KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 217

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (10€)

Un concours a lieu ce mois-ci sur l’histoire de TM n’hésitez pas à participer !

_________________


Une guerre à organiser.

Pour Emy, la seule idée qui continue de tourner dans sa tête est la suivante : « Mais quel bordel ». Elle ne s’attendait pas à ce que la guerre continue aussi longtemps et qu’elle ne ferait pas que se battre pendant la campagne.

Elle n’a jamais eu de problème pour manipuler les chiffres, c’était son travail sur Terre après tout. Quand elle voit leur situation, c’est juste une catastrophe dans tous les domaines, argent, nourriture et gestion des troupes.

Elle pensait que ce serait plus amusant de mener une guerre. Bien sûr, elle s’amuse quand même beaucoup, mais vu que c’est à elle de décider de la marche à suivre…

— Emy, le front à l’Est semble avoir des problèmes. Ils ont besoin de renfort.
— Il n’y a pas une cargaison de grimpeur pouvant servir de renfort ?
— C’est que… Ils sont partis à l’Ouest ce matin.
— Oh bordel. Je t’avais dit que c’était une mauvaise idée d’incorporer rapidement des abrutis dans l’armée.
— On a bien ton fan-club sinon.
— Vraiment ? Tu comptes envoyer des abrutis encore plus abrutis pour réparer une erreur d’abruti ? Dis-moi, tu es vraiment stratège où tu t’es inventé une classe ?
— … C’est aussi ma première guerre. À l’entraînement, je n’avais pas à gérer des personnes incapables d’écouter des ordres. Je fais de mon mieux.
— Commence par revoir la structure de commandement dans ce cas. Et impose-toi un peu plus auprès des généraux de Lishnul.

Emy, qui est installée à son bureau avec une plume entre les mains, montre la carte devant elle à Satin, qui est encore à l’entrée de la tente. Elle aurait besoin d’une dizaine de personnes de plus pour arriver à quelque chose, mais bien sûr, les personnes les plus qualifiées ont déjà été recrutées par des guildes. Elle doit se contenter des grimpeurs décérébrés qui veulent participer à un événement clé. Un seul stratège, une ex-comptable et toute une bande de gros bras décérébrés.

Les commandants de Lishnul l’aident beaucoup en ce qui concerne la logistique, mais c’est elle qui a la charge des grimpeurs qui ont rejoint l’armée et qui doivent s’occuper des interventions rapides. Le plus gros du groupe de soldat qui devait la suivre a été réaffecté au final. Olga s’est bien foutue de sa gueule quand elle l’a vu installée à un bureau en armure avec ses lunettes, mais ce n’est pas comme si elle avait d’autres choix.

L’arrivée de Satin a permis de soulager un peu l’effort sur le front en multipliant les stratégies pour contrer les armées de Penovia, mais il est parfois… peu fiable. De son côté, c’est elle qui s’occupe du ravitaillement et de la gestion des grimpeurs, du moins elle leur dit où aller, dormir et se battre.

Depuis le débarquement, ils n’ont pas cessé d’arriver pour rejoindre un camp ou l’autre. Il forme pratiquement 40 % de l’armée maintenant, et dans une semaine ils seront sans doute plus. Pour Emy, c’est à la fois un atout et un fardeau qu’elle a du mal à gérer… comme maintenant.

— J’en peux plus. Je n’ai pas quitté la terre pour m’occuper de la paperasse ici. Fais en sorte de me trouver un comptable tu veux.
— … Je ferai au mieux.
— J’ai besoin d’un bain, arrange toi pour en préparer un le temps que je m’occupe de ton problème.
— Euh, oui.
— Si tu n’es pas content, tu n’as qu’à me trouver un intendant ou un truc du genre. Et ne prends surtout pas un des abrutis qui ont l’habitude de scander mon nom pour ça. Quelle est la situation sur le front à l’Est ?
— Difficile à dire, les communications magiques sont brouillées, mais ça fait dix minutes que l’on reçoit un signal visuel de demande de renfort.
— Du coup, c’est comme d’habitude. Un nouveau groupe de grimpeur qui a décidé de se faire un nom et qui zigouille d’autres grimpeurs. Qui est en charge là-bas ?
— Romaro, l’architecte.
— Même lui a besoin d’aide ? Hm. Je serai de retour dans deux ou trois heures pour m’assurer que ça se stabilise.

Emy se redresse en renversant son siège en arrière. Elle s’étire quelques instants avant de se frotter vigoureusement la tête pour finir de se dégourdir. Elle aurait peut-être dû y réfléchir à deux fois avant d’accepter de mener une guerre. Servir d’effigie était une bonne idée, mais à présent…

Elle sort de la tente et aussitôt, une dizaine de grimpeurs et de grimpeuses installés en rangées autour de sa tente se relèvent. Son fan-club, comme les autres l’appelle. Pour elle, ce sont juste des idiots qui au lieu de se rendre utiles ont décidé de la suivre partout. Les deux soldats de l’armée de Lishnul postés devant sa tente sont bien incapables de les faire partir. Même elle est incapable de faire disparaître cette bande de gêneurs et ce n’est pas faute d’avoir essayé.

« Bon, je vais sur le front Est. »

Sans avoir besoin d’ajouter plus, le groupe entier se met à hurler, prêt à partir à la guerre. Emy, exaspérée, se frotte le visage en étant presque gênée de voir ça. Des idiots amoureux de batailles. Même si elle ne part pas seule, ces fanatiques qui se sont autoproclamés « l’unité d’Emy » ne l’intéressent absolument pas. Comment pouvait-elle savoir que simplement se battre n’attirerait ce genre de personne vers elle. La suivre est pratiquement une religion pour eux maintenant, et elle ne veut même pas savoir pourquoi.
Bien sûr, aucun d’entre eux n’est bon avec les chiffres et ne peut l’aider. Ils sont juste bons quand il s’agit de se battre.

En soupirant, Emy ouvre la marche alors que son fan-club s’active derrière elle et commence à la suivre. Du coin de l’œil, elle aperçoit Équinoxe et Solstice qui passent entre les tentes. D’un geste de la main, elle demande au groupe de s’arrêter et décide d’aller les voir.

Elle se jette pratiquement sur Équinoxe qu’elle commence à serrer dans ses bras en se servant de son boost de force et il commence à gémir de douleur.

— Mouhaha ! Pour un protecteur, je te trouve bien sensible aujourd’hui !
— Emy… Je t’ai déjà dit de ne pas te servir de tes compétences quand tu fais ça.
— Ne l’écoute pas c’est une vraie chochotte en ce moment.
— Hey !
—Aha. Vous venez avec moi ? J’ai du travail sur le front et à part le fan-club, je n’ai personne pour m’accompagner.
— C’est-à-dire… On revient du front au Nord là et la journée a été assez longue. Je suis censé protéger mademoiselle pendant qu’elle s’amuse à agiter son fusil en se plaignant dès qu’elle rate un tir.

En entendant Équinoxe, Solstice fait la grimace et regarde son compagnon d’un air menaçant.
— Je ne m’amuse pas, je travaille. Et puis ce serait moins amusant si tu ne paniquais pas dès que je fais une petite danse pour les provoquer.
— … Quand tu fais ça, je suis censé éponger des dizaines de projectiles différents en même temps, alors oui, je panique un peu et non, je ne m’amuse pas.
— Tu crois que je t’ai pas vu sourire quand j’ai fini par avoir ce mage qui nous a bombardés pendant vingt minutes !

« Bon, le couple, j’ai quand même du travail de mon côté. On se reverra plus tard. »

En les laissant d’un signe de main et en souriant, Emy fait un signe à son unité qui la rejoint aussitôt. En passant devant certaines tentes, elle glisse un mot à des grimpeurs qu’elle reconnaît et finalement finit par atteindre la palissade extérieure où les soldats lui ouvrent la porte.

En sortant du camp, elle sort son marteau de guerre de son inventaire en s’étirant avec. Sans l’attendre, son unité se met à cheval et commence déjà à foncer en avant en direction des signaux magiques lancés dans les airs qu’elle peut voir au loin.

« On se voit là-bas, chef ! »
« Laissez-nous en quelques-uns ! »
« On fait au plus vite ! »
« À tout de suite ! »

Chaque membre de son fan-club y va de son petit mot en passant à côté d’elle. Ils sont presque attachants comme ça, mais pour Emy, il leur manque juste un cerveau pour qu’elle ait vraiment envie de dire qu’il s’agit bien de son unité. Enfin, ils sont plus solides que les soldats de Lishnul, elle doit l’admettre. Peut-être qu’avec un peu plus d’expérience, elle finira par accepter qu’ils l’accompagnent partout, mais ce qui la dérange vraiment c’est ce fanatisme qu’ils ont pour elle.

Il y a environ une dizaine de kilomètres la séparant des signaux magiques. Même à cheval, cela prendra un certain temps. Même si son unité prend de l’avance, elle ne tardera pas à les rattraper et à les dépasser.
En vérité, Emy doit probablement remercier Nomad pour cela, mais depuis sa course avec lui au pied de la tour, son moyen de transport le plus rapide est devenu le saut.

En se mettant en position, Emy saute dans les airs en direction du front, parcourant plus d’une cinquantaine de mètres d’un seul coup, répétant encore et encore cela jusqu’à dépasser le groupe de cavalier fonçant au galop. Foncer à travers les airs a quelque chose de grisant qu’elle ne pourrait pas expliquer. À mesure qu’elle prend de la vitesse, le vent siffle dans ses oreilles et elle a l’impression d’être aussi légère qu’un oiseau.

De plus, en s’élevant d’une quinzaine de mètres dans les airs, elle a une meilleure vue sur ce qui se passe là-bas et, d’après la fumée, la situation n’a pas l’air bonne.


Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

2 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 217

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :