KissWood

Tour des Mondes – Chapitre 175

Merci aux sponsors du mois !

Quentin S. (1€)

Guillaume V. (25€)

Arthur L. (8€)

_________________


Gardienne des guides

— Pas besoin de t’en faire pour tes manières. Elle ne mérite pas le respect de toute façon.
— Oh, on va vraiment revenir là-dessus ? Ma petite sœur n’est qu’une envieuse qui ne fait que se plaindre. Bouhou. Ah, tu vois bien, il me regarde avec plus de respect que toi.
— Ne commen – …
— C’est plutôt amusant de voir que ton dresseur me respecte plus que toi, mais j’imagine que c’est plus facile d’imposer le respect quand on a une taille normale.
— Oh, « normal », tu te regardes souvent dans le miroir, très grande sœur ?
— Ce n’est pas de ma faute si ta génétique est nulle. Moi je suis très contente de ma taille.

Si effectivement il y a bien une différence de taille, ce n’est pas comme si la gardienne était bien plus grande que la normale… C’est juste Fae qui est petite… mais je ne compte pas le dire à voix haute.
Bon, je viens de rencontrer une autre gardienne. Je ne pense pas que ce soit normal pour un grimpeur d’être à table avec des gardiens, mais vu la manière dont elle se parle, j’ai du mal à prendre la situation plus au sérieux.
Elle continue quelques instants à dénigrer l’autre avant de finir par s’arrêter sur une remarque de Fae lui disant de ne pas venir la voir en pyjama la prochaine fois…
Ephy a l’air de vouloir répondre, mais s’abstient et se tourne vers moi.

— Tout ce que tu as besoin de savoir c’est que tu n’as probablement pas rempli une quête suffisamment importante pour ton niveau.
— C’était pourtant un événement-clé et j’ai vu des grimpeurs en obtenir une.
— Il y a beaucoup de choses à prendre en compte en entrant dans la tour pour remplir une quête. Ce que tu appelles un événement-clé garde quand même la logique de difficulté. Dans leur cas, c’est possible que ce qu’ils ont fait soit considéré comme suffisant.

Je ne sais pas trop quoi dire. Le groupe qui protégeait Adelina dans le palais s’est fait battre par le mange-mot supérieur alors que Maliel et moi avons réussi à nous en sortir et même à le battre. Je ne parle même pas de l’infiltration dans le palais ou du vol du trésor royal. Si c’était bien la fin de l’événement, c’est difficile de savoir ce que Maliel ou moi avons manqué pour ne pas en avoir une.

« En dehors de ça, tu as les personnes qui t’accompagnent et avec lesquelles tu formes une équipe. »

Je réfléchis rapidement. Pendant l’attaque du village, j’avais Emy avec moi, ce qui pourrait expliquer que je n’en ai pas obtenu à ce moment-là à cause de sa présence. Enfin si c’était bien suffisant pour ça. De son côté, Maliel est plus proche de moi en termes de niveau, ce qui rend difficile de croire que sa présence m’aurait empêché d’obtenir une clé. Vu la difficulté du combat contre le mange-mot supérieur c’est difficile de croire que ça ne vaudrait pas une clé, mais je n’ai pas suffisamment d’exemples de quête réussis pour faire une comparaison. Je dis rapidement que ce n’est sans doute pas le cas à Ephy.

— Dans ce cas, est-ce que tu avais une arme à feu venant de la terre sur toi en entrant dans le premier étage-monde ? Vos armes terrestres ont tendance à changer la difficulté radicalement.
— Non. Je n’avais rien de ce genre.
— Une arme trop puissante, quelque chose qui aurait pu renverser la situation facilement. Un autre type d’objet trop puissant qui… –

Ah.
Je me fige quelques instants. Ephy et moi nous tournons en direction de Fae en comprenant.
De son côté, elle n’a pas l’air de saisir la raison pour laquelle je n’ai pas obtenu de clé.

[PFF… Ahahaha !!!]

Je ne fais pas attention à Yuu et je ne vois pas pourquoi il se sent obligé de partager son rire avec moi par télépathie.
Fae finit par réaliser et en se reprenant aussitôt pour cacher sa surprise elle murmure un « Pas ma faute… » assez peu convainquant en serrant sa tasse de thé.
Ephy finit par imiter Yuu en se mettant à rire, mais de façon plus modérée. De mon côté, je me passe la main sur le visage en pensant à l’erreur que j’ai commise en acceptant la pierre sans y réfléchir.
Fae qui ne sait pas quoi dire se met à grimacer et dit qu’elle va chercher quelque chose dans la pièce d’à côté.

Pour un premier monde, il est clair qu’avoir un artefact qui contient la puissance d’une gardienne revient à ramener une bombe nucléaire avec soi.
En utilisant la pierre, j’aurais probablement pu renverser l’armée des mange-mots si je l’avais voulu… Bien sûr que c’était impossible que j’obtienne une clé à cause de cette pierre.
Si ça se trouve, j’aurais très bien pu obtenir une clé juste en protégeant le village avec Emy si je ne l’avais pas eu.

Je repasse en boucle tout mon séjour sur Galatia en me disant que tout ce que j’ai fait n’a servi à rien au final… Si on retire le dressage de Yuu et l’argent bien sûr. De toute façon, si je n’avais pas eu la pierre et que tout c’était passé de la même façon, j’aurais quand même était enlevé par les trois grimpeurs.

Ephy me regarde alors avec un demi-sourire.

— La prochaine fois, n’accepte pas de cadeau de ma sœur, ce sera mieux. Elle est bien intentionnée, mais si l’un comme l’autre vous y aviez pensé plus tôt, ton séjour dans le premier monde se serait passé différemment.
— Ce qui est fait est fait.
— Comme tu dis. Passons à un autre sujet. Qu’est-ce que tu comptes faire à partir de maintenant ?
— Je n’ai pas eu trop le temps d’y réfléchir, mais j’imagine que je dois régler cette histoire de prime sur ma tête avant de retourner sur Galatia.
— Oui, ce sera sans doute mieux pour toi. Je m’en doutais un peu à vrai dire, c’est sans doute ce qui fait que je suis là.
— Intuition de guide ?
— Quelque chose comme ça. Certains de mes débutants attendent toujours une opportunité de se lancer. Ils sont un peu trop passifs à mon goût, donc de temps en temps j’aime bien mettre un coup de pied dans la fourmilière, et c’est sans doute pour cela que je t’ai rencontré.
— Donc je vais servir d’opportunité pour eux ? Comment ?
— Je vais proposer qu’ils te donnent un coup de main et te guide sur le bon chemin. Avec un peu de chance, l’un d’eux ne sera plus aussi passif qu’avant.
— En gros, je dois m’occuper d’un guide en plus de mes problèmes ? … Je pense que je vais refuser la proposition. Je m’en sortirai probablement mieux sans. Et si j’ai besoin d’informations, j’ai toujours les enfants de la tour pour ça.
— Je crois que tu ne sais pas à quel point un guide te sera utile.
— Sans être offensant, j’ai un peu de mal avec le concept de guide… Et j’ai plus l’impression qu’un débutant me gênera.
— … Je te propose aussi de faire un contrat libre pour que tu résolves tes problèmes. Cela te permettra d’agir librement en tant qu’assassin et sans répercussion de la justice de la tour. Dernière offre.

Je la regarde quelques instants en comprenant que mon refus vient d’être pris comme du marchandage, et vu son expression sérieuse, j’ai bien l’impression que c’est une faveur qu’elle me demande, et pas simplement une proposition. Cependant, elle sait aussi que je suis un assassin, sinon elle ne parlerait pas de faire un contrat.
Il y a clairement quelque chose de louche là-dessous, et je pense que c’est pour ça qu’elle a rajouté l’idée du contrat qui est clairement très avantageux pour moi.
Autant marchander et voir où on arrive. Ce serait stupide de ne pas en profiter.

— Un guide, le contrat et une récompense financière pour moi si le guide décide d’aller dans le premier monde.
— Hm. Trois guides, et pas de récompense.
— Un guide. Si une gardienne est aussi désespérée, je ne vois pas comment je pourrais gérer plus d’une personne alors que ce sera dangereux. Je suis encore un débutant moi-même qui n’a même pas fini le premier monde.
— Trois guides. Sans ce contrat, tu dois savoir que tu n’arriveras pas à régler cette histoire. Et même s’ils sont étranges, je t’assure que tu pourras régler ton problème sans soucis s’ils t’aident.
— Trois c’est trop à gérer. Je ne sais même pas s’ils savent se battre et je ne veux pas jouer à la nounou.
— Dernière offre, le contrat et trois guides.
— Au moindre problème, j’ai le droit de m’en débarrasser sans répercussion.
— D’accord, d’accord. Mais si j’ai l’impression que tu t’en es juste débarrassé au moindre obstacle, plus aucun guide ne t’adressera la parole.
— C’est un peu disproportionné, non ? Je veux bien faire un effort s’ils sont vraiment utiles, mais pas avec un tel risque. Autant dire non tout de suite plutôt que de prendre un tel risque.
— Très bien. Trois guides, le contrat et pas de répercussion. C’est mieux ?
— … J’ai encore des doutes.
— … Je comprends mieux pourquoi Fae s’énerve facilement quand elle parle de toi. Tu sais que je suis une gardienne quand même ? Le simple fait de m’adresser la parole est un honneur.
— Avec tout mon respect, je suis sans doute moins influençable puisqu’une Gardienne est ma professeure, donc ça ne prend pas avec moi, surtout pour marchander.

*

— Alors comme ça, vous vouliez tous les trois m’apporter le dresseur ?
— On a juste échoué à cause des animaux. On ne savait pas qu’il pouvait utiliser un pouvoir pareil…
— Je vais être franc. Si je suis là, c’est pour savoir ce qu’il s’est passé, disons que c’est de la curiosité personnelle. Vos gémissements ne m’intéressent pas. Donc, plutôt que de me faire perdre mon temps, vous allez tout me raconter.
— Il, il était avec une fille ! Si nous la capturons, il viendra sûrement la chercher ! –

Charade plante un couteau dans la table de son bureau. Il regarde ensuite les deux grimpeurs debout devant lui en soulevant un peu son chapeau. Si jusque là le mage et le chevalier n’avaient pas réellement peur, le couteau et les quelques hommes autour d’eux finissent de les intimider en les réduisant au silence.

« Messieurs. Entre nous. Ce sera plus agréable si vous commencez à parler du passé et pas de l’avenir. »

*

Charade regarde à travers la fenêtre de son bureau en réfléchissant. Les deux grimpeurs sont déjà partis et il ne reste plus que lui et un de ses hommes dans la pièce.

— Qu’est-ce qu’on fait ?
— Pour l’instant, nous attendons. Prépare des hommes et surveille la tour des rangers, il finira bien par en sortir. Surveille aussi les autres endroits où il pourrait se rendre. Tant qu’on sait où il est, il n’y aura pas de problème.
— Bien.
— Fais aussi en sorte que personne ne dérange la fille, elle va remarquer qu’on la surveille, mais ce n’est pas grave.
— Et pour la prime ?
— Trouve qui est le responsable. Si d’autres veulent le dresseur, on leur fera comprendre que nous avons la priorité.


Correction : Hastin



Chapitre Précédent | Sommaire | Chapitre Suivant

Pour soutenir mon travail, clique en dessous :

Tipeee

4 thoughts on “Tour des Mondes – Chapitre 175

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :