KissWood

Isaac – Chapitre 9

« Mec, je commence à te voir sous un nouveau jour ! Cela faisait un moment que je n’avais pas vu autant d’audace de la part d’un élève se tenant devant le directeur. »

Tr note : désolé du retard et bon chapitre ^^

 « Mec, je commence à te voir sous un nouveau jour ! Cela faisait un moment que je n’avais pas vu autant d’audace de la part d’un élève se tenant devant le directeur. »


Mazelan ne put s’empêcher d’exprimer son excitation en sortant de la pièce. Il ébouriffa les cheveux d’Isaac avec beaucoup d’enthousiasme.


« Est-il vraiment si effrayant ? »

Isaac repoussa la main de Mazelan. Il avait peut-être l’air jeune maintenant, mais Mazelan l’était plus que lui en comptant son ancienne vie. Ce n’était pas agréable d’être traité comme un enfant par quelqu’un de bien plus jeune que soi, se disait-il.

« Bien sûr ! C’est le directeur du campus après tout ! La plupart des élèves se figent sur place ou tremblent tellement qu’ils ne peuvent même pas prononcer une phrase correctement. »

« Eh bien, je suppose qu’avoir traversé une situation de vie ou de mort m’a rendu moins sensible à ce genre de chose. » Marmonna Isaac en se remémorant sa vie en tant que Joon-Young.

Il était quelqu’un qui n’hésiterait pas à entrer ouvertement en conflit avec ses supérieurs si les choses tournaient mal entre eux. L’intimidation du directeur d’une école n’était rien pour lui.

« C’est pour ça que ton rêve est si bizarre ? »

« De quoi parles-tu ? »

« Quoi d’autre ? Un homme devrait rêver grand après tout. »

« Hé bien je suppose que l’objectif de tout rêve est de réussir, pas vrai ? »

« Euh, oui ? »

« Considères-tu qu’une vie est réussie quand on devient riche ou que l’on obtient un fief aussi grand que le tien ? »

« Pour la plupart, oui. »

« Et pour réussir cette vie, on doit se battre physiquement et mentalement contre d’innombrables opposants. Si l’on perd, c’est la fin du rêve, mais même si on gagne, il faudra constamment se battre pour protéger sa place au sommet, pas vrai ? »

« C’est vrai. »

« Mais l’intérêt de tout cela est de vivre une vie facile et confortable, non ? »

« …Je suppose ? »

« C’est pourquoi j’ai décidé de réussir ma vie en sautant le processus. Bien sûr, je n’obtiendrai pas la quantité de richesses que je pourrais amasser en faisant tout cela, mais c’est une perte que je considère, disons … acceptable. »

« Si tu le dis … »

Bien que confus au début, Mazelan comprit les fausses joies que se faisait Isaac. Il eut un sourire narquois et décoiffa Isaac une seconde fois.


« Et où as-tu appris à parler comme ça ? J’ai failli tomber amoureux. »

Tout comme chacun a ses propres points de vue et perspectives, chacun a son propre rêve de réussite. Avoir une vie facile n’était pas le seul type de réussite au monde.

« Eh bien, c’est la vie idéale dont je rêve. C’est ce qui se passe lorsque qu’une personne est fatiguée de tous les complots et intrigues auxquels elle a dû faire face depuis son enfance. »

« Non. Je pense que tu te trompes à propos de ça. »

Mazelan en était sûr. Ceux qui avaient été isolés et éloignés de leur famille reviennent avec un désir de vengeance amère ou disparaissent après avoir lamentablement échoué. Ceux d’entre eux qui préféraient ignorer le reste du monde en restant loin de tout, comme Isaac le souhaitait, étaient rares. Il était en effet spécial, et c’est peut-être la raison pour laquelle le directeur lui avait accordé un traitement si particulier.

Une fois qu’ils furent tous deux montés dans la voiture pour sortir du campus, Mazelan commença à résumer le document.

« Commençons par le commencement. Sache que tu es dans une situation quelque peu compliquée. »

« Je t’en prie. »

« Ton existence est une nuisance pour les gens du campus. »

« … On ne t’a jamais dit que tu es un peu trop direct dans ta façon de parler ? »


Au fond de lui, Isaac le savait déjà, mais ça faisait toujours mal de l’entendre de quelqu’un d’autre. 

« Hm? Mes amis le disent parfois. »

« Continue. »

« Ce n’est pas que nous ne recevons jamais de nouveaux étudiants plus âgés que la moyenne, mais ces étudiants sont généralement transférés ici depuis d’autres écoles après avoir fait preuve de grandes prouesses ou de talent dans leur domaine d’expertise. Cependant, tu es entré sur le campus sans aucune éducation uniquement parce que du fait de ton titre de noblesse. »

« On dirait que je suis le méchant parfait. »

« C’est le cas. Les roturiers te détesteront parce que tu as évité toute la douleur et les efforts qu’ils ont eu à mettre en œuvre pour entrer dans le campus. Les nobles ne t’apprécieront pas non plus, car ils penseront que tu ternis la réputation de la noblesse du Campus dans son ensemble. Les professeurs et conférenciers sont fiers d’enseigner aux jeunes esprits les plus fins et les plus talentueux de l’Empire et ils détesteront certainement abaisser leur niveau d’enseignement pour un individu sans instruction spécifique. »

« Cela peut sembler dur, mais as-tu des amis ? »

« Hein ? Comment est-ce que tu le sais ? J’ai essayé de devenir ami avec tout le monde, mais ils ont tous tendance à m’éviter. Mais bon, j’ai encore quelques amis proches. »

Quelles âmes héroïques ils ont.

Les gens qui se sont acclimatés à la façon directe de parler de cet homme ne doivent pas être ordinaires. Pensa Isaac avec la plus grande sincérité.

« Je ne sais pas qui ils sont, mais ils sont de vrais amis. Traite-les bien. »

Au début, Mazelan était confus quand Isaac a prononcé ces paroles de sagesse, mais ensuite il fit une expression amusée et mis un coup dans l’épaule d’Isaac.

« Et à qui penses-tu donner des conseils comme ça ? Tu es encore trop jeune pour me donner des leçons de vie. »

« Uaah ! Regarde ! Regardes où tu vas ! »

« Uhak ! »

Après s’être laissé distraire par Isaac, Mazelan dû faire de son mieux pour esquiver l’arbre devant eux. Après avoir réussi à l’éviter et à s’arrêter, ils poussèrent un soupir de soulagement.

« Ouf, nos noms auraient été écrit dans les livres d’histoire si nous étions morts comme ça. » Murmura Isaac.

Mazelan, enfin calmé par le choc, demanda.

« Pourquoi entrerions-nous dans l’histoire en mourant de cette façon ? »

« Nous serions les victimes d’un accident mortel lors de l’essai du plus récent dispositif de transport. Sur nos pierres tombales, ils écriraient quelque chose comme ceci : “Ici se trouve Mazelan, qui a donné sa vie pour montrer les dangers possibles du dernier appareil de transport… ” »

Mazelan essaya de dire quelque chose à Isaac, mais décida de s’arrêter à mi-chemin.

« [Soupir], je n’ai rien à dire. C’était ma faute après tout. Je vais devoir faire un rapport à ce sujet. La négligence du conducteur peut entraîner un accident mortel et nécessitera des mesures de sécurité pour l’éviter. »

Mazelan redémarra la voiture, mais cette fois, il sembla conduire en étant plus concentré sur la route.

« Alors, où en étions-nous déjà ? »

« Que tout le monde me déteste. »

« C’est vrai. Fondamentalement, aucune école du campus ne t’acceptera. »

« Est-ce que cela signifie que je peux simplement faire ce que je veux toute la journée ? »

Mazelan secoua la tête.

« C’est pourquoi le directeur t’a donné un ensemble spécial de règles. Tu ne seras inscrit dans aucune des écoles du campus, mais tu pourras apprendre tout ce que tu souhaites pendant 5 ans. Si tu parviens à rester 5 ans au sein du Campus, tu obtiendras ton diplôme en tant qu’étudiant du Campus. Cependant, si jamais tu souhaitais quitter le Campus avant les 5 ans, le Campus supprimera toutes traces de ton inscription. »

« Quel traitement spécial. Donner un certificat d’études supérieures après 5 ans de rien ? Alors tu ne vas pas vérifier mes notes ou quoi ? »

« C’est vrai. Cela semble favorable à première vue, n’est-ce pas ? »

« N’est-ce pas ? »

« Il dit “si vous parvenez à durer ces 5 ans”. Est-ce que cela te donne un indice ? »

« Ils feront tout ce qu’il faut pour me virer. »

« C’est vrai. Et votre frère Kainen sera le premier à vouloir vous faire exclure. »

« C’était probablement son objectif initial lorsque j’ai été envoyé ici. »

« Eh bien, ne t’inquiète pas de trop. Tu vois, je commence à t’apprécier. Ils ne pourront rien faire d’extrême quand je surveillerai ton dos. »

« C’est super. »

« Tu pourrais au moins faire semblant d’être content. »

Alors que Mazelan ne semblait pas satisfait des remerciements sans enthousiasme d’Isaac, la voiture arriva à destination.

« Nous sommes de retour au port ? »

« Oui. Tu ferais mieux d’aller déballer tes affaires maintenant. »

« Y a-t-il des étudiants qui vivent ici ? »

« Non. Tu es le seul. Les étudiants vivent dans des dortoirs gérés par les écoles dans lesquelles ils sont inscrits, mais comme tu n’es inscrit dans aucune école… »

Mazelan conduisit Isaac à une loge sur le côté du port. C’était une loge pour des visites temporaires habituellement réservée aux marins du navire de ravitaillement qui visitent le campus tous les deux jours, quand ces derniers ne peuvent pas partir à l’heure en raison du mauvais temps.

Mais avec Gavelin et le Campus à seulement une heure de trajet, le moment où la météo aurait un impact sur le calendrier est le moment où le navire ne devrait même pas naviguer, en premier lieu. Le logement avait été construit uniquement en raison de la réglementation et il était donc toujours vide.

« Tu ferais mieux de me remercier pour de vrai cette fois. J’ai dû tirer quelques ficelles pour te trouver cet endroit. Sinon, tu dormirais dans la rue. »

« Hm, merci. Je n’oublierai pas cela. »

Les actes de gentillesse méritent de la gratitude. Si Mazelan n’aimait pas Isaac, il se serait retrouvé sans-abri.

Heureux de la gratitude, cette fois sincère, d’Isaac, Mazelan sourit et montra à Isaac sa chambre.

« Je t’ai nommé ici en tant que gestionnaire du lodge, il te suffit donc de nettoyer et de réparer le lodge chaque fois que tu le pourras. Ta chambre a été conçue à l’origine pour les capitaines de navire également, tu ne devrais donc pas la trouver trop petite. »

La chambre n’était peut-être pas luxueuse, mais c’était beaucoup mieux que la chambre qu’Isaac utilisait quand il était plus jeune.

« Repose-toi une fois que tu auras fini de déballer. Je te verrai demain. »

« Demain ? »

Isaac était confus. Y avait-il encore plus après cela ?

« Ah, ai-je oublié ? Le document précise qu’un représentant sera choisi pour veiller sur toi. Cela semblait amusant, alors j’ai décidé de me porter volontaire. »

Mazelan était en effet étrange.

« Alors, que dois-je faire à partir de demain ? »

« C’est à toi de voir. Qu’est ce qui t’intéresse ? »

« La magie. »

Isaac répondit immédiatement. Devenir un grand mage était quelque chose que tout le monde souhaiterait si la magie existait. La seule chose qui dérangeait Isaac était Mazelan, qui le regardait avec des yeux dubitatifs.

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

3 thoughts on “Isaac – Chapitre 9

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :