KissWood

The Novel’s Extra – Chapitre 131

Chapitre 131 : À la croisée des chemins (2)



Dans un manoir faiblement éclairé par une petite lampe, un homme était assis sur une chaise et lisait un journal.
D’un point de vue objectif, il était séduisant. Ses traits du visage nets et bien définis resplendissaient magnifiquement sous la lumière, et son air relativement mécontent donnait à la pièce une atmosphère assez pesante.

« Haa… »

Il a laissé tomber sa tête en soupirant amèrement.
À ce moment-là, la porte se situant de l’autre côté de la pièce s’est ouverte brusquement, et une fille portant une veste en cuir est entrée.

« Quoi ? Il s’est passé quelque chose ? »

Elle s’est assise à côté de lui, a ricané, puis a continué de se moquer de lui.

« Tu as encore claqué tout ton argent au jeu ? »
« … Ouais. Quoi qu’il en soit, Sahyuk, maintenant il n’y a plus qu’une petite cicatrice sur ton front. C’est à peine perceptible. »

L’homme a répondu calmement au ton moqueur de la fille. Celle-ci a réagi furieusement.

« Quoi ?! »
« Tu sais, là où la pièce de ce gamin t’a frappée ? Je me souviens que tu essayais avec acharnement de te laver le front. »

Les souvenirs de ce jour-là ont défilé devant les yeux de la jeune fille.
Bien que trois mois s’étaient écoulés depuis ce jour, la fureur et l’humiliation surgissaient en elle dès qu’elle y pensait. Comme la disgrâce était quelque chose qu’elle n’avait jamais connu auparavant, cela restait dans son esprit de manière très vive.

La fille, Jin Sahyuk, a grincé des dents en mettant l’homme en garde.

« Ne m’oblige pas à me souvenir de ça. »

Toutefois, il semblerait que l’homme n’avait pas l’intention d’écouter son avertissement.

« Tu n’aurais jamais dû laisser cela se produire. Comme je le dis toujours, tu ne dois pas te surestimer. »

Tac. L’homme a posé le journal qu’il tenait dans ses mains. Jin Sahyuk lui a lancé un regard furieux, sans prêter attention au bruit du journal en train de se froisser.

« Sahyuk, ne te méprends pas. Tu es toujours une débutante, quelqu’un que je peux tuer d’un simple geste du doigt. »

En entendant cela, Jin Sahyuk a froncé les sourcils. Puis elle s’est forcée à sourire et a parlé sans crainte.

« Alors, essaie. »

L’homme clignait froidement des yeux.

« Essaie de me tuer. » a répété Jin Sahyuk.
« … Hum. »
« Essaie. »

Comme on pouvait s’y attendre, elle était téméraire.
N’ayant pas le choix, l’homme a fermé les yeux et a reculé en souriant.

« Désolé, j’étais un peu à cran aujourd’hui. »

L’entendre capituler ainsi semblait avoir quelque peu apaisé Jin Sahyuk, mais elle a rapidement remis le sujet sur le tapis.

« … Je gagnerai la prochaine fois que je me battrai contre lui. »
« C’est ce que tu crois. »
« Je l’ai juste sous-estimé. »
« Donc tu as perdu contre une pièce de monnaie ? »
« …. »

Jin Sahyuk s’est tue. Elle ne pouvait simplement pas le contredire.
Il y a trois mois, cet homme barbu n’avait utilisé qu’une vulgaire pièce de monnaie pour la repousser, lui laissant une profonde marque sur le front. Elle avait encore du mal à croire qu’une pièce puisse avoir un tel pouvoir de destruction. La marque sur son front n’a disparu qu’au bout d’un mois, la rendant tellement gênée qu’elle n’osait plus sortir.

« Bell-ssi. »
« Hum ? »

À ce moment-là, une femme portant un sac de nourriture est entrée dans la pièce.

« Vous ne vous sentez pas bien aujourd’hui ? »
« … Ah. »

La femme a appelé l’homme Bell.
Bell lui a répondu en souriant.

« Je suis juste en colère contre moi-même. Une affaire importante a mal tourné, mais je ne l’apprends seulement que maintenant. Il semblerait que je sois resté trop longtemps à Pandémonium. »

Il tapotait sur le journal devant lui. La femme a regardé le contenu du journal tout en murmurant.

« La mort de Chae Jinyoon… De quoi s’agit-il ? »
« Rien de très important. Il était censé être en vie, mais quelqu’un l’a tué. »
« …. »

Jin Sahyuk a regardé Bell fixement, puis s’est levée en poussant ses longs cheveux derrière elle.

« Je m’en vais. »
« Où vas-tu ? »
« À l’arène. »
« … Pfft. »

Bell s’est mis à rire.

« Quoi, tu as un problème avec ça ? »
« Non. »
« Si c’est bien le cas, alors laisse-moi combattre ces types. »

Depuis qu’elle avait été vaincue par cet homme barbu, Jin Sahyuk piquait des crises en disant qu’elle voulait aller se battre contre les deux hommes.
Kim Suho et Kim Hajin.
Il semblerait qu’elle veuille se venger de l’humiliation qu’elle avait subie. Toutefois, Bell n’avait pas l’intention de lui donner la permission d’agir. Pour lui, Kim Suho et Kim Hajin étaient deux pièces cruciales et nécessaires afin de perfectionner Jin Sahyuk à l’avenir.
Même s’il n’avait pensé qu’à Kim Suho au départ, une autre personne a fini par apparaître par pur hasard.

« Comme je te l’ai dit, ça ne me pose aucun problème. Va à l’arène et amuse-toi. Mais ne compte pas sur moi pour intervenir si tu te retrouves face aux Serviteurs de Satan et que tu te fais battre. »

Les Serviteurs de Satan.
C’était l’organisation numéro 1 de Pandémonium. L’ensemble des 33 membres de leur organisation était sous contrat avec l’infâme diable “Satan”. Il n’était pas exagéré de dire que les lois et les règles de Pandémonium étaient maintenues par leur force écrasante.

« …. »

Jin Sahyuk a quitté le manoir en restant silencieuse.
Le monde extérieur était rempli d’odeurs d’alcool et de sang, ainsi que de lieux de plaisir et de divertissement.
Jin Sahyuk a marché jusqu’au centre de Pandémonium.
Tout en marchant, elle se remémorait ce qui s’était passé.
Bien que cela la mettait en colère à chaque fois qu’elle y pensait, c’était quelque chose qu’elle devait faire pour ne pas oublier.

BANG.

Le pouvoir de la pièce.

BONG.

La force foudroyante de la pièce.

Il était sans aucun doute un adversaire puissant.
Tout comme Kim Suho, quelqu’un digne de rester dans son esprit était apparu.
Se demandant à quel point il deviendrait fort dans le futur, Jin Sahyuk a mis ses mains sur son visage et a frissonné.

« Ah… ahaahh… »

“Je veux me battre.”
“Non, je veux tuer.”
“Je veux arracher ses membres et le tuer.”

Son corps tremblait sous l’effet de ce puissant désir.


Lors d’un après-midi paisible, une semaine avant la rentrée des classes ; un employé d’Essential Armory est venu en personne à mon appartement avec une enveloppe noire et une boîte.

« Hum. »

La boîte devrait contenir l’armure que j’ai demandée, mais je n’étais pas sûr de ce qu’il pouvait y avoir dans l’enveloppe.
Une fois le livreur parti, j’ai d’abord ouvert l’enveloppe.
A l’intérieur se trouvait une carte noire.

[Carte Spéciale VIP d’Essential Armory]

Il y avait une lettre qui l’accompagnait.

[Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux le demander directement à l’armurerie sans avoir à passer par moi. C’est la même carte que celle que j’utilise donc il ne devrait pas y avoir de limite.
P.S : La carte peut être utilisée pour d’autres entreprises appartenant à l’Essence du Détroit.]

L’écriture de Yoo Yeonha était une œuvre d’art.

« … Est-ce que ça ne serait pas un abus de pouvoir ? »

J’ai souri amèrement. Même après avoir souffert d’un tel scandale, elle n’avait fait que s’enhardir. Ne l’avais-je pas aidée un peu trop tôt ?
Mais bon, je ne pouvais pas me plaindre d’un si beau cadeau.
J’ai mis la carte dans mon portefeuille et j’ai ouvert la boîte. Comme je m’y attendais, elle contenait l’armure que j’avais demandée.

===

[Armure de Cristal Magique] [Chef d’œuvre]
[Mana Chargé : 2000/2000]

— Renforcement physique du corps.
*Augmente l’endurance, la vitalité et la vitesse de 0,3 points.

— Renforcement de la durabilité de rang intermédiaire.

— Absorption des dégâts.
*Absorbe des dégâts équivalents au mana chargé.

— Polyvalence
*Installée avec un scanner corporel. Peut aussi être portée par des êtres non-humains.

===

Ce n’était pas une armure que l’on pouvait enfiler. C’était un équipement de haute technologie qui projetait une armure qui s’adaptait au corps du porteur. Les armures qui n’étaient pas des artefacts partiels ne pouvaient en aucun cas être comparées avec elle.
Pourtant, elle n’était pas parfaitement à mon goût.
J’ai ajouté un paramètre.

[L’augmentation des statistiques est triplée lorsqu’elle est portée par une cible non humaine.]

Le coût en SP était de 150. Le terme “non humaine” était parfait pour faire baisser le coût.
J’ai invoqué Fenrir, qui dormait dans ma poitrine.

« Grrrrr. »

Quand le loup de la taille d’un tigre est soudainement apparu de nulle part, Hayang a levé sa queue et s’est enfuie.
À l’inverse, Evandel a fait un sourire radieux et s’est approchée du loup.

« Ah ! C’est mon loup. Hé hé. »
« Grrr, grrr. »

Le loup appréciait avec bonheur les petites mains douces d’Evandel.

« Fenrir, essaie de porter ça. »

J’ai placé l’armure de forme circulaire sur la poitrine du loup et j’y ai infusé de la puissance magique. Immédiatement, une armure a jailli, couvrant la poitrine et le dos du loup. À l’entendre grogner si joyeusement, il semblait en être satisfait.
C’était alors que…

Diing.

Tout à coup ma smartwatch a sonné.
Et pas qu’une fois.

Diing. Diing.

Mon poignet n’arrêtait pas de trembler à cause des nombreuses vibrations.

[Vous obtenez 144 SP.]
[Une puissance magique combinant rage et obsession a formé un sort dans un endroit éloigné. Vous avez été désigné comme “cible”.]
[Cependant, une chance miraculeuse vous frappe !]
[Un pouvoir mystérieux inverse le sort !]
[Le Don d’une personne inconnue, “Ciblage”, a été modifié au profit de Kim Hajin !]
[Échapper de Peu à la Mort (4/9) – Une statistique spéciale, l’accumulation de chance, a été partiellement débloquée !]

« … Hein ? »

Pourquoi mes SP ont-ils augmenté, et qu’est-ce que c’était que cette “cible” ?
Est-ce que j’avais inventé un tel Don en écrivant mon roman ?
Même si je n’étais pas sûr de ce qui se passait, je ne pouvais pas me plaindre de l’augmentation de mon accumulation de chance.

Puis, je m’en suis souvenu.

« … Ah, est-ce que c’est lui ? »

Le gars nommé Heuk Jeon de la Société de la Lune Sombre, qui avait essayé de nous tuer Rachel et moi pendant l’examen final.
Il semblerait qu’il ait tenté de me jeter une malédiction.

« … Je le raconterai à Boss plus tard. »


Le 13 mars.

« C’est vraiment fini… »

Le temps a vite passé, et c’était la dernière nuit de Chae Nayun sur la Montagne Baekdu.
Alors qu’elle ouvrait son sac pour y ranger ses affaires, Chae Nayun a balayé du regard la chambre dans laquelle elle est restée pendant deux mois. Même si elle n’avait pas apporté grand-chose avec elle, il y avait beaucoup d’objets précieux dans cette pièce.

« …. »

Il s’agissait des photos alignées sur l’étagère à côté de son lit.
Sur l’une d’elles, Chae Nayun et Chae Jinyoon affichaient un sourire radieux.
Chae Nayun a attrapé le cadre de la photo et l’a caressé doucement.
Puis, elle a soudainement senti quelque chose déferler en elle.

« … Cette fois-ci, je pensais que tu resterais avec moi pour toujours. »

Elle tenait le cadre en le serrant dans ses bras, tout en murmurant d’une voix tremblante.
La réalité ressemblait encore à un rêve.
Elle a pensé à de multiples reprises qu’au moment où elle aurait fini son entraînement et qu’elle rentrerait à la maison, son grand frère serait là, l’attendant dans son lit d’hôpital.

« Désolée, Oppa. »

Elle le regrettait et se le reprochait chaque nuit.

« … Désolée. »

Même après tout ce temps, elle ne pouvait pas s’arrêter de pleurer.
Elle a rapidement essuyé les larmes sur son visage.

« Attends juste un peu, Oppa. »

Puis, elle a mis le cadre dans son sac, et a murmuré avec une forte détermination.

« Je te vengerai. »


Deux jours avant la rentrée en 2e année, je suis revenu à Cube pour récupérer mes affaires.

« Tenez, Cadet Kim Hajin. »
« Merci. »

Le responsable du dortoir m’a remis mes affaires. J’ai été étonné de voir que je possédais autant de choses : set pour jeu de Réalité Virtuelle, chemises, manteaux, jeans, pantalons, etc.
Je me suis dirigé vers le portail en tenant un gros carton dans les bras.
Puis soudainement, j’ai entendu une voix familière.

« Hein ? Hajin-ssi ? »

En levant les yeux, j’ai vu Rachel.

« Rachel-ssi ? »

… Après nous être rencontrés par pure coïncidence, nous sommes passés par le parc où nous nous entraînions souvent.
L’herbe portait encore les traces de Rachel essayant d’appeler des esprits élémentaires. Elle a souri timidement et a bondi à cet endroit.

« J’ai reçu beaucoup de balles ici… Je ne peux pas croire que c’était il y a déjà trois mois. »
« Je ressens la même chose. »

J’ai posé le carton sur le sol.
Ce n’est qu’à ce moment-là que Rachel m’a regardé d’un air curieux.

« À quoi va te servir ce carton ? »
« Oh, hum… »

J’ai souri tristement à sa question légère. Et j’ai ensuite gratté l’arrière de mon cou en marmonnant.

« Je vais abandonner Cube. »
« … Hein ? »

Rachel a écarquillé les yeux.

« P-Pourquoi ? »
« Eh bien, je suis plus à l’aise à l’idée de devenir mercenaire. »
« Mer… Mercenaire ? »

Rachel a bégayé sous le choc.

« Je resterai ici pendant le premier semestre. Ah, bon, je suppose que je partirai dans environ trois mois. Mais je devrais être présent jusqu’aux premiers examens. »

Il y avait une raison pour laquelle je devais rester.
Le dernier élément de l’histoire principale de Cube. Il fallait que je reste ici et que je regarde “cet incident” se dérouler.

« Alors, euh, Hajin-ssi… à propos de la guilde de la Cour Royale d’Angleterre… »
« Je ne pourrai pas y aller. Désolé. »
« …. »

Rachel a eu l’air abattue. Je n’ai jamais dit que j’irais à la guilde de la Cour royale d’Angleterre. Qu’est-ce qu’elle imaginait ?

« Mais qui sait ? Nous pourrions être amenés à travailler ensemble si la guilde établissait quelque chose comme un partenariat de mercenaires. »
« Ah oui ? »

Un partenariat mercenaire. Pour faire simple, c’était un moyen d’obtenir plus de main d’œuvre pour conquérir des Donjons ou des Tours.

« Ah… Hajin-ssi sera toujours le bienvenu… mais comme un partenariat se fait avec l’ensemble du groupe de mercenaires…. »

Toutefois, comme le nombre de groupes de mercenaires plus forts qu’une guilde ne dépassait pas la dizaine, même les petites guildes formaient rarement des partenariats de mercenaires.
Je pouvais comprendre pourquoi Rachel était hésitante, car la guilde de la Cour royale d’Angleterre était la guilde numéro 1 en Angleterre.

Bien sûr, le nom du groupe de mercenaires auquel j’appartenais allait tout changer.
Jeronimo.
Ce nom apparemment boiteux était toujours celui que choisissait les guildes.

« Tu pourras t’inquiéter de ça le moment venu. »
« Ah, oui, tu as raison. »

Rachel a souri péniblement et s’est gratté la joue. Je l’ai regardée fixement pendant un moment, puis j’ai sorti le pistolet de cadet que je gardais dans ma poche.

« Puisque cela fait un moment, je devrais t’aider à t’entraîner, n’est-ce pas ? »
« Vraiment ? Ah, huhum. »

Elle a toussé fièrement.

« Oui, faisons ça. Je vais te montrer à quel point je me suis améliorée. »


Le 15 mars.

La saison printanière est arrivée en même temps que la chute des fleurs de cerisier.
Actuellement, je me tenais devant ma nouvelle salle de classe. Je n’étais pas particulièrement nerveux. À vrai dire, j’étais plutôt indifférent par rapport à tout ça.
Le nom de la classe est “Flamme Sacrée”. Rachel, Yoo Yeonha et Yi Yeonghan étaient dans ma classe.
Chae Nayun devrait être dans la classe de Kim Suho, et Shin Jonghak dans une classe à part.

J’ai ouvert la porte.
Il y avait trois visages familiers. Eh bien, comme l’un d’eux dormait, je n’ai pas pu voir son visage.
Celui qui dormait était Yi Yeonghan.
Yoo Yeonha était déjà entourée de nombreux cadets. Sans Chae Nayun ou Kim Suho dans sa classe, elle y régnerait comme une reine.

« Hum ? »

Lorsque Yoo Yeonha a croisé mon regard, elle a souri et m’a fait signe de la main. On dirait que ça ne la dérange plus d’interagir ouvertement avec moi maintenant que mon rang au classement est proche du top 100.
Alors qu’elle me saluait, Yoo Yeonha a remué ses lèvres en silence.

« — Nayun demande pourquoi tu ne lui réponds pas. »
« …. »

Je lui ai fait un petit sourire et je me suis assis au fond de la classe.

« Bonjour. »

Rachel, qui était également assise au fond, m’a salué.
J’ai répondu à sa salutation en lui souriant.

« Bonjour. »

À 8h00 précises, la porte s’est ouverte et l’instructeur est entré.

« C’est super de vous voir, mesdemoiselles et messieurs. »

L’instructeur enthousiaste a libéré sa puissance magique dans l’air.
Yi. Yeong. Jin.
Sa puissance magique rouge affichait clairement son nom.

« Je suis le chef instructeur de la classe de la Flamme Sacrée, Yi Yeongjin. »

J’ai écouté attentivement la présentation enthousiaste de l’instructeur.

« À partir de la deuxième année, les cours se déroulent un peu différemment. Je suis sûr que vous le savez tous déjà, mais je vais quand même vous donner une brève explication. »

Des fleurs de cerisier tombaient à travers les fenêtres ouvertes, et une agréable odeur s’en dégageait.

« En dehors de la classe du matin, des deux “classes communes”, et de celle de fin de journée, tous les cadets s’entraîneront selon les horaires qu’ils auront choisis. »

Il ne me restait plus beaucoup de jours à passer à Cube.
Il y avait plein de sujets douloureux, tristes et compliqués, mais quand je repenserai à Cube dans le futur, j’étais sûr de pouvoir dire que je m’étais amusé.

« Notre cours en commun est un entraînement à l’endurance. Vous devrez vous mettre par groupes de quatre pour cet entraînement. »

Deux mois.
Après cette période courte mais longue à la fois, je disparaîtrais de Cube.




Chapitre Précédent | Chapitre Suivant 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :