KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 223

Merci aux sponsors du mois !

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (10€)

Damos (15€)

_________________


L’escalier le plus long.

Le premier à se jeter sur moi est le Voleur. Vu la vitesse de ses mouvements, il utilise un boost, mais j’ai le mien pour le contrer. Tant que je m’occupe de lui rapidement, je n’aurai pas de problème. Il me lance un coup de pied que j’attrape et que je bloque d’un bras alors que je plante mon stylet dans son mollet. Je le tire ensuite dans ma direction et plante ensuite mon deuxième stylet dans son aisselle alors qu’il lève le bras, déséquilibré. Juliette en profite aussitôt pour le mordre et je retire mes armes de son corps pendant qu’il tombe au sol.

J’esquive une attaque venant du Chevalier en gardant un œil sur le Berserker qui s’avance dans ma direction et s’apprête à me mettre un coup de son épée à deux mains. Je décide de passer entre ses jambes sans même l’attaquer. Je laisse le soin à Juliette de le mordre à la cuisse, où sa peau est exposée. Inutile de blesser quelqu’un qui deviendra plus fort à chaque nouvelle blessure. Il vaut mieux laisser le poison faire son œuvre.

Mon plus gros souci reste le Mage. J’en ai rarement affronté, mais ce que Marshall m’a montré était suffisant pour que je me méfie de ce qu’il prépare. Le problème est que le Samurai le protège alors que je me dirige vers lui. Vu sa posture, il compte m’attaquer verticalement.

Je compte l’esquiver, mais la lame de son katana fend l’air à une vitesse surprenante. Je bloque avec mes deux stylets et je peux sentir mes poignets craquer sous la violence du choc. Je laisse ensuite sa lame glisser le long de la mienne, ce qui me laisse quelques instants pour contre-attaquer.

Je tourne sur moi-même pour gagner en vitesse et le frappe du revers du poing au visage. L’attaque ne semble pas être suffisante pour l’arrêter et il prépare une attaque horizontale cette fois-ci. Sans même y réfléchir, je saute dans les airs en m’aidant des bottes et l’attaque passe en dessous de moi.

Alors que je suis dans les airs, le Mage tend sa main dans ma direction comme s’il s’apprêtait à me lancer un sort. Plutôt que de continuer avec le Samurai, je prends appui sur sa tête et me laisse tomber sur le mage en le frappant avec un coup de pied au visage. La pointe de ma chaussure le coupe en s’enfonçant un peu dans son visage et Juliette en profite aussitôt pour se jeter sur lui et s’enrouler autour de son cou.

C’est la première fois que je prends un tel risque en lui disant d’aller se battre sans mon aide, mais son entraînement avec Nerys était dans ce but. Même si je suis réticent à l’idée de la laisser seule affronter un humain qui fait plusieurs dizaines de fois son poids, c’est un Mage au physique de gringalet et avec une robe épaisse qui rend difficile ses mouvements. Je dois apprendre à lui faire confiance et c’est une bonne opportunité.

J’esquive une nouvelle attaque du Samurai derrière moi qui, avant que je ne puisse réagir, recule aussitôt de quelques pas. Le Berserker prend aussitôt sa place et fonce dans ma direction comme s’il voulait me tacler.
Malheureusement, il n’est pas suffisamment rapide et j’esquive son attaque d’un pas sur le côté.

{Attention !}

Je me laisse pratiquement tomber par terre alors qu’une flèche est sur le point de me transpercer le dos. Elle ricoche sur le sol en pierre avant de finir sa course contre un mur.
Pendant ce temps, le berserker attrape la rambarde, déséquilibré après avoir fini sa charge. Il faudra encore du temps pour que le venin fasse effet.

« Bordel de merde ! Bande de crétins, vous comptez le laisser continuer encore longtemps ?! Il a clairement une autre classe sous le coude, arrêtez de jouer et finissez-le ! »

Ah. Je reconnais cette voix. Le Duelliste. La dernière fois que je l’ai vu, c’était sur ce fichu bateau où j’ai rencontré Thif pour la première fois. Il m’avait coupé le bras et c’est lui qui m’avait posé le plus de problèmes quand j’ai assassiné Léon. Il me regarde, quelques étages au-dessus de moi, et semble en colère.

En l’entendant, les autres se mettent en ligne devant moi. De son côté, Juliette retourne dans mon corps en remontant le long de ma jambe. Le Mage derrière moi est au sol dans un très mauvais état à cause des morsures répétées. Il est en train de convulser et il n’en a probablement plus pour très longtemps. C’est un résultat plutôt satisfaisant et j’ai l’impression que l’entraînement de Nerys n’était pas en vain.

Le Chevalier, qui n’avait pas encore attaqué jusqu’à présent, s’approche de moi et s’apprête à me mettre un coup de bouclier au niveau du visage tout en préparant une attaque à l’épée.

Ce n’est pas le premier homme en armure que j’affronte et il me suffit de l’attaquer au niveau d’un interstice de l’armure. Celui-ci porte cependant un casque lui couvrant tout le visage, ce qui ne me laisse peu d’opportunité.

Je fais un pas en arrière pour esquiver le coup de bouclier, mais il enchaîne aussitôt avec son épée et ne semble pas vouloir s’arrêter. Par chance pour moi, il est largement plus lent que les chevaliers que j’ai affrontés chez Bastion.

Alors qu’il m’assène un nouveau coup, je me sers des bottes pour bondir dans sa direction en attrapant un stylet à deux mains.
En profitant de mon élan, je plante mon arme dans l’orifice pour les yeux de son casque. Il s’énerve aussitôt en hurlant et en faisant de grands gestes, mais en lâchant le stylet pour me baisser, je contourne ses attaques en me tournant vers le Berserker. Sur son visage, je peux lire de l’inquiétude alors qu’il me voit l’approcher. On dirait qu’il commence à comprendre que je ne suis pas une proie facile, mais c’est peut-être le poison qui commence à faire effet.

Le Samurai, qui n’en démord pas de son côté, place son sabre entre moi et le Berserker et me fait reculer en enchaînant les attaques. Son sabre se met alors à briller, mais je reconnais cette compétence. J’esquive le premier projectile d’énergie qui s’échappe de son katana et qui finit dans le mur derrière moi alors qu’il en lance d’autres dans ma direction.

Le Samurai continue ses attaques et le Berserker, qui se ressaisit, se prépare à me frapper. La situation se complique, mais je peux m’en sortir. Le problème, c’est que les garder en face de moi pour empêcher les tireurs aux autres étages de m’attaquer devient de plus en plus difficile.

Je sors rapidement l’arbalète de mon inventaire en l’échangeant contre un stylet et fais feu sur le samurai. Il bloque le tir en sacrifiant son avant-bras dans lequel le carreau se plante. Malheureusement pour lui, je n’ai pas chargé un carreau ordinaire cette fois-ci. La pointe de celui-ci est en verre et elle s’est tout de suite brisée en pénétrant la chair.
La pointe contient suffisamment de somnifères pour l’assommer en quelques instants, ce qui lance un compte à rebours sur ses facultés à se battre. Alors qu’il retire le carreau de son bras, le Berserker prend le relais et essaye de me frapper avec son épée lourde, que j’esquive sur le côté en laissant le mur derrière moi bloquer le coup.

Je range l’arbalète sans la recharger et avance dans sa direction alors qu’il subit le contrecoup de son attaque à pleine puissance. Je plante mon stylet dans son ventre rapidement, puis dans ses cotes. Pour un ennemi sans armure, c’est plus que suffisant pour le mettre à terre, mais ce Berserker a l’air solide. Même si Juliette l’a mordu à chaque attaque, cela prendra du temps avant que le venin ne fasse effet et je viens de le rendre plus fort avec mes attaques.

J’esquive un nouveau projectile d’énergie du Samurai qui semble avoir du mal à tenir debout et dont la respiration est lourde. Le bras où s’est planté le carreau semble complètement endormi jusqu’à l’épaule, mais il semble quand même vouloir se battre et brandit son katana d’une main.

À côté de lui, le Berserker semble devenir plus fort alors que du sang coule de ses plaies. Il faut que j’en finisse rapidement.

« UWAAA »

C’est bien ce qu’il me semblait, j’ai été trop gentil avec mes attaques. Que ce soit en termes de vitesse ou de force, les siennes n’ont plus rien à voir avec ce qu’il m’a montré jusque-là. Jouer la montre sera difficile dans une telle situation alors qu’il agite à présent son arme comme si elle ne pesait plus rien. Cependant, il n’est pas non plus très conscient de ce qu’il fait. Impossible dans son état de reconnaître une feinte d’une vraie attaque puisqu’il veut juste me tuer. Je me balance à droite et à gauche, mais il continue d’attaquer bêtement en rugissant comme une bête. Je décide finalement d’arrêter de lui tourner autour et fonce dans sa direction. Il s’apprête à me mettre un coup de poing, mais je l’esquive. Inutile de prendre cette main tendue comme une offrande alors que ce ne sera pas suffisant pour l’arrêter complètement. Je plante un stylet dans son ventre et, avant qu’il n’ait le temps de réagir, je plante un nouveau coup dans son dos en tournant sur moi-même. Sans m’arrêter, je plante mon stylet dans ses côtes où il s’enfonce d’une dizaine de centimètres avant de le retirer.

Vu son visage, je pense que ce sera suffisant pour en finir, puisqu’il manque de s’effondrer directement en gémissant. De son côté, le Samurai est à genou au sol et je me contente de le frapper au visage d’un coup de pied pour qu’il s’effondre complètement.

C’était plus difficile que prévu, mais le groupe entier est au sol autour de moi. Même le Chevalier ne s’est pas remis de son attaque au visage et s’est effondré. Le venin sur le stylet a dû atteindre le cerveau directement, ce qui l’a empêché de continuer le combat.

J’esquive un tir en me cachant derrière un pilier et j’entends la voix du Duelliste qui résonne de l’étage au-dessus de moi.

« Sale petite merde ! Tu penses que tu as une chance de gagner !? »

Il ne semble pas très heureux de me revoir, mais c’est lui qui me tend une embuscade. Est-ce vraiment étonnant que je me défende ?

Je peux entendre d’autres hommes qui montent les escaliers alors que je recharge mon arbalète en atteignant finalement le premier étage.

Eh. À ce rythme, je vais finir par affronter toute leur guilde avant d’atteindre la classe des Dresseurs.


Pour donner vos impressions n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour montrer votre soutien.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

3 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 223

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :