KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 214

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

_________________

Un refus retentissant.

Je soupire en regardant Nerys qui me fixe du regard. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle parle aussi ouvertement de tout cela. C’est sans doute la première fois qu’elle parle aussi longtemps avec moi. D’habitude, elle se serait contentée de quelques phrases avant de reprendre l’entraînement.

J’ai bien compris que même si elle ne le dira jamais, elle ne veut pas que je meure. Déjà parce que ce serait une perte considérable de temps après m’avoir entraîné aussi longtemps, mais aussi parce qu’elle est dure avec moi pour mon bien. Je ne serais pas resté m’entraîner ici si je n’avais pas compris que ce qui est considéré comme de la torture ailleurs est pour mon bien. Me parler en essayant d’être compréhensive comme elle le fait actuellement n’est pas anodin.

Au final, Nerys est la personne avec laquelle j’ai passé le plus de temps au pied de la tour. Bien devant Maliel, Emy ou Fae. Elle est aussi la personne qui m’a fait le plus souffrir depuis que je suis grimpeur et sans doute celle que j’ai le plus fini par détester, même si j’apprécie ce qu’elle fait pour moi dans le fond.
Ma relation avec elle est sans doute étrange maintenant que j’y pense. Difficile de la décrire, elle est une sorte de mentor, de parent plus âgé capable de me donner des conseils. Une amie.

C’est aussi pour ça que je n’ai jamais menti et que je ne le ferai jamais, même si le sujet ne me plaît pas.

« Je le sais déjà. »

Pour la première fois depuis que je la connais, Nerys a l’air surprise. Elle penche légèrement la tête sur le côté et fronce un sourcil pendant quelques instants. Bon, curieuse plus que surprise.

Pour moi, il n’y a rien de nouveau dans ce qu’elle m’annonce.

«  Je n’aime pas tuer et j’ai bien compris que c’était ce qui me différenciait de mes adversaires. Ils n’hésitent pas à faire ce qui est nécessaire pour gagner, peu importe la technique. C’est ce qui me ralentit et ce n’est que quand je suis dans un sale état que je finis par abandonner l’idée de ne pas faire souffrir. Ou alors quand on s’en prend à quelqu’un qui est important pour moi. »

Je ne fais que paraphraser ce qu’elle vient de m’annoncer, mais tout cela, je l’ai déjà plus ou moins compris depuis l’attaque du village sur Galatia. Je n’ai jamais voulu y penser et j’ai mis ça de côté, mais ce n’était sans doute pas une solution.

À travers les liens, je peux sentir que Micha ressent que la conversation est pénible pour moi et me dit de faire de mon mieux. Juliette ne s’intéresse même pas à moi et semble s’ennuyer alors qu’elle s’entraîne sur un mannequin en armure. Yuu de son côté, ne laisse rien filtrer à travers le lien et ne semble pas avoir envie de parler.

— Est-ce que tu souhaites changer cela ?
— Difficile à dire. Je n’ai jamais souhaité le malheur des autres. Je m’imagine mal être capable de changer en peu de temps. Et je ne vois pas comment me servir de mon empathie pour me battre serait un avantage.
— En tant que professeur, c’est à moi de m’inquiéter des méthodes. Mais, ne pas changer est ton choix, n’espère juste pas devenir plus fort rapidement.
— Tant que je me battrai, c’est quelque chose qui me suivra partout… n’est-ce pas ?
— C’est effectivement une faiblesse qui sera présente dans tous tes combats. Mais cela te rendra bien plus fort quand tu maîtriseras ton esprit. Te battre sera naturel et plus quelque chose ralenti par ta réflexion ou tes pensées contradictoires.

Nerys continue de me regarder et, même si je perçois un peu d’irritation dans le ton de sa voix, elle semble surtout vouloir me faire comprendre quelque chose.

« Chaque classe te demande de maîtriser un domaine. Le corps, l’esprit, le mana, la créativité, l’intelligence et d’autres encore. Les assassins maîtrisent la létalité. Si ton empathie te gêne, tue-la. Si tu souhaites devenir plus létal, en bon dresseur, dresse ta colère pour qu’elle t’obéisse. Mais n’espère pas devenir plus fort au combat sans avoir réussi l’un ou l’autre. Peu importe le lieu ou l’adversaire, si tu hésites, tu meurs. Ne pas te consacrer entièrement à un combat finira par te tuer. Laisser une chance à ton adversaire de te tuer est ridicule pour un assassin. Même si cela te permet de justifier ensuite de devoir le tuer. C’est une étape superflue de tes combats dont tu n’as pas besoin. C’est à toi de choisir si tu souhaites entraîner ton corps et ton esprit pour résoudre cela. »

En m’expliquant qu’elle va attendre que j’aie pris une décision pour la suite, elle part en direction du village. Il ne reste donc plus que moi et mes pensées.

Quand Yuu m’a montré mes trajectoires en combat, je me suis rendu compte que je passais trop près des attaques même les plus faciles à esquiver, quoi que je fasse. Je ne suis pas masochiste et ce n’est pas un « style » où j’esquive au dernier moment. Si je le fais, c’est bien parce que je cherche à avoir une raison pour tuer. J’ai besoin de justifier mes attaques, parce que sinon ce serait juste un meurtre.

La question se pose moins quand je dois affronter un groupe, mais effectivement Nerys à raison. Je suis probablement faible à cause de cela. Si je comprends bien, ce sera aussi impossible d’avoir un style si j’ai peur de faire souffrir lors de mes combats. Tant que je ne m’y mets pas à 100 %, c’est un rêve irréalisable…

[Tu sais, refréner ses « pulsions » est un concept humain. C’est aussi pour cela que Juliette, Micha et moi nous nous en moquons si tu changes. La stabilité de la vie sur Terre avec ton ancienne compagne t’a poussé à être comme ça, mais la tour est différente.]
C’est difficile de laisser ma colère prendre le dessus. Je n’ai jamais été quelqu’un de violent et je n’aurais jamais imaginé que je finirais par tuer un jour… et autant de personnes.
[Il te suffit d’apprendre à te contrôler et pas à te laisser aller. De plus, tu en parles comme si tu libérais tes démons, mais combien de fois dans ta vie tu t’es permis d’agir en te moquant de blesser quelqu’un d’autre ? Tu as peur de quoi si cela te permet de survivre ? Le regard des autres te dérange peut-être ? Est-ce qu’Emy, qui s’amuse en brisant des os quand elle se bat, a l’air d’être un monstre pour toi ? Ta famille, comme tu nous présentes, nous nous en moquons. Nous sommes tous les trois dépendant de toi d’une façon différente. Si tu meurs, que se passera-t-il pour nous ? Tout ça parce que tu rejettes un peu de colère et ce que tu considères comme de la cruauté ? Si la personne en face de toi n’est pas prête à mettre sa vie en jeu quand elle essaye de prendre la tienne, elle mérite ce qui lui arrive. Même chose pour la souffrance. Venant de toi, c’est presque drôle quand on voit l’état pitoyable dans lequel tu finis régulièrement. Même en les tuants, ils ne subiront pas un dixième de la douleur qu’Angela t’a fait subir. Un combat n’est pas de la torture, après tout.]

Yuu apparaît devant moi en bâillant et je m’assois par terre. Il me fixe d’un air presque fatigué alors qu’il dit cela et que je continue à réfléchir.

Je veux bien apprendre à limiter mon empathie, mais ma colère est quelque chose que je ne souhaite pas utiliser. Dans le temps, va savoir ce que je vais devenir. Si la mort devient une solution qui m’arrange ou encore si je finis par y prendre goût… De toute façon, je ne sais même pas si j’en suis capable. Il y a probablement d’autres méthodes plus efficaces pour devenir fort.
[Bien sûr qu’il y a d’autres méthodes, mais si c’est juste la peur de devenir un monstre qui t’empêche de le faire, c’est ridicule de ne pas t’attaquer à un problème qui te suivra de toute façon partout. Vu que je suis lié à ton esprit, je sais que tu as juste peur de changer pour le pire, mais dans ce cas…]

Devant moi s’ouvre la fenêtre du contrat avec Micha. Yuu semble l’avoir fait apparaître par lui-même. Encore une capacité dont il ne m’avait pas parlé…

• Inconditionnel
• Interdiction de prendre un risque pouvant la mettre en danger physiquement.

[C’est simple. Micha est l’animal qui t’a permis de ne pas te perdre dans ta tristesse quand tu es arrivé au pied de la tour. Tu n’as qu’à lui faire confiance. De nous trois, elle est probablement la plus gentille. Autant la laisser décider. J’ai hésité à ouvrir mon contrat, mais je n’aime pas les responsabilités de ce genre.]

Je comprends enfin où veut en venir Yuu. Si mon problème c’est que j’ai peur de changer en quelqu’un que je n’apprécie pas, il me suffit de faire confiance à Micha pour que ça n’arrive pas. C’est une bonne solution. C’est de toute façon la seule à laquelle je pense.

… Je me rends compte que cela fait longtemps que je n’ai pas ouvert son contrat. Comparé à celui de Yuu et de Juliette, il n’y a que deux lignes, et pourtant elle ne s’en est jamais plainte. Sans trop attendre, je décide d’écrire un nouveau terme.

— Si Nomad perd la raison où entament des actions à la morale discutable pour un humain, Micha aura la capacité de déclencher de la douleur d’un niveau qu’elle jugera convenable pour qu’il arrête ou elle aura la capacité de le tuer cas échéant si les avertissements s’avèrent inutiles.

[Woah. Tu y vas fort sur ce coup-là. Jusqu’à la mort ? C’est juste une protection pour te rassurer, tu vas un peu loin là.]
Je ne souhaite devenir quelque chose que je déteste. Tuer m’a toujours donné l’impression de faire le mal. Si l’entraînement de Nerys réussit, je tuerai plus naturellement, ce qui veut probablement dire que je me moquerai de le faire un jour ou l’autre. Vous êtes ma famille, je compte sur vous pour me ramener à la raison si jamais je la perds. Disons que c’est une sécurité qui pourra être utile dans le temps.

Je décide de transmettre l’information à Micha. À travers le lien, je peux ressentir de la surprise et de l’inquiétude. Elle refuse ensuite catégoriquement le contrat.
Je m’y attendais à vrai dire. C’est une responsabilité qu’elle va avoir du mal à accepter, mais c’est aussi pour cela que c’est la bonne chose à faire. Si elle refuse un contrat qui lui donne un tel pouvoir sur moi, c’est qu’elle est la mieux placée pour ce rôle. Je ne veux pas lui donner une raison de plus de s’inquiéter, mais si je deviens fou dans dix ou vingt ans, cette règle sera toujours en place pour s’assurer que ça n’arrive pas. C’est à la fois une sécurité et une épée de Damoclès qui restera en suspend au-dessus de moi pour me rappeler de faire attention.

[C’est à la fois logique et complètement stupide, félicitations. J’avais d’autres idées en tête, mais tu me prouves une fois de plus que les membres de ton espèce sont des — ]

Je renvoie le contrat avec le même terme et elle le refuse aussitôt. Je recommence en lui disant que c’est nécessaire pour que je devienne plus fort et elle refuse malgré tout.
C’est une conversation de sourd et elle m’en veut de lui imposer cela.

C’est difficile de lui faire comprendre alors qu’elle me jette tout un tas de sentiments négatifs en grande quantité à travers le lien au point que ce soit impossible de lui transmettre ma pensée.

Qu — ?
{Non ! Non ! Non ! Refus, interdit, mal !}


Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

4 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 214

  1. Ya pas à dire c’est la meilleure là souris je la préfère au héros principal lol

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :