KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 264

Merci aux donateurs du mois pour la Tour des Mondes ! !

Guillaume V.

Pascal W.

Dranwine

Martin M.

Lordjarlax

Paul G.

Bagnet

Dehko

_________________

 


Chapitre 264 : Retourner à son origine

Même si cela ne lui semblait pas nécessaire après m’avoir vu me battre lors du tournoi, j’ai annoncé à Pete que je retournais dans l’aile des Dresseurs pour m’entraîner.

Plusieurs groupes étaient placés à des points stratégiques dans l’arène pour être sûrs de me retrouver, mais Naubod connaissait effectivement des chemins plus discrets pour leur échapper. J’ai pu voir des hommes d’Arcana et d’autres qui semblaient être de la tour des Prêtres. Ils n’ont sans doute pas apprécié mon attaque du Primat… En partant j’ai aussi vu d’autres grimpeurs avec des armes à feu qui doivent appartenir à Gloria et même un groupe qui porte des vêtements aux couleurs de ceux des « Vocalistes » que j’ai croisé au début du tournoi…
D’ailleurs, même si j’étais obligé de le faire par sécurité, nous avons aussi évité des grimpeurs qui avaient juste l’air en colère. Des parieurs mécontents, d’après Naubod…

Je ne suis pas sûr qu’ils aient tous envie de me tuer, mais il valait mieux ne pas prendre de risque. Tant que cela ne devient pas leur unique objectif dans la vie, me cacher temporairement ne me dérange pas.

Alors que nous marchons maintenant en direction de la tour des Rangers avec Naubod et les autres, je suis complètement perdu dans mes pensées.

Je serais incapable de définir ce que j’ai ressenti en voyant Fae guider une meute, mais ce n’était pas juste de l’admiration. En la voyant faire, j’ai compris que j’étais dans l’erreur.
En somme, je n’ai fait que jouer à être Dresseur alors qu’elle « est » Dresseuse.
Pourquoi ? Parce que je m’approprie mes animaux alors qu’elle embrasse la vie animale.

J’ai cherché à ramener les animaux à mon niveau sans pour autant aller plus que nécessaire dans leur direction. Dans cette situation, je comprends mieux pourquoi la fusion avec Juliette est impossible pour moi sans l’aide de Yuu.

J’ai aussi fini par être induit en erreur par le nom de la classe, « Dresseur », et ma façon de la voir.

Est-ce qu’un Ranger est un Dresseur parce qu’il est accompagné d’un chien ou d’un loup qui lui obéit ? Bien sûr que non, car il n’a pas le « lien ».
Ils ne partagent pas ce qu’ils ressentent comme je le fais. Ils sont divisés, tandis que je ressens la douleur, les émotions et que nous partageons nos sens de façon instantanée. Je ne suis pas un simple dompteur. C’est bien plus fusionnel. Pourtant… je l’ai rejeté.
Depuis le début, j’essaye de garder sous contrôle ce que je ressens à travers les liens comme si c’était une sorte d’inconvénient. Sauf que cela bloque le lien. De la même façon que Yuu bloque celui que je partage avec lui et m’empêche de savoir ce qu’il ressent, je fais la même chose avec Micha et Juliette.

… Je pensais avoir fait des progrès en tant que Dresseur, mais je me trompe depuis le début en laissant mes animaux évoluer, parler et plus simplement combler mes faiblesses en faisant une sorte d’assemblage sur moi-même. Je n’ai même pas essayé de comprendre Micha ou Juliette autant qu’elles s’efforcent d’apprendre à parler comme je le fais.

Il était nécessaire que je vois Fae sous sa forme de gardienne pour comprendre à quel point j’ai eu tort.
Elle n’est pas une « humaine » qui dresse des animaux. Elle est un animal. De plus, dans cette meute, elle était aussi tous les animaux présents.
Je n’ai pas vu plus dans ce combat que le public présent dans l’arène, mais j’ai senti ce lien qui l’unissait aux autres et je comprends mieux à présent comment définir la classe de Dresseur. Celle-ci se définit par l’idée de « meute ». Une seule idée qui pousse tous ses animaux à avancer dans la même direction volontairement. Un Dresseur n’est pas là pour forcer sa volonté sur les animaux, il est le lien les unissant. Je n’ordonne pas de faire une chose ou une autre, j’en ai très peu besoin au final.
J’offre une suggestion qu’ils suivent parce qu’ils me connaissent et parce qu’ils me font confiance. À l’inverse, je leur fais aussi confiance. Il n’y a pas besoin d’une relation de pouvoir ou même de savoir qui est le plus fort, car c’est ensemble que nous avançons. Il n’y a pas de maillon faible, il n’y a que la meute.

C’est sans doute la leçon la plus importante que Fae pouvait me montrer. Celle que je dois garder à tout prix en tant que Dresseur.

Je soupire en m’arrêtant quelques instants. J’ai beaucoup à faire maintenant pour changer ma façon d’utiliser la classe. Du moins, pour l’utiliser réellement.
Pete, à côté de moi, et Naubod se demandent probablement à quoi je pense vu leur regard, mais j’aurai du mal à l’expliquer.

— Désolé. Une sorte de révélation sur laquelle je devais méditer.
— J’espère que c’était important.
— Suffisamment pour devenir plus fort. Probablement.

Je reprends la marche et les enfants qui étaient en train de jouer dans les parages se rassemblent à nouveau sur un geste de Naubod. Nous finissons par arriver devant la tour des Rangers.

— Pete, tu sauras quand je sortirai de la classe, nous nous reverrons. Naubod et vous les enfants, à bientôt.
— La prochaine fois que tu me verras sera probablement dans l’aile des Assassins. Les autres ne sont pas encore décidés sur leur classe, mais ils ne vont probablement pas tarder à nous attribuer un Guide qui nous aidera à choisir. En tout cas, j’en ai fini avec mon travail d’Oreille.
— … On se verra probablement plus vite que tu ne le crois.

Naubod hausse un sourcil en se demandant ce que j’ai en tête, mais je ne vais pas lui faire le plaisir de répondre. Il apprendra probablement assez vite ce que je veux dire, mais je ne veux pas être dans les parages quand il va me haïr en sachant que sa classe principale doit être Dresseur. Au final, il n’a pas appris quelle était ma récompense et a juste vu comme moi le combat entre Fae et Alwin quand celui-ci a commencé. Je ne doute pas qu’il aura une mauvaise surprise d’ici la fin de la journée.

Je lui dis de bien annoncer que j’ai terminé mes missions dans l’aile des Assassins et décide de laisser le petit groupe qui ne m’accompagnait que par sécurité.

Yuu. Tu peux partir en « vacances » comme tu le souhaitais. Une fois que je serai dans l’aile des Dresseurs, je n’en sortirai pas pendant un moment.
[Tant que tu ne fais rien de stupide là-dedans.]
Je croyais que je ne faisais que des choses stupides ?
[Oui oui, la bêtise humaine et tout ça. Ne fais rien de pire que d’habitude.]
J’aimerais bien que tu m’expliques pourquoi autant d’enfants de la tour sont des Dresseurs maintenant ? Tu as laissé quelques détails de côté dans tes explications… Tu sais aussi pourquoi Fae a affronté Alwin ?
[Tu n’auras qu’à lui demander. Je suis en vacances ! Je vais probablement rester avec Alexander quelque temps et ensuite j’irai lire dans la bibliothèque des Mages. Cela me fait mal de le dire, mais avec autant de grimpeurs dotés de compétences, ce sera plus difficile de rester caché que dans Lishnul. Je t’attendrai pour voir le reste.]

Sans ajouter quoi que ce soit, je peux sentir que le lien avec Yuu s’atténue lentement sans vraiment se couper. Cela me fait presque bizarre de savoir qu’il ne sera plus là pendant quelque temps, mais je dois aussi me faire à l’idée. De toute façon, tout ce qu’il découvrira de son côté finira probablement par me servir, enfin s’il décide de le partager avec moi…

J’entre dans la tour des Rangers par une porte secondaire et en demandant à un garde s’il y a quelque chose ou quelqu’un de suspect à l’étage des Dresseurs. Les hommes de Charade devraient être gérables, mais je n’ai pas envie de me retrouver en face du Pyromancien…

Il me confirme que la plupart des coupables pour l’attaque de ce matin sont soit arrêtés, soit en fuite. Je peux déjà me rassurer en me disant que je ne verrai pas le même groupe que ce matin… Ils étaient probablement tous à l’arène à me chercher cela dit, mais un groupe a pu rester dans le coin.

En gardant mon masque, je me fais discret et je décide de prendre l’ascenseur.
C’est ridicule de faire la queue pendant vingt minutes pour aller au deuxième étage et même quand j’ai pressé le bouton magique, je me suis senti ridicule quand ceux-ci vont facilement jusqu’au centième étage, vu la liste. Cela dit, qui pensera un seul instant que quelqu’un d’une classe au deuxième étage est assez feignant pour attendre un ascenseur ?
Je décide de ne pas faire attention aux autres grimpeurs qui me dévisagent en me prenant pour un idiot. Je crois que l’un des grimpeurs comprend même que je suis « ce » Dresseur vu sa surprise, mais il se retient de dire quoi que ce soit.

En quelques instants, nous arrivons au deuxième étage et, en m’excusant, je pousse la dizaine de grimpeurs pour sortir. Je ne vois personne en tout cas et je me dirige vers la porte de la classe en silence. Je finis par entrer en passant la grande porte. Je me demande si Fae a eu le temps de rentrer de l’arène alors que je retire ma capuche et mon masque.

Étrangement, il y a bien quelqu’un à l’intérieur de la classe, mais ce n’est pas Fae. C’est un homme en train de brosser un cheval qui m’accueille dans le hall.

« Hoydi-ho, partenaire. C’est un plaisir de te rencontrer. Moi c’est Bruce. »


Pour donner vos impressions n’hésitez pas à mettre des commentaires !
Vos appréciations sont importantes pour montrer votre soutien.

Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

 

Pour soutenir mon travail sur TM, clique en dessous :

Tipeee

 

2 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 264

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :