KissWood

Isaac – Chapitre 7

Il fallut un mois pour que Joon-young puisse sortir de l’hôpital. Il avait bien mis ce temps à profit car il réussit à absorber la plupart, sinon la totalité, des souvenirs d’Isaac. Grâce à cela, il put se fondre dans la société de ce nouveau monde sans problème.


Selon les rumeurs, la famille du baron Rondart était dans une situation quelque peu problématique quand l’identité d’Isaac fut découverte à l’hôpital. Une enquête sérieuse fut mise en place pour savoir pourquoi l’héritier de la famille voyageait sans escorte. La famille répondit qu’ils voulaient juste qu’Isaac fasse l’expérience du monde extérieur sans entraves Pour compenser ses débuts tardifs.


Isaac ne put pas s’empêcher de rire quand il entendit cette excuse.


Ils l’avaient étiqueté comme étant idiot pour mieux l’enfermer dans le manoir toute sa vie. Pourtant, ils ne trouvaient aucun problème à lui permettre de voyager seul pour faire « l’expérience du monde extérieur » ? N’importe qui avec une once d’intelligence trouverait cette logique aberrante, mais la famille Rondart utilisa l’influence du vicomte pour passer l’interrogatoire sans trop de difficulté. Cela aurait été une autre histoire si Isaac était mort, mais comme il avait été retrouvé vivant, ils pouvaient toujours utiliser cette excuse.


« C’est un endroit vraiment étrange. »


Isaac regarda la ville comme un enfant qui découvrait le monde pour la première fois. La vue du monde extérieur était assez limitée dans l’hôpital. Cependant, plus il en voyait de ce monde, plus celui-ci lui semblait incompréhensible. La route était propre et de petits blocs étaient alignés sur le côté, séparant les piétons de l’ensemble de tramways qui couraient dans des directions opposées.


Dans le continent appelé « Lorasie », l’Empire se trouvant être la seule nation. Ses habitants n’étaient pas seulement des humains. Il y avait aussi d’autres races comme les elfes et les nains, et même quelques tout-puissants dragons.


L’Empire était intouchable, sans concurrent ni opposant. L’empereur et la cour royale étaient le sommet de la hiérarchie, avec les nobles et les riches marchands en dessous d’eux, tandis que tout en bas se trouvaient les roturiers qui constituaient la majorité de la population.


La première chose qui troubla Joon-young était ce système de caste. D’un simple coup d’œil, il ressemblait à la structure sociale de Europe féodale, mais ici, l’héritage avait peu de valeur puisque l’Empire fonctionnait comme une méritocratie. Les cinq rangs de noblesse, duc, marquis, comte, vicomte et baron, furent donnés à ceux qui dirigeaient l’Empire. Ainsi, les dirigeants de l’Empire reçurent un titre de noblesse, et tous ceux qui servirent sous leurs ordres, qu’ils soient sorciers ou guerriers, obtinrent le titre de chevalier. En gros, les Chevaliers étaient les dignitaires de l’Empire.


Ce qui l’amusa encore plus, c’est qu’il y a aussi des nobles héréditaires. Ceux qui avaient réalisé de grands accomplissements ou qui avaient servi l’Empire pendant une durée exceptionnelle se verraient accordés des terres lorsqu’ils prendraient leur retraite.

Ce système n’étant pas rigide, n’importe qui pouvait gravir les échelons avec suffisamment d’efforts. Les roturiers peuvent devenir des nobles s’ils deviennent l’Exécutif de l’Empire et les nobles peuvent perdre leur noblesse s’ils commettent un crime. Bien qu’il fût beaucoup plus fréquent de voir quelqu’un perdre sa noblesse que de voir quelqu’un gravir les échelons, le fait était que ce n’était pas impossible. Cet empire qui régnait à travers un système de castes avait créé une infrastructure sociale apparemment parfaite où même Joon-young ne sentait aucun inconfort.


« Ce monde s’est développé d’une manière complètement différente… »


L’histoire de l’humanité est une histoire de guerres. Les civilisations se sont développées en survivant aux guerres qu’elles ont livrées. Mais aussi étrange que cela lui paraitre, ce monde possédait une infrastructure sociale lui évoquant celle des temps modernes, tout en ayant la force militaire d’un royaume médiéval. Autrement dit, ils avaient des fantassins armés d’épées et de lances, des archers avec des arcs et des flèches, ainsi que des sorciers, qui pourraient être comparés à des armes stratégiques, et des guérisseurs. C’était un monde étrange où la civilisation était très développée, tandis que leur armée était semblable à la fantasy médiévale.


« Est-ce l’équilibre délicat de la structure sociale ? Ou simplement un miracle ? »


Les gens de ce monde ont la possibilité de s’instruire. Les dirigeants de l’ancien monde ne limitaient pas l’accès à éducation sans raison. Comme le dit le dicton, « la plume est plus puissante que l’épée ». L’expansion de l’éducation mène bien souvent à la réflexion et à l’insatisfaction au sein de la population.


Instaurer un niveau d’éducation égal dans un système de caste revenait à tendre le bâton pour se faire battre. Malgré cela, les structures sociales et politiques tenaient le coup.


Bien que cela reste difficile, il était possible de gravir la hiérarchie. C’est peut-être impossible à moins de faire un effort extraordinaire, et pourtant, si vous cherchiez un exemple, l’Empire en était rempli.


Il y avait aussi une organisation appelée « Liberté », dont l’objectif visait à créer un monde gouverné par les roturiers, mais qui avait très peu d’appui de la population.


Mais au final, il était libre maintenant. Libéré du fardeau de la succession familiale. Son nouveau foyer était une école, ce qui était une excellente occasion pour lui d’obtenir plus d’informations. L’information étant sa priorité, ses notes ne signifiaient pas grand-chose pour lui. L’héritage du titre de baron n’était qu’un simple tracas. Prendre des risques pour un titre de bas rand de la noblesse n’avait aucun sens pour lui, et ce serait pire pour un titre supérieur, cela ne lui causerait que plus de problèmes. Il n’était pas du genre à se tuer à la tâche. Son but était de trouver un travail confortable mais bien-payé, et de vivre le reste de sa vie à profiter de loisirs.

Il avait aussi un autre objectif en tête. C’était un monde fantastique et après tout, dans la fantasy il y a de la magie. S’il devenait magicien, il n’aurait pas de problèmes financiers, et s’il devenait assez puissant, il pourrait même se venger de sa famille. Et puis, même si la magie n’était pas possible, peut-être qu’il pourrait devenir un maître d’épée à la place.


Cependant, il ne fallut que quelques jours pour que ses rêves soient tués dans l’œuf.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

2 thoughts on “Isaac – Chapitre 7

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :