KissWood

I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 58

Chapitre 58 : À La Fin De L’Iris



La sphère s’est effondrée. Le miroir s’est désintégré et la lumière a déclenché une explosion dans le processus. Les minéraux à proximité ont fondu comme de l’eau alors que la zone était frappée par une onde de choc de chaleur.

Voilà ce qui a fini par arriver.

Necro a été le premier à y passer. Il a fondu après avoir été frappé par un rayon de lumière. De toute évidence, sa simple magie de défense n’a pas été en mesure de supporter la production de lumière. Je n’étais pas inquiet pour lui. Il devait sûrement y avoir un cadavre dans un rayon de 100 km. Il ressusciterait en temps voulu.

Le problème c’était la Sainte.

Quand elle était à l’extérieur de la sphère, elle “ne savait pas”. Puisque je lui ai dit que je serais celui qui tuerait et qu’elle se contenterait de distraire l’Invocatrice avec des lumières tournoyantes.

Le mensonge que je lui ai dit l’a amenée à blesser la personne qu’elle traitait comme sa petite sœur. La Sainte n’était même pas tombée à cause de l’onde de choc, mais à cause de son propre choc émotionnel.

Pour être plus précis, elle a roulé plusieurs fois sur le sol après avoir été frappée par l’onde de choc et s’est relevée. Sa peau avait retrouvé son état d’origine, mais ses vêtements brûlés étaient restés tels quels.

L’Invocatrice rampa jusqu’à la forme brisée de la Sainte.

« Grande sœur… Grande sœur… ! »

Je pouvais voir une fille avec de graves brûlures sur le corps avancer en trébuchant à travers la brume de chaleur. Elle ne semblait plus avoir de pouvoir de réflexion, vu qu’elle sursautait à la moindre lueur de flamme.

Les yeux brumeux…

Les yeux brumeux de la Sainte ont commencé à s’éclaircir un peu. Ce n’est pas que sa rétine brûlée ne se guérissait pas. C’était presque comme si elle reprenait conscience.

« Iris… ? »

La Sainte s’était réveillée de son long, long rêve, et se dirigeait maintenant vers l’Invocatrice. Ses pas lents ont commencé à s’accélérer à mesure qu’elle se rapprochait.

C’est ce que l’on appelle des retrouvailles heureuses ?

La [Personnalité] de la Sainte s’appelait [Ahimsa]. J’avais pensé qu’une fois qu’elle aurait suffisamment renié sa [Personnalité] qui veut “éviter la violence et la mort”, elle souffrirait de quelques effets secondaires, mais…

Dire qu’elle aurait retrouvé ses souvenirs…

Je me demande de “quelle période” vient cette Sainte ? De celle où elle a commencé à sauver d’autres personnes ? De celle où elle a été torturée après avoir été capturée par ses alliés ? Ou se souvient-elle que nous avons tué ses amis, son amant et même des proches ?

J’ai tendu la main vers le dos d’Iris.

L’Invocatrice, voyant que le visage de sa grande sœur bien-aimée était maintenant à quelques mètres, a souri de bonheur. Mais avant qu’elles ne se rejoignent, je me suis accroché à ses cheveux et j’ai tiré en arrière. Je l’ai soulevée en l’air en enfonçant mes doigts dans son cuir chevelu.

Son corps de poupée s’est soulevé facilement.

Aaaaaaaaahhhhhh !!!!!

La Sainte s’est arrêtée après avoir entendu ce hurlement rempli de peur. L’Invocatrice a lutté pour se libérer de mon emprise.

« Tu rends les choses difficiles. »

Tout cela n’aurait servi à rien si la Sainte finissait par guérir l’Invocatrice. Ça aurait été tellement plus simple si l’Invocatrice s’était suicidée quand on lui a dit de le faire.

« Arrêtez… »

Les yeux de la Sainte étaient remplis de désespoir. Elle devait savoir mieux que quiconque ce que j’étais sur le point de faire. J’ai fermé ma main autour du cou blanc et frêle de l’Invocatrice. Son corps s’est secoué lorsque sa peau est entrée en contact avec ma main froide.

La fille a laissé échapper une forte toux alors que ma main se resserrait autour de son cou tendre, comme un étau.

« Keh… Kuh… ! Ke… Kah… ! »

Je ne pouvais pas lui briser le cou rapidement. Si l’Invocatrice parvenait à rassembler ses dernières forces et à refléter mon attaque, c’est moi qui aurais le cou brisé.

Lentement, lentement.

J’ai tourné la tête de l’Invocatrice sous le regard de la Sainte. De l’avant, vers la gauche. La fille s’est agrippée à ma main, impuissante.

Elle devait être à l’agonie.

Je pouvais sentir toute la douleur qu’elle ressentait en ce moment. Vu comme je ne me souciais absolument pas de sa douleur, je devais être un monstre comme les gens le disaient.

« S’il vous plaît… ! Pitié, arrêtez ! »

J’ai renforcé ma prise en entendant les cris larmoyants de la Sainte.

Crac, snap.

Les vertèbres de son cou tournaient doucement, et se brisaient lentement.

L’Invocatrice, déjà inconsciente à cause de la douleur, laissa échapper des excréments dès lors que son cou fut complètement brisé. Ce n’était pas suffisant pour confirmer qu’elle était morte cependant, alors…

Après avoir confirmé sa mort grâce à l'[Oracle], j’ai posé le cadavre sur le sol. Je ne pouvais pas me permettre de mettre quelque chose d’aussi sale dans le [Coffre-Fort].

« Ah… »

La Sainte s’est effondrée devant le cadavre. Elle s’est laissée tomber comme une marionnette dont on aurait coupé les fils et a commencé à secouer le cadavre avec des yeux brumeux.

« Iris… ? Iris… ? »

« Elle est morte. »

« … Elle ne bouge pas. »

De toute évidence, c’est parce qu’elle est déc…

J’ai repoussé la Sainte avant d’avoir pu lui répondre. Elle m’a regardé bêtement après avoir essayé d’utiliser [Rédemption] sur le cadavre de l’Invocatrice.

« Mr. le Meurtrier… ? »

Était-elle de retour ? Ou avait-elle encore perdu la mémoire ? Si… Si elle utilisait [Rédemption] sur le cadavre, que se passerait-il ? Est-ce que les blessures du cadavre guériraient ? Ou bien…

« Eh ? Qu’est-ce que j’ai, qu’est-ce que… Ah… Iris… ? »

La Sainte était très perturbée. J’ai mis le cadavre de l’Invocatrice dans le [Coffre-Fort], réalisant que je ne pouvais pas le laisser comme ça. Ça sentirait un peu, mais je pourrais le nettoyer plus tard. Ce que je devais faire, c’était de m’occuper de ça d’abord. J’ai tendu la main pour aider la Sainte à se relever. Mais…

Slap.

La Sainte a repoussé ma main et m’a regardé avec des yeux qu’elle ne m’avait jamais montrés auparavant. Ses yeux étaient remplis d’une haine ardente, semblables à une belle rose enflammée.

« Pourquoi… »

« Vous pouvez acheter une vie, n’est-ce pas ? Achetez une vie à Iris en utilisant la mienne comme paiement. »

La Sainte a craché ces mots froidement, avant même que je ne parvienne à terminer ma phrase. Elle me regardait avec des yeux remplis de dégoût.

Ah… C’était ça ? Elle était donc redevenue normale…

C’était la “vraie” Sainte. Son amour et sa façon enjouée de parler jusqu’à maintenant étaient totalement bidon. Le fait de m’approcher sans précaution. Le fait d’agir anormalement.

Tout cela…

C’était évident. La personne avec qui elle était était était un meurtrier qui aurait pu la tuer à tout moment. J’ai peut-être l’air beau maintenant, mais à l’époque, j’étais un cadavre puant et pourri. Il aurait été normal qu’elle m’évite par peur et par dégoût. La seule raison pour laquelle elle ne l’a pas fait était…

Parce qu’elle était folle depuis le début ou parce qu’elle était beaucoup plus gentille que les autres.

Peut-être que tout cela n’était qu’une illusion de ma part. Comme je le pensais, je n’étais pas capable de faire de jugements judicieux en tant que produit défectueux. Je me demande si je serais capable de faire des calculs corrects par contre ? Elle m’a demandé d’acheter une vie à Iris en utilisant la sienne…

« Non. Tu as déjà payé quelque chose avec ça. »

La Sainte se souvenait seulement de ce qui s’était passé le dernier jour, mais je me souvenais de chacune des journées répétées.

Y compris ce qu’elle m’avait demandé de faire le quatrième jour.

J’ai réalisé ses souhaits avec le paiement qu’elle m’a donné. La preuve en était la bague à son doigt. Les yeux de la Sainte ont suivi mon regard jusqu’à sa main. Elle a eu une expression confuse pendant une seconde. Puis elle a jeté les bagues et le bracelet présents sur sa main, au sol.

« C’est ce qu’il vous faut ? Prenez-les ! Prenez tout ! »

« … Même si tu fais ça, c’est loin d’être suffisant. »

Et je ne savais même pas si je pouvais acheter une vie pour d’autres personnes. J’ai ramassé les bagues sur le sol.

Le Serpent de l’Infini, [Ouroboros]. [L’anneau Dévoreur]. Et la bague que je lui avais offerte…

« S’il vous plaît… Je vous en supplie… S’il vous plaît, je vous donnerai tout ce que vous voulez… »

Son regard vif et malveillant n’était plus là. La Sainte s’est écroulée alors qu’elle me tendait son [Portefeuille-Grenouille].

Sa main tremblante était couverte de terre…

« Toujours pas assez. »

Est-ce qu’elle m’aimait encore ? Ou cette émotion s’était-elle transformée en haine ? J’ai tendu la main vers son épaule. Seulement parce que j’étais curieux.

« Ne me touchez pas ! »

Un cri de colère.

Ma main a perdu sa cible initiale et a fini par s’agripper à l’air.

… Je vois.

J’ai compris…

Donc, son cœur…

Le voyage se terminera lorsque le Héros mourra. Après cela, il ne devrait plus y avoir de situations où je rencontrerais à nouveau la Sainte. C’est peut-être une bonne chose. Cela aurait été gênant si elle avait essayé de me suivre. Bizarrement, une question qu’elle m’avait posée juste avant que nous quittions le Village Perché m’a traversé l’esprit.

« Que pensez-vous qu’il y ait au bout de l’arc-en-ciel ? »

La joyeuse Sainte qui me lançait des questions sans relâche n’était plus.

« Un pot rempli d’or ? »

« Faux ! Il y a le bonheur et l’amour ! »

C’était tout. Comme nous avions une vision différente des choses, il nous était impossible de voir une seule chose de la même façon.

J’aurais peut-être dû m’attendre à une telle fin dès ma première rencontre avec la Sainte. Elle a levé les yeux vers moi, assise sur le sol. Son regard n’était plus rempli de dégoût ou de désespoir, mais seulement de tristesse.

« Pourquoi… Vous n’aviez pas besoin de la tuer… Alors pourquoi… »

Il n’était peut-être pas nécessaire de tuer l’Invocatrice, comme elle l’avait dit. Si la fille s’était simplement rendue, si la fille n’avait pas appelé la Sainte…

Plip, plop.

La pluie a formé une fleur d’eau en tombant sur le sol sec. La légère bruine s’est vite transformée en une pluie rugissante. Cela semblait être l’effet de l’objet de l’Invocatrice. La pluie a éteint le feu autour de l’île, diluant également le sang qui la recouvrait.

J’ai sorti la maison du [Coffre-Fort] et j’ai mis un parapluie au-dessus de la Sainte. Elle a levé les yeux vers moi avec un visage qui semblait vouloir rire et pleurer en même temps.

« Est-ce que vous n’avez vraiment… pas de cœur ? »

« Qui sait ? »

J’ai réfléchi pendant un bon moment, mais il était presque impossible de comprendre quelque chose que je n’avais pas. C’était comme si un aveugle essayait de saisir le concept d’un arc-en-ciel.

« Donc à l’époque, vous étiez vraiment… »

La Sainte a arrêté de parler. Elle a soudainement commencé à avoir une quinte de toux, du sang s’écoulant de sa bouche. Son visage est devenu pâle et le sang a roulé le long de son bras pour se mélanger à la pluie et s’écouler on ne sait où.

Était-ce à cause de la magie qu’elle avait utilisée ? Ou parce qu’elle avait enlevé ses bagues ?

La Sainte s’est évanouie alors que je restais là, choqué et troublé.




 Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant 

1 thought on “I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 58

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :