KissWood

Isaac – Chapitre 23

Rivelia câlinait Kunette comme si sa vie en dépendait, criant de joie tout en décrivant combien la fourrure de Kunette était douce et chaleureuse. Malheureusement pour elle, sa raison la rattrapa et lui rappela la faiblesse de sa volonté. Elle tomba à genoux et se mit à pleurer tandis que Kunette s’agenouilla à ses côtés pour la réconforter.

Pendant ce temps, les étudiantes enviaient Rivelia pour avoir réussi à câliner Kunette alors que les garçons auraient souhaité être à la place de Kunette pour avoir la chance d’être pris dans les bras de Rivelia. Malgré ça, leur jalousie ne les empêcha pas de vider consciencieusement la tente des sandwichs.


« Huhuh, c’est un énorme succès, Sunbaenim. »


Krent s’approcha d’Isaac avec un grand sourire.


« J’admets être satisfait du résultat pour un plan fait à la va-vite, ceci dit je ne pensais pas qu’ils investiraient autant d’argent dedans. »

« Il est vrai qu’il y a eu tout un débat à ce sujet, c’est pourquoi nous avons décidé d’investir uniquement l’argent de notre famille dans ce plan. Après tout, ce projet est un investissement à long terme et il faudra du temps avant que nous puissions en récolter les bénéfices. »


« D’ailleurs je dois dire que je te suis redevable. J’étais très près de tomber dans le piège qu’elle avait tendu. »


Le plan original d’Isaac consistait à vendre des sandwichs aux étudiants. Bien sûr, ces derniers n’amenant pas d’argent avec eux, ils n’auraient eu d’autre choix que de donner leur bien les plus précieux en échange d’un sandwich. Si Krent n’avait pas averti Isaac des changements du règlement, Isaac aurait marché dans le piège que Rivelia lui avait tendu.

Grâce à la réactivité de Krent, Isaac eu le temps de changer son plan à la dernière minute. N’ayant aucun moyen de s’assurer un profit immédiat, le maître de la Guilde des marchands de Rivolden proposa un ajustement des termes du contrat passé avec Isaac en un rien de temps. Isaac ne fut pas surpris qu’un homme dirigeant l’une des plus grandes guildes de marchands de l’Empire sache prendre des décisions si rapidement.


« Mais êtes-vous sûr de ne pas le dire à Kunette ? »


Krent murmura à Isaac avec inquiétude après avoir vérifié que Kunette ne faisait pas attention à eux.


« Ne t’inquiète pas pour ça. Après tout, dix pots de miel par jour en contrepartie est plus que suffisant, non ? »


« C’est vrai, mais… »


Isaac n’avait pas les moyens de se fournir 10 pots de miel par jour. Il décida donc de faire un autre accord secret avec la Guilde des Marchands de Rivolden.


Kunette deviendrai la mascotte de la Guilde des Marchands de Rivolden, en contrepartie de quoi cette dernière la récompensera en lui fournissant autant de miel qu’elle voudra. Le fait que Kunette elle-même ne soit pas au courant de ce fait était discutable et c’est pourquoi Krent était inquiet.


« Je suis sûr qu’elle sera heureuse d’apprendre qu’elle gagne le miel qu’elle reçoit. »

Isaac était bien conscient que Kunette essayait de s’abstenir de lui demander de lui donner du miel autant qu’elle le pouvait malgré son instinct. Isaac trouvait cela trop mignon et ne pouvait pas s’empêcher de lui donner tout le miel qu’il avait. Après tout, il croit fermement que les enfants doivent pouvoir manger à leur faim et il se trouvait que Kunette ne se nourrissait quasiment que de miel.


« Alors pourquoi ne lui avez-vous pas parlé de notre accord ? »


« Parce que je n’aurai jamais pu me débarrasser de Rivelia sans elle. »


Si Kunette avait su que c’était la Guilde des Marchands de Rivolden qui se chargerai d’approvisionner sa réserve de miel, elle n’aurait jamais permis d’être câlinée par Rivelia. Malheureusement pour elle, Isaac avait besoin d’elle pour empêcher Rivelia de continuer à le déranger. Après l’avoir observée de son Œil Perçant, Kunette n’avait vu en Rivelia qu’une petite fille insouciante. Evidemment, quelle petite fille sait résister aux choses mignonnes ?


À la fin de la journée, Isaac avait passé un marché avec Rivelia et gagné des points auprès de la guilde Rivolden. C’était le meilleur résultat qu’il aurait pu espérer.


Après cela, la Semaine de la Souffrance se déroula sans incident. Le seul problème était que la Semaine de la Souffrance dura plus longtemps que prévu. En effet, après la petite démonstration d’Isaac, les étudiants eurent encore plus de mal à ingérer les rations alimentaires et s’étaient limités autant que possible.

Rivelia semblait assez déprimée par le fait qu’elle ait succombé aux charmes de Kunette, mais elle continuait à venir la câliner tous les jours. Kunette aussi semblait déprimée de ne pas pouvoir contenir son envie de miel. Le temps passa et elle arriva finalement à s’habituer aux câlins de Rivelia. Cela ne l’empêchait pas de réclamer son dû.


Elle apprit plus tard la vérité sur le marché qu’Isaac avait passé avec la Guilde des marchands Rivolden et s’était énervée, mais Isaac apaisa sa colère en déblatérant calmement le mensonge qu’il avait préparé en amont. Il lui expliqua à quel point elle était parfaite dans ce rôle, qu’elle ne recevait plus son miel par pitié mais pour son dur labeur et que ce marketing était une bénédiction qui lui permettait de manger autant de miel qu’elle voulait. Le mensonge sournois d’Isaac suffit à la calmer.


« Hiing ! Sunbaenim ! »


« Pourquoi reviens-tu avec les larmes aux yeux Reisha ? »


Au cours de la Semaine de la Souffrance, Isaac ne put recevoir aucune commande de la part des étudiants. S’attendant à une montagne de travail, il avait demandé à Reisha et Kunette de relancer les étudiants.


« Nous n’avons pas reçu de commandes… »


« Qu’entends-tu par-là ? Ne me dis pas que tu as perdu la liste sur le chemin du retour ? »


« Non. Nous n’avons pas eu le temps de prendre la moindre commande. »

« … Quoi ? »


Isaac soupira et abandonna l’idée de donner un sens aux mots de Rivelia. Il se tourna vers Kunette alors qu’elle se saisissait d’un pot de miel.


« Nous avons pris le thé avec Rivelia. »


« Vous avez pris du thé toute la journée ? »


Isaac ne pouvait pas comprendre comment quelqu’un pouvait boire du thé pendant trois heures. Pour quelqu’un comme lui, le thé se consommait en quelques secondes. Elles devraient avoir eu plus qu’assez de temps pour prendre les commandes une fois cela fait.


« Rivelia s’accrochait constamment à nous pour qu’aucun des autres élèves ne puisse s’approcher. »


« Hmm, je suppose que cette fille vous aime bien. »


Isaac se souvenait du sourire de Rivelia quand elle avait finalement réussi à câliner Kunette. Il pensa donc que ce n’était qu’un contretemps.


Une autre quinzaine de jours passa sans que Kunette et Reisha ne reçoivent la moindre commande. C’est alors qu’Isaac réalisa la gravité de ce problème. Il pensait qu’elle abandonnerait à un moment donné, mais elle semblait beaucoup plus patiente qu’il ne l’avait imaginé.

« Si vous voulez capturer le général, faite d’abord tomber son cheval … Il n’y a pas à dire, elle est maline. »


Une fois qu’il comprit le plan de Rivelia, Isaac la trouva à la fois remarquable et adorable. Rivelia avait réussi à comprendre la personnalité d’Isaac en si peu de temps.


Isaac se posa et réfléchit un instant. Il envisagea de régler la question en allant sur le campus et en réglant les choses lui-même, mais en toute honnêteté, il trouvait cela extrêmement fastidieux. C’est la raison pour laquelle il avait demandé à Reisha et Kunette d’y retourner.


« Es-tu sûr de toi, Sunbaenim ? La situation sera la même demain tu sais ? »


Reisha était perplexe et ne cachait pas son mécontentement. Après tout, elle ne rendait service à Isaac que parce qu’elle trouvait ça amusant. Cependant, il n’y avait rien d’amusant dans une telle situation.


« A-t-elle vraiment l’air de ne pas vouloir s’arrêter ? »


« Oui. Comment dire… Elle semblait déterminée à ne pas abandonner. »

« C’est un problème… »


Les étudiants du Campus disposaient de 3 heures de pause déjeuner, mais la gestion du temps étant cruciale pour suivre le programme d’études du campus, la plupart utilisait ce temps pour leur travail personnel. A l’Université, ceux qui prennent du retard sont laissés pour compte.


Le fait que Rivelia, génie parmi les génies, consacrerait sa pause entière à prendre le thé était ridicule. Il était clair que c’était juste une façade pour harceler Isaac d’une nouvelle façon.


« Ce n’est pas bon… »


Si elle continuait comme ça, Rivelia pourrai prendre du retard sur ses études et voir ses notes baisser très rapidement. Pour elle, cela signifierait simplement qu’elle perdrait son statut de plus grande génie de sa génération, mais Isaac ne serait pas en mesure d’échapper au blâme. En effet, beaucoup de dignitaires anticipaient le succès de Rivelia et Isaac serait inévitablement perçu comme la cause de son échec.


« Tsk. N’a-t-elle rien de mieux à faire ? Je suppose que je vais devoir lui rappeler son rôle dans ce monde moi-même. »

**


« Que faites-vous ici ? »


« Êtes-vous réellement prête à sacrifier vos notes juste pour ça ? »

« Hmph ! Je ne vois pas de quoi vous parlez. »


« Vous devriez savoir que même si c’est plus fastidieux, je peux récupérer les commandes moi-même. »


« Ah ! Je suppose que cela veut dire que je serai forcée de voie votre visage méprisable tous les jours. »


Isaac ne pouvait que soupirer face à l’attitude exaspérante de Rivelia qui s’entêtait à lui tenir tête.


« Alors, allez-vous vraiment retenir Reisha et Kunette tous les jours ? »


« Hmph ! Mon emploi du temps est extrêmement lourd et je fais donc simplement une pause. Rien de plus »


« En prenant un thé tous les jours avec Reisha et Kunette jusqu’à la remise des diplômes ? Vous devriez savoir les conséquences d’une telle décision. »


« En quoi est-ce impossible ? Tant que vous continuerez à profiter des pauvres étudiants du Campus en utilisant ces deux filles comme des outils, je ne cesserai pas de me sacrifier pour elles. »


« Vous prendrez donc du thé tous les jours ? »


« C, c’est exact. »


Une fois de plus, un frisson parcourut sa colonne vertébrale. Elle hésita un court instant avant de relever la tête comme pour effacer ce moment de doute. 

« D’accord ! Dans ce cas, j’aimerais le parrainer de ma poche. »


« Quoi ? »


« Si vous voulez prendre le thé, vous devez le faire correctement. Au diable ces feuilles de thé dégoûtantes. Je m’engage à me procurer pour vous les feuilles de thé les plus célèbres et les plus rares au sein de l’Empire. Pendant que j’y suis, utiliser les tasses du campus va sûrement ruiner la saveur du thé, je vous obtiendrai donc également les services à thé les plus raffinés que je trouverai et les collations les plus délicieuses pour accompagner le thé. Ainsi, vous pourrez profiter de parties de thé luxueuse tous les jours. »


« Quel est votre but ? »


Rivelia commençait à s’inquiéter maintenant qu’Isaac semblait si désireux de soutenir ses actions.


« Quel but ? Je veux sincèrement aider à vous relaxer de la meilleure façon possible, c’est tout. »


« Je n’ai pas besoin de votre aide. »


« Je vous assure que vous vous lasserez rapidement de ces feuilles de mauvaise qualité que fournit le campus. Laissez-moi vous aider je vous en prie. »


« Uck… »


Ce qu’Isaac disait était vrai. Contrairement aux menus exquis proposés la cafétéria, les feuilles de thé étaient bon marché. Parfois c’était trop amer, d’autres fois c’était trop fade.

« Ah, bien. Alors j’accepte votre gentillesse. D’abord, je veux le Lublanc Sky, la spécialité de la province de Lublé. C’est un ensemble de thé premium dont seulement 20 sont faits chaque année, mais je suis sûre que vous trouverez un moyen de vous en procurer grâce à votre talent en la matière. Ah ! Je voudrais aussi que vous apportiez différents types de thé. Bien sûr, ils doivent tous être de la plus haute qualité, je ne veux pas de fonds de boutique. Est-ce possible ? »

« Cela semble plutôt compliqué. »


Il était évident qu’elle voulait mettre Isaac en difficulté. Même la Guilde des Marchands de Rivolden aurait du mal à se procurer ces marchandises pour Rivelia.


L’argent seul ne suffisait pas à acquérir ces produits. La production étant limitée, les acheteurs étaient contraints de réserver des années à l’avance pour les obtenir. Certains établissements étaient si célèbres qu’ils n’acceptaient mêmes pas les commandes des roturiers ou de nobles inférieurs.


« Êtes-vous en train de me dire que vous ne pouvez pas le faire ? »


« Pas du tout. Mais je pense que cela prendra un certain temps. »


« Ha. Je ne m’attendais pas non plus à ce que vous les ayez tout de suite. Mais de combien de temps avez-vous besoin ?  J’espère que vous ne me ferez pas patienter plus d’un an. »


« Je pense que dix jours devraient suffire. »

« Ha ! Pouvez-vous vraiment fournir tout cela dans les dix jours ? Si vous le pouvez, alors je vais certainement prendre un thé tous les jours. Il est rare de profiter d’un thé de cette qualité en si grande abondance. »


« Est-ce une promesse ? »


« Bien sûr. Je jure sur mon nom et sur ma famille. »


« Tsk tsk, tu es encore si jeune. »


« Qu’avez-vous dit ? »


« Vous ne devriez pas mettre votre nom en jeu si facilement. Cela ne devrait être fait que lorsque l’on est absolument sûr de gagner. »


« Ça ne vous regarde pas. »


« Eh bien, je pense que jurer votre nom va trop loin, alors je vais faire comme si je ne l’avais pas entendu. Appelons ça une promesse entre nous. »


« Essayez-vous de vous retirer de la course ? »


« Nous nous reverrons dans dix jours. »


Rivelia s’inquiétait de l’air détendu d’Isaac, mais en même temps, elle savait à quel point il était difficile d’acheter les marchandises qu’elle avait demandées.


« Hmph ! Nous verrons bien. »

Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

1 thought on “Isaac – Chapitre 23

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :