KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 183

Merci aux sponsors du mois !

Quentin S. (1€)

Guillaume V. (25€)

Arthur H. (10€)

_________________


Conscience et Inconscience.

« Continue ! »
« Plus fort ! Plus fort »
« Tue-la ! Tue-la ! »

Les voix continuent de résonner dans ma tête et l’étreinte sur mon bras devient plus forte. Il faut que la lame avance. Je dois le faire. Il faut que je le fasse. Je dois me débarrasser de Micha. Il faut que je transperce son cœur. C’est tellement difficile, et pourtant il n’y a que quelques centimètres…

« … »
« … »
« … »

Tout est silencieux, tout est tellement silencieux d’un coup. Plus personne ne bouge, plus personne ne parle. Micha et Falco me regardent comme s’ils étaient en colère que je n’y arrive pas. Ils me détestent, ils me détestent tous. Je dois en finir plus vite, si je ne le fais pas… Si je ne le fais pas, je n’aurai plus personne…. Je serai seul. Je ne veux pas les décevoir, je ne le supporterai pas.

Ma vision se trouble petit à petit. Les distances autour de moi ne font pas de sens… Je me sens nauséeux. Je ne comprends pas. C’est comme si plus rien ne faisait de sens. Qu’est-ce que je fais… Q-Quoi ?

« FAIS-LE »
« TUE-LA »
« TUE CETTE CHIENNE »

*

Mes bras tremblent. Je commence à vraiment avoir du mal à arrêter le couteau. Au cas où, j’ai placé mon sceptre entre la pointe de sa lame et son torse. Si jamais je lâche, je gagnerais au moins quelques instants.

[Ne t’arrête surtout pas, j’y suis presque.]
C’est plus facile à dire qu’à faire…
[Si tu ne réussis pas, tu auras la mort du dernier dresseur sur la conscience ! Il y aura du sang partout ! Ce sera de ta faute !]

Franchement, je ne sais pas qui me parle, mais ce n’est pas le moment de me créer des traumas. Je suis déjà à la limite de fondre en larme, je n’ai pas besoin qu’on me rajoute encore plus de responsabilités. Je ne sais même pas comment va Pete. Heugh… Si ça se trouve, il est déjà par terre en train d’agoniser dans son s-sang…
P-pourquoi est-ce que je suis là… Qu’est-ce que je fais là ? Retenir une lame qui va s’enfoncer dans son cœur ? Si seulement il ne la tenait pas aussi fermement, je pourrais sans doute lui retirer… Ghghhh….
Je veux rentrer chez moi… Au moins, je n’aurais pas à faire ce genre de chose. Si seulement je m’étais trouvé un gentil groupe de grimpeurs… Je pourrais leur montrer le chemin et ne servir qu’à ça pendant qu’ils me protégeront du danger… Classe principale de guide… sans danger… les fils du destin… Tout ça pour finir ici avec Pete, deux meurtriers, un suicidaire et une voix dans ma tête…

[J’y suis ! Encore un peu !]

La voix résonne encore. J’espère bien qu’il y arrive, parce que je ne vais pas tenir plus longtemps. À la moindre goutte de sang, je m’enfuis de toute façon. Je laisse tomber les guides et je me trouve une gentille classe d’artisan pour aller me faire une maison dans le premier monde dont je ne sortirai jamais. C’était bien la peine de venir au pied de la tour, puisque je n’ai qu’une envie, c’est de m’en aller et ne plus jamais revenir… « C’est la seule solution » ; « Si on n’essaye pas ça, tu risques de mourir » ; « Ils pourront peut-être te soigner là-bas » ; « Je préfère encore te voir disparaître et survivre là-bas que mourir ici »…. Si j’avais su ce qui m’attendait, je serais resté sur Terre. C’était amusant les premiers mois, mais maintenant ce n’est plus du tout le cas.
Si la voix que j’ai entendue ne se dépêche pas, je me fiche de me faire crever les yeux, au moins je ne verrai plus jamais de sang…

Il a les mains qui tremblent, est-ce que c’est bon ? Je sens moins de résistance maintenant.
[FRAPPE-LE ! MAINTENANT !]
Sérieusement ?! Je suis non-violente ! Demande à quelqu’un d’autre de faire ça, le démon ! Je préfère encore le laisser mourir que de le frapper !
[Oh… Toi, je vais sérieusement te faire souffrir une fois que tout cela sera terminé.]
… Non ? S’il vous plaît ? Je fais ce que je peux… mais ça, c’est trop pour moi.
[Très bien, je m’en occupe. Retiens la lame et ne bouge pas !]

Ah ? En même temps que la voix vient de finir de parler, je peux sentir un poids sur mon épaule. Il y a définitivement quelque chose sur mon épaule, mais je ne vois rien… C-C’est un fantôme c’est ça ? Je parlais à un fantôme depuis tout à l’heure, et maintenant il va me tuer. Boire mon sang pour devenir plus fort et se servir de mon âme pour…

[Sérieusement, arrête de penser, tu es encore plus fatigante que lui et ça fait dix minutes que je l’empêche de mourir. Ne bouge pas.]

La présence sur mon épaule apparaît finalement, et c’est une sorte de petit renard à grandes oreilles. C’est… plutôt mignon pour un démon ? Mais pour apparaître comme ça, c’est clairement un monstre. Le problème, c’est que je n’en ai jamais vu de tel, du coup je ne sais pas quoi faire. J’ai de quoi m’occuper de gobelins, de loups, d-d’araignées géantes… principalement avec des sprays, mais pas pour les petits renards mignons, ce n’est clairement pas sur ma liste….

Le renard se jette sur l’épaule du dresseur sans attendre et il commence à lui mordre l’oreille… C’était mignon jusqu’à ce que je commence à voir du sang couler… C’est bon, je vais être malade… J’ai la tête qui tourne et je vais finir par m’évanouir… Ugh… Hic… Ne vomis pas… Ne vomis paaaa –

Soudainement, le dresseur devant moi rouvre les yeux en toussant et en prenant une grande respiration. Le renard disparaît aussitôt et je peux clairement voir beaucoup de sang qui coule de son oreille… Il finit par lâcher son arme qui tombe par terre alors qu’il tombe lui-même à genoux.

Je sens que je vais m’évanouir, ou alors ce serait probablement déjà le cas si la voix du renard n’était pas directement dans ma tête en train de me dire de me calmer. Mais une fois qu’il me dit de me reposer, je tombe par terre et je commence à pleurer. Ce n’est pas comme si j’avais envie de pleurer, mais je réagis très mal au stress. Au moins, je ne suis pas inconsciente.

Le dresseur se redresse et titube légèrement devant moi. Il attrape son arme et je me dis qu’il va me tuer. C’est comme ça que je vais mourir, perdue au milieu de la tour des druides et assassinée par la personne que je viens d’aider à sauver…

Mais contrairement à ce que je pense, il ne me regarde même pas et se tourne vers les autres en avançant. Ah… AH, Pete ! Est-ce qu’il est en vie ?!

Alors que je tourne la tête pour vérifier, le dresseur fait un bon en avant et se jette sur la femme qui a toujours l’air aussi paniquée. Elle tient en joue avec son couteau un serpent par terre qui la menace. Le dresseur l’attaque et je décide de tourner la tête, je ne veux pas voir ça… Je sursaute en entendant le corps qui tombe sur le plancher, mais je ne veux pas regarder. Impossible.

J’entends toujours Pete appeler à l’aide et, par réflexe, je lève la tête dans sa direction. Il est aux prises avec l’homme et il est sur le point de se faire poignarder, mais le dresseur est debout et s’apprête à l’aider… Ah, ne regarde pas, ne regarde pas, regarde par terre, regarde par terre. Devant moi, je peux voir le renard qui m’observe.

[Tu es un drôle de numéro, toi.]
Même le renard me juge, maintenant… J’espère au moins qu’il ne me fera pas de mal, maintenant. J’ai fait tout ce que tu voulais, non ?
[Oui, c’est bon. Tu peux te détendre. Maintenant qu’il est réveillé, il n’y a plus de problème.]

Alors que je regarde le renard, il se produit quelque chose d’étrange… Une sorte de fumée noire commence à rentrer dans son corps…

[Hmgn… c’est… nouveau… ça…]

Il a l’air de souffrir, et je cherche à voir d’où vient cette fumée noire… aHa… le cadavre par terre… la femme…. Ha… du sang….

Et bien, c’est bon, je perds connaissance…


Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 183

  1. Merci pour le chapitre, intéressante la guide, t’arrive bien à retransmettre sa panique dans ton texte, t’as un vrai talent pour l’écriture

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :