 milliards.(*environ 1,9 millions d’€uros.) En ce qui concernait le strict taux de profit, il était presque de 500%.
Sans compter que ces actions seraient toutes multipliées au minimum par 10… non, par 20 dans les 5 prochaines années.

« Tu vois ? Tu me crois maintenant ? Assieds-toi. »

Je me suis assis sur un banc et j’ai tapoté sur la place vide à côté de moi.

« …. »

Boss a finalement semblé me faire à nouveau confiance. Elle a jeté un coup d’œil autour d’elle avant de s’asseoir humblement à côté de moi.

« … Bon, tu dois me montrer des preuves pour que je te fasse confiance. »
« C’est logique. Donc, je vais te recommander quelques entreprises avec lesquelles tu pourras faire du profit. Il y en a encore une qui n’est pas cotée en bourse… »
« Attends. »

Boss m’a interrompu, puis a sorti un stylo et un carnet de sa poche.
Après s’être préparée à prendre des notes, elle m’a regardé, ses yeux brillaient d’excitation.

« Continue. »
« … Bien. »

Je me suis raclé la gorge et j’ai continué.

« La société non cotée en bourse est la SH Agency. Il y a aussi la Pharmacie Essentielle, qui va bientôt entrer en bourse, et la Corporation Essentielle, qui est un géant bien connu… »

Boss a hoché la tête avec ardeur et a frénétiquement pris des notes.


Mes derniers jours à Cube sont passés très vite. En un clin d’œil, nous étions arrivés à la période des cerisiers en fleurs, le mois de mai.
Pendant tout ce temps, j’ai maintenu une distance appropriée avec Chae Nayun. Même si je pouvais voir que cela l’agaçait et la troublait, je pensais que c’était pour le mieux.
C’était vraiment la seule chose que je pouvais faire.
Les sentiments que Chae Nayun avait pour moi étaient si évidents que j’avais l’impression que j’aurais pu céder et les accepter dans le cas contraire.
… Je savais que c’était une excuse, mais je n’avais pas vraiment le choix.

Le “dernier incident” de Cube approchait à grands pas.

« Aujourd’hui, nous allons sculpter en utilisant la puissance magique. »

Le cours d’aujourd’hui avait lieu de 10h à 14h, et s’intitulait : [Application Avancée de la Puissance Magique].
Il y avait deux visages familiers dans cette classe : Shin Jonghak et Kim Suho.

« On ne vous donnera aucun outil. Vous devez sculpter ce bronze en utilisant uniquement votre puissance magique. »

Les 50 cadets ont reçu chacun un seul bloc de bronze. Comme l’avait expliqué l’instructrice, nous devions maintenant sculpter quelque chose en nous servant de notre puissance magique comme d’un burin.

« Vous êtes libres de faire ce que vous voulez. Mais ne voyez pas cela comme un cours d’art stupide. La dextérité joue un rôle important dans l’application et l’harmonisation de la puissance magique. Alors, faites de votre mieux pour créer la plus belle sculpture. Vous pourrez ramener votre réalisation à la maison. »

J’ai plutôt apprécié la voix détendue de cette instructrice.
J’ai fait craquer mes doigts et j’ai commencé l’entraînement.
J’ai formé un couteau de sculpture avec la puissance magique du Stigma et je l’ai tenu dans une main.
Alors que je baissais les yeux sur le couteau qui brillait d’une lumière bleue semi-transparente, je me suis mis à réfléchir.
Qui devrais-je prendre comme modèle ?

« …. »

En regardant autour de moi, quelqu’un a attiré mon attention.
Des cheveux noirs et gominés qui ressemblaient étrangement aux miens. Un beau garçon populaire qui ressemblait à un mannequin. Avec sa mâchoire carrée et ses traits fins, il semblait être le modèle idéal pour la sculpture.

“D’accord, je te choisis.”

J’ai commencé à sculpter, en jetant des coups d’œil à Shin Jonghak. Mes doigts bougeaient de façon étrange, transformant le bloc de bronze en un chef-d’œuvre moderne.
Je l’avais à peu près à moitié terminé quand…

Ding —

Il était temps de faire une pause. Je me suis discrètement rapproché de Shin Jonghak qui était en train de sculpter quelque chose ressemblant à une chimère.

« Ouah, de l’art abstrait. »

J’avais murmuré sans m’en rendre compte.
Shin Jonghak s’est immédiatement retourné et m’a fusillé du regard.

« … Kim Hajin ? »

Son regard ardent a transpercé ma poitrine. C’était principalement à cause des rumeurs qui circulaient à propos de Chae Nayun et moi en ce moment.

« Oh, hum, j’étais juste curieux. Qui est-ce ? »
« … Pars. »

Shin Jonghak a agité la main sans dire grand-chose.

« Est-ce que c’est Chae Nayun ? »

Quand j’ai dit ça, Shin Jonghak a sursauté et m’a de nouveau fixé avec ses yeux de faucon.

« Tsk. »

Toutefois, il a seulement claqué sa langue et s’est remis à sculpter.

« … Donc c’est Chae Nayun. »
« Ferme-la ! »

Shin Jonghak a transformé son couteau à sculpter en hache.

« Aaaahh ! »

J’ai rapidement couru vers mon siège.
Puis, j’ai recommencé à observer Shin Jonghak.

« — Ça doit lui ressembler. »

… Il a murmuré en ayant l’air satisfait, puis s’est concentré sur sa sculpture.

« … Il a vraiment beaucoup changé. »

J’étais surpris.
Le Shin Jonghak actuel n’était pas aussi méchant que celui que j’avais écrit.
Beaucoup de choses avaient déjà changé et ce n’était pas fini. La mort de Chae Jinyoon et l’entraînement infernal de Yoo Sihyuk l’avaient-ils affecté à ce point ?
Malgré cela, il agissait toujours comme un jeune maître arrogant…

« Eh bien, peu importe. »

Depuis que Jin Sahyuk s’était trouvé un mystérieux partenaire, avoir Shin Jonghak comme allié ne ferait que rendre les choses plus équilibrées.
J’ai libéré ma puissance magique une fois de plus et je suis retourné à ma sculpture. Sssk, sssk. Le bloc de bronze était aussi tendre que du tofu face à mon couteau.
Après m’être concentré sur la sculpture pendant environ 30 minutes, je suis sorti de ma transe. La sculpture était déjà terminée.

« … Oh. »

La sculpture en face de moi était un chef-d’œuvre sans équivoque.

« Ouah, travail incroyable. Vous obtenez une note parfaite, Cadet Hajin. »

Après avoir obtenu ma note (bien que le cours ne soit pas encore fini), j’ai pris ma sculpture et je me suis dirigé vers Shin Jonghak.

« Hé. »
« …. »

Shin Jonghak était concentré sur sa propre sculpture.
Toutefois, elle en était déjà à un point où elle était à peine reconnaissable. Elle ne pouvait certainement pas être offerte en cadeau.
J’ai tapoté sur son bras.

« Hé. »
« Argh, quoi encore, espèce d’enfoiré ?! »

Shin Jonghak a ensuite parlé sèchement en me regardant fixement.

« Tu veux vraiment mourir… ? »

Cependant, il s’est figé quand il a vu la sculpture dans ma main.
J’ai appelé cette pièce : le Buste de Bronze de Shin Jonghak.
Bien que le modèle soit beau lui aussi, la sculpture était encore plus belle que la personne réelle. Il suffisait de regarder la mâchoire et les traits du visage !
En tout cas, Shin Jonghak aimait ce genre de choses. Même si je n’avais pas fait de réglages détaillés à ce sujet, je pouvais facilement le supposer d’après ce que je savais de sa personnalité.
Voyant que Shin Jonghak regardait fixement ma sculpture, je me suis brièvement exprimé.

« Tu la veux ? »

Mais à ce moment-là.

Bzzzz —

Une série de messages est apparue sur ma smartwatch.

[Par chance “Dextérité diabolique” s’est activée.]
[“Le Buste de Bronze de Shin Jonghak” a été évalué comme étant un art de rang bas-intermédiaire. Il recevra un effet spécial approprié.]
[Effet spécial – pourquoi l’art est nécessaire dans la vie.]
– Lorsqu’une personne est touchée par la beauté de cette sculpture, sa persévérance augmente de 0,1 point pendant 24 heures.
– La beauté de la sculpture semble purifier le cœur.
[Aether réagit aux beaux objets. L’effet spécial d’augmentation de la persévérance a été accordé à Aether (pendant 24 heures).]

« … Ah d’accord. »

Ma dextérité était au niveau d’un Don. De tels “effets spéciaux” étaient un pouvoir inhérent à mon Don.
Quoi qu’il en soit, le regard de Shin Jonghak faisait des va-et-vient entre moi et ma sculpture. On aurait dit qu’il la voulait…

« Tu ne la veux pas ? »
« Va te faire voir. »

Cela dit, Shin Jonghak a toujours agi différemment de ce qu’il ressentait au plus profond de lui.

« Vraiment ? Alors je suppose qu’il n’y a pas le choix. »

Ça ne me posait aucun problème de la garder.

« Sss, huhum. »

Alors que j’étais sur le point de partir avec la sculpture, Shin Jonghak a attrapé mon poignet.

« Tu ne peux pas. C’est une violation du droit à l’image. »
« … Quoi ? »

Je ne pouvais pas dire que je ne m’y attendais pas, mais ça m’a quand même fait rire tellement c’était puéril.

« Pourquoi ne dis-tu pas simplement que tu la veux ? »
« …. »

Shin Jonghak m’a lancé un regard noir et a serré mon poignet sans rien dire.

« Bien, je vais la laisser là, alors fais ce que tu veux. »

Puisque cette sculpture avait pour effet de purifier le cœur, Shin Jonghak semblait être le propriétaire approprié avec ses… problèmes de colère.

Ding —

Juste à ce moment-là la cloche a sonné, signalant la fin de la classe.

« Hé, Kim Suho, allons manger. »
« Hein ? Oh attends un peu, le temps que l’instructrice note ma sculpture. »

J’ai quitté la classe avec Kim Suho.
Dans sa main, il tenait une sculpture ressemblant parfaitement à Yun Seung-Ah.

« Tu as sculpté Yun Seung-Ah ? »
« … Hein ? Ah~ oui, je suppose que ça lui ressemble. Mais non, ce n’est pas elle. »
« Oh je t’en prie, c’est pratiquement sa copie conforme. »
« Non, non, ce n’est pas elle. »
« … Bien, si tu le dis. »

Kim Suho était assez têtu dans son genre.
En traversant le couloir, je me suis retourné et j’ai regardé à travers les murs de la salle dont je venais de sortir. C’était purement par curiosité.
Tout le monde était parti, et il ne restait que Shin Jonghak.
Sifflotant l’air de rien, il rôdait dans la classe.
Quand soudain ! Il a saisi ma sculpture sur la table et a couru vers la porte.

« — Aaahh ! »

Cependant, Kim Horak se tenait de l’autre côté.

« — Jonghak, qu’est-ce que tu fichais ? … Qu’est-ce que c’est ? »
« — Ah ? Qu’est-ce que tu veux dire ? »
« — Ça. Oh, ça te ressemble ! Quelqu’un l’a fait pour toi !? »
« — Je, je suppose… ? Ah ! Ça, ça doit être un de mes fans. Partons. Je dois d’abord faire un détour par ma chambre, donc je te retrouverai au centre d’entraînement. »

Shin Jonghak a donné une piètre excuse, puis il est parti en courant avec la sculpture dans ses bras.

J’ai ricané en le voyant agir ainsi.




Chapitre Précédent | Chapitre Suivant 

2 thoughts on “The Novel’s Extra – Chapitre 134

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :