KissWood

I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 47

Chapitre 47 : Ce qui Peut Être Mis Dans Une Poche



Le Voleur était coincé. Ce n’était pas comme si son chemin était complètement bloqué, cependant. La mort viendrait sûrement pour lui bientôt ; c’était certain. Mais pas maintenant. Cela signifiait que ses prochaines actions allaient être très faciles à prévoir.

« — [Le Présent sur le Fil du Rasoir]. »

Un halo bleu se forma au-dessus de la tête du Voleur alors qu’il activait son [Pouvoir]. C’est quelque chose que j’attendais de lui… Une déconnexion contre-nature s’est formée entre ma mémoire et ma vue, ce qui m’a informé que le Voleur avait arrêté le temps une fois de plus.

J’ai pu déterminer qu’il avait arrêté le temps pendant environ dix minutes, en voyant ce qui venait d’arriver à la chambre-forte.

Je me suis levé. Je pouvais voir le Voleur appuyé contre un mur de l’autre côté de la chambre-forte. Sa tête était maintenant couverte de stries blanches, mais il ne semblait pas bouger. Il n’est pas mort… A-t-il abandonné ? En regardant autour de moi, j’ai constaté que la chambre-forte ne ressemblait en rien à ce qu’elle était avant que le temps ne s’arrête. Toutes les matières toxiques avaient disparu, ainsi que le lance-flammes dans ma main.

”Alors il a utilisé son artefact.”

[Coffre du Grand Voleur]. Tout comme le [Portefeuille-Grenouille] de la Sainte, il pouvait contenir des quantités massives d’objets. La seule différence avec mon [Coffre-Fort] est que l’on ne peut pas entrer à l’intérieur de celui-ci. Je suppose qu’un paradoxe se produirait si l’on pénétrait dans un portefeuille-grenouille en tenant ce portefeuille-grenouille dans la main.

Je pouvais voir de multiples éraflures sur les murs dues à ses tentatives d’évasion. Je sentais que j’avais subi quelques dommages sur le corps, mais ce n’était pas suffisant pour m’inquiéter.

Ce que je pouvais dire de la situation, c’était que le Voleur s’était battu jusqu’au bout de ses forces.

Les stats d’attaque et de défense n’étaient, au final, que des chiffres estimatifs. Elles pouvaient être changées avec suffisamment de volonté. C’est juste que… Même sa tentative de changer ces chiffres avait échoué. Je me suis approché du Voleur et j’ai attrapé son col. Vu qu’il ne résistait pas du tout, on dirait qu’il avait complètement abandonné. J’ai essayé de le frapper une fois pour le réveiller, mais il ne réagissait pas du tout. Il semblait plus mort que vivant. Peut-être que le fait de dire ceci le réveillerait ?

« Tu m’as demandé tout à l’heure si je pensais pouvoir supporter quatre jours de torture. Pourquoi ne pas essayer de regarder dans le futur une dernière fois ? Je pense que tu as certainement une chance de te sortir de cette situation toi-même. »

Je vais le laisser choisir son avenir lui-même. Les yeux du Voleur se sont à nouveau concentrés. Ses yeux ont tremblé pendant une fraction de seconde, puis se sont écarquillés. Je me demande ce qu’il regardait.

« Kuh… ! »

Tout d’un coup, son dos s’est redressé. L’homme bavait, et il avait un regard de fou.

« Hihihi ! Hihihihi ! »

Le futur était-il si drôle que ça? Après avoir ri tout seul pendant un certain temps, il a levé ses mains et a commencé à s’étrangler.

Cric, Crac.

Ses muscles se sont développés. Son visage rougi semblait prêt à exploser.

Que lui ai-je fait au juste ?

L’ai-je torturé ? J’ai peut-être déstructuré et reconstitué son corps un nombre incalculable de fois ? J’avais l’intention de tester les effets des potions, donc c’est probablement la dernière possibilité. Quoique… C’était en fait assez difficile de se tuer en s’étranglant soi-même. J’ai giflé l’idiot pour le réveiller, et je l’ai regardé s’étrangler à nouveau. Je me demande s’il serait capable de se tuer en faisant ça continuellement ?

« Hmm… Donc c’est juste une perte de temps. »

Il n’y avait aucun plaisir à s’amuser avec lui. Il lui manquait… quelque chose de doux, de malléable, et pourtant de rebondissant au toucher. Quelque chose comme la Sainte.

Crac.

J’ai brisé le cou du Voleur en me lamentant sur le fait que c’était barbant, et j’ai jeté son corps dans le [Coffre-Fort]. Necro m’avait dit de garder son corps intact, après tout. Malheureusement, je devrais probablement partager mes profits avec les deux autres cette fois-ci. Mais comme j’ai presque tout fait, je pense que je mérite la plupart des bénéfices. Je pourrais faire grève s’ils essayaient encore de profiter de moi. J’ai jeté un coup d’œil au dos de ma main. Ce symbole en forme de pique était le [Coffre du Grand Voleur]. Un artefact qui m’a été transféré au moment où le Voleur est mort.

« … »

Je suppose qu’il est équitable pour moi de me donner un petit bonus. Bon, qu’est-ce que Necro a fait cette fois-ci ? La Sainte, elle aussi, était plutôt une assurance qu’autre chose de toute façon.

Je me justifiait tout en entrant dans le [Coffre-Fort]. Là, après avoir dégagé quelques gadgets et matériaux, j’ai activé le [Coffre du Grand Voleur]. Je me demande combien il y a dedans…

Pshhhaaaa !

Une montagne d’or et de pierres précieuses a inondé le [Coffre-Fort]. Enterrés dans un raz-de-marée d’or, les précieux trésors ont dégringolé de l’intérieur du [Coffre du Grand Voleur], créant une mer de matériaux précieux.

Combien ce maudit Voleur a-t-il pris…

Après avoir été emporté jusqu’au milieu du [Coffre-Fort] par la vague d’or, je me suis levé. La scène qui se déroulait devant moi était presque aveuglante. Mon Dieu. Tout cet or, c’est juste…

La somme d’argent à laquelle cela correspond est… encore en cours de calcul.

J’ai lentement escaladé la montagne d’or et j’ai roulé-boulé pour en descendre. J’ai même essayé de jeter de l’or vers le ciel, sans raison. Ah, mon lance-flammes. Il est là. Maintenant que je regarde, j’ai pu trouver des morceaux de polystyrène recouverts d’essence partout également. Alors que je regardais autour de moi pour voir ce qu’il y avait d’autre, un message est apparu devant moi.

… Sympa. Il est probable que les deux autres ne savaient même pas combien d’argent le Voleur possédait. Me croiraient-ils si je leur disais que le [Coffre du Grand Voleur] contient un milliard de dollars ? Un milliard de dollars, c’est encore beaucoup, non ? J’ai juste besoin de le convertir en cash avant qu’ils ne le voient.

D’accord, je vais faire ça.

Dieu merci, je suis incapable de ressentir de la culpabilité. Après être sorti du [Coffre-Fort], j’ai activé la [Dématérialisation] pour sortir de cet endroit maudit. Espérons que ça durera assez longtemps… Mon corps dématérialisé s’est rapidement élevé du sol. Mon environnement s’est éclairé, et j’étais dehors. Je me suis rematérialisé. Après ça, je me suis étiré un peu. Être coincé dans ce petit espace pendant tout ce temps rendait même le coucher du soleil excessivement lumineux. On dirait que tous les soldats de la zone avaient décidé de se retirer.

« Ah, il est sorti ! »

La Sainte, qui m’attendait dehors, m’a montré du doigt et a couru immédiatement avec Necro qui la suivait. Ils s’approchèrent de moi et… en parfaite synchronisation, me donnèrent respectivement des coups de pied dans l’abdomen et dans les fesses.

Qu’est-ce qu’ils étaient… que ?

« Vous auriez dû nous dire quand vous aviez fini. Vous n’avez pas répondu à nos messages, alors on était super inquiets, vous savez ? Et on a une tonne de trucs à régler ici. »

« Tu as planqué de l’argent, n’est-ce pas ? Je suis doué pour remarquer ces conneries ! Crache le morceau, bon sang ! Crache-le ! »

Les deux m’ont battu avec ardeur, mais ça ne faisait plus vraiment mal. Ah ! C’est faux. Le pouvoir sacré de la Sainte fait encore un peu mal. J’ai réussi à échapper à leur lynchage, et j’ai haussé les épaules.

« Après nous être reposés un peu. On s’occupera de ça demain. Je veux me reposer. Je l’ai mérité. »

« Foutaises ! Ces jours gâchés s’additionnent à votre vie entière ! Ah, en regardant votre visage… Necro avait raison, bon sang ! Vous avez vraiment volé de l’argent en douce ! Est-ce que vous savez au moins combien j’ai travaillé cette fois-ci ?! »

Vraiment, la seule chose pour laquelle ces deux-là sont doués, c’est pour flairer l’argent… J’ai baissé les yeux vers la Sainte qui tirait sur mes vêtements tout en simulant la colère. J’ai attrapé sa tête, et j’ai commencé à l’abaisser. Tout en marmonnant à voix basse : « Toi aussi, deviens assez petite pour pouvoir tenir dans ma poche. »




 Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant 

1 thought on “I’m Sorry For Being Born in This World – Chapitre 47

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :