KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 215

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

_________________


Un entraînement qui détruit.

Pendant un instant, je sens ma tête qui tourne, mais quelques gifles calment tout de suite la sensation de vertige.

{Non !}
Micha, tu parles.
{Stupide, pas ça, refus !}
Tu parles !
{Quoi ? Hein ? Ah ?}
Tu es en train de parler !

Micha a l’air complètement perdue pendant quelques instants en comprenant ce que je lui dis. Sans même y faire attention, comme si ce n’était rien, elle recommence.

{Pas moi décidé mort ! Refus ! Pas mourir, idiot.]

C’est encore un peu difficile de la comprendre parfaitement, mais en regardant le niveau du lien avec elle, je peux voir qu’il a augmenté en passant au niveau 4, Union. La transition est moins violente avec le lien qui se renforce, mais en considérant ce que Yuu m’a fait subir quand je l’ai dressé, c’est au niveau d’une migraine en comparaison. Micha semble s’en moquer en tout cas, mais je ne vais pas lui en vouloir vu ce que je lui demande.

Micha, c’est pour mon bien. C’est une sécurité pour que je ne devienne pas quelqu’un de mauvais.
{Quoi ? Mauvais ? Comment ?}
En tuant des gens.
{Idiot, toi déjà tué, quelle différence ?}
[Elle marque un point, tu n’es fondamentalement pas mauvais, difficile de s’imaginer que tu deviennes fou en tuant, même si tu le crois.]
Pas les deux en même temps. Ugh…

Je vais avoir du mal pendant quelque temps, je pense. La communication à travers le lien rend confuse ma perception des informations. Je demande à Yuu de me parler télépathiquement s’il veut communiquer pour diminuer la tension sur les liens.

{Tu vas bien ? Malade ? Ma faute ?}
Ce n’est rien Micha, mais j’ai besoin tu acceptes. Même si tu n’aimes pas l’idée, j’ai besoin que quelqu’un m’empêche de faire du mal aux autres quand ce sera nécessaire.
{Non. Pas de discussion. Toi gentil, inutile.}

Je ne m’attendais pas à ce que Micha soit quelqu’un d’aussi catégorique à l’oral. Elle est pourtant du genre affectueuse, mais j’ai l’impression d’avoir touché une corde sensible pour qu’elle réagisse de cette façon. Ma joie de voir qu’elle est capable de parler est en train de disparaître petit à petit alors que je réfléchis au terme du contrat.

D’accord, fais-moi une contre-proposition. Sinon je devrais demander à Yuu de le faire à ta place.
{Quoi ?}
[Mauvaise idée. Je suis quelqu’un d’irresponsable.]
{Lui idiot. Non. Hmm. Juste douleur si toi stupide-fou.}
Très bien.

Je relance la proposition et même si Micha semble réticente, elle accepte de le faire tant qu’il n’est plus question de mort et que ce n’est pas Yuu qui s’en charge. Ce n’est pas ce que je voulais, mais il faut déjà voir si elle est capable de me faire souffrir.

Micha, tu es sûre de ne pas pouvoir me tuer si je deviens fou ?

Aussitôt que je formule cette phrase dans ma tête, je ressens une douleur aiguë au niveau de mon cœur. Juste avant, j’ai pu entendre Micha penser que j’étais stupide. Hmg. Je mets une main sur mon torse par réflexe. C’est comme si j’avais des palpitations.

{Quoi ?! Non, non ! Pardon, pardon ! Pas souffrir !}

Disons que le test est concluant, même s’il est loin d’être agréable. Je rassure Micha qui panique en répétant plusieurs fois qu’elle est désolée et qu’elle regrette déjà d’avoir accepté. Elle proteste presque aussitôt pour que je retire cet article du contrat, mais je la rassure. Je ne pensais pas qu’elle s’en servirait aussi facilement, mais au moins je sais qu’elle en est capable.

Je vais probablement avoir du travail à l’avenir pour faire en sorte qu’elle s’exprime mieux, mais j’ai du mal à effacer le sourire sur mon visage en pensant qu’elle parle enfin. Cela fait un moment que j’apprends régulièrement des mots à elle et Juliette dans l’espoir que cela arrive.

La douleur au niveau de mon cœur s’estompe. Ce sera suffisant si je vais trop loin, mais j’espère qu’elle n’aura pas à s’en servir en combat. Enfin, si ce niveau de douleur est le niveau minimum, je n’imagine pas ce que je ressentirais quand ce sera plus grave. Et si elle décide de me faire souffrir à répétition comme ça, c’est possible que j’en meure, mais je ne pense pas qu’elle le fera.

Alors que je rassure Micha, je décide de marcher en direction de la cour centrale où m’attend probablement Nerys. J’ai un peu peur de ce que je vais faire à partir de maintenant puisque je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée. Ma violence… je ne sais pas ce qu’il se passera si je décide de la libérer. Contrôler mon empathie n’a pas non plus l’air réalisable et je ne vois pas comment un entraînement pourrait m’y faire parvenir.
Cela m’inquiète, mais il faut que je devienne plus fort. Il me suffit de penser à Marshall ou encore au Duelliste pour me rappeler de la nécessité de cette décision. Ce sont des combats pendant lesquelles j’ai failli mourir. Si j’ai gagné contre Marshall, c’est parce qu’il ne voulait pas me tuer, mais me capturer. Contre le Duelliste, c’est un coup de chance qui m’a sauvé.

Même si j’ai réussi à m’en sortir en vie, je n’appellerais pas ça des victoires avec le recule, peu importe la façon dont je le vois.

Si Nerys et Yuu n’étaient pas convaincus que ça me rendrait plus fort, j’évincerais l’idée aussitôt pour trouver une autre solution. Cependant, changer de classe maintenant est une mauvaise idée et ne résoudra pas ce problème de style dont j’aurais besoin un jour ou l’autre.

J’imagine que d’essayer ne me coûte rien de toute façon.

J’arrive devant Nerys qui m’attend, assise à la fontaine dans un coin de la place. Elle me regarde approcher silencieusement les bras croisés.

— Prêt à devenir plus létale ?
— Oui. En quoi va consister l’entraînement ?
— Ne t’inquiète pas, je suis plutôt douée pour énerver les gens. Tu es peut-être un peu plus difficile à irriter que la moyenne, mais je sais exactement comment faire. Il y a certains risques bien sûr, mais dès que j’aurais commencé, il n’y aura pas de retour en arrière.

Nerys frappe dans ses mains et à côté de moi apparaissent deux ombres qui commencent à prendre forme humaine.

La plus proche de moi n’est autre que Maliel à genoux et couverte de blessures alors que des larmes coulent le long de son visage. Je peux voir le roi de Lishnul derrière elle qui pointe son fusil contre la tête de Maliel en souriant comme un dément.

— Qu’est-ce que tu fais Nerys. C’est quoi ça ?
— À toi de me dire. À quoi ça ressemble ?

Nerys s’est reculée et se contente de m’observer. C’est donc ce qu’elle avait en tête ?
J’essaye d’attraper l’arme à feu du roi, mais impossible de le faire bouger d’un centimètre alors qu’il me regarde en murmurant le mot « tour » encore et encore. Je l’attaque, mais mes armes rebondissent sur lui. Quoique je fasse, il n’y a pas de solution.

Mes pensées se brouillent alors que ma gorge se noue et je me jette en direction de Nerys pour qu’elle arrête cette fausse exécution. Derrière moi, je peux entendre Maliel qui balbutie quelques mots incompréhensibles, alors que j’entends le roi armer son fusil.
Nerys me frappe violemment. Bien plus que lors des entraînements au point qu’elle me projette au sol devant Maliel. Celle-ci murmure mon nom en fermant les yeux et un coup de feu retentit.

Son corps tombe sur le côté alors qu’un nuage de sang me recouvre le visage. Je me redresse en me frottant le visage, en essayant d’oublier l’image de la vie quittant le corps de Maliel.

— Ce n’est pas la vraie… Tu fais juste ça parce que tu penses que ça me mettra en colère.
— Crois-moi, c’est plus amusant que tu ne le penses de te voir balbutier inutilement.
— Ce n’est –
— Oh, qui sera le suivant ?

Maliel tend la main et une autre ombre apparaît, plus massive que celle du corps de Maliel et du roi qui disparaissent. Un échafaud et au bout de la corde, je peux voir Emy qui gesticule en cherchant à respirer.

Nerys se met à se moquer de moi alors qu’elle se place entre moi et Emy. Elle m’explique qu’Emy est parfaite au bout d’une corde et je me jette dans sa direction pour qu’elle arrête.

« Tes amis mourront tous, Nomad. Ce n’est qu’une question de temps. Tu seras trop faible pour l’empêcher et tu ne pourras que pleurer inutilement. »

Elle me frappe au milieu du ventre en esquivant mon attaque. Je m’effondre en vidant le contenu de mon estomac dans la poussière. Elle attrape ma tête par les cheveux et me force à regarder Emy qui continue de se débattre sans réussir à se libérer.

« Si tu le souhaites, je peux très bien te faire une place à côté d’elle. Un idiot et une idiote qui pensaient que la tour n’offrirait que de la joie et des aventures à tous. »

Elle n’a pas le droit de faire ça. Je me relève en essayant inutilement de frapper Nerys qui continue de se moquer de moi en faisant passer mon attaque pour celle d’un enfant.


Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 215

  1. Merci pour le chapitre.
    PS:Je sais que c’est nécessaire et je ne me plaint pas mais… Disons que j’espère juste que ce genre de chapitre ne va pas devenir la norme.

    1. Alors, j’imagine que tu parles de la fin du chapitre ? Ce n’est pas prévu.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :