KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 230

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (10€)

Zahizu (50€)

Gilles (5€)

_________________


Dans l’arène, un seul Dresseur 1

J’explique à Pete qu’il ne participera pas si c’est dangereux et, même s’il hésite pendant un instant à dire quelque chose, il finit par accepter. La conversation que j’ai eue avec lui semble avoir fait son effet.

« Si jamais tes compétences de guide t’indiquent quelque chose, n’hésite pas à me le dire. Je préfère éviter de te faire combattre puisque tu es sous ma responsabilité, mais ça ne veut pas dire que tu n’es pas utile. »

Pete soupire en acquiesçant alors qu’un des enfants les plus jeunes est monté sur ses épaules. Il a remarqué que les enfants lui avaient fait les poches, mais ça n’a pas eu l’air de le déranger et il a continué à jouer avec eux. En attendant que la cérémonie commence, j’ai un peu de temps à perdre.

[Tu ne devineras jamais ce que je viens de trouver.]
Une marmotte qui parle ?
[Si je te dis que je suis dans la loge des VIPs… ?]
Une marmotte qui parle et qui est riche ?
[La bêtise de l’esprit humain m’étonnera toujours. Arthur et Alexander sont là.]
Bon, s’ils sont là pour regarder, ce n’est pas un problème. Quelqu’un d’autre ?
[Il y a bien un gardien dans la loge centrale, mais je n’ai pas envie de m’approcher.]
Sachant qu’Alexander est capable de sentir ta présence, il y en a probablement d’autres comme lui dans les parages. Fais attention.
[Je ne suis qu’un pauvre petit renard capable de se rendre invisible, tu ne penses pas que tu t’inquiii-èèètes —]
Qu’est-ce qui se passe ?!
[Je ferais mieux de partir. Un vieil homme a failli me marcher dessus. Grr.]

Je ricane quelques instants en m’imaginant Yuu se faire écraser la queue de façon cartoonesque. L’idée n’a pas l’air de lui plaire.

[Regarde moi ce type ! À peine plus grand que moi et aussi irritant qu’un ivrogne ! Marche normalement !]

Par curiosité, je décide de partager ma vision avec Yuu pour découvrir un… nain ? Yuu est devant quelqu’un d’assez petit qui semble tout droit tiré d’un livre de fantaisie. Une barbe, un casque de mineur et il ne lui manque probablement qu’une pelle et une pioche pour compléter le tableau… Vu sa façon de parler, je ne pense pas que ce soit une sorte d’esclave emmené depuis un des mondes, mais il n’a effectivement pas l’air commode.

– DWOOOOREMMMM ! Tu comprends à la fin ?
– Monsieur, il ne reste qu’une place pour un monsieur « Lepetit »… Je-Je…
– Je-je quoi ?! Je t’en foutrais moi du « Lepetit », c’est un de ces grands cons qui veut me faire une blague, c’est ça ? Tu prends ton papier, tu rayes ce nom à la con et tu mets Dworem à la place, c’est clair ?

Je… romps le partage de vision en évitant de trop penser à ce que je viens de voir. Je caresse rapidement la tête de Micha en mettant la main dans la poche en cuir. Elle est en train de se reposer pour l’instant.

{Encore !}

Les flammes de tout à l’heure l’ont beaucoup fatigué et j’en profite pour lui donner un peu de potion de vigueur.
Je continue de lui caresser la tête pendant quelques secondes de plus alors que j’ai l’impression que la cérémonie ne va pas tarder à commencer. Juliette est aussi en train de dormir sur mon avant-bras en restant cachée dans ma manche, mais je préfère éviter de la toucher quand elle dort. Je commence à avoir trop de mauvais souvenirs de morsure surprise quand je fais un mouvement qu’elle n’apprécie pas.

Un grondement retentit dans toute l’arène depuis la tribune où se trouve le gardien, suivi assez rapidement d’un son de trompette qui force au silence le reste de l’arène. Le gardien est assez loin de là où nous nous trouvons, mais via les yeux de Micha, qui sont plus efficaces que les miens, je peux le voir assez facilement. Il se redresse et s’approche de la balustrade en pierre.
Les enfants les plus jeunes de notre groupe s’installent autour de moi et de Pete alors que Naubod ainsi que deux des enfants les plus vieux restent debout à côté de lui les bras croisés.
Le Gardien prend alors la parole.

« En ce jour, je me présente à vous comme le représentant de la volonté de la Tour. Aujourd’hui, le premier des enfants de la tour né ici atteint l’âge de ses 15 ans. Pour honorer ce jour comme il se doit, la tour a décidé qu’il était temps pour eux d’avoir la possibilité de devenir des grimpeurs.

Il y a un an, nous avons demandé à chaque enfant de la tour de choisir des grimpeurs n’ayant pas dépassé le dixième monde, prêts à risquer leurs vies pour les représenter aujourd’hui. Parents, amis, mercenaires … Sans restriction, ils ont cherché et on finit par amener les grimpeurs que vous voyez ici. Ces personnes représentent maintenant leur espoir de devenir des grimpeurs en ce jour. »

Le gardien se tait ensuite quelques instants avant de frapper des mains avec une telle violence que l’arène se met à trembler. Depuis le sommet, des gradins des tambours se mettent à résonner en rythme alors que la foule s’agite et hurle dans une ovation générale.

Le sable présent dans l’arène se met ensuite à bouger et à voltiger dans les airs en changeant de forme. Des piliers se forment rapidement ainsi que des murs et des bâtiments. Au centre de l’arène se tient à présent une tour composée de plateformes et de bâtiments placés les uns sur les autres, de différentes tailles et s’élevant même plus haut que l’arène. Autour d’elle se forme ce qui ressemble à des ruines d’une ville du désert, surplombée par des piliers de plusieurs dizaines de mètres de haut.

Les gradins eux-mêmes se mettent alors à changer, comme si le Colisée grandissait pour faire plus de place pour l’arène. Les gradins s’espacent les uns des autres alors que les structures continuent de se construire à mesure que la surface de l’arène augmente. J’ai l’impression que l’arène, qui était déjà très grande, a doublé ou triplé de taille maintenant. C’est une ville entière qui se construit sous mes yeux.

Sur un mouvement de main du gardien, les tambours s’arrêtent et le silence s’installe à nouveau.

« Par souci d’équité, les classes n’étant aucunement offensives participeront à un deuxième tournoi séparément des classes offensives présentes. Le premier événement sera un combat à mort entre tous les participants ! Chaque adversaire battu apportera le droit à un enfant de devenir grimpeur. Vous avez aussi le choix de perdre intentionnellement ou de partir. Chaque adversaire battu vous fera gagner un point dans le classement et votre score final vous apportera une récompense à la fin. Puisque c’est un jour festif où les enfants de la tour gagnent le droit de devenir grimpeur, personne ne mourra aujourd’hui. Cela dit, les blessures seront bien réelles tant que vous serez dans l’arène et du sang risque de couler… Les participants seront exceptionnellement éliminés uniquement en cas d’attaque mortel et se réveilleront en dehors de l’arène vivant. Le tournoi durera quatre heures ! Pour les parieurs, vous savez quoi faire.

Soyez forts ! Soyez impitoyables ! Que votre justice règne dans l’arène ! Moi, Alwin, gardien des Guerriers, j’en serai témoin ! »

Alors que des applaudissements retentissent à travers l’arène, une personne qui a l’air d’être du peuple de la tour se présente devant notre groupe en tenant une tablette de pierre. Je peux apercevoir pendant un instant ce qui a l’air d’être des lettres flottantes sur le dessus qui semblent d’origine magique, mais avant que je ne puisse lire quoi que ce soit, il prend la parole.

— Je serai votre référent pendant le tournoi d’aujourd’hui. Pour vous expliquer en détail ce qui va se produire, une fois que j’aurais confirmé avec vous les participants, vous serez transporté dans l’arène en même temps que les autres. À chaque adversaire « tué », un enfant de la tour de votre groupe obtiendra le statut de grimpeur. Ils sont actuellement 17 avec vous. Puis-je confirmer cette information ?
— Ouais c’est ça.
— Les deux grimpeurs participeront ?
— Non, juste celui-ci.
— Très bien…

Naubod a pris le rôle de chef du groupe et je me contente d’écouter silencieusement. Je vais peut-être regretter de ne pas avoir Pete avec moi pour me guider dans ce labyrinthe, mais Naubod a pris la décision à notre place.

— Quel nom d’équipe voulez-vous ?
– « Le dernier Dresseur » convient.
— Très bien.
— HEY !!!

En tressautant devant mon cri alors que je me lève d’un bon, le référent semble appuyer sur les caractères de sa tablette. Je me redresse en espérant que ce ne soit pas ce que je pense, mais le référent continue sans se préoccuper de moi alors que Naubod me regarde en souriant.

« Le nom est bien enregistré. »

J’ai envie d’étrangler un enfant pour la première fois de ma vie. Vu le sourire satisfait sur son visage je pense que je devrais en avoir le droit. Rien ne m’en empêche pas vrai ? Avant que je ne finisse par me décider, Naubod prend la parole.

« Le but est de gagner le tournoi. Autant faire en sorte que tout le monde veuille ta peau là-dedans, tu attireras plus facilement les gens. Entre la création d’une horde et ce qui s’est produit à l’Atlas, je pense qu’il y aura beaucoup de gens qui voudront te prendre pour cible. Dans tous les cas, c’est un avantage d’après moi. »

Alors qu’il dit cela, je peux voir qu’une sorte d’écran magique qui est apparu au-dessus de l’arène indique bien « Le dernier Dresseur » parmi les autres inscrits avec une sorte de photo de mon apparence actuelle où on ne voit pas mon visage. Est-ce que j’ai besoin de lui rappeler qu’on veut ma peau ? Que je n’ai pas besoin de cette attention ? Qu’il va mourir étranglé dans quelques instants ?

— Tu es sous contrat et je t’ai déjà donné tes objectifs, donc je te déconseille de te débiner maintenant ou même de t’en prendre à moi. Les assassins ne sont pas tendres avec les lâches une fois le contrat signé.
— Tu m’as piégé.
— Je ne suis pas là pour prendre des risques par amusement. Si je le fais, c’est parce que je doute que tu essayes vraiment de gagner sans cela. Battre 15 personnes est déjà beaucoup, mais je te veux dans le haut du panier. Pour cela, j’ai besoin que tu te battes en te servant de toutes tes classes et pas que tu caches que tu es un Dresseur.
— Et je fais comment pour partir d’ici une fois que ce sera fini ?
— Détends-toi. Je connais l’Arène comme ma poche. Entre ton guide et nous, tu sortiras d’ici sans problème.
— On dirait que tu as pensé à tout. Sauf à me demander mon opinion.

J’ai vraiment envie de le frapper pour qu’il comprenne qu’il est en train de jouer avec ma vie en faisant cela.

« S’il y a le moindre problème pour partir, tu me serviras de bouclier humain, ou je te jetterai sur les chasseurs de prime pour les ralentir. »

En m’écoutant, il se contente de hausser les épaules en me disant que c’est acceptable comme marché et qu’il partagera une partie de la récompense avec moi si je suis bien premier du classement.
En toussant quelques instants, le référent ramène l’attention vers lui.

« En dehors des règles déjà énoncées, le chef de votre groupe d’enfant de la tour a le droit de faire des paris. Chaque enfant a en sa possession 100 pièces d’or qui sont normalement données s’ils deviennent grimpeurs. Vous avez la possibilité de les jouer ou de les conserver, c’est votre responsabilité. Ce qui vous restera vous appartiendra quelle que soit l’issue du tournoi. »

En entendant cela, Naubod se met à sourire d’une façon bien plus inquiétante que quand il m’a joué son tour en donnant le nom de ma classe.

« Vous autres, au boulot. »

Les enfants autour de Pete et moi se lèvent tous et Naubod commence à donner des ordres pour qu’ils se répandent dans la foule pour glaner des informations.
Ce sont des Oreilles donc je ne devrais pas être étonné, mais ils s’organisent tellement vite entre eux que je suis incapable de tout comprendre. Pete se fait plus ou moins entraîner avec les enfants et je lui dis simplement de veiller sur eux.

« Ahem. Il existe aussi des prix spéciaux selon vos actions dans l’arène qui seront attribués par le gardien des Guerriers. »

Au point où j’en suis, c’est le dernier de mes soucis. Pour l’instant, personne parmi les participants ne sait que je suis « le dernier Dresseur » puisque j’ai mon masque sur la photo, mais pour ceux qui me connaissent, il n’y aura probablement pas de doute sur mon identité. Si Talion, un des hommes de Charade ou même le vieux de ce matin sont dans l’arène, il y a une gigantesque pancarte de visible pour leur facilité la tâche. S’ils ne sont pas deux cents à m’attendre à la fin du tournoi, je pourrai m’estimer heureux.

– Pour mes animaux, sont-ils concernés par la règle qui dit que personne ne mourra ?
– En effet. Aucune forme de vie ne mourra aujourd’hui dans l’arène. Ils seront transportés dans les gradins vivants s’ils sont battus dans l’arène.

Je préfère le confirmer au cas où, mais il semble que je vais pouvoir utiliser mes animaux librement, même si je ne voulais pas le faire à l’origine. Cela me soulage un peu en ce qui concerne le tournoi, mais ma situation n’est pas bonne du tout. Quand le tournoi sera fini, je vais devoir fuir le plus vite possible. Au moins, personne ne sait que le « Dernier Dresseur » s’occupe d’enfants de la tour des Voleurs, donc je gagnerais probablement quelques minutes.

[Nomad ?]
Pas maintenant, je commence une dépression puisqu’il ne me reste que quelques heures à vivre.
[Le chevalier qui s’appelle Arthur, veut que je te fasse passer un message de la part d’Alexander.]
Je pensais que tu étais parti de là-bas ?
[Un détail. Il espère que tu as fait des progrès depuis votre rencontre. Il va parier sur toi et tu ne dois pas le décevoir.]
Je n’ai pas besoin de pression supplémentaire.
[Arthur veut aussi te dire quelque chose. Il est content que tu ailles bien et il espère que tu vas gagner.]

Pendant quelques instants, j’accepte de partager ma vision avec Yuu et je peux effectivement voir Arthur qui sourit en parlant au Kelfi.

« Et aussi, que comme je lui avais dit, le temps est relatif au pied de la tour et que nous nous revoyons plus tôt que je ne le pensais. La prochaine fois, peut-être que nous pourrons nous entraîner ensemble. »

Je coupe le partage de vision en frissonnant. Il ne manquerait plus que ce genre de prédiction se réalise. M’entraîner contre quelqu’un qui vient de finir son quinzième monde est une des pires choses imaginables. Il pourrait probablement me découper en morceaux avec un brin d’herbe sans faire exprès s’il est aussi fort qu’il en a l’air.

Plutôt que de penser à tout ça, je décide de faire le tour de mon inventaire en ouvrant la fenêtre du statut. Ce n’est pas le moment de penser à des prédictions stupides alors qu’à cause de Naubod, je vais avoir le droit à tout un tas de problèmes.
Il y a probablement plus de mille grimpeurs qui participent à ce tournoi. L’arène est gigantesque, mais cela veut dire qu’au niveau de la concurrence, il y aura beaucoup de personnes très fortes qui vont se battre. Obtenir 15 points sera déjà une épreuve, mais approcher du podium final est tout autre chose. Je vais probablement devoir me servir de tout ce que j’ai en stock si je veux y arriver.

En parlant de concurrence. Le gamin contre lequel Naubod à une dent s’approche avec les membres de la guilde Hermès. On ne peut pas attendre d’être dans l’arène pour causer des problèmes ? Par contre, si vous voulez corriger ce sale gosse, ce… monstre, n’hésitez pas.


Pour donner vos impressions n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour montrer votre soutien.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 230

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :