KissWood

Tour des Mondes – Nina 9

Merci aux sponsors du mois !

Quentin S. (20€)

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (8€)

_________________

 


Nina 9

Un nouveau matin.

Une nuit plus tard et Nina ressort de l’Exile. Cet endroit fait plus office d’hôtel de luxe que d’endroit où elle veut vraiment vivre. Un repas de luxe, une grande chambre où toutes les commodités possibles sont présentent. Même des serviteurs… Autant dire qu’elle n’était pas dans son élément. Un endroit plus simple lui conviendrait mieux, mais changer d’endroit lui prendrait du temps et des efforts dans un système qu’elle ne comprend encore que trop mal. Nina regarde Marlène devant le manoir à quelques mètres d’elle. Apparemment elle fait office de guide et de régente. Malgré son habit qui semble là pour indiquer sa fonction de guide elle serait sans doute plus à l’aise dans des vêtements de soirée ou avec une fourrure autour du coup vu son attitude. Un accoutrement qui jure avec le style du manoir lui appartenant. Pour Nina la tour est un lieu étrange qu’elle ne comprend encore que trop mal et c’est peut-être la rage vers laquelle elle se tourne aussi facilement qui l’empêche d’apprécier ce qu’elle voit de magique autour d’elle. Cependant, Marlène qui est son premier point de référence dans cet univers est aussi le prisme avec lequel elle juge ce qui l’entoure. Une sorte de point de repère qu’elle cherche à comprendre, mais qui pour elle ressemble à un coquillage vide. Sur Terre il suffisait de provoquer une émotion pour comprendre quelqu’un, mais avec Marlène cela semble impossible, comme si aucune action ne pouvait l’atteindre.

Elle l’a frappée, elle est allée voir l’océan avec elle et pourtant tout ce qu’elle a eu en retour était de l’indifférence. Une indifférence qu’elle prenait pour une sorte de nostalgie, d’un ailleurs regretté ou encore liée au fatalisme de sa propre existence. Tout ça pour finir dans un manoir luxueux où la guide devient une matrone noyée par la foule se précipitant vers elle. Pour Nina elle n’est maintenant qu’une sorte de fantôme, un esprit avec une tâche bien précise en tête que personne ne peut réellement comprendre. Un outil plus qu’un individu, une déception.
Nina la regarde sans la comprendre en se disant que dans sa vie passée, elle ne compte pas le nombre de personne esclaves qu’elle a connu et qui lui donnaient la nausée. Marlène n’est qu’une erreur de plus jusqu’à preuve du contraire, un point fixe dans un univers en mouvement et cela la rassure autant que cela l’effraie. Elle ne lui en veut pas d’être comme elle est bien sûr, après tout elle n’a pas changé de comportement depuis leur première rencontre, c’est juste qu’elle n’apprécie pas les gens comme elle qui attire avec le mystère qu’il dégage comme si à l’intérieur il n’était pas vide.
Nina l’observe en réfléchissant et comprend que si Marlène est devant l’Exile de bon matin, c’est pour dire au revoir aux grimpeurs avant qu’ils ne commencent leur journée comme pour cultiver autant de relations qu’il y a de personne dans l’Exile. Donnant un petit commentaire à chacun comme si elle s’intéressait vraiment à tout le monde. Nina soupire et s’approche alors d’elle.

– J’ai besoin d’apprendre à utiliser mon mana pour utiliser ce truc, annonce Nina à Marlène, une idée peut être ?
– Dans ce cas je te recommande d’aller dans la tour des mages, répond-elle en continuant de dire au revoir aux grimpeurs qui passent devant elle. Si tu cherches à renforcer ton arme et utiliser ton mana en même temps la classe des Forgeâmes devrait te convenir. Sinon il y a la classe des Runistes, mais si tu veux apprendre à utiliser ton arme, peut-être devrais-tu choisir la classe Duelliste ou une classe de la tour des guerriers, peut-être samurai ? Peu importe la tour, je pense que tu trouveras des classes qui t’intéresseront.

Nina réfléchit quelques instants. Elle n’a pas vraiment besoin d’apprendre à utiliser Judas, mais utiliser son mana c’est différent, de plus si elle doit rester coincée avec Judas autant le renforcer. Ce sera Forgeâme dans ce cas. Une nouvelle fois elle va devoir aller dans la tour des mages. Tant qu’elle ne revoit pas le vieux ou les idiots d’Archi-trucs ça devrait mieux se passer, enfin, si on oublie le passage obligatoire dans les escaliers pour éviter la foule.

Elle se met en marche sans se retourner et en laissant Marlène à son rôle de guide. A partir de maintenant elle n’aura sans doute plus vraiment besoin d’elle. Un peu inutile comme guide.

Elle avance tandis que le soleil lui réchauffe le dos. Sur sa droite la tour centrale paraît tellement grande que ça en devient ridicule. Voir quelque chose comme ça est impressionnant et la vue de là-haut doit l’être tout autant. Dans sa vie elle n’a jamais eu l’occasion de monter dans un phare et elle le regrette presque quand elle imagine l’effet que ça doit avoir. Dominer l’Océan, rendre petit ce qui devrait être immense, avoir une vue imprenable sur l’océan et le monde, enfin si l’intérieur de la tour peut être considéré comme un monde. Même en montant autant d’escaliers dans la tour des Mages, il n’y avait pas de fenêtre ou de balcon duquel elle aurait pu admirer la vue, juste ce puits de jour un peu étrange censé refléter le côté magique de l’endroit.
En tout cas, celui qui a construit la tour centrale devait avoir quelque chose à compenser, peut-être sa taille si ce n’est un ego surdimensionné, ou alors c’est un symbole qu’elle ne peut pas comprendre. C’est triste de se dire qu’il y a peu d’endroits ou de bâtiments capables de rivaliser avec cette tour sur terre. Un peu comme si les humains avaient perdu tout sens de beauté et de poésie au profit du design. Plus de châteaux, de manoirs pouvant représenter une grandeur simple et disparue. Les cathédrales deviennent des boites de nuit, des constructions à la gloire des morts deviennent des lieux où des touristes se bousculent dans l’espoir de faire une photo de vacances. L’être humain moderne est décadent. Nina aussi sait qu’elle l’est, mais c’est plus par sa révulsion pour des systèmes et des codes qui n’ont pas lieu d’être. Quand elle regarde le monde avec ses yeux, elle se demande comment il est possible pour d’autres de ne pas voir les choses comme elle. L’humanité qu’elle est censée avoir en commun avec tous les autres semble devenir un concept ridicule d’asservissement malsain prit comme acquis par tous les autres. A quoi bon obéir si elle ne croit pas en ce que représente ce système de valeur, de règles et d’interaction, ici au pied de la tour ? Elle ne le supportait déjà pas sur terre… Partager son humanité implique l’asservissement à une cause ou une situation commune. Dans ce genre de situation il ne reste que son instinct et ses émotions pour la gouverner, pas de règle ni de limite pour la maintenir en cage. Son prochain n’est qu’un obstacle à tout cela quand être seule est une libération.

Et en parlant de son prochain…

– Hey, attends, Nina attends ! Déclare la voix de Berry derrière elle.
– Qu’est-ce que tu veux ? Demande froidement Nina en s’arrêtant.
– Je m’excuse pour hier, je n’aurais pas dû parler de ça, commence-t-il gêné. Je veux pas t’embêter d’accord ? Si tu as besoin de quelque chose demande moi et je ferai en sorte de te donner un coup de main. Un peu comme avant. Enfin si ça te va…
– Oui, soupire-t-elle, très bien. On se revoit plus tard.

Elle reprend sa route et laisse Berry là.
Un vrai simplet. Autant Berry est un idiot fini et représente des valeurs qui le rende faible d’après elle, autant… il est juste stupide. S’il avait l’occasion il défendrait la veuve et l’orphelin, donnerait son pain à n’importe qu’elle mendiant…. Un vrai petit chevalier. Bien sûr elle défendrait la veuve et l’orphelin aussi, mais sans doute pas comme lui le ferait. Pour ce qui est du mendiant elle lui balancerait probablement de la nourriture dans la gueule sans même y réfléchir à deux fois. Pour elle c’est juste trop facile de se reposer sur quelqu’un d’autre quand on est faible. Tu ne bouges pas tu meurs, c’est pourtant une logique simple…. Pour ce qui est de la veuve ou de l’orphelin même logique, apprends à te défendre plutôt que de faire appel à la générosité des autres.

« J-Je peux t’accompagner un peu ? »

Derrière elle, il semble que Berry soit toujours là. Elle soupire avant de lui dire non suffisamment fort pour qu’il comprenne qu’il n’y a même pas de discussion possible sur sa décision. Elle continue de marcher en faisant traîner Judas par terre. Vu sa taille cela nécessiterait trop d’efforts pour le soulever complètement.
Derrière elle, elle entend le cliquetis singulier de l’armure de Berry. Elle ferme quelques instants les yeux et s’arrête en sentant l’irritation monté… Quelques mètres derrière elle Berry semble gêné et ne sait pas quoi faire.

« C’est que…. Je vais aussi dans cette direction…. »

Nina se retourne en brandissant Judas dans son fourreau comme une massue et s’apprête à lui mettre un coup sur la tête, cependant… Contrairement à ce à quoi elle s’attendait, Berry en grimaçant bloque son arme avec sa propre épée à deux mains. Il a la lèvre tremblante comme s’il venait de faire quelque chose d’impensable pour lui.
Nina de son côté est vraiment surprise de sa réaction, comme si devant elle une sorte de larve avait à présent des crocs. Malheureusement pour lui la surprise de Nina fut de courte durée. En se servant de Judas comme d’une perche elle s’appuie sur son arme et frappe Berry au visage en se servant du dessous de sa chaussure. Elle retombe au sol pendant que Berry recule en mettant une main sur son nez par lequel du sang commence à couler. Nina satisfaite recule finalement et s’en va en traînant Judas par terre comme si de rien n’était.

Berry recule de quelques pas sans rien dire. Étrangement la réaction de Nina ne le dérange pas tant que ça. Bien sûr il n’avait pas envie de se mettre à saigner du nez comme ça de bon matin, mais sa classe est Berserk, s’il n’arrive pas à supporter ce niveau de douleur…
Il y a une autre raison plus importante pour lui par rapport au fait que ça ne le dérange pas. Il a l’habitude. Bien sûr il l’a perdue pendant un moment, mais venant de Nina ce n’est rien d’étrange. Elle est comme ça et il le sait bien. Comparé à hier soir où elle était vraiment en colère il la connaît assez pour se dire que lui casser le nez comme si c’était normal l’est bien d’après elle.
En tout cas, ce n’est pas parce qu’il aime particulièrement la douleur qu’il était ami avec elle sur terre, mais parce qu’il sait qui elle est vraiment.

Cependant il le sait bien, si elle est là aujourd’hui, au pied de la tour, c’est à cause de ce qu’il s’est passé. Il n’arrive pas à l’imaginer complètement, mais si ça peut l’aider de le frapper, même s’il n’aime pas ça, alors il fera ce qu’il faut pour.
Il la regarde s’éloigner comme si de rien n’était, peut-être d’un pas un peu plus rapide. Ses cheveux battants dans le vent marin et traînant son arme comme un bout de métal un peu trop lourd. Se moquant du froid où même des marques qu’il a pu voir sur ses mains et son visage qui indiquent qu’elle s’est battue la veille. Elle est comme il l’a toujours connue, mais il est quand même capable de voir les craquelures, les fissures et les cicatrices. C’est aussi pour ça qu’il ne l’a jamais détestée, parce qu’au fond et comparé aux autres il est capable de voir les gens vraiment, comme ils sont sous les masques du quotidien. Nina est sans doute la personne avec laquelle il se sentait le plus en sécurité sur Terre. Pour être franc elle lui avait manqué.
Berry regarde ses doigts couverts de sang tandis qu’il ruisselle de son visage. Enfin presque.
Elle s’éloigne toujours irritée et frappe Judas toujours dans son fourreau sur le sol pavé en pierre. La journée commence bien, mais à ce rythme elle se demande si elle ne va pas finir en prison ou quelque chose comme ça.
Elle avance en direction de la tour des mages en espérant qu’elle pourra bientôt utiliser le fil que lui a donné le vendeur, Judas commence à être lourd et il n’a même pas encore parlé.

Correction Hastin

 

Pour soutenir mon travail et les autres séries clic en dessous :

Tipeee

 

1 thought on “Tour des Mondes – Nina 9

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :